chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Blaise Compaoré le mauvais choix acte 2

Date de publication:2009-10-25 14:52:26

2009-10-25 15:49:36

L’IBCG a, le premier, dit que le chef d’Etat burkinabé n’était pas le bon choix. C’était dans notre communiqué du 11 octobre 2009 (Lire l’article ci-dessous). Notre analyse dans cet article vient d’être confortée par la presse internationale (Lire le Nr. 574 du 22/10/2009 de La Lette du Continent).  

Un des arguments que nous avions avancés est que chacun des chefs d’Etat de la sous-région a son candidat préféré parmi les dirigeants des partis politiques en Guinée. D’autres ont également des intérêts économiques avec le CNDD, y compris Blaise Compaoré.

Dès le lendemain du coup d'Etat de Moussa Dadis Camara, le 23 décembre 2008, Blaise Compaoré fût un des premiers à apporter son soutien à la junte. Il dépêcha son conseiller spécial Mustapha Chaffi pour aider le CNDD à consolider le coup d’Etat et à s’installer.

La Lette du Continent nous dévoile également que le candidat de Blaise Compaoré est le leader du RPG, Alpha Condé avant de finir leur article par :

 « Pas facile pour le "Beau Blaise" de jongler entre ses frères d'armes guinéens et ses amis civils de l'opposition ! »

Il est donc évident que Blaise Compaoré n’est pas neutre. Et puis, souvenons-nous du cas du Togo où il a été médiateur dans une situation où tout le monde demandait le départ de Faure Gnassingbé. Blaise Compaoré a fini par légitimer le maintien du fils de Gnassingbé Eyadema au pouvoir.

En Guinée, Blaise Compaoré va-t-il favoriser le maintien de Dadis ou bien négocier le transfert du pouvoir en faveur de son poulain Alpha Condé ?

Pour l’IBCG et en toute logique, un seul point est à négocier : les conditions du départ de Dadis et du CNDD au profit d’un Gouvernement d’Union Nationale de Transition à durée limitée de six mois.

Lien :
Blaise Compaoré, le mauvais choix pour la médiation
 
L’Initiative de Bruxelles pour le Changement en Guinée (IBCG)
Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Commentaires


2009-10-25 15:49:36

L’IBCG a, le premier, dit que le chef d’Etat burkinabé n’était pas le bon choix. C’était dans notre communiqué du 11 octobre 2009 (Lire l’article ci-dessous). Notre analyse dans cet article vient d’être confortée par la presse internationale (Lire le Nr. 574 du 22/10/2009 de La Lette du Continent).  

Un des arguments que nous avions avancés est que chacun des chefs d’Etat de la sous-région a son candidat préféré parmi les dirigeants des partis politiques en Guinée. D’autres ont également des intérêts économiques avec le CNDD, y compris Blaise Compaoré.

Dès le lendemain du coup d'Etat de Moussa Dadis Camara, le 23 décembre 2008, Blaise Compaoré fût un des premiers à apporter son soutien à la junte. Il dépêcha son conseiller spécial Mustapha Chaffi pour aider le CNDD à consolider le coup d’Etat et à s’installer.

La Lette du Continent nous dévoile également que le candidat de Blaise Compaoré est le leader du RPG, Alpha Condé avant de finir leur article par :

 « Pas facile pour le "Beau Blaise" de jongler entre ses frères d'armes guinéens et ses amis civils de l'opposition ! »

Il est donc évident que Blaise Compaoré n’est pas neutre. Et puis, souvenons-nous du cas du Togo où il a été médiateur dans une situation où tout le monde demandait le départ de Faure Gnassingbé. Blaise Compaoré a fini par légitimer le maintien du fils de Gnassingbé Eyadema au pouvoir.

En Guinée, Blaise Compaoré va-t-il favoriser le maintien de Dadis ou bien négocier le transfert du pouvoir en faveur de son poulain Alpha Condé ?

Pour l’IBCG et en toute logique, un seul point est à négocier : les conditions du départ de Dadis et du CNDD au profit d’un Gouvernement d’Union Nationale de Transition à durée limitée de six mois.

Lien :
Blaise Compaoré, le mauvais choix pour la médiation
 
L’Initiative de Bruxelles pour le Changement en Guinée (IBCG)
Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
2009-10-25 14:52:26 Konaté

2009-10-25 15:49:36

L’IBCG a, le premier, dit que le chef d’Etat burkinabé n’était pas le bon choix. C’était dans notre communiqué du 11 octobre 2009 (Lire l’article ci-dessous). Notre analyse dans cet article vient d’être confortée par la presse internationale (Lire le Nr. 574 du 22/10/2009 de La Lette du Continent).  

Un des arguments que nous avions avancés est que chacun des chefs d’Etat de la sous-région a son candidat préféré parmi les dirigeants des partis politiques en Guinée. D’autres ont également des intérêts économiques avec le CNDD, y compris Blaise Compaoré.

Dès le lendemain du coup d'Etat de Moussa Dadis Camara, le 23 décembre 2008, Blaise Compaoré fût un des premiers à apporter son soutien à la junte. Il dépêcha son conseiller spécial Mustapha Chaffi pour aider le CNDD à consolider le coup d’Etat et à s’installer.

La Lette du Continent nous dévoile également que le candidat de Blaise Compaoré est le leader du RPG, Alpha Condé avant de finir leur article par :

 « Pas facile pour le "Beau Blaise" de jongler entre ses frères d'armes guinéens et ses amis civils de l'opposition ! »

Il est donc évident que Blaise Compaoré n’est pas neutre. Et puis, souvenons-nous du cas du Togo où il a été médiateur dans une situation où tout le monde demandait le départ de Faure Gnassingbé. Blaise Compaoré a fini par légitimer le maintien du fils de Gnassingbé Eyadema au pouvoir.

En Guinée, Blaise Compaoré va-t-il favoriser le maintien de Dadis ou bien négocier le transfert du pouvoir en faveur de son poulain Alpha Condé ?

Pour l’IBCG et en toute logique, un seul point est à négocier : les conditions du départ de Dadis et du CNDD au profit d’un Gouvernement d’Union Nationale de Transition à durée limitée de six mois.

Lien :
Blaise Compaoré, le mauvais choix pour la médiation
 
L’Initiative de Bruxelles pour le Changement en Guinée (IBCG)
Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
2009-10-25 14:52:26 ama

2009-10-25 15:49:36

L’IBCG a, le premier, dit que le chef d’Etat burkinabé n’était pas le bon choix. C’était dans notre communiqué du 11 octobre 2009 (Lire l’article ci-dessous). Notre analyse dans cet article vient d’être confortée par la presse internationale (Lire le Nr. 574 du 22/10/2009 de La Lette du Continent).  

Un des arguments que nous avions avancés est que chacun des chefs d’Etat de la sous-région a son candidat préféré parmi les dirigeants des partis politiques en Guinée. D’autres ont également des intérêts économiques avec le CNDD, y compris Blaise Compaoré.

Dès le lendemain du coup d'Etat de Moussa Dadis Camara, le 23 décembre 2008, Blaise Compaoré fût un des premiers à apporter son soutien à la junte. Il dépêcha son conseiller spécial Mustapha Chaffi pour aider le CNDD à consolider le coup d’Etat et à s’installer.

La Lette du Continent nous dévoile également que le candidat de Blaise Compaoré est le leader du RPG, Alpha Condé avant de finir leur article par :

 « Pas facile pour le "Beau Blaise" de jongler entre ses frères d'armes guinéens et ses amis civils de l'opposition ! »

Il est donc évident que Blaise Compaoré n’est pas neutre. Et puis, souvenons-nous du cas du Togo où il a été médiateur dans une situation où tout le monde demandait le départ de Faure Gnassingbé. Blaise Compaoré a fini par légitimer le maintien du fils de Gnassingbé Eyadema au pouvoir.

En Guinée, Blaise Compaoré va-t-il favoriser le maintien de Dadis ou bien négocier le transfert du pouvoir en faveur de son poulain Alpha Condé ?

Pour l’IBCG et en toute logique, un seul point est à négocier : les conditions du départ de Dadis et du CNDD au profit d’un Gouvernement d’Union Nationale de Transition à durée limitée de six mois.

Lien :
Blaise Compaoré, le mauvais choix pour la médiation
 
L’Initiative de Bruxelles pour le Changement en Guinée (IBCG)
Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
2009-10-25 14:52:26 Ollaid

2009-10-25 15:49:36

L’IBCG a, le premier, dit que le chef d’Etat burkinabé n’était pas le bon choix. C’était dans notre communiqué du 11 octobre 2009 (Lire l’article ci-dessous). Notre analyse dans cet article vient d’être confortée par la presse internationale (Lire le Nr. 574 du 22/10/2009 de La Lette du Continent).  

Un des arguments que nous avions avancés est que chacun des chefs d’Etat de la sous-région a son candidat préféré parmi les dirigeants des partis politiques en Guinée. D’autres ont également des intérêts économiques avec le CNDD, y compris Blaise Compaoré.

Dès le lendemain du coup d'Etat de Moussa Dadis Camara, le 23 décembre 2008, Blaise Compaoré fût un des premiers à apporter son soutien à la junte. Il dépêcha son conseiller spécial Mustapha Chaffi pour aider le CNDD à consolider le coup d’Etat et à s’installer.

La Lette du Continent nous dévoile également que le candidat de Blaise Compaoré est le leader du RPG, Alpha Condé avant de finir leur article par :

 « Pas facile pour le "Beau Blaise" de jongler entre ses frères d'armes guinéens et ses amis civils de l'opposition ! »

Il est donc évident que Blaise Compaoré n’est pas neutre. Et puis, souvenons-nous du cas du Togo où il a été médiateur dans une situation où tout le monde demandait le départ de Faure Gnassingbé. Blaise Compaoré a fini par légitimer le maintien du fils de Gnassingbé Eyadema au pouvoir.

En Guinée, Blaise Compaoré va-t-il favoriser le maintien de Dadis ou bien négocier le transfert du pouvoir en faveur de son poulain Alpha Condé ?

Pour l’IBCG et en toute logique, un seul point est à négocier : les conditions du départ de Dadis et du CNDD au profit d’un Gouvernement d’Union Nationale de Transition à durée limitée de six mois.

Lien :
Blaise Compaoré, le mauvais choix pour la médiation
 
L’Initiative de Bruxelles pour le Changement en Guinée (IBCG)
Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
2009-10-25 14:52:26 LAMINE
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.