chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Lettre ouverte aux femmes ministres de la guinée

Date de publication:2009-10-17 16:23:47

2009-10-17 18:22:06

Mme Hadja Mafoule Sylla (Affaires Sociales), Mme Balde Kadidiatou Bah (Energie et Hydraulique (Secrétaire d'Etat), Mme Koulibaly Léonie: (Tourisme, hôtellerie et artisanat), Mme Hann Djeinabou Saifoulaye Diallo (Coopération), Mme Kaba Rouguiatou Barry (Enseignement pre -universitaire et Technique) : démissionnez

Le 28 septembre 2009, vous avez vécu dans la plus grande douleur le massacre des vos fils et le viol de vos filles et sœurs de la guinée dans le stade de Conakry par des éléments armés qui sont sous la responsabilité de votre excellence président, chef de l’Etat, président du CNDD , le capitaine Moussa Dadis Camara.

Les images, les témoignages et les récits de cette horrible matinée ont fait le tour du monde et tous les hommes, femmes et enfants du monde ont exprimé leur indignation face à cette tragédie qui n’honore pas notre pays.

Depuis, deux semaines, les condamnations fusent de partout et les cœurs continuent de pleurer ces martyres de la guinée.

Dans vos bureaux, chez vous, ou dans votre voiture, comme moi, continuez vous à revoir ces images défiler en boucle dans votre mémoire ?

Je sais que vous avez été très touchée par les images et les récits de viol et de violence subis par vos fils et filles de la Guinée.

Revoyez vous ces honorables dames déshabillées, battues et souillées, ces filles fusillées entre les jambes, regardez cette femme fusillée avec son enfant au dos, regardez cette autre femme gisant par terre le bras défragmenté, appréciez cette dame pleurant entrain d’être déshabillée avant d’être violée par ce béret rouge ou encore cette demoiselle tenue par deux militaires les seins dehors et le pantalon déboutonné. Revoyez toutes ces images d’horreurs.

Revoyez le film de l’événement, si vous avez un cœur et si réellement vous êtes des femmes, vous êtes normalement profondément touchée et vous ressentez l’humiliation.

Une femme sait mieux qu’un homme la valeur de la virginité, de la pureté et de la dignité. Or, en ce jour, vos filles ont été souillées par des gens ivres, drogués et impurs.

Vous me direz que vos propres enfants n’y étaient pas. Certes, mais ces gens sont vos voisins, vos collègues, vos parents, vos cousines et amies.

Pensez vous que ces braves femmes martyrs resteraient à leur poste si vous étiez les victimes de ces viols ? NON, ces femmes sont des patriotes et vous aussi.

En rejoignant le gouvernement du CNDD, vous vouliez nous prouver votre patriotisme, votre volonté de travailler pour vos enfants, vos frères et sœurs, pour qu’ils vivent la stabilité, la prospérité, la sécurité et la dignité.

Mais depuis le 28 septembre 2009, les choses ont changé. La dignité c’est désormais se désolidariser du CNDD et de son gouvernement. Démissionnez pour rester digne

Vous avez été trahie par le CNDD et vous vous retrouvez toutes dans ce clan désormais célèbre pour ses exactions et ses barbaries inhumaines. Il est temps de vous ressaisir et de retrouver votre dignité.

 Plus longtemps vous restez dans ce gouvernement,  plus votre culpabilité se renforce et plus la guinée vous vomit. Vous serez tenu pour complices et responsables de ce carnage au même titre que Dadis, pivi, Konaté, toumba Diakité, kourouma ou keita Messieurs SANO ? MOREL Junior, DIALLO  et CONDE vous ont indiqué le chemin. Désolidarisez vous de cette bande de criminels sinon vous serez jugé au même titre que ces assassins et violeurs.

Une femme digne ne doit pas cautionner le viol de ses sœurs. Je sais que vous êtes digne de vous, de votre famille, de la guinée et vous regrettez dans votre for intérieur.

 En restant dans ce gouvernement, vous êtes complice de viols et d’assassinant contre vos fils et filles. Une lourde responsabilité devant Dieu et devant les hommes Il est temps de quitter le bateau par la grande porte avant que l’histoire ne vous condamne.

 

Mamadou A. DIALLO (Paris, France)

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.