chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Guinée: l'opposition a remis ses propositions au médiateur Compaoré

Date de publication:2009-11-04 23:56:05

2009-11-05 00:54:05

Les principaux leaders de l'opposition en Guinée ont remis mercredi à Ouagadougou au président burkinabè Blaise Compaoré, médiateur dans la crise guinéenne, leurs "propositions" en vue d'obtenir le départ du pouvoir de la junte, a constaté l'AFP.

L'opposition demande "la dissolution" de la junte dirigée par le capitaine putschiste Moussa Dadis Camara et de son gouvernement, et "son remplacement par un organe consensuel de transition, chargé de mettre en place un gouvernement d'union nationale, a rappelé un des membres de la délégation, interrogé par l'AFP mais refusant d'être nommément cité.

Au nombre des opposants présents à Ouagadougou figurent trois anciens Premier ministres guinéens - Sidya Touré (juillet 1996-mars 1999), François Lonsény Fall (février 2004-avril 2004), Cellou Dalein Diallo (décembre 2004-avril 2006) - ainsi que l'opposant de longue date Alpha Condé.
Mardi, M. Compaoré avait demandé aux opposants de lui faire des "propositions sur la mise en place d'un autre organe" que la junte pour gérer la transition en Guinée jusqu'aux élections générales prévues au premier trimestre 2010. Le médiateur doit, plus tard, inviter une délégation de la junte à Ouagadougou, avant de présenter une synthèse des discussions.

Ces pourparlers ont lieu après le massacre de manifestants de l'opposition, perpétré le 28 septembre sous le commandement d'officiers de la garde présidentielle, selon de nombreux témoins.

Les militaires putschistes, au pouvoir depuis 10 mois, ont été internationalement condamnés après cette répression sanglante d'une manifestation d'opposants qui disaient "non à la dictature" et "non" à l'éventuelle candidature du capitaine Moussa Dadis Camara à la présidentielle.

La junte affirme que 56 civils ont été tués et 934 blessés le 28 septembre, mais des ONG estiment qu'au moins "150 à 200" personnes sont mortes.

Source : AFP du 4 novembre 2009

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.