chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Communiqué de l’IBCG relatif aux mesures de sanction contre les criminels du CNDD et leurs complices

Date de publication:2009-11-09 01:53:31

2009-11-09 02:51:52

C’est avec une grande joie que nous avons constaté une prise en compte effective de nos remarques au sujet des personnes à sanctionner en Guinée. Nos félicitations s’adressent aux dirigeants de l’Union Africaine et du groupe international de contact sur la Guinée (GIC-G) comme aux nombreux compatriotes et intellectuels africains, européens et américains qui dénoncent et condamnent les crimes abominables commis contre le peuple de Guinée le 28 septembre 2009.

Ainsi, l’Union Africaine a élargi la liste des personnes à sanctionner à un total de 87 personnes, civils et militaires.
 
Toutes ces personnes ont eu suffisamment de temps pour se démarquer des criminels s'ils étaient propres ou s'ils avaient la moindre conscience. Il ne faut plus que ces gens-là aient à nouveau un poste de responsabilité qui leur permettrait de mettre en danger le processus démocratique en Guinée. Surtout les membres du CNDD.

En effet ce sont des militaires qui se sont rendus coupables de crimes ou de complicité de crimes contre l’humanité lors des massacres de juin 2006, de janvier et février 2007, des massacres de policiers en 2008 et des massacres et viols massifs du 28 septembre 2009.

Le 16 octobre 2009, le Crisis Group en Afrique, dont un rapport a mis Dadis Camara et Sékouba Konaté en cause dans les recrutements anarchiques et ethniques au sein de l’armée depuis leur prise du pouvoir, déclarait : « S’il n’est pas mis rapidement fin au régime militaire en Guinée (CNDD), le pays risque de s’enfoncer dans une guerre civile qui pourrait déstabiliser toute l’Afrique de l’Ouest ».  Lire l’article 1 et 3.

On ne saurait donc confier à nouveau l’armée ou une autre institution du pays aux principaux acteurs de ce CNDD.

Contrairement à ce que certains pensent, les membres du CNDD n’ont pas la main mise sur l’armée guinéenne. Dans son numéro 574 du 22 octobre 2009, La Lettre du Continent révèle au monde que Dadis qui est censé être le Commandant en chef des forces armées n’a jamais osé quitter le camp Alpha Yaya Diallo où il n’est désormais protégé que par sa milice guerzée. Il n’a jamais mis pieds dans les autres casernes du pays, y compris le camp Samory de la capitale.

Nous proposons une force de paix de l’ONU pour protéger les leaders politiques et les populations civiles en Guinée pour permettre la création d’un gouvernement d’union nationale de transition de 6 mois. Ce gouvernement transitoire aura pour mission de reformer l’armée, désarmer les milices et d’organiser des élections législatives et présidentielles sous la protection des forces de l’ONU.

A propos des élections

Nous estimons que les présidentielles qui mettront les leaders politiques en concurrence pourraient raviver des rivalités, casser la cohésion actuelle et créer des tensions ethniques dans le pays. Ce qui pourrait conduire le président sortant de ces élections à organiser des législatives pour les gagner. C’est pourquoi il est nécessaire de doter le pays d’une Assemblée Nationale pluraliste et crédible qui pourrait réconcilier les Guinéens et se porter garant de la démocratie avant de choisir un nouveau président en Guinée. Cela diminuerait également le nombre de candidats aux élections présidentielles. Nous rappelons que si les Forces vives n’avaient pas changé l’ordre de ces élections, Moussa Dadis Camara lui-même n’allait pas être si encouragé à se lancer dans la course électorale.

A propos de l’armée

Dans le cadre de la reforme de l’armée, on doit faire plutôt appel à des militaires républicains, y compris ceux qui ont été radiés en 1996 et en 2003. Exemples : Gbagbo Zoumanigui, Yaya Sow, Kader Doumbouya etc., qui sont tous universitaires, compétents et qui jouissent d’un grand respect au sein de la troupe. C’est Lansana Conté qui a écarté les militaires républicains pour favoriser le groupe de son fils Ousmane pour sa succession anti-constitutionnelle. C’est ce groupe qui a constitué le CNDD. Lire l’article 2 du Crisis Group en Afrique à ce sujet.

1- Crisis Group en Afrique : il faut vite mettre fin au CNDD
http://www.guineepresse.info/index.php?id=11,4100,0,0,1,0

2- Guinée : le pire cadeau empoisonné de Conté à son pays : une armée à la fois dangereuse et incontournable.
http://www.guineepresse.info/index.php?id=5,2206,0,0,1,0

3- Guinée : Sékouba Konaté et Dadis Camara, coupables au même dégré !
http://www.guineepresse.info/index.php?id=10,4353,0,0,1,0  

 

Initiative de Bruxelles pour le Changement démocratique en Guinée (IBCG)

Contact :
E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.