chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Grève de la faim pour le changement !

Date de publication:2009-10-29 00:01:23

2009-10-29 00:15:41

Réunis à la maison des jeunes du quartier Dixinn Port depuis ce matin  du 28 octobre, les jeunes de la Fédération des Associations de la Jeunesse Guinéenne (FAJEG) entament une grève de la faim qui durera 5 jours (du mercredi au dimanche). Sur les raisons de cette autre forme de protestation à laquelle d’ailleurs les guinéens ne sont pas habitués, le président du FAJEG, Thierno Baldé explique :

 ‘’La situation actuelle de la Guinée est grave. Une solution appropriée s'impose afin d'éviter à la Guinée la division et une guerre civile. Tous les guinéens et guinéennes épris de paix, justice, compassion et soucieux de l'avenir du pays doivent se donner la main pour sauver notre chère Guinée.

Il faut rappeler que les événements du mois de janvier et février 2007 ont emporté plus d'une centaine de vie humaine, exclusivement des jeunes dont le seul crime était de vouloir un avenir meilleur. Depuis ces événements à nos jours, la situation sociopolitique de la Guinée n'a guère évoluée. Nous nous retrouvons une loi de plus devant les mêmes faits: tueries et viols des innocents citoyens.

Trop, c'est trop. Ceux qui veulent manipuler la jeunesse guinéenne et qui disent que nous sommes divisés et désillusionnés pour arriver à adopter une position commune se trompent. Nous leur disons non et comme le 22 janvier 2007, toute la jeunesse guinéenne est prête à parler d'une seule voie; comme une seule nation. Nous sommes l'avenir de ce pays et nous volons préserver l'unité nationale. Nous sommes tout simplement des jeunes, militaire comme civil. Nous ne voulons plus que des jeunes guinéens soient envoyés pour tuer des jeunes guinéens, peu importe de la couleur de leur peau, de leur origine, de leur catégorie sociale, de leur appartenance ethnique ou de la fonction qu'ils exercent (en uniforme ou en civil).

Le temps est venu d'aller au-delà des intérêts égoïstes, la colère et la vengeance pour jeter les nouvelles bases d'une véritable Démocratie et d'un Etat de Droit qui fera la fierté de tout le peuple de Guinée.

Nous choisissons l'unité nationale et envoyons un message très fort à tous les leaders guinéens pour leur réclamer paix, justice et prospérité. Nous ne voulons plus des pleurs de nos mères, pères, frères, sœurs, oncles, tantes, grands-pères et grands-mères.  Nous voulons l'enttente et la solidarité entre le peuple de Guinée.

Le temps est venu pour un gouvernement du peuple, pour le peuple et au nom du peuple qui va s'occuper des défis auxquels nous faisons face ; qui va écouter et être avec le peuple même lorsque nos points de vue sont différents.

Et vue la situation sociopolitique actuelle de la Guinée avec le risque potentiel îles nouvelles violences, nous, membres de la Fédération des Associations de la Jeunesse Guinéenne (FAJEG), demandons à tous les leaders politiques une solution négociée et pacifique sur la base des propositions suivantes.

RECOMMANDATIONS

Au forum des forces vives et au CNDD:

1. Travailler avec le facilitateur de la CEDEO pour renouer le dialogue avec tous les acteurs politiques pour négocier une sortie de crise non violente sur la base des points suivants :

(a) Mettre en place un Organe de Transition avec à sa tête une personnalité consensuelle et acceptée de toutes les parties ;

(b) Etablir une feuille de route avec les prérogatives nécessaires pour l'accomplissement de la mission de l'Organe de la Transition;

(b) Nommer les membres de l'Organe de Transition par consensus qui seront choisis par tous les acteurs sociopolitiques, notamment les syndicats, la société civile, les partis oolitiques, l'armée et les mouvements des jeunesses sur la base des critères suivants: la compétence, l'intégrité morale, la neutralité face à tous les acteurs politiques, ayant une envergure internationale et n'avoir jamais été impliqué dans des malversations financières, ...

(c) La mission principale de l'Organe de Transition sera l'organisation des élections libres, transparentes et crédibles dans un bref délai;

(d) Etablir toute la lumière sur les événements du  28 septembre 2009 et traduire tous les auteurs des tueries et commanditaires en justice.

2. Promouvoir un dialogue national afin d'apaiser les tensions au sein de la société guinéenne.

3. Créer un groupe de travail sur la réforme des secteurs clefs dont la sécurité (armée, police, gendarmerie) et la justice avec un accent particulier sur la lutte contre le trafic de la drogue, la corruption, le jugement de tous ceux qui sont arrêtés pour trafic de drogue et de détournement de deniers publics. Ce groupe de travail sera composé de civils et de militaires.

4. Inviter l'Union Africaine (UA) et la CEDEAO à parrainer l'accord qui sera signé.

5. Donner mandat au groupe international de contact sur la Guinée de:

(a) Suivre la mise en œuvre de l'accord ainsi que d'informer le Conseil de Paix et de Sécurité de FUA et le Conseil de Sécurité des Nations Unies de l'évolution de la situation en Guinée: et

(b) Coordonner l'appui international à un éventuel groupe de travail guinéen sur la réforme du secteur de la sécurité et de la Justice.

A l'Union Européenne et aux bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux, notamment la France, le Royaume-Unis, l'Allemagne, les États-Unis, le Japon, la Banque Africaine de Développement, la Banque Mondiale, le Fonds Monétaire International, le Programme des Nations Unies pour le Développement :

6. De continuer leur soutien financier et technique dans les domaines de la gouvernance économique et de la réforme des institutions du gouvernement qui sera issu des accords des différentes parties.

7. En fin, ériger un monument en la mémoire des victimes des événements du mois de janvier et février 2007 ainsi que ceux du 28 septembre 2009’’.
 

Amadou 1 Diallo

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.