chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Pour trois raisons, refusez de négocier avec Dadis !

Date de publication:2009-10-19 21:18:38

2009-10-19 23:16:37

L’essentiel est déjà dit autour de cette crise mais il faut insister là-dessus, une dernière fois peut-être, en rappelant certains points. Leaders des Forces vives, face à la tournure que prennent les choses, surtout depuis le 17 octobre, vous devez persévérer. Pour trois raisons au moins, vous ne devez accepter aucune négociation avec Dadis !

Premièrement, pour votre propre sécurité vous devez l’éviter : Dadis est capable de vous inviter à une « négociation » et vous faire fusiller – que Dieu ne le permette pas. Lorsque l’on envisage de lui dire ce qui ne lui plaît pas, avec un fou il faut s’attendre à tout, même s’il n’était pas entouré de robots armés qu’il peut manipuler à sa guise. Considérant ce qui s’est passé le 28 septembre et les jours qui ont suivi, nous savons que ce fou-ci est capable des pires actes sur terre. Après son crime, il inventera n’importe qu’elle histoire pour tenter de se justifier, par exemple créer un simulacre de légitime défense. Il faut vraiment éviter tout contact avec cet écervelé, ivre de pouvoir, aveuglé par la cruauté. 

Deuxièmement, on n’honore pas un criminel : Même si la « négociation » se déroulait dans des conditions absolument sécurisées, s’asseoir autour de la même table que lui est une façon de l’honorer. Or on n’honore pas un criminel, surtout pas celui qui a fait tuer vos enfants, violenter vos filles, fendre vos propres crânes. La seule assise concevable avec un tel criminel est dans une cour de justice. Tout négociateur qui vous propose de vous asseoir avec Dadis n’est pas honnête avec vous. Ne le suivez donc pas.
 
Troisièmement, Dadis est trop menteur pour mériter la moindre attention : À quoi servirait la promesse d’un menteur ? Avec un menteur il suffit de connaître ce qu’il veut ; on sait qu’il est capable d’inventer toute sorte de chose pour l’obtenir. Et nous savons tous maintenant ce qu’il veut. Son armée lui suffit. Avec elle, il est capable d’exterminer tous les autres Guinéens, pour qu’ils puissent vivre leur vie de débauchés, eux et leurs valets civils, à partir des ressources du sous-sol de la Guinée.
 
Leaders des Forces vives, soyez donc intransigeants ! Restez sur votre position, jusqu'à ce que vos conditions soient respectées. De toute façon, c’est seulement si vous, vous tenez bon que les autres pourront vous soutenir jusqu’au bout. Et si vous lâchez prise, sachez que le pire pourrait venir. Ne vous découragez surtout pas à cause des indignes opportunistes – militaires, civils, religieux, politiciens – qui le suivent encore. Le peuple les observe tous, et le moment venu ils regretteront leurs actes.
 
Mahmoud Ben Saïd
 
P.S : Je saisis cette occasion pour présenter nos excuses au public pour le report de la manifestation des Guinéens du Japon (qui devait avoir lieu le 18 octobre) à une date ultérieure, pour des raisons indépendantes de notre volonté. Les autorités ont exigé que les marcheurs se retrouvent à l’intérieur d’un local avant de bouger. Malheureusement, les organisateurs ont reçu cette information trop tard et malgré leur engagement n’ont pu trouver un local convenable à temps. Nous sommes désolés pour le changement et espérons que vous pourrez nous comprendre : les choses ne sont pas pareilles partout.

Commentaires


2009-10-19 23:16:37

L’essentiel est déjà dit autour de cette crise mais il faut insister là-dessus, une dernière fois peut-être, en rappelant certains points. Leaders des Forces vives, face à la tournure que prennent les choses, surtout depuis le 17 octobre, vous devez persévérer. Pour trois raisons au moins, vous ne devez accepter aucune négociation avec Dadis !

Premièrement, pour votre propre sécurité vous devez l’éviter : Dadis est capable de vous inviter à une « négociation » et vous faire fusiller – que Dieu ne le permette pas. Lorsque l’on envisage de lui dire ce qui ne lui plaît pas, avec un fou il faut s’attendre à tout, même s’il n’était pas entouré de robots armés qu’il peut manipuler à sa guise. Considérant ce qui s’est passé le 28 septembre et les jours qui ont suivi, nous savons que ce fou-ci est capable des pires actes sur terre. Après son crime, il inventera n’importe qu’elle histoire pour tenter de se justifier, par exemple créer un simulacre de légitime défense. Il faut vraiment éviter tout contact avec cet écervelé, ivre de pouvoir, aveuglé par la cruauté. 

Deuxièmement, on n’honore pas un criminel : Même si la « négociation » se déroulait dans des conditions absolument sécurisées, s’asseoir autour de la même table que lui est une façon de l’honorer. Or on n’honore pas un criminel, surtout pas celui qui a fait tuer vos enfants, violenter vos filles, fendre vos propres crânes. La seule assise concevable avec un tel criminel est dans une cour de justice. Tout négociateur qui vous propose de vous asseoir avec Dadis n’est pas honnête avec vous. Ne le suivez donc pas.
 
Troisièmement, Dadis est trop menteur pour mériter la moindre attention : À quoi servirait la promesse d’un menteur ? Avec un menteur il suffit de connaître ce qu’il veut ; on sait qu’il est capable d’inventer toute sorte de chose pour l’obtenir. Et nous savons tous maintenant ce qu’il veut. Son armée lui suffit. Avec elle, il est capable d’exterminer tous les autres Guinéens, pour qu’ils puissent vivre leur vie de débauchés, eux et leurs valets civils, à partir des ressources du sous-sol de la Guinée.
 
Leaders des Forces vives, soyez donc intransigeants ! Restez sur votre position, jusqu'à ce que vos conditions soient respectées. De toute façon, c’est seulement si vous, vous tenez bon que les autres pourront vous soutenir jusqu’au bout. Et si vous lâchez prise, sachez que le pire pourrait venir. Ne vous découragez surtout pas à cause des indignes opportunistes – militaires, civils, religieux, politiciens – qui le suivent encore. Le peuple les observe tous, et le moment venu ils regretteront leurs actes.
 
Mahmoud Ben Saïd
 
P.S : Je saisis cette occasion pour présenter nos excuses au public pour le report de la manifestation des Guinéens du Japon (qui devait avoir lieu le 18 octobre) à une date ultérieure, pour des raisons indépendantes de notre volonté. Les autorités ont exigé que les marcheurs se retrouvent à l’intérieur d’un local avant de bouger. Malheureusement, les organisateurs ont reçu cette information trop tard et malgré leur engagement n’ont pu trouver un local convenable à temps. Nous sommes désolés pour le changement et espérons que vous pourrez nous comprendre : les choses ne sont pas pareilles partout.
2009-10-19 21:18:38 Alphady Sy

2009-10-19 23:16:37

L’essentiel est déjà dit autour de cette crise mais il faut insister là-dessus, une dernière fois peut-être, en rappelant certains points. Leaders des Forces vives, face à la tournure que prennent les choses, surtout depuis le 17 octobre, vous devez persévérer. Pour trois raisons au moins, vous ne devez accepter aucune négociation avec Dadis !

Premièrement, pour votre propre sécurité vous devez l’éviter : Dadis est capable de vous inviter à une « négociation » et vous faire fusiller – que Dieu ne le permette pas. Lorsque l’on envisage de lui dire ce qui ne lui plaît pas, avec un fou il faut s’attendre à tout, même s’il n’était pas entouré de robots armés qu’il peut manipuler à sa guise. Considérant ce qui s’est passé le 28 septembre et les jours qui ont suivi, nous savons que ce fou-ci est capable des pires actes sur terre. Après son crime, il inventera n’importe qu’elle histoire pour tenter de se justifier, par exemple créer un simulacre de légitime défense. Il faut vraiment éviter tout contact avec cet écervelé, ivre de pouvoir, aveuglé par la cruauté. 

Deuxièmement, on n’honore pas un criminel : Même si la « négociation » se déroulait dans des conditions absolument sécurisées, s’asseoir autour de la même table que lui est une façon de l’honorer. Or on n’honore pas un criminel, surtout pas celui qui a fait tuer vos enfants, violenter vos filles, fendre vos propres crânes. La seule assise concevable avec un tel criminel est dans une cour de justice. Tout négociateur qui vous propose de vous asseoir avec Dadis n’est pas honnête avec vous. Ne le suivez donc pas.
 
Troisièmement, Dadis est trop menteur pour mériter la moindre attention : À quoi servirait la promesse d’un menteur ? Avec un menteur il suffit de connaître ce qu’il veut ; on sait qu’il est capable d’inventer toute sorte de chose pour l’obtenir. Et nous savons tous maintenant ce qu’il veut. Son armée lui suffit. Avec elle, il est capable d’exterminer tous les autres Guinéens, pour qu’ils puissent vivre leur vie de débauchés, eux et leurs valets civils, à partir des ressources du sous-sol de la Guinée.
 
Leaders des Forces vives, soyez donc intransigeants ! Restez sur votre position, jusqu'à ce que vos conditions soient respectées. De toute façon, c’est seulement si vous, vous tenez bon que les autres pourront vous soutenir jusqu’au bout. Et si vous lâchez prise, sachez que le pire pourrait venir. Ne vous découragez surtout pas à cause des indignes opportunistes – militaires, civils, religieux, politiciens – qui le suivent encore. Le peuple les observe tous, et le moment venu ils regretteront leurs actes.
 
Mahmoud Ben Saïd
 
P.S : Je saisis cette occasion pour présenter nos excuses au public pour le report de la manifestation des Guinéens du Japon (qui devait avoir lieu le 18 octobre) à une date ultérieure, pour des raisons indépendantes de notre volonté. Les autorités ont exigé que les marcheurs se retrouvent à l’intérieur d’un local avant de bouger. Malheureusement, les organisateurs ont reçu cette information trop tard et malgré leur engagement n’ont pu trouver un local convenable à temps. Nous sommes désolés pour le changement et espérons que vous pourrez nous comprendre : les choses ne sont pas pareilles partout.
2009-10-19 21:18:38 DIALLO ALIMOU

2009-10-19 23:16:37

L’essentiel est déjà dit autour de cette crise mais il faut insister là-dessus, une dernière fois peut-être, en rappelant certains points. Leaders des Forces vives, face à la tournure que prennent les choses, surtout depuis le 17 octobre, vous devez persévérer. Pour trois raisons au moins, vous ne devez accepter aucune négociation avec Dadis !

Premièrement, pour votre propre sécurité vous devez l’éviter : Dadis est capable de vous inviter à une « négociation » et vous faire fusiller – que Dieu ne le permette pas. Lorsque l’on envisage de lui dire ce qui ne lui plaît pas, avec un fou il faut s’attendre à tout, même s’il n’était pas entouré de robots armés qu’il peut manipuler à sa guise. Considérant ce qui s’est passé le 28 septembre et les jours qui ont suivi, nous savons que ce fou-ci est capable des pires actes sur terre. Après son crime, il inventera n’importe qu’elle histoire pour tenter de se justifier, par exemple créer un simulacre de légitime défense. Il faut vraiment éviter tout contact avec cet écervelé, ivre de pouvoir, aveuglé par la cruauté. 

Deuxièmement, on n’honore pas un criminel : Même si la « négociation » se déroulait dans des conditions absolument sécurisées, s’asseoir autour de la même table que lui est une façon de l’honorer. Or on n’honore pas un criminel, surtout pas celui qui a fait tuer vos enfants, violenter vos filles, fendre vos propres crânes. La seule assise concevable avec un tel criminel est dans une cour de justice. Tout négociateur qui vous propose de vous asseoir avec Dadis n’est pas honnête avec vous. Ne le suivez donc pas.
 
Troisièmement, Dadis est trop menteur pour mériter la moindre attention : À quoi servirait la promesse d’un menteur ? Avec un menteur il suffit de connaître ce qu’il veut ; on sait qu’il est capable d’inventer toute sorte de chose pour l’obtenir. Et nous savons tous maintenant ce qu’il veut. Son armée lui suffit. Avec elle, il est capable d’exterminer tous les autres Guinéens, pour qu’ils puissent vivre leur vie de débauchés, eux et leurs valets civils, à partir des ressources du sous-sol de la Guinée.
 
Leaders des Forces vives, soyez donc intransigeants ! Restez sur votre position, jusqu'à ce que vos conditions soient respectées. De toute façon, c’est seulement si vous, vous tenez bon que les autres pourront vous soutenir jusqu’au bout. Et si vous lâchez prise, sachez que le pire pourrait venir. Ne vous découragez surtout pas à cause des indignes opportunistes – militaires, civils, religieux, politiciens – qui le suivent encore. Le peuple les observe tous, et le moment venu ils regretteront leurs actes.
 
Mahmoud Ben Saïd
 
P.S : Je saisis cette occasion pour présenter nos excuses au public pour le report de la manifestation des Guinéens du Japon (qui devait avoir lieu le 18 octobre) à une date ultérieure, pour des raisons indépendantes de notre volonté. Les autorités ont exigé que les marcheurs se retrouvent à l’intérieur d’un local avant de bouger. Malheureusement, les organisateurs ont reçu cette information trop tard et malgré leur engagement n’ont pu trouver un local convenable à temps. Nous sommes désolés pour le changement et espérons que vous pourrez nous comprendre : les choses ne sont pas pareilles partout.
2009-10-19 21:18:38 Dialo Mamadou

2009-10-19 23:16:37

L’essentiel est déjà dit autour de cette crise mais il faut insister là-dessus, une dernière fois peut-être, en rappelant certains points. Leaders des Forces vives, face à la tournure que prennent les choses, surtout depuis le 17 octobre, vous devez persévérer. Pour trois raisons au moins, vous ne devez accepter aucune négociation avec Dadis !

Premièrement, pour votre propre sécurité vous devez l’éviter : Dadis est capable de vous inviter à une « négociation » et vous faire fusiller – que Dieu ne le permette pas. Lorsque l’on envisage de lui dire ce qui ne lui plaît pas, avec un fou il faut s’attendre à tout, même s’il n’était pas entouré de robots armés qu’il peut manipuler à sa guise. Considérant ce qui s’est passé le 28 septembre et les jours qui ont suivi, nous savons que ce fou-ci est capable des pires actes sur terre. Après son crime, il inventera n’importe qu’elle histoire pour tenter de se justifier, par exemple créer un simulacre de légitime défense. Il faut vraiment éviter tout contact avec cet écervelé, ivre de pouvoir, aveuglé par la cruauté. 

Deuxièmement, on n’honore pas un criminel : Même si la « négociation » se déroulait dans des conditions absolument sécurisées, s’asseoir autour de la même table que lui est une façon de l’honorer. Or on n’honore pas un criminel, surtout pas celui qui a fait tuer vos enfants, violenter vos filles, fendre vos propres crânes. La seule assise concevable avec un tel criminel est dans une cour de justice. Tout négociateur qui vous propose de vous asseoir avec Dadis n’est pas honnête avec vous. Ne le suivez donc pas.
 
Troisièmement, Dadis est trop menteur pour mériter la moindre attention : À quoi servirait la promesse d’un menteur ? Avec un menteur il suffit de connaître ce qu’il veut ; on sait qu’il est capable d’inventer toute sorte de chose pour l’obtenir. Et nous savons tous maintenant ce qu’il veut. Son armée lui suffit. Avec elle, il est capable d’exterminer tous les autres Guinéens, pour qu’ils puissent vivre leur vie de débauchés, eux et leurs valets civils, à partir des ressources du sous-sol de la Guinée.
 
Leaders des Forces vives, soyez donc intransigeants ! Restez sur votre position, jusqu'à ce que vos conditions soient respectées. De toute façon, c’est seulement si vous, vous tenez bon que les autres pourront vous soutenir jusqu’au bout. Et si vous lâchez prise, sachez que le pire pourrait venir. Ne vous découragez surtout pas à cause des indignes opportunistes – militaires, civils, religieux, politiciens – qui le suivent encore. Le peuple les observe tous, et le moment venu ils regretteront leurs actes.
 
Mahmoud Ben Saïd
 
P.S : Je saisis cette occasion pour présenter nos excuses au public pour le report de la manifestation des Guinéens du Japon (qui devait avoir lieu le 18 octobre) à une date ultérieure, pour des raisons indépendantes de notre volonté. Les autorités ont exigé que les marcheurs se retrouvent à l’intérieur d’un local avant de bouger. Malheureusement, les organisateurs ont reçu cette information trop tard et malgré leur engagement n’ont pu trouver un local convenable à temps. Nous sommes désolés pour le changement et espérons que vous pourrez nous comprendre : les choses ne sont pas pareilles partout.
2009-10-19 21:18:38 Ollaid

2009-10-19 23:16:37

L’essentiel est déjà dit autour de cette crise mais il faut insister là-dessus, une dernière fois peut-être, en rappelant certains points. Leaders des Forces vives, face à la tournure que prennent les choses, surtout depuis le 17 octobre, vous devez persévérer. Pour trois raisons au moins, vous ne devez accepter aucune négociation avec Dadis !

Premièrement, pour votre propre sécurité vous devez l’éviter : Dadis est capable de vous inviter à une « négociation » et vous faire fusiller – que Dieu ne le permette pas. Lorsque l’on envisage de lui dire ce qui ne lui plaît pas, avec un fou il faut s’attendre à tout, même s’il n’était pas entouré de robots armés qu’il peut manipuler à sa guise. Considérant ce qui s’est passé le 28 septembre et les jours qui ont suivi, nous savons que ce fou-ci est capable des pires actes sur terre. Après son crime, il inventera n’importe qu’elle histoire pour tenter de se justifier, par exemple créer un simulacre de légitime défense. Il faut vraiment éviter tout contact avec cet écervelé, ivre de pouvoir, aveuglé par la cruauté. 

Deuxièmement, on n’honore pas un criminel : Même si la « négociation » se déroulait dans des conditions absolument sécurisées, s’asseoir autour de la même table que lui est une façon de l’honorer. Or on n’honore pas un criminel, surtout pas celui qui a fait tuer vos enfants, violenter vos filles, fendre vos propres crânes. La seule assise concevable avec un tel criminel est dans une cour de justice. Tout négociateur qui vous propose de vous asseoir avec Dadis n’est pas honnête avec vous. Ne le suivez donc pas.
 
Troisièmement, Dadis est trop menteur pour mériter la moindre attention : À quoi servirait la promesse d’un menteur ? Avec un menteur il suffit de connaître ce qu’il veut ; on sait qu’il est capable d’inventer toute sorte de chose pour l’obtenir. Et nous savons tous maintenant ce qu’il veut. Son armée lui suffit. Avec elle, il est capable d’exterminer tous les autres Guinéens, pour qu’ils puissent vivre leur vie de débauchés, eux et leurs valets civils, à partir des ressources du sous-sol de la Guinée.
 
Leaders des Forces vives, soyez donc intransigeants ! Restez sur votre position, jusqu'à ce que vos conditions soient respectées. De toute façon, c’est seulement si vous, vous tenez bon que les autres pourront vous soutenir jusqu’au bout. Et si vous lâchez prise, sachez que le pire pourrait venir. Ne vous découragez surtout pas à cause des indignes opportunistes – militaires, civils, religieux, politiciens – qui le suivent encore. Le peuple les observe tous, et le moment venu ils regretteront leurs actes.
 
Mahmoud Ben Saïd
 
P.S : Je saisis cette occasion pour présenter nos excuses au public pour le report de la manifestation des Guinéens du Japon (qui devait avoir lieu le 18 octobre) à une date ultérieure, pour des raisons indépendantes de notre volonté. Les autorités ont exigé que les marcheurs se retrouvent à l’intérieur d’un local avant de bouger. Malheureusement, les organisateurs ont reçu cette information trop tard et malgré leur engagement n’ont pu trouver un local convenable à temps. Nous sommes désolés pour le changement et espérons que vous pourrez nous comprendre : les choses ne sont pas pareilles partout.
2009-10-19 21:18:38 diallo

2009-10-19 23:16:37

L’essentiel est déjà dit autour de cette crise mais il faut insister là-dessus, une dernière fois peut-être, en rappelant certains points. Leaders des Forces vives, face à la tournure que prennent les choses, surtout depuis le 17 octobre, vous devez persévérer. Pour trois raisons au moins, vous ne devez accepter aucune négociation avec Dadis !

Premièrement, pour votre propre sécurité vous devez l’éviter : Dadis est capable de vous inviter à une « négociation » et vous faire fusiller – que Dieu ne le permette pas. Lorsque l’on envisage de lui dire ce qui ne lui plaît pas, avec un fou il faut s’attendre à tout, même s’il n’était pas entouré de robots armés qu’il peut manipuler à sa guise. Considérant ce qui s’est passé le 28 septembre et les jours qui ont suivi, nous savons que ce fou-ci est capable des pires actes sur terre. Après son crime, il inventera n’importe qu’elle histoire pour tenter de se justifier, par exemple créer un simulacre de légitime défense. Il faut vraiment éviter tout contact avec cet écervelé, ivre de pouvoir, aveuglé par la cruauté. 

Deuxièmement, on n’honore pas un criminel : Même si la « négociation » se déroulait dans des conditions absolument sécurisées, s’asseoir autour de la même table que lui est une façon de l’honorer. Or on n’honore pas un criminel, surtout pas celui qui a fait tuer vos enfants, violenter vos filles, fendre vos propres crânes. La seule assise concevable avec un tel criminel est dans une cour de justice. Tout négociateur qui vous propose de vous asseoir avec Dadis n’est pas honnête avec vous. Ne le suivez donc pas.
 
Troisièmement, Dadis est trop menteur pour mériter la moindre attention : À quoi servirait la promesse d’un menteur ? Avec un menteur il suffit de connaître ce qu’il veut ; on sait qu’il est capable d’inventer toute sorte de chose pour l’obtenir. Et nous savons tous maintenant ce qu’il veut. Son armée lui suffit. Avec elle, il est capable d’exterminer tous les autres Guinéens, pour qu’ils puissent vivre leur vie de débauchés, eux et leurs valets civils, à partir des ressources du sous-sol de la Guinée.
 
Leaders des Forces vives, soyez donc intransigeants ! Restez sur votre position, jusqu'à ce que vos conditions soient respectées. De toute façon, c’est seulement si vous, vous tenez bon que les autres pourront vous soutenir jusqu’au bout. Et si vous lâchez prise, sachez que le pire pourrait venir. Ne vous découragez surtout pas à cause des indignes opportunistes – militaires, civils, religieux, politiciens – qui le suivent encore. Le peuple les observe tous, et le moment venu ils regretteront leurs actes.
 
Mahmoud Ben Saïd
 
P.S : Je saisis cette occasion pour présenter nos excuses au public pour le report de la manifestation des Guinéens du Japon (qui devait avoir lieu le 18 octobre) à une date ultérieure, pour des raisons indépendantes de notre volonté. Les autorités ont exigé que les marcheurs se retrouvent à l’intérieur d’un local avant de bouger. Malheureusement, les organisateurs ont reçu cette information trop tard et malgré leur engagement n’ont pu trouver un local convenable à temps. Nous sommes désolés pour le changement et espérons que vous pourrez nous comprendre : les choses ne sont pas pareilles partout.
2009-10-19 21:18:38 Baldé Ibrahima Sory
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.