chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

C.A.N. 2008 : le « Syli national » ne serait-il pas en panne d’igname

Date de publication:2008-02-04 17:47:33

Les éléphants de Côte d’Ivoire seraient-ils mieux nourris que ceux de Guinée? En tout cas, si les défenses des premiers sont en ivoire, celles des seconds semblent être de porcelaine tendre, signe évident de leur carence alimentaire. Un éléphant, ça trompe énormément, dit-on!

L’équipe ivoirienne de football n’a pas qu’éliminé celle de notre pays, elle l’a laminée! Avec 5 buts encaissés ( un pour chacune de nos 4 régions naturelles et un pour L. Kouyaté, en prime!) la Guinée a été humiliée! Le «Syli» n’ayant jamais repris du «poil de l’éléphant», le troisième but, très insolite, semble avoir été marqué par le barrissement d’un joueur ivoirien! Le score n’est pas de «5 à zéro» mais de «5 et zéro» tant est grand l’écart entre les deux équipes. Les joueurs guinéens, dont les meilleurs ont été suspendus pour mauvais jeu (le comble! ), ont manqué de finesse dans leurs mouvements. C’est comme s’ils étaient atteints d’éléphantiasis! Qu’ils remboursent les primes!

Cependant, je ne pense pas qu’il faille incriminer les joueurs, en tant que tels. C’est un système qui est en cause. Il faut chercher les responsabilités au niveau de la gestion de notre équipe nationale! Il est significatif de constater que dans l’équipe ivoirienne, c’est un Keita dynamique qui a ouvert le score et  c’est un Barry félin qui a été «nommé» gardien de buts ( sans en encaisser aucun durant la rencontre! ). Si les «Keita» et les «Barry» (patronymes très fréquents chez nous) semblent plus performants en Côte d’Ivoire qu’en Guinée, c’est que nous avons un problème «politique» dans notre pays.

M. Aribot, ministre du foot du gouvernement de consensus, gèrerait le budget de son département dans la transparence! Qu’il nous éclaire, alors, un peu sur certaines de ses déclarations récentes ! Pour le match «nul» Guinée-Namibie, il aurait fait transporter 1500 supporters d’Accra à Sekondi, dans 7 bus ( qui doivent être bien énormes, à moins qu’ils n’aient effectué plusieurs voyages sur cette longue distance! ). Pendant ce temps, les usagers de Conakry attendent toujours les 100 bus promis! Quel est le coût de ces convois de «mamaya»? Le ministre affirme également se retrouver avec 400 Guinéens alors qu’il ne devrait s’occuper que de 250 personnes (supporters et officiels; ou les deux à la fois? ) prises en charge par le budget de l’Etat. Qui sont donc les 150 pique-assiette supplémentaires qui grèvent nos finances? Je serais heureux de voir la liste des nominations relatives aux «180 supporters et 70 officiels»! Clientélisme et parasitisme sont deux des multiples béquilles du système «kouyaté».

Dans cette fièvre «kouyateuse», quel a été le rôle de Ladji Lansinè Kouyaté? On ne sait pas de quelle morsure canine il a été victime pour ériger, en pleine CAN 2008, un «Syli» au carrefour de Bellevue. L’érection (nocturne? )de ce monstrueux monument serait l’œuvre de l’Association Nature et Vie ( ce qui est le comble du ridicule puisqu’il s’agit de béton, donc artificiel et sans vie! ) présidée par la «première ministre» Fanta Condé Kouyaté, fille de Lamine Condé, ancien ministre du Commerce puis gouverneur de la Banque Centrale sous Sékou Touré ! Ce Lamine Condé  était le tuteur de Lansinè Kouyaté à Conakry lorsqu'il était étudiant. Tout s’explique dans cette démarche grotesque de ramener le PDG au pouvoir! Qui prétend que Sékou Touré est «mort»?

En effet, notre PM, habitué à la confusion sans élégance, a profité de la CAN 2008 pour l’érection de son «Syli» dans un carrefour de la capitale. Ce monument était déjà fabriqué et stocké quelque part! On attendait la première occasion pour l’exposer. C’était, officiellement, pour soutenir l’équipe de football du même nom. Par conséquent, ce «Syli» n’a plus sa raison d’être depuis le 3 février 2008, au soir!

En réalité, il s’agit d’un monument ( bourré, paraît-il, de gris-gris maléfiques ), à la gloire du peu glorieux PDG qu’on cherche à réhabiliter non seulement à tout prix mais surtout à n’importe quel prix ! Il est à démonter! En attendant, les voisins pourraient jeter à ses pieds leurs ordures ménagères et les jeunes, le taguer. Qu’on oblige Kouyaté à assurer la protection de son monument 24 heures sur 24, avant sa disparition inéluctable.

La CAN 2008 étant «terminée» pour la Guinée, qu’attend Conté pour donner un coup de canne à Kouyaté? Je rappelle, à toutes fins utiles, que Ladji Kouyaté n’étant pas encore circonscrit, la vigilance s’impose!

Loin des pachydermes, qu’ils soient vivants ou factices, je vous souhaite un bonjour…en béton!

Ibrahima Kylé DIALLO,
Directeur de la rédaction de www.guineepresse.info


Commentaires


Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.