chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Guinée : Les insoutenables atrocités du 28 septembre 2009

Date de publication:2009-10-23 21:10:24

2009-10-23 23:09:06

Je savais que des images sur les atrocités du 28 septembre 2009 circulaient sur le NET. Mais jusqu' aujourd'hui je m'étais abstenu de les regarder. Je viens de les voir.

Les inévitables questions auxquelles renvoie ce carnage sont les suivantes:
 
D’où viennent ces barbares? Qui sont ces sauvages pourvoyeurs de cimetières?
On est porté à croire qu'ils ne sont d'aucune époque, qu'ils ne sont de nulle part, tant leurs actes sont indicibles.
 
Dans les faits, ils sont le produit de la tragique histoire de la Guinée. Ils sont le fruit de cette histoire tragique ponctuée de deux régimes destructeurs, de deux dictatures, de deux "mal gouvernance" qui ont désarticulé la nation, inversé les valeurs, perverti les consciences et le sens de l'humain.
 
S'agissant de l'armée guinéenne en particulier, des soldats et officiers qui la composent, ils sont le reflet de la conjugaison de trois facteurs:
 
- Premier facteur: le dévoiement de l'armée. L'Armée guinéenne n'a jamais été une armée républicaine. Elle a toujours été l'armée d'un régime si ce n'est d'un homme. Elle à toujours été au service des dictatures en place. Elle a toujours été fortement instrumentalisée, manipulée et en rupture avec les valeurs républicaines ou, tout simplement, avec les valeurs qui fondent la paix, la cohésion et la concorde sociales. Les atrocités, les violences, les actes de pillage, de vols, de viols, etc que les soldats guinéens ont commis contre leur propre peuple durent depuis des décennies. En ce début du 21ème siècle, c'est l'armée la plus inutile et la plus dangereuse pour son peuple.
 
- Deuxième facteur: la déliquescence généralisée des valeurs de dignité, de responsabilité, d'honneur et d'engagement;
 
- Troisième facteur: l'éloge et la promotion de la médiocrité.
 
Ce sont ces trois facteurs qui ont consacré l'ensauvagement des hommes de troupes et l'émergence d'officiers-mollusques, d'officiers-félons, d'officiers-assassins...
 
Ainsi, on a vu l'ignorance s'allier à la force aveugle pour engendrer la terreur. On a vu l'inconscience, en fusion avec l'autorité, enfanter l'irresponsabilité. On a vu aussi la médiocrité investie de pouvoir conduire à l'enlisement. Ce sont donc des hordes aux consciences calcinées, repues de férocité, dans la plénitude de leur animosité et en appétit de terreur et de sang, qui ont été lancées contre des jeunes filles et des jeunes garçons armés de leur innocence, des femmes et des hommes qui croient à la liberté et aspirent au changement.
Dans cette tragédie, des femmes ont été meurtries, anéanties dans leurs corps et leurs âmes. Tuées. Au delà de la nécessaire traduction des responsables et des auteurs de ces abominables sévices devant la CPI, un véritable travail de fond doit être fait pour la prise en charge médicale et psycho-sociale des femmes victimes de viols et autres violences qui leur ont été faites.
 
Pour le moment nous retenons que des hommes censés défendre et protéger leurs compatriotes ont semé la désolation.
 
Avec la puanteur de leur arrogance sauvage,
 
Avec la cécité de leur instinct en rage,
 
la terreur dans la voix et la mort au bout du canon,
la férocité dans les bras et la violence du démon,
 
Ils ont démoli l'innocence, bouclier de l'enfance;
 
Ils ont éteint les regards qui adoucissent l'existence;
 
Ils ont souillé les seins qui ont nourri leurs premiers pas;
 
Ils ont amputé les bras maternels qu'on ne remplace pas;
 
Ils ont étouffé les voix qui ont bercé leur sommeil;
 
Ils ont brisé le dos qui les a portés, endormis ou en éveil.
 
Puisse le Tout-Puissant, dans son infinie miséricorde, accorder à l'âme de ceux qui ont perdu leur vie un paisible repos. Puisse-t-Il accorder aux victimes vivantes la force, la Foi et la dignité de vivre leur indicible douleur et préserver notre pays de telles horreurs.
 
 Aamiin!
 
 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Commentaires


2009-10-23 23:09:06

Je savais que des images sur les atrocités du 28 septembre 2009 circulaient sur le NET. Mais jusqu' aujourd'hui je m'étais abstenu de les regarder. Je viens de les voir.

Les inévitables questions auxquelles renvoie ce carnage sont les suivantes:
 
D’où viennent ces barbares? Qui sont ces sauvages pourvoyeurs de cimetières?
On est porté à croire qu'ils ne sont d'aucune époque, qu'ils ne sont de nulle part, tant leurs actes sont indicibles.
 
Dans les faits, ils sont le produit de la tragique histoire de la Guinée. Ils sont le fruit de cette histoire tragique ponctuée de deux régimes destructeurs, de deux dictatures, de deux "mal gouvernance" qui ont désarticulé la nation, inversé les valeurs, perverti les consciences et le sens de l'humain.
 
S'agissant de l'armée guinéenne en particulier, des soldats et officiers qui la composent, ils sont le reflet de la conjugaison de trois facteurs:
 
- Premier facteur: le dévoiement de l'armée. L'Armée guinéenne n'a jamais été une armée républicaine. Elle a toujours été l'armée d'un régime si ce n'est d'un homme. Elle à toujours été au service des dictatures en place. Elle a toujours été fortement instrumentalisée, manipulée et en rupture avec les valeurs républicaines ou, tout simplement, avec les valeurs qui fondent la paix, la cohésion et la concorde sociales. Les atrocités, les violences, les actes de pillage, de vols, de viols, etc que les soldats guinéens ont commis contre leur propre peuple durent depuis des décennies. En ce début du 21ème siècle, c'est l'armée la plus inutile et la plus dangereuse pour son peuple.
 
- Deuxième facteur: la déliquescence généralisée des valeurs de dignité, de responsabilité, d'honneur et d'engagement;
 
- Troisième facteur: l'éloge et la promotion de la médiocrité.
 
Ce sont ces trois facteurs qui ont consacré l'ensauvagement des hommes de troupes et l'émergence d'officiers-mollusques, d'officiers-félons, d'officiers-assassins...
 
Ainsi, on a vu l'ignorance s'allier à la force aveugle pour engendrer la terreur. On a vu l'inconscience, en fusion avec l'autorité, enfanter l'irresponsabilité. On a vu aussi la médiocrité investie de pouvoir conduire à l'enlisement. Ce sont donc des hordes aux consciences calcinées, repues de férocité, dans la plénitude de leur animosité et en appétit de terreur et de sang, qui ont été lancées contre des jeunes filles et des jeunes garçons armés de leur innocence, des femmes et des hommes qui croient à la liberté et aspirent au changement.
Dans cette tragédie, des femmes ont été meurtries, anéanties dans leurs corps et leurs âmes. Tuées. Au delà de la nécessaire traduction des responsables et des auteurs de ces abominables sévices devant la CPI, un véritable travail de fond doit être fait pour la prise en charge médicale et psycho-sociale des femmes victimes de viols et autres violences qui leur ont été faites.
 
Pour le moment nous retenons que des hommes censés défendre et protéger leurs compatriotes ont semé la désolation.
 
Avec la puanteur de leur arrogance sauvage,
 
Avec la cécité de leur instinct en rage,
 
la terreur dans la voix et la mort au bout du canon,
la férocité dans les bras et la violence du démon,
 
Ils ont démoli l'innocence, bouclier de l'enfance;
 
Ils ont éteint les regards qui adoucissent l'existence;
 
Ils ont souillé les seins qui ont nourri leurs premiers pas;
 
Ils ont amputé les bras maternels qu'on ne remplace pas;
 
Ils ont étouffé les voix qui ont bercé leur sommeil;
 
Ils ont brisé le dos qui les a portés, endormis ou en éveil.
 
Puisse le Tout-Puissant, dans son infinie miséricorde, accorder à l'âme de ceux qui ont perdu leur vie un paisible repos. Puisse-t-Il accorder aux victimes vivantes la force, la Foi et la dignité de vivre leur indicible douleur et préserver notre pays de telles horreurs.
 
 Aamiin!
 
 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
2009-10-23 21:10:24 sow

2009-10-23 23:09:06

Je savais que des images sur les atrocités du 28 septembre 2009 circulaient sur le NET. Mais jusqu' aujourd'hui je m'étais abstenu de les regarder. Je viens de les voir.

Les inévitables questions auxquelles renvoie ce carnage sont les suivantes:
 
D’où viennent ces barbares? Qui sont ces sauvages pourvoyeurs de cimetières?
On est porté à croire qu'ils ne sont d'aucune époque, qu'ils ne sont de nulle part, tant leurs actes sont indicibles.
 
Dans les faits, ils sont le produit de la tragique histoire de la Guinée. Ils sont le fruit de cette histoire tragique ponctuée de deux régimes destructeurs, de deux dictatures, de deux "mal gouvernance" qui ont désarticulé la nation, inversé les valeurs, perverti les consciences et le sens de l'humain.
 
S'agissant de l'armée guinéenne en particulier, des soldats et officiers qui la composent, ils sont le reflet de la conjugaison de trois facteurs:
 
- Premier facteur: le dévoiement de l'armée. L'Armée guinéenne n'a jamais été une armée républicaine. Elle a toujours été l'armée d'un régime si ce n'est d'un homme. Elle à toujours été au service des dictatures en place. Elle a toujours été fortement instrumentalisée, manipulée et en rupture avec les valeurs républicaines ou, tout simplement, avec les valeurs qui fondent la paix, la cohésion et la concorde sociales. Les atrocités, les violences, les actes de pillage, de vols, de viols, etc que les soldats guinéens ont commis contre leur propre peuple durent depuis des décennies. En ce début du 21ème siècle, c'est l'armée la plus inutile et la plus dangereuse pour son peuple.
 
- Deuxième facteur: la déliquescence généralisée des valeurs de dignité, de responsabilité, d'honneur et d'engagement;
 
- Troisième facteur: l'éloge et la promotion de la médiocrité.
 
Ce sont ces trois facteurs qui ont consacré l'ensauvagement des hommes de troupes et l'émergence d'officiers-mollusques, d'officiers-félons, d'officiers-assassins...
 
Ainsi, on a vu l'ignorance s'allier à la force aveugle pour engendrer la terreur. On a vu l'inconscience, en fusion avec l'autorité, enfanter l'irresponsabilité. On a vu aussi la médiocrité investie de pouvoir conduire à l'enlisement. Ce sont donc des hordes aux consciences calcinées, repues de férocité, dans la plénitude de leur animosité et en appétit de terreur et de sang, qui ont été lancées contre des jeunes filles et des jeunes garçons armés de leur innocence, des femmes et des hommes qui croient à la liberté et aspirent au changement.
Dans cette tragédie, des femmes ont été meurtries, anéanties dans leurs corps et leurs âmes. Tuées. Au delà de la nécessaire traduction des responsables et des auteurs de ces abominables sévices devant la CPI, un véritable travail de fond doit être fait pour la prise en charge médicale et psycho-sociale des femmes victimes de viols et autres violences qui leur ont été faites.
 
Pour le moment nous retenons que des hommes censés défendre et protéger leurs compatriotes ont semé la désolation.
 
Avec la puanteur de leur arrogance sauvage,
 
Avec la cécité de leur instinct en rage,
 
la terreur dans la voix et la mort au bout du canon,
la férocité dans les bras et la violence du démon,
 
Ils ont démoli l'innocence, bouclier de l'enfance;
 
Ils ont éteint les regards qui adoucissent l'existence;
 
Ils ont souillé les seins qui ont nourri leurs premiers pas;
 
Ils ont amputé les bras maternels qu'on ne remplace pas;
 
Ils ont étouffé les voix qui ont bercé leur sommeil;
 
Ils ont brisé le dos qui les a portés, endormis ou en éveil.
 
Puisse le Tout-Puissant, dans son infinie miséricorde, accorder à l'âme de ceux qui ont perdu leur vie un paisible repos. Puisse-t-Il accorder aux victimes vivantes la force, la Foi et la dignité de vivre leur indicible douleur et préserver notre pays de telles horreurs.
 
 Aamiin!
 
 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
2009-10-23 21:10:24 Amara diallo

2009-10-23 23:09:06

Je savais que des images sur les atrocités du 28 septembre 2009 circulaient sur le NET. Mais jusqu' aujourd'hui je m'étais abstenu de les regarder. Je viens de les voir.

Les inévitables questions auxquelles renvoie ce carnage sont les suivantes:
 
D’où viennent ces barbares? Qui sont ces sauvages pourvoyeurs de cimetières?
On est porté à croire qu'ils ne sont d'aucune époque, qu'ils ne sont de nulle part, tant leurs actes sont indicibles.
 
Dans les faits, ils sont le produit de la tragique histoire de la Guinée. Ils sont le fruit de cette histoire tragique ponctuée de deux régimes destructeurs, de deux dictatures, de deux "mal gouvernance" qui ont désarticulé la nation, inversé les valeurs, perverti les consciences et le sens de l'humain.
 
S'agissant de l'armée guinéenne en particulier, des soldats et officiers qui la composent, ils sont le reflet de la conjugaison de trois facteurs:
 
- Premier facteur: le dévoiement de l'armée. L'Armée guinéenne n'a jamais été une armée républicaine. Elle a toujours été l'armée d'un régime si ce n'est d'un homme. Elle à toujours été au service des dictatures en place. Elle a toujours été fortement instrumentalisée, manipulée et en rupture avec les valeurs républicaines ou, tout simplement, avec les valeurs qui fondent la paix, la cohésion et la concorde sociales. Les atrocités, les violences, les actes de pillage, de vols, de viols, etc que les soldats guinéens ont commis contre leur propre peuple durent depuis des décennies. En ce début du 21ème siècle, c'est l'armée la plus inutile et la plus dangereuse pour son peuple.
 
- Deuxième facteur: la déliquescence généralisée des valeurs de dignité, de responsabilité, d'honneur et d'engagement;
 
- Troisième facteur: l'éloge et la promotion de la médiocrité.
 
Ce sont ces trois facteurs qui ont consacré l'ensauvagement des hommes de troupes et l'émergence d'officiers-mollusques, d'officiers-félons, d'officiers-assassins...
 
Ainsi, on a vu l'ignorance s'allier à la force aveugle pour engendrer la terreur. On a vu l'inconscience, en fusion avec l'autorité, enfanter l'irresponsabilité. On a vu aussi la médiocrité investie de pouvoir conduire à l'enlisement. Ce sont donc des hordes aux consciences calcinées, repues de férocité, dans la plénitude de leur animosité et en appétit de terreur et de sang, qui ont été lancées contre des jeunes filles et des jeunes garçons armés de leur innocence, des femmes et des hommes qui croient à la liberté et aspirent au changement.
Dans cette tragédie, des femmes ont été meurtries, anéanties dans leurs corps et leurs âmes. Tuées. Au delà de la nécessaire traduction des responsables et des auteurs de ces abominables sévices devant la CPI, un véritable travail de fond doit être fait pour la prise en charge médicale et psycho-sociale des femmes victimes de viols et autres violences qui leur ont été faites.
 
Pour le moment nous retenons que des hommes censés défendre et protéger leurs compatriotes ont semé la désolation.
 
Avec la puanteur de leur arrogance sauvage,
 
Avec la cécité de leur instinct en rage,
 
la terreur dans la voix et la mort au bout du canon,
la férocité dans les bras et la violence du démon,
 
Ils ont démoli l'innocence, bouclier de l'enfance;
 
Ils ont éteint les regards qui adoucissent l'existence;
 
Ils ont souillé les seins qui ont nourri leurs premiers pas;
 
Ils ont amputé les bras maternels qu'on ne remplace pas;
 
Ils ont étouffé les voix qui ont bercé leur sommeil;
 
Ils ont brisé le dos qui les a portés, endormis ou en éveil.
 
Puisse le Tout-Puissant, dans son infinie miséricorde, accorder à l'âme de ceux qui ont perdu leur vie un paisible repos. Puisse-t-Il accorder aux victimes vivantes la force, la Foi et la dignité de vivre leur indicible douleur et préserver notre pays de telles horreurs.
 
 Aamiin!
 
 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
2009-10-23 21:10:24 Habib Diallo
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.