chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

‘Un ministre ça démissionne ou ça la ferme’

Date de publication:2009-10-22 19:22:21

 2009-10-22 21:21:26 

On l’avait quasiment oublie, peut-être même tourné la page. Les Guinéens s’en étaient, d’ailleurs, accommodés. Mais voilà que le PM Kabinet Komara refait parler de lui. 

Avant son départ pour la conférence de Ouagadougou, il prononce le premier discours officiel après le carnage du 28 septembre.
Celui qui est considéré comme le porte-coton du boucher de Conakry, s’est-il transformé en véritable chef de gouvernement pour s’adresser à la nation a la place du ‘président’ de la république.
Dans un discours rempli d’émotions et de démagogies dont il est le seul a avoir le secret, le PM, dans un style très ‘intellectuel’ dénonce la barbarie et présente ses condoléances aux familles des victimes ; comme pour dire aussi « je ne contrôle rien », « je suis désole pour les morts et même pour un mort ».
 
Apres avoir contribué a jeter l’huile sur le feu dans ses prises de position publiques en faveur du ‘Dadis doit rester’, le PM de transition qui devrait être politiquement neutre, essaye aujourd’hui de se faire passer pour un mouton blanc dans un troupeau de moutons noirs.
Dans ce discours avant Ouagadougou, il félicite de manière cynique le petit capitaine d’avoir crée le 7 octobre 2009 une commission d’enquête sur ‘leur’ acte de barbarie.
 
Aussitôt après le passage l’envoyer du Secrétaire General des Nations Unis, qui exige la création d’une commission d’enquête internationale, le même PM Komara se félicite de cette initiative qu’il trouve ‘bonne’.
 
Pendant ce temps le PM ne fait aucune déclaration sur des centaines de citoyens disparus, morts ou embastilles dans les geôles du fou de Conakry, sur les menaces qui pèsent sur les leaders politiques, sur les journalistes et sur de simples citoyens.
 
Mais a quoi joue Kabinet Komara ?
Veut-il sauver la tête de Dadis ou la sienne ?
 
Il ne peut plus sauver Dadis après la boucherie et les viols des femmes à  ciel ouvert en ce 21 eme siècle.
 
Les ministres qui ont démissionné ont fait le choix responsable et honorable.
Ils ne sont pas coupables.
 
Le PM ne veut pas démissionner, il aura bientôt l’occasion de se taire.
 
Le TPI, c’est au moins 30 ans de prisons.
 
 
Lamine Camara
 
Columbus, Ohio, USA

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.