chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Réaction à l’article de l’Alliance des faux patriotes de Guinée

Date de publication:2009-11-04 21:15:47

2009-11-04 22:13:59

Décidemment la montée fulgurante de Cellou Dalein Diallo continue de hanter une minorité de guinéens qui se prennent pour ce qu’ils sont loin d’être. Ces malintentionnés se cachent souvent derrière des termes comme le peuple, patriotes et que sais-je encore.

Il faut reconnaître quand même qu’ils ont un certain mérite si mérite il y’a c’est celui de continuer tout en changeant continuellement de stratégie, à s’attaquer à celui qui est aujourd’hui devenu malgré eux et leurs commanditaires incontournable dans la sphère politique guinéen. Leur dernière stratégie s’appelle Alliance des patriotes guinéens. Ces derniers s’abrogent carrément le droit de qualifier ou de disqualifier qui ils veulent aux prochaines consultations électorales.

A une première lecture on est tenté d’ignorer les auteurs et leur torchon en les répondant par un silence comme on le dit chez moi à Forécariah « doundoui fan yaabi naara » entendez le silence est aussi une forme de réponse. Mais faut-il laisser cet échafaudage de sottises et d'énormités proférées dans ce document sans y apporté quelques précisions et démenti lorsqu’on en sait un peu, je dis non. C’est dans ce cadre que je voudrais tout simplement sans m’y prendre pour un expert apporté des contre-arguments à quelques inexactitudes flagrantes à la hauteur de ma toute petite connaissance des faits.

Voici en condensé ce que tous les observateurs objectifs s'accordent à reconnaître comme le bilan de l’homme de Dalein :

L'histoire retiendra, par exemple, qu'en tant que ministre des TP, il a réussi l'exploit d'éliminer en cinq ans, tous les bacs sur le réseau routier interurbain en construisant en lieu et place, des ponts modernes qui resteront longtemps, sinon à jamais, les plus grands ouvrages de franchissement du pays. Ce sont : le pont sur le Diani en Guinée Forestière, inauguré en 1999, le pont sur le Niger à Yirikiri, ouvert au trafic en 2000 ; le pont sur le Niger à Djélibakoro, le pont sur le Tinkisso à Siguiri et le pont sur la Fatala à Boffa, inaugurés tous les trois, en 2004. 

Durant cette même période, il assurera avec une compétence reconnue la maîtrise d'ouvrage d'une quinzaine de projets de construction ou de réhabilitation de routes, grâce à des financements obtenus auprès des bailleurs de fonds internationaux. On peut citer, au titre des projets entièrement exécutés ou en cours d'exécution : la route Sérédou - Nzérékoré - Lola ; la route Kouroussa - Kankan ; la route internationale Kankan – Siguiri - Kourémalé ; la réhabilitation du tronçon Km 36 - Boffa ; le renforcement de la route et la mise au gabarit des ponts entre Coyah et Farmoreah ; la construction des routes à 2X2 voies Tombo – Gbessia (travaux bloqués aujourd’hui à cause de l’irresponsabilité des criminels du camp Alpha Yaya), Enco5 - Sonfonia et Matoto - Dabompa.

Parlant du cas particulier des ponts sur le Niger et celui sur le Tinkisso qui ont été financé par la BAD, El hadj Cellou Dalein Diallo a utilisé environ 50% des ressources disponibles grâce à la rigueur avec la quelle il a géré ces projets. De même sur le projet de la route Kankan – Siguiri – Kourémalé, le ministre Cellou restituera 18 millions de dollars au trésor publique ; fait inhabituel en Afrique et tout particulièrement en Guinée. Tout ceci lui a entre autre valu le satisfécit de l’Union Européenne pour avoir été l’un des ministres les plus performants des régions où elle finançait des projets. Les archives sont là pour le témoigner.                                                        

S’attarder à répondre à toutes ces affabulations serait faire trop d’honneur aux auteurs, je me contenterai de commenter quelques points.
  • Air Guinée vendu par Cellou Dalein Diallo : Il faudrait une fois pour toute que l’on sache qu’en matière de fonctionnement de l’Etat en général et du processus de privatisation en particulier, il y’a la tutelle technique et celle administrative et financière. Pour le cas précis d’Air Guinée, C’était un portefeuille de l’Etat donc sous la responsabilité de la direction nationale du portefeuille elle-même rattachée au Ministère des Finances. En conclusion, c’est le Ministère des finances qui vend s’il ya à vendre. Le ministère de tutelle technique celui des transports pour ce cas-ci apporte le support technique bien évidemment.
  • L’arrestation des Doyens feu Bah Mamadou et Alpha Condé : Toutes ces deux grandes personnalités du pays savent qui les ont arrêté, ils connaissent les complices et le pourquoi de leurs injustes arrestations. Ils sont conscients et le peuple avec eux que Cellou Dalein Diallo n’étant ni Président de la république, ni ministre de la sécurité, de la défense ou de la justice au moment des faits, n’était ni de près ni de loin impliqué à ces arrestations. Pour preuve, Feu Bah Mamadou lui a confié ce qu’il avait de plus cher à léguer, son parti UFDG et le Prof. Alpha Condé après avoir été longtemps induit en erreur par des préjugés à fini par comprendre et accepté de travailler avec son désormais partenaire sûr au sein du Forum des Forces Vives de Guinée.
  • Du tripatouillage de la constitution en faveur de Lansana Conté : Cellou n’a jamais été député à plus forte raison Président de l’assemblée nationale, il n’a jamais non plus appartenu à aucune instance dirigeante du PUP parti de Lansana Conté. En vertu de quoi pouvait-il alors influencer une quelconque décision de ce genre. Que de la mauvaise foi !
  • Cellou Dalein Diallo n’a jamais démissionné : A chaque fois qu’on lui a posé cette question il a dit et répété qu’il a fait le choix de ne pas démissionner et de se battre. Il a cru jusqu’au bout et en vain qu’il allait avoir son gouvernement et faire ses réformes qu’il pensait être bien pour la Guinée. Qu’à cela ne tienne, il a à mainte reprise demandé au Président Lansana Conté de lui décharger de ses fonctions de premier ministre ce que ce dernier aurait refusé et cela devant témoins, Idrissa Thiam et Chantal Cole entre autres. Il avait selon lui choisit cette méthode parce qu’il ne voulait pas d’une démission brutale face au vieil homme malade qui lui a mainte fois renouvelé sa confiance. Faudrait-il rappeler ici que Cellou Dalein n’a jamais été chef du gouvernement mais coordinateur, qu’il n’avait nommé aucun ministre et que les 2/3 du gouvernement qu’il coordonnait étaient opposé à lui par jalousie et positionnement dans une guerre interne d’éventuelle succession qui faisait déjà rage.
  • De la libération des ondes : C’est Cellou Dalein qui a négocié et inscris le sujet à l’ordre du jour au conseil ministériel avant qu’il n’obtienne le décret libéralisant les ondes et à son temps. Ce n’est plus possible de falsifier l’histoire. L’homme de Dalein a réussi en son temps d’éliminer non sans rencontrer des obstacles tous les barrages en Guinée.
  • De sa gestion des crises socio-économiques : Selon un syndicaliste interrogé à ce sujet, Cellou Dalein Diallo a de loin été le meilleur partenaire en temps de crises. A son arrivée à la primature par exemple, à côté du dialogue pouvoir – opposition qu’il réinstaura, il rencontrera les syndicats à plusieurs reprises. Sa gestion des journées mortes de février - Mars 2006 (zéro casse, pas de blessé ou de mort) atteste de son sens de négociateur et de responsabilité. Il faut rappeler que dans le gouvernement il y’avait les partisans de la manière forte allant jusqu’à menacer tout gréviste de licenciement. C’est alors qu’il confia la négociation à d’autres ministres qu’Ibrahima Keira de la fonction publique, c’est entre autres Aliou Condé, Gualéma Guilavogui et Ibrahima Soumah respectivement ministres des transports, de l’éducation et l’enseignement technique. Nous savons comment toutes les crises qui ont suivi après son départ ont été gérées, notamment juin 2006 et plus précisément janvier – février 2007.
  • Mamadou Sylla : Cellou Dalein a été le premier à faire un diagnostique faisant ressortir le bon de 22 millions de dollars qui a fait couler beaucoup d’encre, c’est lui encore qui a supprimé le monopole accordé à la Sogepam et de la SGS entre autres. Point d’amitié ou d’une quelconque complicité avec Mr Sylla. La suite on le sait, les défenseurs de Sylla contre Cellou sont devenu tout d’un coup ses propres ennemis allant jusqu’à l’emprisonner pour le soulagement de tout le peuple de Guinée.
  • Sur le plan politique : Cellou Dalein Diallo a depuis son investiture le 15 novembre 2007 fais de son parti l’UFDG la principale force politique du pays avec des Comités de base dans 440 secteurs sur les 520 que compte la Ville de Conakry et dans la majorité des districts ruraux du pays ; des Sections dans la majorités des quartiers de Conakry et des Sous préfectures du pays ; des Fédérations dans les cinq Communes de Conakry, dans les 33 préfectures y compris Koulé (village originaire du boucher de Conakry) où l’UFDG est présente dans 7 des 9 districts et dans une vingtaine des pays en Afrique, en Europe et en Amérique.
     Contrairement à ce que les détracteurs soutiennent, l’UFDG est vite devenu un parti national où tous les guinéens de toutes les régions et de tous les milieux socio-économiques se retrouvent. L’engouement crée par la tournée (injustement interrompue par les forces rétrogrades de Conakry) de Cellou Dalein à l’intérieur du pays en début juillet 2009 l’a éloquemment démontré. Les guinéens de toutes ces régions désenclavées par les infrastructures qu’il a mis en place lui sont infiniment reconnaissants. Loin des théories, ils ont vécu les bacs et l’enclavement et vivent aujourd’hui les ponts et routes d’affranchissement, ils en font la différence. Pour Cellou Dalein Diallo, le seul critère de choix de projet qui existe est celui de son utilité à l’économie nationale, ce qui lui vaut d’ailleurs l’incompréhension de certains ressortissants de sa région d’origine. Mais à ceux-là il répond qu’il n’a jamais été ministre d’une région mais plutôt celui de la république.
Conclusion :
 
La bave du crapaud n'atteindra jamais celui qui a choisit de faire de la politique du vivant même de Lansana Conté. Cellou Dalein Diallo continuerai à travailler sereinement, avec profonde conviction et collectivement avec les Forces Vives de Guinée pour le bonheur de la Guinée et de son peuple martyrisé. N'en déplaise aux râleurs et aux individus de mauvaises foi qui sont peut - être téléguidés par je ne sais qui?!, mais je suis sûr que tôt où tard ça se saura... A eux le déshonneur de leurs comportements infâmes et de leurs calomnies.
 
Cadre compétant et intègre aux innombrables qualités humaines, grand commis de l'Etat qui a toujours su allier rigueur, humilité et sens de l'équité dans l'exercice des nombreuses et importantes responsabilités qui lui ont été confiées. Citoyen civil guinéen n’ayant tué et violé personne, de plus en plus de guinéen se reconnaissant à lui est qualifié comme tout autre guinéen non militaire au pouvoir à se soumettre aux choix du vrai peuple de Guinée seul habilité à décider de qui est qualifié ou disqualifié pour devenir son Président. 

Bah Alpha Boubacar

Louvain, Belgique.
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Commentaires


2009-11-04 22:13:59

Décidemment la montée fulgurante de Cellou Dalein Diallo continue de hanter une minorité de guinéens qui se prennent pour ce qu’ils sont loin d’être. Ces malintentionnés se cachent souvent derrière des termes comme le peuple, patriotes et que sais-je encore.

Il faut reconnaître quand même qu’ils ont un certain mérite si mérite il y’a c’est celui de continuer tout en changeant continuellement de stratégie, à s’attaquer à celui qui est aujourd’hui devenu malgré eux et leurs commanditaires incontournable dans la sphère politique guinéen. Leur dernière stratégie s’appelle Alliance des patriotes guinéens. Ces derniers s’abrogent carrément le droit de qualifier ou de disqualifier qui ils veulent aux prochaines consultations électorales.

A une première lecture on est tenté d’ignorer les auteurs et leur torchon en les répondant par un silence comme on le dit chez moi à Forécariah « doundoui fan yaabi naara » entendez le silence est aussi une forme de réponse. Mais faut-il laisser cet échafaudage de sottises et d'énormités proférées dans ce document sans y apporté quelques précisions et démenti lorsqu’on en sait un peu, je dis non. C’est dans ce cadre que je voudrais tout simplement sans m’y prendre pour un expert apporté des contre-arguments à quelques inexactitudes flagrantes à la hauteur de ma toute petite connaissance des faits.

Voici en condensé ce que tous les observateurs objectifs s'accordent à reconnaître comme le bilan de l’homme de Dalein :

L'histoire retiendra, par exemple, qu'en tant que ministre des TP, il a réussi l'exploit d'éliminer en cinq ans, tous les bacs sur le réseau routier interurbain en construisant en lieu et place, des ponts modernes qui resteront longtemps, sinon à jamais, les plus grands ouvrages de franchissement du pays. Ce sont : le pont sur le Diani en Guinée Forestière, inauguré en 1999, le pont sur le Niger à Yirikiri, ouvert au trafic en 2000 ; le pont sur le Niger à Djélibakoro, le pont sur le Tinkisso à Siguiri et le pont sur la Fatala à Boffa, inaugurés tous les trois, en 2004. 

Durant cette même période, il assurera avec une compétence reconnue la maîtrise d'ouvrage d'une quinzaine de projets de construction ou de réhabilitation de routes, grâce à des financements obtenus auprès des bailleurs de fonds internationaux. On peut citer, au titre des projets entièrement exécutés ou en cours d'exécution : la route Sérédou - Nzérékoré - Lola ; la route Kouroussa - Kankan ; la route internationale Kankan – Siguiri - Kourémalé ; la réhabilitation du tronçon Km 36 - Boffa ; le renforcement de la route et la mise au gabarit des ponts entre Coyah et Farmoreah ; la construction des routes à 2X2 voies Tombo – Gbessia (travaux bloqués aujourd’hui à cause de l’irresponsabilité des criminels du camp Alpha Yaya), Enco5 - Sonfonia et Matoto - Dabompa.

Parlant du cas particulier des ponts sur le Niger et celui sur le Tinkisso qui ont été financé par la BAD, El hadj Cellou Dalein Diallo a utilisé environ 50% des ressources disponibles grâce à la rigueur avec la quelle il a géré ces projets. De même sur le projet de la route Kankan – Siguiri – Kourémalé, le ministre Cellou restituera 18 millions de dollars au trésor publique ; fait inhabituel en Afrique et tout particulièrement en Guinée. Tout ceci lui a entre autre valu le satisfécit de l’Union Européenne pour avoir été l’un des ministres les plus performants des régions où elle finançait des projets. Les archives sont là pour le témoigner.                                                        

S’attarder à répondre à toutes ces affabulations serait faire trop d’honneur aux auteurs, je me contenterai de commenter quelques points.
  • Air Guinée vendu par Cellou Dalein Diallo : Il faudrait une fois pour toute que l’on sache qu’en matière de fonctionnement de l’Etat en général et du processus de privatisation en particulier, il y’a la tutelle technique et celle administrative et financière. Pour le cas précis d’Air Guinée, C’était un portefeuille de l’Etat donc sous la responsabilité de la direction nationale du portefeuille elle-même rattachée au Ministère des Finances. En conclusion, c’est le Ministère des finances qui vend s’il ya à vendre. Le ministère de tutelle technique celui des transports pour ce cas-ci apporte le support technique bien évidemment.
  • L’arrestation des Doyens feu Bah Mamadou et Alpha Condé : Toutes ces deux grandes personnalités du pays savent qui les ont arrêté, ils connaissent les complices et le pourquoi de leurs injustes arrestations. Ils sont conscients et le peuple avec eux que Cellou Dalein Diallo n’étant ni Président de la république, ni ministre de la sécurité, de la défense ou de la justice au moment des faits, n’était ni de près ni de loin impliqué à ces arrestations. Pour preuve, Feu Bah Mamadou lui a confié ce qu’il avait de plus cher à léguer, son parti UFDG et le Prof. Alpha Condé après avoir été longtemps induit en erreur par des préjugés à fini par comprendre et accepté de travailler avec son désormais partenaire sûr au sein du Forum des Forces Vives de Guinée.
  • Du tripatouillage de la constitution en faveur de Lansana Conté : Cellou n’a jamais été député à plus forte raison Président de l’assemblée nationale, il n’a jamais non plus appartenu à aucune instance dirigeante du PUP parti de Lansana Conté. En vertu de quoi pouvait-il alors influencer une quelconque décision de ce genre. Que de la mauvaise foi !
  • Cellou Dalein Diallo n’a jamais démissionné : A chaque fois qu’on lui a posé cette question il a dit et répété qu’il a fait le choix de ne pas démissionner et de se battre. Il a cru jusqu’au bout et en vain qu’il allait avoir son gouvernement et faire ses réformes qu’il pensait être bien pour la Guinée. Qu’à cela ne tienne, il a à mainte reprise demandé au Président Lansana Conté de lui décharger de ses fonctions de premier ministre ce que ce dernier aurait refusé et cela devant témoins, Idrissa Thiam et Chantal Cole entre autres. Il avait selon lui choisit cette méthode parce qu’il ne voulait pas d’une démission brutale face au vieil homme malade qui lui a mainte fois renouvelé sa confiance. Faudrait-il rappeler ici que Cellou Dalein n’a jamais été chef du gouvernement mais coordinateur, qu’il n’avait nommé aucun ministre et que les 2/3 du gouvernement qu’il coordonnait étaient opposé à lui par jalousie et positionnement dans une guerre interne d’éventuelle succession qui faisait déjà rage.
  • De la libération des ondes : C’est Cellou Dalein qui a négocié et inscris le sujet à l’ordre du jour au conseil ministériel avant qu’il n’obtienne le décret libéralisant les ondes et à son temps. Ce n’est plus possible de falsifier l’histoire. L’homme de Dalein a réussi en son temps d’éliminer non sans rencontrer des obstacles tous les barrages en Guinée.
  • De sa gestion des crises socio-économiques : Selon un syndicaliste interrogé à ce sujet, Cellou Dalein Diallo a de loin été le meilleur partenaire en temps de crises. A son arrivée à la primature par exemple, à côté du dialogue pouvoir – opposition qu’il réinstaura, il rencontrera les syndicats à plusieurs reprises. Sa gestion des journées mortes de février - Mars 2006 (zéro casse, pas de blessé ou de mort) atteste de son sens de négociateur et de responsabilité. Il faut rappeler que dans le gouvernement il y’avait les partisans de la manière forte allant jusqu’à menacer tout gréviste de licenciement. C’est alors qu’il confia la négociation à d’autres ministres qu’Ibrahima Keira de la fonction publique, c’est entre autres Aliou Condé, Gualéma Guilavogui et Ibrahima Soumah respectivement ministres des transports, de l’éducation et l’enseignement technique. Nous savons comment toutes les crises qui ont suivi après son départ ont été gérées, notamment juin 2006 et plus précisément janvier – février 2007.
  • Mamadou Sylla : Cellou Dalein a été le premier à faire un diagnostique faisant ressortir le bon de 22 millions de dollars qui a fait couler beaucoup d’encre, c’est lui encore qui a supprimé le monopole accordé à la Sogepam et de la SGS entre autres. Point d’amitié ou d’une quelconque complicité avec Mr Sylla. La suite on le sait, les défenseurs de Sylla contre Cellou sont devenu tout d’un coup ses propres ennemis allant jusqu’à l’emprisonner pour le soulagement de tout le peuple de Guinée.
  • Sur le plan politique : Cellou Dalein Diallo a depuis son investiture le 15 novembre 2007 fais de son parti l’UFDG la principale force politique du pays avec des Comités de base dans 440 secteurs sur les 520 que compte la Ville de Conakry et dans la majorité des districts ruraux du pays ; des Sections dans la majorités des quartiers de Conakry et des Sous préfectures du pays ; des Fédérations dans les cinq Communes de Conakry, dans les 33 préfectures y compris Koulé (village originaire du boucher de Conakry) où l’UFDG est présente dans 7 des 9 districts et dans une vingtaine des pays en Afrique, en Europe et en Amérique.
     Contrairement à ce que les détracteurs soutiennent, l’UFDG est vite devenu un parti national où tous les guinéens de toutes les régions et de tous les milieux socio-économiques se retrouvent. L’engouement crée par la tournée (injustement interrompue par les forces rétrogrades de Conakry) de Cellou Dalein à l’intérieur du pays en début juillet 2009 l’a éloquemment démontré. Les guinéens de toutes ces régions désenclavées par les infrastructures qu’il a mis en place lui sont infiniment reconnaissants. Loin des théories, ils ont vécu les bacs et l’enclavement et vivent aujourd’hui les ponts et routes d’affranchissement, ils en font la différence. Pour Cellou Dalein Diallo, le seul critère de choix de projet qui existe est celui de son utilité à l’économie nationale, ce qui lui vaut d’ailleurs l’incompréhension de certains ressortissants de sa région d’origine. Mais à ceux-là il répond qu’il n’a jamais été ministre d’une région mais plutôt celui de la république.
Conclusion :
 
La bave du crapaud n'atteindra jamais celui qui a choisit de faire de la politique du vivant même de Lansana Conté. Cellou Dalein Diallo continuerai à travailler sereinement, avec profonde conviction et collectivement avec les Forces Vives de Guinée pour le bonheur de la Guinée et de son peuple martyrisé. N'en déplaise aux râleurs et aux individus de mauvaises foi qui sont peut - être téléguidés par je ne sais qui?!, mais je suis sûr que tôt où tard ça se saura... A eux le déshonneur de leurs comportements infâmes et de leurs calomnies.
 
Cadre compétant et intègre aux innombrables qualités humaines, grand commis de l'Etat qui a toujours su allier rigueur, humilité et sens de l'équité dans l'exercice des nombreuses et importantes responsabilités qui lui ont été confiées. Citoyen civil guinéen n’ayant tué et violé personne, de plus en plus de guinéen se reconnaissant à lui est qualifié comme tout autre guinéen non militaire au pouvoir à se soumettre aux choix du vrai peuple de Guinée seul habilité à décider de qui est qualifié ou disqualifié pour devenir son Président. 

Bah Alpha Boubacar

Louvain, Belgique.
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
2009-11-04 21:15:47 Tag

2009-11-04 22:13:59

Décidemment la montée fulgurante de Cellou Dalein Diallo continue de hanter une minorité de guinéens qui se prennent pour ce qu’ils sont loin d’être. Ces malintentionnés se cachent souvent derrière des termes comme le peuple, patriotes et que sais-je encore.

Il faut reconnaître quand même qu’ils ont un certain mérite si mérite il y’a c’est celui de continuer tout en changeant continuellement de stratégie, à s’attaquer à celui qui est aujourd’hui devenu malgré eux et leurs commanditaires incontournable dans la sphère politique guinéen. Leur dernière stratégie s’appelle Alliance des patriotes guinéens. Ces derniers s’abrogent carrément le droit de qualifier ou de disqualifier qui ils veulent aux prochaines consultations électorales.

A une première lecture on est tenté d’ignorer les auteurs et leur torchon en les répondant par un silence comme on le dit chez moi à Forécariah « doundoui fan yaabi naara » entendez le silence est aussi une forme de réponse. Mais faut-il laisser cet échafaudage de sottises et d'énormités proférées dans ce document sans y apporté quelques précisions et démenti lorsqu’on en sait un peu, je dis non. C’est dans ce cadre que je voudrais tout simplement sans m’y prendre pour un expert apporté des contre-arguments à quelques inexactitudes flagrantes à la hauteur de ma toute petite connaissance des faits.

Voici en condensé ce que tous les observateurs objectifs s'accordent à reconnaître comme le bilan de l’homme de Dalein :

L'histoire retiendra, par exemple, qu'en tant que ministre des TP, il a réussi l'exploit d'éliminer en cinq ans, tous les bacs sur le réseau routier interurbain en construisant en lieu et place, des ponts modernes qui resteront longtemps, sinon à jamais, les plus grands ouvrages de franchissement du pays. Ce sont : le pont sur le Diani en Guinée Forestière, inauguré en 1999, le pont sur le Niger à Yirikiri, ouvert au trafic en 2000 ; le pont sur le Niger à Djélibakoro, le pont sur le Tinkisso à Siguiri et le pont sur la Fatala à Boffa, inaugurés tous les trois, en 2004. 

Durant cette même période, il assurera avec une compétence reconnue la maîtrise d'ouvrage d'une quinzaine de projets de construction ou de réhabilitation de routes, grâce à des financements obtenus auprès des bailleurs de fonds internationaux. On peut citer, au titre des projets entièrement exécutés ou en cours d'exécution : la route Sérédou - Nzérékoré - Lola ; la route Kouroussa - Kankan ; la route internationale Kankan – Siguiri - Kourémalé ; la réhabilitation du tronçon Km 36 - Boffa ; le renforcement de la route et la mise au gabarit des ponts entre Coyah et Farmoreah ; la construction des routes à 2X2 voies Tombo – Gbessia (travaux bloqués aujourd’hui à cause de l’irresponsabilité des criminels du camp Alpha Yaya), Enco5 - Sonfonia et Matoto - Dabompa.

Parlant du cas particulier des ponts sur le Niger et celui sur le Tinkisso qui ont été financé par la BAD, El hadj Cellou Dalein Diallo a utilisé environ 50% des ressources disponibles grâce à la rigueur avec la quelle il a géré ces projets. De même sur le projet de la route Kankan – Siguiri – Kourémalé, le ministre Cellou restituera 18 millions de dollars au trésor publique ; fait inhabituel en Afrique et tout particulièrement en Guinée. Tout ceci lui a entre autre valu le satisfécit de l’Union Européenne pour avoir été l’un des ministres les plus performants des régions où elle finançait des projets. Les archives sont là pour le témoigner.                                                        

S’attarder à répondre à toutes ces affabulations serait faire trop d’honneur aux auteurs, je me contenterai de commenter quelques points.
  • Air Guinée vendu par Cellou Dalein Diallo : Il faudrait une fois pour toute que l’on sache qu’en matière de fonctionnement de l’Etat en général et du processus de privatisation en particulier, il y’a la tutelle technique et celle administrative et financière. Pour le cas précis d’Air Guinée, C’était un portefeuille de l’Etat donc sous la responsabilité de la direction nationale du portefeuille elle-même rattachée au Ministère des Finances. En conclusion, c’est le Ministère des finances qui vend s’il ya à vendre. Le ministère de tutelle technique celui des transports pour ce cas-ci apporte le support technique bien évidemment.
  • L’arrestation des Doyens feu Bah Mamadou et Alpha Condé : Toutes ces deux grandes personnalités du pays savent qui les ont arrêté, ils connaissent les complices et le pourquoi de leurs injustes arrestations. Ils sont conscients et le peuple avec eux que Cellou Dalein Diallo n’étant ni Président de la république, ni ministre de la sécurité, de la défense ou de la justice au moment des faits, n’était ni de près ni de loin impliqué à ces arrestations. Pour preuve, Feu Bah Mamadou lui a confié ce qu’il avait de plus cher à léguer, son parti UFDG et le Prof. Alpha Condé après avoir été longtemps induit en erreur par des préjugés à fini par comprendre et accepté de travailler avec son désormais partenaire sûr au sein du Forum des Forces Vives de Guinée.
  • Du tripatouillage de la constitution en faveur de Lansana Conté : Cellou n’a jamais été député à plus forte raison Président de l’assemblée nationale, il n’a jamais non plus appartenu à aucune instance dirigeante du PUP parti de Lansana Conté. En vertu de quoi pouvait-il alors influencer une quelconque décision de ce genre. Que de la mauvaise foi !
  • Cellou Dalein Diallo n’a jamais démissionné : A chaque fois qu’on lui a posé cette question il a dit et répété qu’il a fait le choix de ne pas démissionner et de se battre. Il a cru jusqu’au bout et en vain qu’il allait avoir son gouvernement et faire ses réformes qu’il pensait être bien pour la Guinée. Qu’à cela ne tienne, il a à mainte reprise demandé au Président Lansana Conté de lui décharger de ses fonctions de premier ministre ce que ce dernier aurait refusé et cela devant témoins, Idrissa Thiam et Chantal Cole entre autres. Il avait selon lui choisit cette méthode parce qu’il ne voulait pas d’une démission brutale face au vieil homme malade qui lui a mainte fois renouvelé sa confiance. Faudrait-il rappeler ici que Cellou Dalein n’a jamais été chef du gouvernement mais coordinateur, qu’il n’avait nommé aucun ministre et que les 2/3 du gouvernement qu’il coordonnait étaient opposé à lui par jalousie et positionnement dans une guerre interne d’éventuelle succession qui faisait déjà rage.
  • De la libération des ondes : C’est Cellou Dalein qui a négocié et inscris le sujet à l’ordre du jour au conseil ministériel avant qu’il n’obtienne le décret libéralisant les ondes et à son temps. Ce n’est plus possible de falsifier l’histoire. L’homme de Dalein a réussi en son temps d’éliminer non sans rencontrer des obstacles tous les barrages en Guinée.
  • De sa gestion des crises socio-économiques : Selon un syndicaliste interrogé à ce sujet, Cellou Dalein Diallo a de loin été le meilleur partenaire en temps de crises. A son arrivée à la primature par exemple, à côté du dialogue pouvoir – opposition qu’il réinstaura, il rencontrera les syndicats à plusieurs reprises. Sa gestion des journées mortes de février - Mars 2006 (zéro casse, pas de blessé ou de mort) atteste de son sens de négociateur et de responsabilité. Il faut rappeler que dans le gouvernement il y’avait les partisans de la manière forte allant jusqu’à menacer tout gréviste de licenciement. C’est alors qu’il confia la négociation à d’autres ministres qu’Ibrahima Keira de la fonction publique, c’est entre autres Aliou Condé, Gualéma Guilavogui et Ibrahima Soumah respectivement ministres des transports, de l’éducation et l’enseignement technique. Nous savons comment toutes les crises qui ont suivi après son départ ont été gérées, notamment juin 2006 et plus précisément janvier – février 2007.
  • Mamadou Sylla : Cellou Dalein a été le premier à faire un diagnostique faisant ressortir le bon de 22 millions de dollars qui a fait couler beaucoup d’encre, c’est lui encore qui a supprimé le monopole accordé à la Sogepam et de la SGS entre autres. Point d’amitié ou d’une quelconque complicité avec Mr Sylla. La suite on le sait, les défenseurs de Sylla contre Cellou sont devenu tout d’un coup ses propres ennemis allant jusqu’à l’emprisonner pour le soulagement de tout le peuple de Guinée.
  • Sur le plan politique : Cellou Dalein Diallo a depuis son investiture le 15 novembre 2007 fais de son parti l’UFDG la principale force politique du pays avec des Comités de base dans 440 secteurs sur les 520 que compte la Ville de Conakry et dans la majorité des districts ruraux du pays ; des Sections dans la majorités des quartiers de Conakry et des Sous préfectures du pays ; des Fédérations dans les cinq Communes de Conakry, dans les 33 préfectures y compris Koulé (village originaire du boucher de Conakry) où l’UFDG est présente dans 7 des 9 districts et dans une vingtaine des pays en Afrique, en Europe et en Amérique.
     Contrairement à ce que les détracteurs soutiennent, l’UFDG est vite devenu un parti national où tous les guinéens de toutes les régions et de tous les milieux socio-économiques se retrouvent. L’engouement crée par la tournée (injustement interrompue par les forces rétrogrades de Conakry) de Cellou Dalein à l’intérieur du pays en début juillet 2009 l’a éloquemment démontré. Les guinéens de toutes ces régions désenclavées par les infrastructures qu’il a mis en place lui sont infiniment reconnaissants. Loin des théories, ils ont vécu les bacs et l’enclavement et vivent aujourd’hui les ponts et routes d’affranchissement, ils en font la différence. Pour Cellou Dalein Diallo, le seul critère de choix de projet qui existe est celui de son utilité à l’économie nationale, ce qui lui vaut d’ailleurs l’incompréhension de certains ressortissants de sa région d’origine. Mais à ceux-là il répond qu’il n’a jamais été ministre d’une région mais plutôt celui de la république.
Conclusion :
 
La bave du crapaud n'atteindra jamais celui qui a choisit de faire de la politique du vivant même de Lansana Conté. Cellou Dalein Diallo continuerai à travailler sereinement, avec profonde conviction et collectivement avec les Forces Vives de Guinée pour le bonheur de la Guinée et de son peuple martyrisé. N'en déplaise aux râleurs et aux individus de mauvaises foi qui sont peut - être téléguidés par je ne sais qui?!, mais je suis sûr que tôt où tard ça se saura... A eux le déshonneur de leurs comportements infâmes et de leurs calomnies.
 
Cadre compétant et intègre aux innombrables qualités humaines, grand commis de l'Etat qui a toujours su allier rigueur, humilité et sens de l'équité dans l'exercice des nombreuses et importantes responsabilités qui lui ont été confiées. Citoyen civil guinéen n’ayant tué et violé personne, de plus en plus de guinéen se reconnaissant à lui est qualifié comme tout autre guinéen non militaire au pouvoir à se soumettre aux choix du vrai peuple de Guinée seul habilité à décider de qui est qualifié ou disqualifié pour devenir son Président. 

Bah Alpha Boubacar

Louvain, Belgique.
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
2009-11-04 21:15:47 T.SOW

2009-11-04 22:13:59

Décidemment la montée fulgurante de Cellou Dalein Diallo continue de hanter une minorité de guinéens qui se prennent pour ce qu’ils sont loin d’être. Ces malintentionnés se cachent souvent derrière des termes comme le peuple, patriotes et que sais-je encore.

Il faut reconnaître quand même qu’ils ont un certain mérite si mérite il y’a c’est celui de continuer tout en changeant continuellement de stratégie, à s’attaquer à celui qui est aujourd’hui devenu malgré eux et leurs commanditaires incontournable dans la sphère politique guinéen. Leur dernière stratégie s’appelle Alliance des patriotes guinéens. Ces derniers s’abrogent carrément le droit de qualifier ou de disqualifier qui ils veulent aux prochaines consultations électorales.

A une première lecture on est tenté d’ignorer les auteurs et leur torchon en les répondant par un silence comme on le dit chez moi à Forécariah « doundoui fan yaabi naara » entendez le silence est aussi une forme de réponse. Mais faut-il laisser cet échafaudage de sottises et d'énormités proférées dans ce document sans y apporté quelques précisions et démenti lorsqu’on en sait un peu, je dis non. C’est dans ce cadre que je voudrais tout simplement sans m’y prendre pour un expert apporté des contre-arguments à quelques inexactitudes flagrantes à la hauteur de ma toute petite connaissance des faits.

Voici en condensé ce que tous les observateurs objectifs s'accordent à reconnaître comme le bilan de l’homme de Dalein :

L'histoire retiendra, par exemple, qu'en tant que ministre des TP, il a réussi l'exploit d'éliminer en cinq ans, tous les bacs sur le réseau routier interurbain en construisant en lieu et place, des ponts modernes qui resteront longtemps, sinon à jamais, les plus grands ouvrages de franchissement du pays. Ce sont : le pont sur le Diani en Guinée Forestière, inauguré en 1999, le pont sur le Niger à Yirikiri, ouvert au trafic en 2000 ; le pont sur le Niger à Djélibakoro, le pont sur le Tinkisso à Siguiri et le pont sur la Fatala à Boffa, inaugurés tous les trois, en 2004. 

Durant cette même période, il assurera avec une compétence reconnue la maîtrise d'ouvrage d'une quinzaine de projets de construction ou de réhabilitation de routes, grâce à des financements obtenus auprès des bailleurs de fonds internationaux. On peut citer, au titre des projets entièrement exécutés ou en cours d'exécution : la route Sérédou - Nzérékoré - Lola ; la route Kouroussa - Kankan ; la route internationale Kankan – Siguiri - Kourémalé ; la réhabilitation du tronçon Km 36 - Boffa ; le renforcement de la route et la mise au gabarit des ponts entre Coyah et Farmoreah ; la construction des routes à 2X2 voies Tombo – Gbessia (travaux bloqués aujourd’hui à cause de l’irresponsabilité des criminels du camp Alpha Yaya), Enco5 - Sonfonia et Matoto - Dabompa.

Parlant du cas particulier des ponts sur le Niger et celui sur le Tinkisso qui ont été financé par la BAD, El hadj Cellou Dalein Diallo a utilisé environ 50% des ressources disponibles grâce à la rigueur avec la quelle il a géré ces projets. De même sur le projet de la route Kankan – Siguiri – Kourémalé, le ministre Cellou restituera 18 millions de dollars au trésor publique ; fait inhabituel en Afrique et tout particulièrement en Guinée. Tout ceci lui a entre autre valu le satisfécit de l’Union Européenne pour avoir été l’un des ministres les plus performants des régions où elle finançait des projets. Les archives sont là pour le témoigner.                                                        

S’attarder à répondre à toutes ces affabulations serait faire trop d’honneur aux auteurs, je me contenterai de commenter quelques points.
  • Air Guinée vendu par Cellou Dalein Diallo : Il faudrait une fois pour toute que l’on sache qu’en matière de fonctionnement de l’Etat en général et du processus de privatisation en particulier, il y’a la tutelle technique et celle administrative et financière. Pour le cas précis d’Air Guinée, C’était un portefeuille de l’Etat donc sous la responsabilité de la direction nationale du portefeuille elle-même rattachée au Ministère des Finances. En conclusion, c’est le Ministère des finances qui vend s’il ya à vendre. Le ministère de tutelle technique celui des transports pour ce cas-ci apporte le support technique bien évidemment.
  • L’arrestation des Doyens feu Bah Mamadou et Alpha Condé : Toutes ces deux grandes personnalités du pays savent qui les ont arrêté, ils connaissent les complices et le pourquoi de leurs injustes arrestations. Ils sont conscients et le peuple avec eux que Cellou Dalein Diallo n’étant ni Président de la république, ni ministre de la sécurité, de la défense ou de la justice au moment des faits, n’était ni de près ni de loin impliqué à ces arrestations. Pour preuve, Feu Bah Mamadou lui a confié ce qu’il avait de plus cher à léguer, son parti UFDG et le Prof. Alpha Condé après avoir été longtemps induit en erreur par des préjugés à fini par comprendre et accepté de travailler avec son désormais partenaire sûr au sein du Forum des Forces Vives de Guinée.
  • Du tripatouillage de la constitution en faveur de Lansana Conté : Cellou n’a jamais été député à plus forte raison Président de l’assemblée nationale, il n’a jamais non plus appartenu à aucune instance dirigeante du PUP parti de Lansana Conté. En vertu de quoi pouvait-il alors influencer une quelconque décision de ce genre. Que de la mauvaise foi !
  • Cellou Dalein Diallo n’a jamais démissionné : A chaque fois qu’on lui a posé cette question il a dit et répété qu’il a fait le choix de ne pas démissionner et de se battre. Il a cru jusqu’au bout et en vain qu’il allait avoir son gouvernement et faire ses réformes qu’il pensait être bien pour la Guinée. Qu’à cela ne tienne, il a à mainte reprise demandé au Président Lansana Conté de lui décharger de ses fonctions de premier ministre ce que ce dernier aurait refusé et cela devant témoins, Idrissa Thiam et Chantal Cole entre autres. Il avait selon lui choisit cette méthode parce qu’il ne voulait pas d’une démission brutale face au vieil homme malade qui lui a mainte fois renouvelé sa confiance. Faudrait-il rappeler ici que Cellou Dalein n’a jamais été chef du gouvernement mais coordinateur, qu’il n’avait nommé aucun ministre et que les 2/3 du gouvernement qu’il coordonnait étaient opposé à lui par jalousie et positionnement dans une guerre interne d’éventuelle succession qui faisait déjà rage.
  • De la libération des ondes : C’est Cellou Dalein qui a négocié et inscris le sujet à l’ordre du jour au conseil ministériel avant qu’il n’obtienne le décret libéralisant les ondes et à son temps. Ce n’est plus possible de falsifier l’histoire. L’homme de Dalein a réussi en son temps d’éliminer non sans rencontrer des obstacles tous les barrages en Guinée.
  • De sa gestion des crises socio-économiques : Selon un syndicaliste interrogé à ce sujet, Cellou Dalein Diallo a de loin été le meilleur partenaire en temps de crises. A son arrivée à la primature par exemple, à côté du dialogue pouvoir – opposition qu’il réinstaura, il rencontrera les syndicats à plusieurs reprises. Sa gestion des journées mortes de février - Mars 2006 (zéro casse, pas de blessé ou de mort) atteste de son sens de négociateur et de responsabilité. Il faut rappeler que dans le gouvernement il y’avait les partisans de la manière forte allant jusqu’à menacer tout gréviste de licenciement. C’est alors qu’il confia la négociation à d’autres ministres qu’Ibrahima Keira de la fonction publique, c’est entre autres Aliou Condé, Gualéma Guilavogui et Ibrahima Soumah respectivement ministres des transports, de l’éducation et l’enseignement technique. Nous savons comment toutes les crises qui ont suivi après son départ ont été gérées, notamment juin 2006 et plus précisément janvier – février 2007.
  • Mamadou Sylla : Cellou Dalein a été le premier à faire un diagnostique faisant ressortir le bon de 22 millions de dollars qui a fait couler beaucoup d’encre, c’est lui encore qui a supprimé le monopole accordé à la Sogepam et de la SGS entre autres. Point d’amitié ou d’une quelconque complicité avec Mr Sylla. La suite on le sait, les défenseurs de Sylla contre Cellou sont devenu tout d’un coup ses propres ennemis allant jusqu’à l’emprisonner pour le soulagement de tout le peuple de Guinée.
  • Sur le plan politique : Cellou Dalein Diallo a depuis son investiture le 15 novembre 2007 fais de son parti l’UFDG la principale force politique du pays avec des Comités de base dans 440 secteurs sur les 520 que compte la Ville de Conakry et dans la majorité des districts ruraux du pays ; des Sections dans la majorités des quartiers de Conakry et des Sous préfectures du pays ; des Fédérations dans les cinq Communes de Conakry, dans les 33 préfectures y compris Koulé (village originaire du boucher de Conakry) où l’UFDG est présente dans 7 des 9 districts et dans une vingtaine des pays en Afrique, en Europe et en Amérique.
     Contrairement à ce que les détracteurs soutiennent, l’UFDG est vite devenu un parti national où tous les guinéens de toutes les régions et de tous les milieux socio-économiques se retrouvent. L’engouement crée par la tournée (injustement interrompue par les forces rétrogrades de Conakry) de Cellou Dalein à l’intérieur du pays en début juillet 2009 l’a éloquemment démontré. Les guinéens de toutes ces régions désenclavées par les infrastructures qu’il a mis en place lui sont infiniment reconnaissants. Loin des théories, ils ont vécu les bacs et l’enclavement et vivent aujourd’hui les ponts et routes d’affranchissement, ils en font la différence. Pour Cellou Dalein Diallo, le seul critère de choix de projet qui existe est celui de son utilité à l’économie nationale, ce qui lui vaut d’ailleurs l’incompréhension de certains ressortissants de sa région d’origine. Mais à ceux-là il répond qu’il n’a jamais été ministre d’une région mais plutôt celui de la république.
Conclusion :
 
La bave du crapaud n'atteindra jamais celui qui a choisit de faire de la politique du vivant même de Lansana Conté. Cellou Dalein Diallo continuerai à travailler sereinement, avec profonde conviction et collectivement avec les Forces Vives de Guinée pour le bonheur de la Guinée et de son peuple martyrisé. N'en déplaise aux râleurs et aux individus de mauvaises foi qui sont peut - être téléguidés par je ne sais qui?!, mais je suis sûr que tôt où tard ça se saura... A eux le déshonneur de leurs comportements infâmes et de leurs calomnies.
 
Cadre compétant et intègre aux innombrables qualités humaines, grand commis de l'Etat qui a toujours su allier rigueur, humilité et sens de l'équité dans l'exercice des nombreuses et importantes responsabilités qui lui ont été confiées. Citoyen civil guinéen n’ayant tué et violé personne, de plus en plus de guinéen se reconnaissant à lui est qualifié comme tout autre guinéen non militaire au pouvoir à se soumettre aux choix du vrai peuple de Guinée seul habilité à décider de qui est qualifié ou disqualifié pour devenir son Président. 

Bah Alpha Boubacar

Louvain, Belgique.
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
2009-11-04 21:15:47 K. diallo

2009-11-04 22:13:59

Décidemment la montée fulgurante de Cellou Dalein Diallo continue de hanter une minorité de guinéens qui se prennent pour ce qu’ils sont loin d’être. Ces malintentionnés se cachent souvent derrière des termes comme le peuple, patriotes et que sais-je encore.

Il faut reconnaître quand même qu’ils ont un certain mérite si mérite il y’a c’est celui de continuer tout en changeant continuellement de stratégie, à s’attaquer à celui qui est aujourd’hui devenu malgré eux et leurs commanditaires incontournable dans la sphère politique guinéen. Leur dernière stratégie s’appelle Alliance des patriotes guinéens. Ces derniers s’abrogent carrément le droit de qualifier ou de disqualifier qui ils veulent aux prochaines consultations électorales.

A une première lecture on est tenté d’ignorer les auteurs et leur torchon en les répondant par un silence comme on le dit chez moi à Forécariah « doundoui fan yaabi naara » entendez le silence est aussi une forme de réponse. Mais faut-il laisser cet échafaudage de sottises et d'énormités proférées dans ce document sans y apporté quelques précisions et démenti lorsqu’on en sait un peu, je dis non. C’est dans ce cadre que je voudrais tout simplement sans m’y prendre pour un expert apporté des contre-arguments à quelques inexactitudes flagrantes à la hauteur de ma toute petite connaissance des faits.

Voici en condensé ce que tous les observateurs objectifs s'accordent à reconnaître comme le bilan de l’homme de Dalein :

L'histoire retiendra, par exemple, qu'en tant que ministre des TP, il a réussi l'exploit d'éliminer en cinq ans, tous les bacs sur le réseau routier interurbain en construisant en lieu et place, des ponts modernes qui resteront longtemps, sinon à jamais, les plus grands ouvrages de franchissement du pays. Ce sont : le pont sur le Diani en Guinée Forestière, inauguré en 1999, le pont sur le Niger à Yirikiri, ouvert au trafic en 2000 ; le pont sur le Niger à Djélibakoro, le pont sur le Tinkisso à Siguiri et le pont sur la Fatala à Boffa, inaugurés tous les trois, en 2004. 

Durant cette même période, il assurera avec une compétence reconnue la maîtrise d'ouvrage d'une quinzaine de projets de construction ou de réhabilitation de routes, grâce à des financements obtenus auprès des bailleurs de fonds internationaux. On peut citer, au titre des projets entièrement exécutés ou en cours d'exécution : la route Sérédou - Nzérékoré - Lola ; la route Kouroussa - Kankan ; la route internationale Kankan – Siguiri - Kourémalé ; la réhabilitation du tronçon Km 36 - Boffa ; le renforcement de la route et la mise au gabarit des ponts entre Coyah et Farmoreah ; la construction des routes à 2X2 voies Tombo – Gbessia (travaux bloqués aujourd’hui à cause de l’irresponsabilité des criminels du camp Alpha Yaya), Enco5 - Sonfonia et Matoto - Dabompa.

Parlant du cas particulier des ponts sur le Niger et celui sur le Tinkisso qui ont été financé par la BAD, El hadj Cellou Dalein Diallo a utilisé environ 50% des ressources disponibles grâce à la rigueur avec la quelle il a géré ces projets. De même sur le projet de la route Kankan – Siguiri – Kourémalé, le ministre Cellou restituera 18 millions de dollars au trésor publique ; fait inhabituel en Afrique et tout particulièrement en Guinée. Tout ceci lui a entre autre valu le satisfécit de l’Union Européenne pour avoir été l’un des ministres les plus performants des régions où elle finançait des projets. Les archives sont là pour le témoigner.                                                        

S’attarder à répondre à toutes ces affabulations serait faire trop d’honneur aux auteurs, je me contenterai de commenter quelques points.
  • Air Guinée vendu par Cellou Dalein Diallo : Il faudrait une fois pour toute que l’on sache qu’en matière de fonctionnement de l’Etat en général et du processus de privatisation en particulier, il y’a la tutelle technique et celle administrative et financière. Pour le cas précis d’Air Guinée, C’était un portefeuille de l’Etat donc sous la responsabilité de la direction nationale du portefeuille elle-même rattachée au Ministère des Finances. En conclusion, c’est le Ministère des finances qui vend s’il ya à vendre. Le ministère de tutelle technique celui des transports pour ce cas-ci apporte le support technique bien évidemment.
  • L’arrestation des Doyens feu Bah Mamadou et Alpha Condé : Toutes ces deux grandes personnalités du pays savent qui les ont arrêté, ils connaissent les complices et le pourquoi de leurs injustes arrestations. Ils sont conscients et le peuple avec eux que Cellou Dalein Diallo n’étant ni Président de la république, ni ministre de la sécurité, de la défense ou de la justice au moment des faits, n’était ni de près ni de loin impliqué à ces arrestations. Pour preuve, Feu Bah Mamadou lui a confié ce qu’il avait de plus cher à léguer, son parti UFDG et le Prof. Alpha Condé après avoir été longtemps induit en erreur par des préjugés à fini par comprendre et accepté de travailler avec son désormais partenaire sûr au sein du Forum des Forces Vives de Guinée.
  • Du tripatouillage de la constitution en faveur de Lansana Conté : Cellou n’a jamais été député à plus forte raison Président de l’assemblée nationale, il n’a jamais non plus appartenu à aucune instance dirigeante du PUP parti de Lansana Conté. En vertu de quoi pouvait-il alors influencer une quelconque décision de ce genre. Que de la mauvaise foi !
  • Cellou Dalein Diallo n’a jamais démissionné : A chaque fois qu’on lui a posé cette question il a dit et répété qu’il a fait le choix de ne pas démissionner et de se battre. Il a cru jusqu’au bout et en vain qu’il allait avoir son gouvernement et faire ses réformes qu’il pensait être bien pour la Guinée. Qu’à cela ne tienne, il a à mainte reprise demandé au Président Lansana Conté de lui décharger de ses fonctions de premier ministre ce que ce dernier aurait refusé et cela devant témoins, Idrissa Thiam et Chantal Cole entre autres. Il avait selon lui choisit cette méthode parce qu’il ne voulait pas d’une démission brutale face au vieil homme malade qui lui a mainte fois renouvelé sa confiance. Faudrait-il rappeler ici que Cellou Dalein n’a jamais été chef du gouvernement mais coordinateur, qu’il n’avait nommé aucun ministre et que les 2/3 du gouvernement qu’il coordonnait étaient opposé à lui par jalousie et positionnement dans une guerre interne d’éventuelle succession qui faisait déjà rage.
  • De la libération des ondes : C’est Cellou Dalein qui a négocié et inscris le sujet à l’ordre du jour au conseil ministériel avant qu’il n’obtienne le décret libéralisant les ondes et à son temps. Ce n’est plus possible de falsifier l’histoire. L’homme de Dalein a réussi en son temps d’éliminer non sans rencontrer des obstacles tous les barrages en Guinée.
  • De sa gestion des crises socio-économiques : Selon un syndicaliste interrogé à ce sujet, Cellou Dalein Diallo a de loin été le meilleur partenaire en temps de crises. A son arrivée à la primature par exemple, à côté du dialogue pouvoir – opposition qu’il réinstaura, il rencontrera les syndicats à plusieurs reprises. Sa gestion des journées mortes de février - Mars 2006 (zéro casse, pas de blessé ou de mort) atteste de son sens de négociateur et de responsabilité. Il faut rappeler que dans le gouvernement il y’avait les partisans de la manière forte allant jusqu’à menacer tout gréviste de licenciement. C’est alors qu’il confia la négociation à d’autres ministres qu’Ibrahima Keira de la fonction publique, c’est entre autres Aliou Condé, Gualéma Guilavogui et Ibrahima Soumah respectivement ministres des transports, de l’éducation et l’enseignement technique. Nous savons comment toutes les crises qui ont suivi après son départ ont été gérées, notamment juin 2006 et plus précisément janvier – février 2007.
  • Mamadou Sylla : Cellou Dalein a été le premier à faire un diagnostique faisant ressortir le bon de 22 millions de dollars qui a fait couler beaucoup d’encre, c’est lui encore qui a supprimé le monopole accordé à la Sogepam et de la SGS entre autres. Point d’amitié ou d’une quelconque complicité avec Mr Sylla. La suite on le sait, les défenseurs de Sylla contre Cellou sont devenu tout d’un coup ses propres ennemis allant jusqu’à l’emprisonner pour le soulagement de tout le peuple de Guinée.
  • Sur le plan politique : Cellou Dalein Diallo a depuis son investiture le 15 novembre 2007 fais de son parti l’UFDG la principale force politique du pays avec des Comités de base dans 440 secteurs sur les 520 que compte la Ville de Conakry et dans la majorité des districts ruraux du pays ; des Sections dans la majorités des quartiers de Conakry et des Sous préfectures du pays ; des Fédérations dans les cinq Communes de Conakry, dans les 33 préfectures y compris Koulé (village originaire du boucher de Conakry) où l’UFDG est présente dans 7 des 9 districts et dans une vingtaine des pays en Afrique, en Europe et en Amérique.
     Contrairement à ce que les détracteurs soutiennent, l’UFDG est vite devenu un parti national où tous les guinéens de toutes les régions et de tous les milieux socio-économiques se retrouvent. L’engouement crée par la tournée (injustement interrompue par les forces rétrogrades de Conakry) de Cellou Dalein à l’intérieur du pays en début juillet 2009 l’a éloquemment démontré. Les guinéens de toutes ces régions désenclavées par les infrastructures qu’il a mis en place lui sont infiniment reconnaissants. Loin des théories, ils ont vécu les bacs et l’enclavement et vivent aujourd’hui les ponts et routes d’affranchissement, ils en font la différence. Pour Cellou Dalein Diallo, le seul critère de choix de projet qui existe est celui de son utilité à l’économie nationale, ce qui lui vaut d’ailleurs l’incompréhension de certains ressortissants de sa région d’origine. Mais à ceux-là il répond qu’il n’a jamais été ministre d’une région mais plutôt celui de la république.
Conclusion :
 
La bave du crapaud n'atteindra jamais celui qui a choisit de faire de la politique du vivant même de Lansana Conté. Cellou Dalein Diallo continuerai à travailler sereinement, avec profonde conviction et collectivement avec les Forces Vives de Guinée pour le bonheur de la Guinée et de son peuple martyrisé. N'en déplaise aux râleurs et aux individus de mauvaises foi qui sont peut - être téléguidés par je ne sais qui?!, mais je suis sûr que tôt où tard ça se saura... A eux le déshonneur de leurs comportements infâmes et de leurs calomnies.
 
Cadre compétant et intègre aux innombrables qualités humaines, grand commis de l'Etat qui a toujours su allier rigueur, humilité et sens de l'équité dans l'exercice des nombreuses et importantes responsabilités qui lui ont été confiées. Citoyen civil guinéen n’ayant tué et violé personne, de plus en plus de guinéen se reconnaissant à lui est qualifié comme tout autre guinéen non militaire au pouvoir à se soumettre aux choix du vrai peuple de Guinée seul habilité à décider de qui est qualifié ou disqualifié pour devenir son Président. 

Bah Alpha Boubacar

Louvain, Belgique.
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
2009-11-04 21:15:47 Alexis Loua

2009-11-04 22:13:59

Décidemment la montée fulgurante de Cellou Dalein Diallo continue de hanter une minorité de guinéens qui se prennent pour ce qu’ils sont loin d’être. Ces malintentionnés se cachent souvent derrière des termes comme le peuple, patriotes et que sais-je encore.

Il faut reconnaître quand même qu’ils ont un certain mérite si mérite il y’a c’est celui de continuer tout en changeant continuellement de stratégie, à s’attaquer à celui qui est aujourd’hui devenu malgré eux et leurs commanditaires incontournable dans la sphère politique guinéen. Leur dernière stratégie s’appelle Alliance des patriotes guinéens. Ces derniers s’abrogent carrément le droit de qualifier ou de disqualifier qui ils veulent aux prochaines consultations électorales.

A une première lecture on est tenté d’ignorer les auteurs et leur torchon en les répondant par un silence comme on le dit chez moi à Forécariah « doundoui fan yaabi naara » entendez le silence est aussi une forme de réponse. Mais faut-il laisser cet échafaudage de sottises et d'énormités proférées dans ce document sans y apporté quelques précisions et démenti lorsqu’on en sait un peu, je dis non. C’est dans ce cadre que je voudrais tout simplement sans m’y prendre pour un expert apporté des contre-arguments à quelques inexactitudes flagrantes à la hauteur de ma toute petite connaissance des faits.

Voici en condensé ce que tous les observateurs objectifs s'accordent à reconnaître comme le bilan de l’homme de Dalein :

L'histoire retiendra, par exemple, qu'en tant que ministre des TP, il a réussi l'exploit d'éliminer en cinq ans, tous les bacs sur le réseau routier interurbain en construisant en lieu et place, des ponts modernes qui resteront longtemps, sinon à jamais, les plus grands ouvrages de franchissement du pays. Ce sont : le pont sur le Diani en Guinée Forestière, inauguré en 1999, le pont sur le Niger à Yirikiri, ouvert au trafic en 2000 ; le pont sur le Niger à Djélibakoro, le pont sur le Tinkisso à Siguiri et le pont sur la Fatala à Boffa, inaugurés tous les trois, en 2004. 

Durant cette même période, il assurera avec une compétence reconnue la maîtrise d'ouvrage d'une quinzaine de projets de construction ou de réhabilitation de routes, grâce à des financements obtenus auprès des bailleurs de fonds internationaux. On peut citer, au titre des projets entièrement exécutés ou en cours d'exécution : la route Sérédou - Nzérékoré - Lola ; la route Kouroussa - Kankan ; la route internationale Kankan – Siguiri - Kourémalé ; la réhabilitation du tronçon Km 36 - Boffa ; le renforcement de la route et la mise au gabarit des ponts entre Coyah et Farmoreah ; la construction des routes à 2X2 voies Tombo – Gbessia (travaux bloqués aujourd’hui à cause de l’irresponsabilité des criminels du camp Alpha Yaya), Enco5 - Sonfonia et Matoto - Dabompa.

Parlant du cas particulier des ponts sur le Niger et celui sur le Tinkisso qui ont été financé par la BAD, El hadj Cellou Dalein Diallo a utilisé environ 50% des ressources disponibles grâce à la rigueur avec la quelle il a géré ces projets. De même sur le projet de la route Kankan – Siguiri – Kourémalé, le ministre Cellou restituera 18 millions de dollars au trésor publique ; fait inhabituel en Afrique et tout particulièrement en Guinée. Tout ceci lui a entre autre valu le satisfécit de l’Union Européenne pour avoir été l’un des ministres les plus performants des régions où elle finançait des projets. Les archives sont là pour le témoigner.                                                        

S’attarder à répondre à toutes ces affabulations serait faire trop d’honneur aux auteurs, je me contenterai de commenter quelques points.
  • Air Guinée vendu par Cellou Dalein Diallo : Il faudrait une fois pour toute que l’on sache qu’en matière de fonctionnement de l’Etat en général et du processus de privatisation en particulier, il y’a la tutelle technique et celle administrative et financière. Pour le cas précis d’Air Guinée, C’était un portefeuille de l’Etat donc sous la responsabilité de la direction nationale du portefeuille elle-même rattachée au Ministère des Finances. En conclusion, c’est le Ministère des finances qui vend s’il ya à vendre. Le ministère de tutelle technique celui des transports pour ce cas-ci apporte le support technique bien évidemment.
  • L’arrestation des Doyens feu Bah Mamadou et Alpha Condé : Toutes ces deux grandes personnalités du pays savent qui les ont arrêté, ils connaissent les complices et le pourquoi de leurs injustes arrestations. Ils sont conscients et le peuple avec eux que Cellou Dalein Diallo n’étant ni Président de la république, ni ministre de la sécurité, de la défense ou de la justice au moment des faits, n’était ni de près ni de loin impliqué à ces arrestations. Pour preuve, Feu Bah Mamadou lui a confié ce qu’il avait de plus cher à léguer, son parti UFDG et le Prof. Alpha Condé après avoir été longtemps induit en erreur par des préjugés à fini par comprendre et accepté de travailler avec son désormais partenaire sûr au sein du Forum des Forces Vives de Guinée.
  • Du tripatouillage de la constitution en faveur de Lansana Conté : Cellou n’a jamais été député à plus forte raison Président de l’assemblée nationale, il n’a jamais non plus appartenu à aucune instance dirigeante du PUP parti de Lansana Conté. En vertu de quoi pouvait-il alors influencer une quelconque décision de ce genre. Que de la mauvaise foi !
  • Cellou Dalein Diallo n’a jamais démissionné : A chaque fois qu’on lui a posé cette question il a dit et répété qu’il a fait le choix de ne pas démissionner et de se battre. Il a cru jusqu’au bout et en vain qu’il allait avoir son gouvernement et faire ses réformes qu’il pensait être bien pour la Guinée. Qu’à cela ne tienne, il a à mainte reprise demandé au Président Lansana Conté de lui décharger de ses fonctions de premier ministre ce que ce dernier aurait refusé et cela devant témoins, Idrissa Thiam et Chantal Cole entre autres. Il avait selon lui choisit cette méthode parce qu’il ne voulait pas d’une démission brutale face au vieil homme malade qui lui a mainte fois renouvelé sa confiance. Faudrait-il rappeler ici que Cellou Dalein n’a jamais été chef du gouvernement mais coordinateur, qu’il n’avait nommé aucun ministre et que les 2/3 du gouvernement qu’il coordonnait étaient opposé à lui par jalousie et positionnement dans une guerre interne d’éventuelle succession qui faisait déjà rage.
  • De la libération des ondes : C’est Cellou Dalein qui a négocié et inscris le sujet à l’ordre du jour au conseil ministériel avant qu’il n’obtienne le décret libéralisant les ondes et à son temps. Ce n’est plus possible de falsifier l’histoire. L’homme de Dalein a réussi en son temps d’éliminer non sans rencontrer des obstacles tous les barrages en Guinée.
  • De sa gestion des crises socio-économiques : Selon un syndicaliste interrogé à ce sujet, Cellou Dalein Diallo a de loin été le meilleur partenaire en temps de crises. A son arrivée à la primature par exemple, à côté du dialogue pouvoir – opposition qu’il réinstaura, il rencontrera les syndicats à plusieurs reprises. Sa gestion des journées mortes de février - Mars 2006 (zéro casse, pas de blessé ou de mort) atteste de son sens de négociateur et de responsabilité. Il faut rappeler que dans le gouvernement il y’avait les partisans de la manière forte allant jusqu’à menacer tout gréviste de licenciement. C’est alors qu’il confia la négociation à d’autres ministres qu’Ibrahima Keira de la fonction publique, c’est entre autres Aliou Condé, Gualéma Guilavogui et Ibrahima Soumah respectivement ministres des transports, de l’éducation et l’enseignement technique. Nous savons comment toutes les crises qui ont suivi après son départ ont été gérées, notamment juin 2006 et plus précisément janvier – février 2007.
  • Mamadou Sylla : Cellou Dalein a été le premier à faire un diagnostique faisant ressortir le bon de 22 millions de dollars qui a fait couler beaucoup d’encre, c’est lui encore qui a supprimé le monopole accordé à la Sogepam et de la SGS entre autres. Point d’amitié ou d’une quelconque complicité avec Mr Sylla. La suite on le sait, les défenseurs de Sylla contre Cellou sont devenu tout d’un coup ses propres ennemis allant jusqu’à l’emprisonner pour le soulagement de tout le peuple de Guinée.
  • Sur le plan politique : Cellou Dalein Diallo a depuis son investiture le 15 novembre 2007 fais de son parti l’UFDG la principale force politique du pays avec des Comités de base dans 440 secteurs sur les 520 que compte la Ville de Conakry et dans la majorité des districts ruraux du pays ; des Sections dans la majorités des quartiers de Conakry et des Sous préfectures du pays ; des Fédérations dans les cinq Communes de Conakry, dans les 33 préfectures y compris Koulé (village originaire du boucher de Conakry) où l’UFDG est présente dans 7 des 9 districts et dans une vingtaine des pays en Afrique, en Europe et en Amérique.
     Contrairement à ce que les détracteurs soutiennent, l’UFDG est vite devenu un parti national où tous les guinéens de toutes les régions et de tous les milieux socio-économiques se retrouvent. L’engouement crée par la tournée (injustement interrompue par les forces rétrogrades de Conakry) de Cellou Dalein à l’intérieur du pays en début juillet 2009 l’a éloquemment démontré. Les guinéens de toutes ces régions désenclavées par les infrastructures qu’il a mis en place lui sont infiniment reconnaissants. Loin des théories, ils ont vécu les bacs et l’enclavement et vivent aujourd’hui les ponts et routes d’affranchissement, ils en font la différence. Pour Cellou Dalein Diallo, le seul critère de choix de projet qui existe est celui de son utilité à l’économie nationale, ce qui lui vaut d’ailleurs l’incompréhension de certains ressortissants de sa région d’origine. Mais à ceux-là il répond qu’il n’a jamais été ministre d’une région mais plutôt celui de la république.
Conclusion :
 
La bave du crapaud n'atteindra jamais celui qui a choisit de faire de la politique du vivant même de Lansana Conté. Cellou Dalein Diallo continuerai à travailler sereinement, avec profonde conviction et collectivement avec les Forces Vives de Guinée pour le bonheur de la Guinée et de son peuple martyrisé. N'en déplaise aux râleurs et aux individus de mauvaises foi qui sont peut - être téléguidés par je ne sais qui?!, mais je suis sûr que tôt où tard ça se saura... A eux le déshonneur de leurs comportements infâmes et de leurs calomnies.
 
Cadre compétant et intègre aux innombrables qualités humaines, grand commis de l'Etat qui a toujours su allier rigueur, humilité et sens de l'équité dans l'exercice des nombreuses et importantes responsabilités qui lui ont été confiées. Citoyen civil guinéen n’ayant tué et violé personne, de plus en plus de guinéen se reconnaissant à lui est qualifié comme tout autre guinéen non militaire au pouvoir à se soumettre aux choix du vrai peuple de Guinée seul habilité à décider de qui est qualifié ou disqualifié pour devenir son Président. 

Bah Alpha Boubacar

Louvain, Belgique.
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
2009-11-04 21:15:47 Barry A.

2009-11-04 22:13:59

Décidemment la montée fulgurante de Cellou Dalein Diallo continue de hanter une minorité de guinéens qui se prennent pour ce qu’ils sont loin d’être. Ces malintentionnés se cachent souvent derrière des termes comme le peuple, patriotes et que sais-je encore.

Il faut reconnaître quand même qu’ils ont un certain mérite si mérite il y’a c’est celui de continuer tout en changeant continuellement de stratégie, à s’attaquer à celui qui est aujourd’hui devenu malgré eux et leurs commanditaires incontournable dans la sphère politique guinéen. Leur dernière stratégie s’appelle Alliance des patriotes guinéens. Ces derniers s’abrogent carrément le droit de qualifier ou de disqualifier qui ils veulent aux prochaines consultations électorales.

A une première lecture on est tenté d’ignorer les auteurs et leur torchon en les répondant par un silence comme on le dit chez moi à Forécariah « doundoui fan yaabi naara » entendez le silence est aussi une forme de réponse. Mais faut-il laisser cet échafaudage de sottises et d'énormités proférées dans ce document sans y apporté quelques précisions et démenti lorsqu’on en sait un peu, je dis non. C’est dans ce cadre que je voudrais tout simplement sans m’y prendre pour un expert apporté des contre-arguments à quelques inexactitudes flagrantes à la hauteur de ma toute petite connaissance des faits.

Voici en condensé ce que tous les observateurs objectifs s'accordent à reconnaître comme le bilan de l’homme de Dalein :

L'histoire retiendra, par exemple, qu'en tant que ministre des TP, il a réussi l'exploit d'éliminer en cinq ans, tous les bacs sur le réseau routier interurbain en construisant en lieu et place, des ponts modernes qui resteront longtemps, sinon à jamais, les plus grands ouvrages de franchissement du pays. Ce sont : le pont sur le Diani en Guinée Forestière, inauguré en 1999, le pont sur le Niger à Yirikiri, ouvert au trafic en 2000 ; le pont sur le Niger à Djélibakoro, le pont sur le Tinkisso à Siguiri et le pont sur la Fatala à Boffa, inaugurés tous les trois, en 2004. 

Durant cette même période, il assurera avec une compétence reconnue la maîtrise d'ouvrage d'une quinzaine de projets de construction ou de réhabilitation de routes, grâce à des financements obtenus auprès des bailleurs de fonds internationaux. On peut citer, au titre des projets entièrement exécutés ou en cours d'exécution : la route Sérédou - Nzérékoré - Lola ; la route Kouroussa - Kankan ; la route internationale Kankan – Siguiri - Kourémalé ; la réhabilitation du tronçon Km 36 - Boffa ; le renforcement de la route et la mise au gabarit des ponts entre Coyah et Farmoreah ; la construction des routes à 2X2 voies Tombo – Gbessia (travaux bloqués aujourd’hui à cause de l’irresponsabilité des criminels du camp Alpha Yaya), Enco5 - Sonfonia et Matoto - Dabompa.

Parlant du cas particulier des ponts sur le Niger et celui sur le Tinkisso qui ont été financé par la BAD, El hadj Cellou Dalein Diallo a utilisé environ 50% des ressources disponibles grâce à la rigueur avec la quelle il a géré ces projets. De même sur le projet de la route Kankan – Siguiri – Kourémalé, le ministre Cellou restituera 18 millions de dollars au trésor publique ; fait inhabituel en Afrique et tout particulièrement en Guinée. Tout ceci lui a entre autre valu le satisfécit de l’Union Européenne pour avoir été l’un des ministres les plus performants des régions où elle finançait des projets. Les archives sont là pour le témoigner.                                                        

S’attarder à répondre à toutes ces affabulations serait faire trop d’honneur aux auteurs, je me contenterai de commenter quelques points.
  • Air Guinée vendu par Cellou Dalein Diallo : Il faudrait une fois pour toute que l’on sache qu’en matière de fonctionnement de l’Etat en général et du processus de privatisation en particulier, il y’a la tutelle technique et celle administrative et financière. Pour le cas précis d’Air Guinée, C’était un portefeuille de l’Etat donc sous la responsabilité de la direction nationale du portefeuille elle-même rattachée au Ministère des Finances. En conclusion, c’est le Ministère des finances qui vend s’il ya à vendre. Le ministère de tutelle technique celui des transports pour ce cas-ci apporte le support technique bien évidemment.
  • L’arrestation des Doyens feu Bah Mamadou et Alpha Condé : Toutes ces deux grandes personnalités du pays savent qui les ont arrêté, ils connaissent les complices et le pourquoi de leurs injustes arrestations. Ils sont conscients et le peuple avec eux que Cellou Dalein Diallo n’étant ni Président de la république, ni ministre de la sécurité, de la défense ou de la justice au moment des faits, n’était ni de près ni de loin impliqué à ces arrestations. Pour preuve, Feu Bah Mamadou lui a confié ce qu’il avait de plus cher à léguer, son parti UFDG et le Prof. Alpha Condé après avoir été longtemps induit en erreur par des préjugés à fini par comprendre et accepté de travailler avec son désormais partenaire sûr au sein du Forum des Forces Vives de Guinée.
  • Du tripatouillage de la constitution en faveur de Lansana Conté : Cellou n’a jamais été député à plus forte raison Président de l’assemblée nationale, il n’a jamais non plus appartenu à aucune instance dirigeante du PUP parti de Lansana Conté. En vertu de quoi pouvait-il alors influencer une quelconque décision de ce genre. Que de la mauvaise foi !
  • Cellou Dalein Diallo n’a jamais démissionné : A chaque fois qu’on lui a posé cette question il a dit et répété qu’il a fait le choix de ne pas démissionner et de se battre. Il a cru jusqu’au bout et en vain qu’il allait avoir son gouvernement et faire ses réformes qu’il pensait être bien pour la Guinée. Qu’à cela ne tienne, il a à mainte reprise demandé au Président Lansana Conté de lui décharger de ses fonctions de premier ministre ce que ce dernier aurait refusé et cela devant témoins, Idrissa Thiam et Chantal Cole entre autres. Il avait selon lui choisit cette méthode parce qu’il ne voulait pas d’une démission brutale face au vieil homme malade qui lui a mainte fois renouvelé sa confiance. Faudrait-il rappeler ici que Cellou Dalein n’a jamais été chef du gouvernement mais coordinateur, qu’il n’avait nommé aucun ministre et que les 2/3 du gouvernement qu’il coordonnait étaient opposé à lui par jalousie et positionnement dans une guerre interne d’éventuelle succession qui faisait déjà rage.
  • De la libération des ondes : C’est Cellou Dalein qui a négocié et inscris le sujet à l’ordre du jour au conseil ministériel avant qu’il n’obtienne le décret libéralisant les ondes et à son temps. Ce n’est plus possible de falsifier l’histoire. L’homme de Dalein a réussi en son temps d’éliminer non sans rencontrer des obstacles tous les barrages en Guinée.
  • De sa gestion des crises socio-économiques : Selon un syndicaliste interrogé à ce sujet, Cellou Dalein Diallo a de loin été le meilleur partenaire en temps de crises. A son arrivée à la primature par exemple, à côté du dialogue pouvoir – opposition qu’il réinstaura, il rencontrera les syndicats à plusieurs reprises. Sa gestion des journées mortes de février - Mars 2006 (zéro casse, pas de blessé ou de mort) atteste de son sens de négociateur et de responsabilité. Il faut rappeler que dans le gouvernement il y’avait les partisans de la manière forte allant jusqu’à menacer tout gréviste de licenciement. C’est alors qu’il confia la négociation à d’autres ministres qu’Ibrahima Keira de la fonction publique, c’est entre autres Aliou Condé, Gualéma Guilavogui et Ibrahima Soumah respectivement ministres des transports, de l’éducation et l’enseignement technique. Nous savons comment toutes les crises qui ont suivi après son départ ont été gérées, notamment juin 2006 et plus précisément janvier – février 2007.
  • Mamadou Sylla : Cellou Dalein a été le premier à faire un diagnostique faisant ressortir le bon de 22 millions de dollars qui a fait couler beaucoup d’encre, c’est lui encore qui a supprimé le monopole accordé à la Sogepam et de la SGS entre autres. Point d’amitié ou d’une quelconque complicité avec Mr Sylla. La suite on le sait, les défenseurs de Sylla contre Cellou sont devenu tout d’un coup ses propres ennemis allant jusqu’à l’emprisonner pour le soulagement de tout le peuple de Guinée.
  • Sur le plan politique : Cellou Dalein Diallo a depuis son investiture le 15 novembre 2007 fais de son parti l’UFDG la principale force politique du pays avec des Comités de base dans 440 secteurs sur les 520 que compte la Ville de Conakry et dans la majorité des districts ruraux du pays ; des Sections dans la majorités des quartiers de Conakry et des Sous préfectures du pays ; des Fédérations dans les cinq Communes de Conakry, dans les 33 préfectures y compris Koulé (village originaire du boucher de Conakry) où l’UFDG est présente dans 7 des 9 districts et dans une vingtaine des pays en Afrique, en Europe et en Amérique.
     Contrairement à ce que les détracteurs soutiennent, l’UFDG est vite devenu un parti national où tous les guinéens de toutes les régions et de tous les milieux socio-économiques se retrouvent. L’engouement crée par la tournée (injustement interrompue par les forces rétrogrades de Conakry) de Cellou Dalein à l’intérieur du pays en début juillet 2009 l’a éloquemment démontré. Les guinéens de toutes ces régions désenclavées par les infrastructures qu’il a mis en place lui sont infiniment reconnaissants. Loin des théories, ils ont vécu les bacs et l’enclavement et vivent aujourd’hui les ponts et routes d’affranchissement, ils en font la différence. Pour Cellou Dalein Diallo, le seul critère de choix de projet qui existe est celui de son utilité à l’économie nationale, ce qui lui vaut d’ailleurs l’incompréhension de certains ressortissants de sa région d’origine. Mais à ceux-là il répond qu’il n’a jamais été ministre d’une région mais plutôt celui de la république.
Conclusion :
 
La bave du crapaud n'atteindra jamais celui qui a choisit de faire de la politique du vivant même de Lansana Conté. Cellou Dalein Diallo continuerai à travailler sereinement, avec profonde conviction et collectivement avec les Forces Vives de Guinée pour le bonheur de la Guinée et de son peuple martyrisé. N'en déplaise aux râleurs et aux individus de mauvaises foi qui sont peut - être téléguidés par je ne sais qui?!, mais je suis sûr que tôt où tard ça se saura... A eux le déshonneur de leurs comportements infâmes et de leurs calomnies.
 
Cadre compétant et intègre aux innombrables qualités humaines, grand commis de l'Etat qui a toujours su allier rigueur, humilité et sens de l'équité dans l'exercice des nombreuses et importantes responsabilités qui lui ont été confiées. Citoyen civil guinéen n’ayant tué et violé personne, de plus en plus de guinéen se reconnaissant à lui est qualifié comme tout autre guinéen non militaire au pouvoir à se soumettre aux choix du vrai peuple de Guinée seul habilité à décider de qui est qualifié ou disqualifié pour devenir son Président. 

Bah Alpha Boubacar

Louvain, Belgique.
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
2009-11-04 21:15:47 Me LAMAH Dakar

2009-11-04 22:13:59

Décidemment la montée fulgurante de Cellou Dalein Diallo continue de hanter une minorité de guinéens qui se prennent pour ce qu’ils sont loin d’être. Ces malintentionnés se cachent souvent derrière des termes comme le peuple, patriotes et que sais-je encore.

Il faut reconnaître quand même qu’ils ont un certain mérite si mérite il y’a c’est celui de continuer tout en changeant continuellement de stratégie, à s’attaquer à celui qui est aujourd’hui devenu malgré eux et leurs commanditaires incontournable dans la sphère politique guinéen. Leur dernière stratégie s’appelle Alliance des patriotes guinéens. Ces derniers s’abrogent carrément le droit de qualifier ou de disqualifier qui ils veulent aux prochaines consultations électorales.

A une première lecture on est tenté d’ignorer les auteurs et leur torchon en les répondant par un silence comme on le dit chez moi à Forécariah « doundoui fan yaabi naara » entendez le silence est aussi une forme de réponse. Mais faut-il laisser cet échafaudage de sottises et d'énormités proférées dans ce document sans y apporté quelques précisions et démenti lorsqu’on en sait un peu, je dis non. C’est dans ce cadre que je voudrais tout simplement sans m’y prendre pour un expert apporté des contre-arguments à quelques inexactitudes flagrantes à la hauteur de ma toute petite connaissance des faits.

Voici en condensé ce que tous les observateurs objectifs s'accordent à reconnaître comme le bilan de l’homme de Dalein :

L'histoire retiendra, par exemple, qu'en tant que ministre des TP, il a réussi l'exploit d'éliminer en cinq ans, tous les bacs sur le réseau routier interurbain en construisant en lieu et place, des ponts modernes qui resteront longtemps, sinon à jamais, les plus grands ouvrages de franchissement du pays. Ce sont : le pont sur le Diani en Guinée Forestière, inauguré en 1999, le pont sur le Niger à Yirikiri, ouvert au trafic en 2000 ; le pont sur le Niger à Djélibakoro, le pont sur le Tinkisso à Siguiri et le pont sur la Fatala à Boffa, inaugurés tous les trois, en 2004. 

Durant cette même période, il assurera avec une compétence reconnue la maîtrise d'ouvrage d'une quinzaine de projets de construction ou de réhabilitation de routes, grâce à des financements obtenus auprès des bailleurs de fonds internationaux. On peut citer, au titre des projets entièrement exécutés ou en cours d'exécution : la route Sérédou - Nzérékoré - Lola ; la route Kouroussa - Kankan ; la route internationale Kankan – Siguiri - Kourémalé ; la réhabilitation du tronçon Km 36 - Boffa ; le renforcement de la route et la mise au gabarit des ponts entre Coyah et Farmoreah ; la construction des routes à 2X2 voies Tombo – Gbessia (travaux bloqués aujourd’hui à cause de l’irresponsabilité des criminels du camp Alpha Yaya), Enco5 - Sonfonia et Matoto - Dabompa.

Parlant du cas particulier des ponts sur le Niger et celui sur le Tinkisso qui ont été financé par la BAD, El hadj Cellou Dalein Diallo a utilisé environ 50% des ressources disponibles grâce à la rigueur avec la quelle il a géré ces projets. De même sur le projet de la route Kankan – Siguiri – Kourémalé, le ministre Cellou restituera 18 millions de dollars au trésor publique ; fait inhabituel en Afrique et tout particulièrement en Guinée. Tout ceci lui a entre autre valu le satisfécit de l’Union Européenne pour avoir été l’un des ministres les plus performants des régions où elle finançait des projets. Les archives sont là pour le témoigner.                                                        

S’attarder à répondre à toutes ces affabulations serait faire trop d’honneur aux auteurs, je me contenterai de commenter quelques points.
  • Air Guinée vendu par Cellou Dalein Diallo : Il faudrait une fois pour toute que l’on sache qu’en matière de fonctionnement de l’Etat en général et du processus de privatisation en particulier, il y’a la tutelle technique et celle administrative et financière. Pour le cas précis d’Air Guinée, C’était un portefeuille de l’Etat donc sous la responsabilité de la direction nationale du portefeuille elle-même rattachée au Ministère des Finances. En conclusion, c’est le Ministère des finances qui vend s’il ya à vendre. Le ministère de tutelle technique celui des transports pour ce cas-ci apporte le support technique bien évidemment.
  • L’arrestation des Doyens feu Bah Mamadou et Alpha Condé : Toutes ces deux grandes personnalités du pays savent qui les ont arrêté, ils connaissent les complices et le pourquoi de leurs injustes arrestations. Ils sont conscients et le peuple avec eux que Cellou Dalein Diallo n’étant ni Président de la république, ni ministre de la sécurité, de la défense ou de la justice au moment des faits, n’était ni de près ni de loin impliqué à ces arrestations. Pour preuve, Feu Bah Mamadou lui a confié ce qu’il avait de plus cher à léguer, son parti UFDG et le Prof. Alpha Condé après avoir été longtemps induit en erreur par des préjugés à fini par comprendre et accepté de travailler avec son désormais partenaire sûr au sein du Forum des Forces Vives de Guinée.
  • Du tripatouillage de la constitution en faveur de Lansana Conté : Cellou n’a jamais été député à plus forte raison Président de l’assemblée nationale, il n’a jamais non plus appartenu à aucune instance dirigeante du PUP parti de Lansana Conté. En vertu de quoi pouvait-il alors influencer une quelconque décision de ce genre. Que de la mauvaise foi !
  • Cellou Dalein Diallo n’a jamais démissionné : A chaque fois qu’on lui a posé cette question il a dit et répété qu’il a fait le choix de ne pas démissionner et de se battre. Il a cru jusqu’au bout et en vain qu’il allait avoir son gouvernement et faire ses réformes qu’il pensait être bien pour la Guinée. Qu’à cela ne tienne, il a à mainte reprise demandé au Président Lansana Conté de lui décharger de ses fonctions de premier ministre ce que ce dernier aurait refusé et cela devant témoins, Idrissa Thiam et Chantal Cole entre autres. Il avait selon lui choisit cette méthode parce qu’il ne voulait pas d’une démission brutale face au vieil homme malade qui lui a mainte fois renouvelé sa confiance. Faudrait-il rappeler ici que Cellou Dalein n’a jamais été chef du gouvernement mais coordinateur, qu’il n’avait nommé aucun ministre et que les 2/3 du gouvernement qu’il coordonnait étaient opposé à lui par jalousie et positionnement dans une guerre interne d’éventuelle succession qui faisait déjà rage.
  • De la libération des ondes : C’est Cellou Dalein qui a négocié et inscris le sujet à l’ordre du jour au conseil ministériel avant qu’il n’obtienne le décret libéralisant les ondes et à son temps. Ce n’est plus possible de falsifier l’histoire. L’homme de Dalein a réussi en son temps d’éliminer non sans rencontrer des obstacles tous les barrages en Guinée.
  • De sa gestion des crises socio-économiques : Selon un syndicaliste interrogé à ce sujet, Cellou Dalein Diallo a de loin été le meilleur partenaire en temps de crises. A son arrivée à la primature par exemple, à côté du dialogue pouvoir – opposition qu’il réinstaura, il rencontrera les syndicats à plusieurs reprises. Sa gestion des journées mortes de février - Mars 2006 (zéro casse, pas de blessé ou de mort) atteste de son sens de négociateur et de responsabilité. Il faut rappeler que dans le gouvernement il y’avait les partisans de la manière forte allant jusqu’à menacer tout gréviste de licenciement. C’est alors qu’il confia la négociation à d’autres ministres qu’Ibrahima Keira de la fonction publique, c’est entre autres Aliou Condé, Gualéma Guilavogui et Ibrahima Soumah respectivement ministres des transports, de l’éducation et l’enseignement technique. Nous savons comment toutes les crises qui ont suivi après son départ ont été gérées, notamment juin 2006 et plus précisément janvier – février 2007.
  • Mamadou Sylla : Cellou Dalein a été le premier à faire un diagnostique faisant ressortir le bon de 22 millions de dollars qui a fait couler beaucoup d’encre, c’est lui encore qui a supprimé le monopole accordé à la Sogepam et de la SGS entre autres. Point d’amitié ou d’une quelconque complicité avec Mr Sylla. La suite on le sait, les défenseurs de Sylla contre Cellou sont devenu tout d’un coup ses propres ennemis allant jusqu’à l’emprisonner pour le soulagement de tout le peuple de Guinée.
  • Sur le plan politique : Cellou Dalein Diallo a depuis son investiture le 15 novembre 2007 fais de son parti l’UFDG la principale force politique du pays avec des Comités de base dans 440 secteurs sur les 520 que compte la Ville de Conakry et dans la majorité des districts ruraux du pays ; des Sections dans la majorités des quartiers de Conakry et des Sous préfectures du pays ; des Fédérations dans les cinq Communes de Conakry, dans les 33 préfectures y compris Koulé (village originaire du boucher de Conakry) où l’UFDG est présente dans 7 des 9 districts et dans une vingtaine des pays en Afrique, en Europe et en Amérique.
     Contrairement à ce que les détracteurs soutiennent, l’UFDG est vite devenu un parti national où tous les guinéens de toutes les régions et de tous les milieux socio-économiques se retrouvent. L’engouement crée par la tournée (injustement interrompue par les forces rétrogrades de Conakry) de Cellou Dalein à l’intérieur du pays en début juillet 2009 l’a éloquemment démontré. Les guinéens de toutes ces régions désenclavées par les infrastructures qu’il a mis en place lui sont infiniment reconnaissants. Loin des théories, ils ont vécu les bacs et l’enclavement et vivent aujourd’hui les ponts et routes d’affranchissement, ils en font la différence. Pour Cellou Dalein Diallo, le seul critère de choix de projet qui existe est celui de son utilité à l’économie nationale, ce qui lui vaut d’ailleurs l’incompréhension de certains ressortissants de sa région d’origine. Mais à ceux-là il répond qu’il n’a jamais été ministre d’une région mais plutôt celui de la république.
Conclusion :
 
La bave du crapaud n'atteindra jamais celui qui a choisit de faire de la politique du vivant même de Lansana Conté. Cellou Dalein Diallo continuerai à travailler sereinement, avec profonde conviction et collectivement avec les Forces Vives de Guinée pour le bonheur de la Guinée et de son peuple martyrisé. N'en déplaise aux râleurs et aux individus de mauvaises foi qui sont peut - être téléguidés par je ne sais qui?!, mais je suis sûr que tôt où tard ça se saura... A eux le déshonneur de leurs comportements infâmes et de leurs calomnies.
 
Cadre compétant et intègre aux innombrables qualités humaines, grand commis de l'Etat qui a toujours su allier rigueur, humilité et sens de l'équité dans l'exercice des nombreuses et importantes responsabilités qui lui ont été confiées. Citoyen civil guinéen n’ayant tué et violé personne, de plus en plus de guinéen se reconnaissant à lui est qualifié comme tout autre guinéen non militaire au pouvoir à se soumettre aux choix du vrai peuple de Guinée seul habilité à décider de qui est qualifié ou disqualifié pour devenir son Président. 

Bah Alpha Boubacar

Louvain, Belgique.
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
2009-11-04 21:15:47 Bachir
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.