chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Guinée: l'UE sévit et décrète des sanctions contre des membres de la junte

Date de publication:2009-10-27 15:41:32

2009-10-27 16:37:55

LUXEMBOURG (AFP) - mardi 27 octobre 2009 - 15h25 -

L'Union européenne (UE) a décrété mardi des sanctions ciblées à l'encontre d'une quarantaine de membres et proches de la junte au pouvoir en Guinée, ainsi qu'un embargo sur les armes, après la répression sanglante d'une manifestation dans le pays fin septembre.

L'UE a "décidé d'adopter des mesures visant les membres du CNDD (Conseil national pour la démocratie et le développement, la junte au pouvoir) et les individus associés, responsables de la répression violente ou de l'impasse politique dans le pays", selon un texte adopté par les ministres européens des Affaires étrangères à Luxembourg.
La liste des personnes visées par des interdictions de visas comporte 42 noms, a précisé le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner, soulignant qu'en parallèle "une étude sur l'éventualité de gels d'avoirs" était en cours.

La liste devrait prochainement être publiée au Journal Officiel de l'UE.
L'UE a également décidé d'imposer un embargo sur les armes à la Guinée.
Ces mesures visent notamment à sanctionner l'implication de la junte dans la répression sanglante d'une manifestation le 28 septembre à Conakry, qui a fait au moins 150 morts selon l'ONU et suscité l'indignation internationale.

Soutenu par les Etats-Unis, un embargo sur les armes a déjà été décrété par la Cédéao (Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest) qui exige du chef de la junte, le capitaine Moussa Dadis Camara, de ne pas se présenter à l'élection présidentielle prévue en janvier.

L'UE réitère par ailleurs son soutien aux efforts du médiateur de la Cédéao, le président burkinabè Blaise Compaoré, et salue la décision du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon de créer une enquête internationale sur la répression de la manifestation du 28 septembre.

La Commission européenne a déjà annoncé une autre mesure de rétorsion. Elle a retiré un projet d'accord de pêche avec la Guinée, estimant qu'il était "politiquement inacceptable" pour Bruxelles de verser de l'argent à la junte au pouvoir.

Le projet prévoyait pour les quatre prochaines années une enveloppe de 450.000 euros annuels pour aider au développement du secteur de la pêche en Guinée et 1,6 million d'euros supplémentaires sur quatre ans pour développer le système de contrôle des zones de pêche guinéennes.

L'aide au développement de l'UE est déjà gelée depuis le printemps et la Guinée est placée depuis fin juillet sous surveillance par les Européens en attendant un retour à l'Etat de droit, après le coup d'Etat de décembre qui a porté Dadis Camara au pouvoir.


Source : AFP

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.