chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Mise en Valeur du Fleuve Gambie

Date de publication:2008-02-06 21:45:27

La deuxième table ronde des bailleurs de fonds de l’Organisation pour la Mise en Valeur du Fleuve Gambie s’est tenue du  30 au 31 janvier 2008 à Conakry. La rencontre a regroupé  tous les acteurs  impliqués  dans la  réalisation de ce méga projet  dont l’objectif final est de  fournir  de l’énergie électrique aux  quatre pays  membres : la Guinée, la Guinée-Bissau, la Gambie et le Sénégal.  Et, de facto, réduire la consommation du  pétrole et sauvegarder l’environnement.
 
Le secrétaire exécutif de l’OMVG, Justino Vieira, parle de ce projet et surtout du bénéfice que les  quatre pays peuvent en tirer: «  le projet de l’OMVG a été financé par la Banque Africaine de Développement et comprend l’aménagement de deux centrales hydroélectriques, l’une à Sambangalou au Sénégal sur le fleuve Gambie, d’une puissance installée de 128MW et l’autre à Kaléta sur le fleuve Konkouré en Guinée, d’une puissance de 240 MW ainsi que la construction d’une ligne d’interconnexion pour les réseaux électriques des quatre pays de l’OMVG, comprenant 1677 km de ligne de transport d’énergie à 225 kV et 15 postes de transformation. L’énergie qui sera produite par les deux centrales sera d’environ 1350 GWh/an, soit 22,5% de la demande prévisionnelle des pays de l’OMVG à l’horizon 2011 ».  Selon le secrétaire exécutif de l’OMVG,  la vocation principale de ce projet est de fournir une énergie propre et à bon marché aux quatre pays membres, avec une possibilité d’en livrer à d’autres pays d’Afrique de l’ouest.
Cette deuxième table ronde de Conakry qui fait suite à celle tenue à Dakar du 19 au 20 janvier 2007 a permis à l’OMVG d’obtenir plus de 700 millions de dollars US, soit 67% du financement prévu. Aussi, les bailleurs de fonds n’ont pas manqué de réitérer leur engagement  à financer les 400 autres millions de dollars US restants. C’est le cas de la BAD qui s’engage à financer les 25% de ce montant.

En attendant, les responsables de l’OMVG se disent satisfaits de ce pas franchi et comptent, courant 2008, poser les premiers jalons de ce méga projet. C’est pourquoi, il a été demandé aux quatre pays de s’acquitter des montants nécessaires pour le lancement des travaux qui consistent en l’ouverture des routes d’accès aux différents sites retenus pour la construction des deux barrages. 

Amadou 1 Diallo  

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.