chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Par la grâce du CNDD : la démission, enfin une vertu guinéenne !

Date de publication:2009-10-17 17:10:26

2009-10-17 19:09:01

Décidément, la malédiction continue à s’abattre sur la junte guinéenne. En effet, fortement tancé et sommé par la communauté internationale et les puissances étrangères à quitter le pouvoir, le CNDD et son président Moussa Dadis Camara ne sait plus où se donner la tête.   Au tour de la junte, on a cru que l’heure n’est plus aux danses folkloriques et aux mouvements spontanés et autres adhésions contre espèces sonnantes et trébuchantes. Mais nous y revoilà, malgré la débandade. Après les départs d’Abdourahmane Sanoh, ministre de l’Agriculture, Justin Morel Junior, ministre de l’information, Dr. Alpha Diallo, ministre de la Fonction Publique, c’est un des conseillers en communication qui rend le tablier. Il s’agit de Abdoulaye Condé, journaliste, directeur de publication du journal ‘’La Nouvelle Tribune’’. La nouvelle est tombée jeudi tard la nuit.  

Qui sera le prochain sortant ? C’est toute la question (on a déjà la réponse à cette question). Lire liens en bas.
 
Mais l’échantillon est déjà significatif du climat de malaise que le régime Dadis vient de semer partout, à commencer par son entourage immédiat. Le navire tangue dangereusement et prend de l’eau de toutes parts. Comme d’habitude, bien avant le capitaine, les rats sont les premiers avertis du danger qui se prépare et ne se font pas prier pour chercher à s’accrocher.
 
On savait depuis toujours que Kabiné Komara faisait plutôt office de Premier des ministres et que l’homme et son équipe étaient des figurants dans le système. Reste à savoir, à l’allure où vont les choses, jusqu’où ils tiendront ce rôle peu enviable de septième roue de la charrette. D’hommes et de femmes tenus fermement en laisse dans un attelage que le capitaine conduit selon ses humeurs.
 
Il distribue ses satisfecits la veille et le lendemain, abreuve les récipiendaires de toutes les injures imaginables.
 
Qui a dit que Rougui Barry n’aurait pas hésité à donner sa démission après le traitement peu digne que lui a infligé le capitaine Dadis ? Peu de gens pouvaient aviser le contraire il est vrai. Mais le domino a commencé à tomber au Département de l’Agriculture…
 
 
Namory Condé
 

Commentaires


Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.