chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Guinée : sanctions contre une nation en faillite

Date de publication:2009-11-10 08:21:19

2009-11-10 09:16:10

Depuis le carnage et les viols des femmes a ciel le 28 septembre 2009, la Guinée est sous la foudre de la communauté internationale: embargos sur les armes, sur les visas, sur la coopération économique et financière. Dadis Camara, les membres du Cndd, des membres du gouvernement et caïds du systèmes sont menacé  s de poursuite  judiciaire  internationale pour crime contre l’humanité.

Ces sanctions et menaces suffisent-elles pour obtenir le départ du boucher de Conakry ? Pas sur.

En matière de sanctions, la Guinée n’est pas à son premier rodéo. Le pays est né en 1958 sous les sanctions avec la mise en quarantaine par l’ex-colonisatrice, la France suivit des autres pays occidentaux. Le pays sera pratiquement sous sanctions pendant 26 ans. Pour survivre, Sékou Touré va céder la bauxite de Boké aux Américains et aux Russes pour des miettes et jusqu'aujourd’hui pour 100 à 150 millions de dollars par an, dans le seul but de financer sa dictature.
En 1984, l’armée s’empara du pouvoir. Le chef de la junte a l’époque, un certain colonel Lansana Conté promet la démocratie, la liberté et la justice pour tous. Il ouvre les portes du pays pour accueillir les bailleurs de fonds  internationaux. Quelques années après, devenu dictateur, le général Conte se rendra compte que les sous de l’occident c’est la carotte et le bâton : le dollar contre la démocratie et la bonne gouvernance. Cela s’appel en Guinée ‘l’ingérence dans les affaires du pays’.

Trop stressant pour un dictateur et son administration qui veulent ‘gérer’ et piller le pays a huis clos.
Bienvenue aux trafiquants Chinois, Pakistanais, Libanais, Ukrainiens et aux cartels Sud Américains de la drogue et…….aux trafiquants de Madina etc. Ainsi le tour est joué : Banque mondiale, Fond Monétaire International ou autres bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux, pas besoin, no thanks, nein danke.
Des petits malins vont s’enrichirent énormément et le peuple va s’appauvrir énormément.

Décembre 2008, un autre militaire s’empare du pouvoir après la mort du second dictateur. Même son de cloche ou presque comme  en 1984.

Et vint le 28 septembre 2009, le petit lakoudou du camp Alpha Yaya n’est pas encore un dictateur, mais il veut le devenir. Sa garde prétorienne  transforme le stade du 28 septembre  en une boucherie humaine et en une maison close pour violer les femmes.
Les images de ce lundi choquent les Guinéens, les Africains et toute l’humanité.

Aujourd’hui les embargos et les sanctions de la communauté internationale pleuvent sur le pays. La Guinée est devenu la Corée du Nord  ou l’Iran de l’Afrique.

Dadis et le Cndd peuvent-ils résister à cette armada de sanctions  et rester au pouvoir ? Oui

Les sanctions ne fonctionnent que lorsqu’elles sont prises contre un pays ou il y a un Etat et une alternative politique. En Guinée il n’y a ni Etat, ni alternative politique depuis  50 ans.
L’Etat en Guinée est un mélange du Parti-Etat du PDG, de l’Etat affairiste et narco du général Conté et de son PUP et de l’Etat show de Idi Amin Dadis, avec la même administration qui a fini de privatiser les services publics pour le compte de ses membres, les fonctionnaires.
Les services dont une république doit aux citoyens n’existent pas : les hôpitaux publiques sont ‘privatisés’ par les médecins et les administrateurs, les commissariats de police et la gendarmerie sont transformés en machine de raquette, les tribunaux de justice rendent la ‘justice’ selon la tête ou la poche du ‘citoyen-client’, des trafiquants ‘intellectuels’ ont crée des super marché qu’ils appellent universités.
L’électricité et l’eau sont réservées aux gouvernants, ministres, hauts cadres de la république et autres caciques des différents régimes depuis 1958.

Depuis 1958, le seul rôle des gouvernements est de faire taire le peuple par les moyens de pendaisons publiques des supposés opposants, par la psychose de complots permanents, de 5 eme colonne, de complot Peuhl, de Wo fatara, des massacres de ceux qui osent manifester contre le système (janvier-fevrier 2007, 28 septembre 2009).

Les sanctions de la communauté  internationale ne peuvent être efficace que lorsqu’il y a une alternative politique visible. En Guinée il n’y a pas.

Les partis politiques aux sein des forces vives ne sont pas capable de designer un chef de file. L’opposition Guinéenne n’a donc pas un numéro de  téléphone. Chaque propriétaire de parti politique se prend pour un leader politique, un leader d’opinion. Or un parti politique n’existe qu’au regard d’un électorat. A part le RPG de Alpha Condé, l’UFR de Sidya Touré, l’UFDG de Cellou D Diallo (par feu Ba Mamadou) et l’UPG de Jean-Marie Doré, tous les autres  partis politiques n’ont jamais participé a une  élection, ils sont simplement possesseurs d’un bout de papier qu’on appel agrément. Un agrément ne suffit pas  pour attribuer le statut de leader à un individu.

Ils étaient au moins 100 individus a Ouagadougou pour rencontrer le médiateur Blaise Compaoré, parmi eux beaucoup sont chef de parti politique dont les militants ne remplissent pas une cabine téléphonique.

Le RPG, l’UFR, l’UPG et l’UFDG devraient se fondrent dans une formation politique unique, poser ainsi les bases d’un véritable parti national avec un chef de file, un seul numéro de téléphone et une alternative politique crédible.

C’est la condition pour faire sauter le verrou Dadis.

Lamine Camara
Columbus, Ohio, USA


Commentaires


2009-11-10 09:16:10

Depuis le carnage et les viols des femmes a ciel le 28 septembre 2009, la Guinée est sous la foudre de la communauté internationale: embargos sur les armes, sur les visas, sur la coopération économique et financière. Dadis Camara, les membres du Cndd, des membres du gouvernement et caïds du systèmes sont menacé  s de poursuite  judiciaire  internationale pour crime contre l’humanité.

Ces sanctions et menaces suffisent-elles pour obtenir le départ du boucher de Conakry ? Pas sur.

En matière de sanctions, la Guinée n’est pas à son premier rodéo. Le pays est né en 1958 sous les sanctions avec la mise en quarantaine par l’ex-colonisatrice, la France suivit des autres pays occidentaux. Le pays sera pratiquement sous sanctions pendant 26 ans. Pour survivre, Sékou Touré va céder la bauxite de Boké aux Américains et aux Russes pour des miettes et jusqu'aujourd’hui pour 100 à 150 millions de dollars par an, dans le seul but de financer sa dictature.
En 1984, l’armée s’empara du pouvoir. Le chef de la junte a l’époque, un certain colonel Lansana Conté promet la démocratie, la liberté et la justice pour tous. Il ouvre les portes du pays pour accueillir les bailleurs de fonds  internationaux. Quelques années après, devenu dictateur, le général Conte se rendra compte que les sous de l’occident c’est la carotte et le bâton : le dollar contre la démocratie et la bonne gouvernance. Cela s’appel en Guinée ‘l’ingérence dans les affaires du pays’.

Trop stressant pour un dictateur et son administration qui veulent ‘gérer’ et piller le pays a huis clos.
Bienvenue aux trafiquants Chinois, Pakistanais, Libanais, Ukrainiens et aux cartels Sud Américains de la drogue et…….aux trafiquants de Madina etc. Ainsi le tour est joué : Banque mondiale, Fond Monétaire International ou autres bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux, pas besoin, no thanks, nein danke.
Des petits malins vont s’enrichirent énormément et le peuple va s’appauvrir énormément.

Décembre 2008, un autre militaire s’empare du pouvoir après la mort du second dictateur. Même son de cloche ou presque comme  en 1984.

Et vint le 28 septembre 2009, le petit lakoudou du camp Alpha Yaya n’est pas encore un dictateur, mais il veut le devenir. Sa garde prétorienne  transforme le stade du 28 septembre  en une boucherie humaine et en une maison close pour violer les femmes.
Les images de ce lundi choquent les Guinéens, les Africains et toute l’humanité.

Aujourd’hui les embargos et les sanctions de la communauté internationale pleuvent sur le pays. La Guinée est devenu la Corée du Nord  ou l’Iran de l’Afrique.

Dadis et le Cndd peuvent-ils résister à cette armada de sanctions  et rester au pouvoir ? Oui

Les sanctions ne fonctionnent que lorsqu’elles sont prises contre un pays ou il y a un Etat et une alternative politique. En Guinée il n’y a ni Etat, ni alternative politique depuis  50 ans.
L’Etat en Guinée est un mélange du Parti-Etat du PDG, de l’Etat affairiste et narco du général Conté et de son PUP et de l’Etat show de Idi Amin Dadis, avec la même administration qui a fini de privatiser les services publics pour le compte de ses membres, les fonctionnaires.
Les services dont une république doit aux citoyens n’existent pas : les hôpitaux publiques sont ‘privatisés’ par les médecins et les administrateurs, les commissariats de police et la gendarmerie sont transformés en machine de raquette, les tribunaux de justice rendent la ‘justice’ selon la tête ou la poche du ‘citoyen-client’, des trafiquants ‘intellectuels’ ont crée des super marché qu’ils appellent universités.
L’électricité et l’eau sont réservées aux gouvernants, ministres, hauts cadres de la république et autres caciques des différents régimes depuis 1958.

Depuis 1958, le seul rôle des gouvernements est de faire taire le peuple par les moyens de pendaisons publiques des supposés opposants, par la psychose de complots permanents, de 5 eme colonne, de complot Peuhl, de Wo fatara, des massacres de ceux qui osent manifester contre le système (janvier-fevrier 2007, 28 septembre 2009).

Les sanctions de la communauté  internationale ne peuvent être efficace que lorsqu’il y a une alternative politique visible. En Guinée il n’y a pas.

Les partis politiques aux sein des forces vives ne sont pas capable de designer un chef de file. L’opposition Guinéenne n’a donc pas un numéro de  téléphone. Chaque propriétaire de parti politique se prend pour un leader politique, un leader d’opinion. Or un parti politique n’existe qu’au regard d’un électorat. A part le RPG de Alpha Condé, l’UFR de Sidya Touré, l’UFDG de Cellou D Diallo (par feu Ba Mamadou) et l’UPG de Jean-Marie Doré, tous les autres  partis politiques n’ont jamais participé a une  élection, ils sont simplement possesseurs d’un bout de papier qu’on appel agrément. Un agrément ne suffit pas  pour attribuer le statut de leader à un individu.

Ils étaient au moins 100 individus a Ouagadougou pour rencontrer le médiateur Blaise Compaoré, parmi eux beaucoup sont chef de parti politique dont les militants ne remplissent pas une cabine téléphonique.

Le RPG, l’UFR, l’UPG et l’UFDG devraient se fondrent dans une formation politique unique, poser ainsi les bases d’un véritable parti national avec un chef de file, un seul numéro de téléphone et une alternative politique crédible.

C’est la condition pour faire sauter le verrou Dadis.

Lamine Camara
Columbus, Ohio, USA

2009-11-10 08:21:19 Oury Diallo

2009-11-10 09:16:10

Depuis le carnage et les viols des femmes a ciel le 28 septembre 2009, la Guinée est sous la foudre de la communauté internationale: embargos sur les armes, sur les visas, sur la coopération économique et financière. Dadis Camara, les membres du Cndd, des membres du gouvernement et caïds du systèmes sont menacé  s de poursuite  judiciaire  internationale pour crime contre l’humanité.

Ces sanctions et menaces suffisent-elles pour obtenir le départ du boucher de Conakry ? Pas sur.

En matière de sanctions, la Guinée n’est pas à son premier rodéo. Le pays est né en 1958 sous les sanctions avec la mise en quarantaine par l’ex-colonisatrice, la France suivit des autres pays occidentaux. Le pays sera pratiquement sous sanctions pendant 26 ans. Pour survivre, Sékou Touré va céder la bauxite de Boké aux Américains et aux Russes pour des miettes et jusqu'aujourd’hui pour 100 à 150 millions de dollars par an, dans le seul but de financer sa dictature.
En 1984, l’armée s’empara du pouvoir. Le chef de la junte a l’époque, un certain colonel Lansana Conté promet la démocratie, la liberté et la justice pour tous. Il ouvre les portes du pays pour accueillir les bailleurs de fonds  internationaux. Quelques années après, devenu dictateur, le général Conte se rendra compte que les sous de l’occident c’est la carotte et le bâton : le dollar contre la démocratie et la bonne gouvernance. Cela s’appel en Guinée ‘l’ingérence dans les affaires du pays’.

Trop stressant pour un dictateur et son administration qui veulent ‘gérer’ et piller le pays a huis clos.
Bienvenue aux trafiquants Chinois, Pakistanais, Libanais, Ukrainiens et aux cartels Sud Américains de la drogue et…….aux trafiquants de Madina etc. Ainsi le tour est joué : Banque mondiale, Fond Monétaire International ou autres bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux, pas besoin, no thanks, nein danke.
Des petits malins vont s’enrichirent énormément et le peuple va s’appauvrir énormément.

Décembre 2008, un autre militaire s’empare du pouvoir après la mort du second dictateur. Même son de cloche ou presque comme  en 1984.

Et vint le 28 septembre 2009, le petit lakoudou du camp Alpha Yaya n’est pas encore un dictateur, mais il veut le devenir. Sa garde prétorienne  transforme le stade du 28 septembre  en une boucherie humaine et en une maison close pour violer les femmes.
Les images de ce lundi choquent les Guinéens, les Africains et toute l’humanité.

Aujourd’hui les embargos et les sanctions de la communauté internationale pleuvent sur le pays. La Guinée est devenu la Corée du Nord  ou l’Iran de l’Afrique.

Dadis et le Cndd peuvent-ils résister à cette armada de sanctions  et rester au pouvoir ? Oui

Les sanctions ne fonctionnent que lorsqu’elles sont prises contre un pays ou il y a un Etat et une alternative politique. En Guinée il n’y a ni Etat, ni alternative politique depuis  50 ans.
L’Etat en Guinée est un mélange du Parti-Etat du PDG, de l’Etat affairiste et narco du général Conté et de son PUP et de l’Etat show de Idi Amin Dadis, avec la même administration qui a fini de privatiser les services publics pour le compte de ses membres, les fonctionnaires.
Les services dont une république doit aux citoyens n’existent pas : les hôpitaux publiques sont ‘privatisés’ par les médecins et les administrateurs, les commissariats de police et la gendarmerie sont transformés en machine de raquette, les tribunaux de justice rendent la ‘justice’ selon la tête ou la poche du ‘citoyen-client’, des trafiquants ‘intellectuels’ ont crée des super marché qu’ils appellent universités.
L’électricité et l’eau sont réservées aux gouvernants, ministres, hauts cadres de la république et autres caciques des différents régimes depuis 1958.

Depuis 1958, le seul rôle des gouvernements est de faire taire le peuple par les moyens de pendaisons publiques des supposés opposants, par la psychose de complots permanents, de 5 eme colonne, de complot Peuhl, de Wo fatara, des massacres de ceux qui osent manifester contre le système (janvier-fevrier 2007, 28 septembre 2009).

Les sanctions de la communauté  internationale ne peuvent être efficace que lorsqu’il y a une alternative politique visible. En Guinée il n’y a pas.

Les partis politiques aux sein des forces vives ne sont pas capable de designer un chef de file. L’opposition Guinéenne n’a donc pas un numéro de  téléphone. Chaque propriétaire de parti politique se prend pour un leader politique, un leader d’opinion. Or un parti politique n’existe qu’au regard d’un électorat. A part le RPG de Alpha Condé, l’UFR de Sidya Touré, l’UFDG de Cellou D Diallo (par feu Ba Mamadou) et l’UPG de Jean-Marie Doré, tous les autres  partis politiques n’ont jamais participé a une  élection, ils sont simplement possesseurs d’un bout de papier qu’on appel agrément. Un agrément ne suffit pas  pour attribuer le statut de leader à un individu.

Ils étaient au moins 100 individus a Ouagadougou pour rencontrer le médiateur Blaise Compaoré, parmi eux beaucoup sont chef de parti politique dont les militants ne remplissent pas une cabine téléphonique.

Le RPG, l’UFR, l’UPG et l’UFDG devraient se fondrent dans une formation politique unique, poser ainsi les bases d’un véritable parti national avec un chef de file, un seul numéro de téléphone et une alternative politique crédible.

C’est la condition pour faire sauter le verrou Dadis.

Lamine Camara
Columbus, Ohio, USA

2009-11-10 08:21:19 Oumar B. Bah

2009-11-10 09:16:10

Depuis le carnage et les viols des femmes a ciel le 28 septembre 2009, la Guinée est sous la foudre de la communauté internationale: embargos sur les armes, sur les visas, sur la coopération économique et financière. Dadis Camara, les membres du Cndd, des membres du gouvernement et caïds du systèmes sont menacé  s de poursuite  judiciaire  internationale pour crime contre l’humanité.

Ces sanctions et menaces suffisent-elles pour obtenir le départ du boucher de Conakry ? Pas sur.

En matière de sanctions, la Guinée n’est pas à son premier rodéo. Le pays est né en 1958 sous les sanctions avec la mise en quarantaine par l’ex-colonisatrice, la France suivit des autres pays occidentaux. Le pays sera pratiquement sous sanctions pendant 26 ans. Pour survivre, Sékou Touré va céder la bauxite de Boké aux Américains et aux Russes pour des miettes et jusqu'aujourd’hui pour 100 à 150 millions de dollars par an, dans le seul but de financer sa dictature.
En 1984, l’armée s’empara du pouvoir. Le chef de la junte a l’époque, un certain colonel Lansana Conté promet la démocratie, la liberté et la justice pour tous. Il ouvre les portes du pays pour accueillir les bailleurs de fonds  internationaux. Quelques années après, devenu dictateur, le général Conte se rendra compte que les sous de l’occident c’est la carotte et le bâton : le dollar contre la démocratie et la bonne gouvernance. Cela s’appel en Guinée ‘l’ingérence dans les affaires du pays’.

Trop stressant pour un dictateur et son administration qui veulent ‘gérer’ et piller le pays a huis clos.
Bienvenue aux trafiquants Chinois, Pakistanais, Libanais, Ukrainiens et aux cartels Sud Américains de la drogue et…….aux trafiquants de Madina etc. Ainsi le tour est joué : Banque mondiale, Fond Monétaire International ou autres bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux, pas besoin, no thanks, nein danke.
Des petits malins vont s’enrichirent énormément et le peuple va s’appauvrir énormément.

Décembre 2008, un autre militaire s’empare du pouvoir après la mort du second dictateur. Même son de cloche ou presque comme  en 1984.

Et vint le 28 septembre 2009, le petit lakoudou du camp Alpha Yaya n’est pas encore un dictateur, mais il veut le devenir. Sa garde prétorienne  transforme le stade du 28 septembre  en une boucherie humaine et en une maison close pour violer les femmes.
Les images de ce lundi choquent les Guinéens, les Africains et toute l’humanité.

Aujourd’hui les embargos et les sanctions de la communauté internationale pleuvent sur le pays. La Guinée est devenu la Corée du Nord  ou l’Iran de l’Afrique.

Dadis et le Cndd peuvent-ils résister à cette armada de sanctions  et rester au pouvoir ? Oui

Les sanctions ne fonctionnent que lorsqu’elles sont prises contre un pays ou il y a un Etat et une alternative politique. En Guinée il n’y a ni Etat, ni alternative politique depuis  50 ans.
L’Etat en Guinée est un mélange du Parti-Etat du PDG, de l’Etat affairiste et narco du général Conté et de son PUP et de l’Etat show de Idi Amin Dadis, avec la même administration qui a fini de privatiser les services publics pour le compte de ses membres, les fonctionnaires.
Les services dont une république doit aux citoyens n’existent pas : les hôpitaux publiques sont ‘privatisés’ par les médecins et les administrateurs, les commissariats de police et la gendarmerie sont transformés en machine de raquette, les tribunaux de justice rendent la ‘justice’ selon la tête ou la poche du ‘citoyen-client’, des trafiquants ‘intellectuels’ ont crée des super marché qu’ils appellent universités.
L’électricité et l’eau sont réservées aux gouvernants, ministres, hauts cadres de la république et autres caciques des différents régimes depuis 1958.

Depuis 1958, le seul rôle des gouvernements est de faire taire le peuple par les moyens de pendaisons publiques des supposés opposants, par la psychose de complots permanents, de 5 eme colonne, de complot Peuhl, de Wo fatara, des massacres de ceux qui osent manifester contre le système (janvier-fevrier 2007, 28 septembre 2009).

Les sanctions de la communauté  internationale ne peuvent être efficace que lorsqu’il y a une alternative politique visible. En Guinée il n’y a pas.

Les partis politiques aux sein des forces vives ne sont pas capable de designer un chef de file. L’opposition Guinéenne n’a donc pas un numéro de  téléphone. Chaque propriétaire de parti politique se prend pour un leader politique, un leader d’opinion. Or un parti politique n’existe qu’au regard d’un électorat. A part le RPG de Alpha Condé, l’UFR de Sidya Touré, l’UFDG de Cellou D Diallo (par feu Ba Mamadou) et l’UPG de Jean-Marie Doré, tous les autres  partis politiques n’ont jamais participé a une  élection, ils sont simplement possesseurs d’un bout de papier qu’on appel agrément. Un agrément ne suffit pas  pour attribuer le statut de leader à un individu.

Ils étaient au moins 100 individus a Ouagadougou pour rencontrer le médiateur Blaise Compaoré, parmi eux beaucoup sont chef de parti politique dont les militants ne remplissent pas une cabine téléphonique.

Le RPG, l’UFR, l’UPG et l’UFDG devraient se fondrent dans une formation politique unique, poser ainsi les bases d’un véritable parti national avec un chef de file, un seul numéro de téléphone et une alternative politique crédible.

C’est la condition pour faire sauter le verrou Dadis.

Lamine Camara
Columbus, Ohio, USA

2009-11-10 08:21:19 IBRAHIMA

2009-11-10 09:16:10

Depuis le carnage et les viols des femmes a ciel le 28 septembre 2009, la Guinée est sous la foudre de la communauté internationale: embargos sur les armes, sur les visas, sur la coopération économique et financière. Dadis Camara, les membres du Cndd, des membres du gouvernement et caïds du systèmes sont menacé  s de poursuite  judiciaire  internationale pour crime contre l’humanité.

Ces sanctions et menaces suffisent-elles pour obtenir le départ du boucher de Conakry ? Pas sur.

En matière de sanctions, la Guinée n’est pas à son premier rodéo. Le pays est né en 1958 sous les sanctions avec la mise en quarantaine par l’ex-colonisatrice, la France suivit des autres pays occidentaux. Le pays sera pratiquement sous sanctions pendant 26 ans. Pour survivre, Sékou Touré va céder la bauxite de Boké aux Américains et aux Russes pour des miettes et jusqu'aujourd’hui pour 100 à 150 millions de dollars par an, dans le seul but de financer sa dictature.
En 1984, l’armée s’empara du pouvoir. Le chef de la junte a l’époque, un certain colonel Lansana Conté promet la démocratie, la liberté et la justice pour tous. Il ouvre les portes du pays pour accueillir les bailleurs de fonds  internationaux. Quelques années après, devenu dictateur, le général Conte se rendra compte que les sous de l’occident c’est la carotte et le bâton : le dollar contre la démocratie et la bonne gouvernance. Cela s’appel en Guinée ‘l’ingérence dans les affaires du pays’.

Trop stressant pour un dictateur et son administration qui veulent ‘gérer’ et piller le pays a huis clos.
Bienvenue aux trafiquants Chinois, Pakistanais, Libanais, Ukrainiens et aux cartels Sud Américains de la drogue et…….aux trafiquants de Madina etc. Ainsi le tour est joué : Banque mondiale, Fond Monétaire International ou autres bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux, pas besoin, no thanks, nein danke.
Des petits malins vont s’enrichirent énormément et le peuple va s’appauvrir énormément.

Décembre 2008, un autre militaire s’empare du pouvoir après la mort du second dictateur. Même son de cloche ou presque comme  en 1984.

Et vint le 28 septembre 2009, le petit lakoudou du camp Alpha Yaya n’est pas encore un dictateur, mais il veut le devenir. Sa garde prétorienne  transforme le stade du 28 septembre  en une boucherie humaine et en une maison close pour violer les femmes.
Les images de ce lundi choquent les Guinéens, les Africains et toute l’humanité.

Aujourd’hui les embargos et les sanctions de la communauté internationale pleuvent sur le pays. La Guinée est devenu la Corée du Nord  ou l’Iran de l’Afrique.

Dadis et le Cndd peuvent-ils résister à cette armada de sanctions  et rester au pouvoir ? Oui

Les sanctions ne fonctionnent que lorsqu’elles sont prises contre un pays ou il y a un Etat et une alternative politique. En Guinée il n’y a ni Etat, ni alternative politique depuis  50 ans.
L’Etat en Guinée est un mélange du Parti-Etat du PDG, de l’Etat affairiste et narco du général Conté et de son PUP et de l’Etat show de Idi Amin Dadis, avec la même administration qui a fini de privatiser les services publics pour le compte de ses membres, les fonctionnaires.
Les services dont une république doit aux citoyens n’existent pas : les hôpitaux publiques sont ‘privatisés’ par les médecins et les administrateurs, les commissariats de police et la gendarmerie sont transformés en machine de raquette, les tribunaux de justice rendent la ‘justice’ selon la tête ou la poche du ‘citoyen-client’, des trafiquants ‘intellectuels’ ont crée des super marché qu’ils appellent universités.
L’électricité et l’eau sont réservées aux gouvernants, ministres, hauts cadres de la république et autres caciques des différents régimes depuis 1958.

Depuis 1958, le seul rôle des gouvernements est de faire taire le peuple par les moyens de pendaisons publiques des supposés opposants, par la psychose de complots permanents, de 5 eme colonne, de complot Peuhl, de Wo fatara, des massacres de ceux qui osent manifester contre le système (janvier-fevrier 2007, 28 septembre 2009).

Les sanctions de la communauté  internationale ne peuvent être efficace que lorsqu’il y a une alternative politique visible. En Guinée il n’y a pas.

Les partis politiques aux sein des forces vives ne sont pas capable de designer un chef de file. L’opposition Guinéenne n’a donc pas un numéro de  téléphone. Chaque propriétaire de parti politique se prend pour un leader politique, un leader d’opinion. Or un parti politique n’existe qu’au regard d’un électorat. A part le RPG de Alpha Condé, l’UFR de Sidya Touré, l’UFDG de Cellou D Diallo (par feu Ba Mamadou) et l’UPG de Jean-Marie Doré, tous les autres  partis politiques n’ont jamais participé a une  élection, ils sont simplement possesseurs d’un bout de papier qu’on appel agrément. Un agrément ne suffit pas  pour attribuer le statut de leader à un individu.

Ils étaient au moins 100 individus a Ouagadougou pour rencontrer le médiateur Blaise Compaoré, parmi eux beaucoup sont chef de parti politique dont les militants ne remplissent pas une cabine téléphonique.

Le RPG, l’UFR, l’UPG et l’UFDG devraient se fondrent dans une formation politique unique, poser ainsi les bases d’un véritable parti national avec un chef de file, un seul numéro de téléphone et une alternative politique crédible.

C’est la condition pour faire sauter le verrou Dadis.

Lamine Camara
Columbus, Ohio, USA

2009-11-10 08:21:19 Batemady

2009-11-10 09:16:10

Depuis le carnage et les viols des femmes a ciel le 28 septembre 2009, la Guinée est sous la foudre de la communauté internationale: embargos sur les armes, sur les visas, sur la coopération économique et financière. Dadis Camara, les membres du Cndd, des membres du gouvernement et caïds du systèmes sont menacé  s de poursuite  judiciaire  internationale pour crime contre l’humanité.

Ces sanctions et menaces suffisent-elles pour obtenir le départ du boucher de Conakry ? Pas sur.

En matière de sanctions, la Guinée n’est pas à son premier rodéo. Le pays est né en 1958 sous les sanctions avec la mise en quarantaine par l’ex-colonisatrice, la France suivit des autres pays occidentaux. Le pays sera pratiquement sous sanctions pendant 26 ans. Pour survivre, Sékou Touré va céder la bauxite de Boké aux Américains et aux Russes pour des miettes et jusqu'aujourd’hui pour 100 à 150 millions de dollars par an, dans le seul but de financer sa dictature.
En 1984, l’armée s’empara du pouvoir. Le chef de la junte a l’époque, un certain colonel Lansana Conté promet la démocratie, la liberté et la justice pour tous. Il ouvre les portes du pays pour accueillir les bailleurs de fonds  internationaux. Quelques années après, devenu dictateur, le général Conte se rendra compte que les sous de l’occident c’est la carotte et le bâton : le dollar contre la démocratie et la bonne gouvernance. Cela s’appel en Guinée ‘l’ingérence dans les affaires du pays’.

Trop stressant pour un dictateur et son administration qui veulent ‘gérer’ et piller le pays a huis clos.
Bienvenue aux trafiquants Chinois, Pakistanais, Libanais, Ukrainiens et aux cartels Sud Américains de la drogue et…….aux trafiquants de Madina etc. Ainsi le tour est joué : Banque mondiale, Fond Monétaire International ou autres bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux, pas besoin, no thanks, nein danke.
Des petits malins vont s’enrichirent énormément et le peuple va s’appauvrir énormément.

Décembre 2008, un autre militaire s’empare du pouvoir après la mort du second dictateur. Même son de cloche ou presque comme  en 1984.

Et vint le 28 septembre 2009, le petit lakoudou du camp Alpha Yaya n’est pas encore un dictateur, mais il veut le devenir. Sa garde prétorienne  transforme le stade du 28 septembre  en une boucherie humaine et en une maison close pour violer les femmes.
Les images de ce lundi choquent les Guinéens, les Africains et toute l’humanité.

Aujourd’hui les embargos et les sanctions de la communauté internationale pleuvent sur le pays. La Guinée est devenu la Corée du Nord  ou l’Iran de l’Afrique.

Dadis et le Cndd peuvent-ils résister à cette armada de sanctions  et rester au pouvoir ? Oui

Les sanctions ne fonctionnent que lorsqu’elles sont prises contre un pays ou il y a un Etat et une alternative politique. En Guinée il n’y a ni Etat, ni alternative politique depuis  50 ans.
L’Etat en Guinée est un mélange du Parti-Etat du PDG, de l’Etat affairiste et narco du général Conté et de son PUP et de l’Etat show de Idi Amin Dadis, avec la même administration qui a fini de privatiser les services publics pour le compte de ses membres, les fonctionnaires.
Les services dont une république doit aux citoyens n’existent pas : les hôpitaux publiques sont ‘privatisés’ par les médecins et les administrateurs, les commissariats de police et la gendarmerie sont transformés en machine de raquette, les tribunaux de justice rendent la ‘justice’ selon la tête ou la poche du ‘citoyen-client’, des trafiquants ‘intellectuels’ ont crée des super marché qu’ils appellent universités.
L’électricité et l’eau sont réservées aux gouvernants, ministres, hauts cadres de la république et autres caciques des différents régimes depuis 1958.

Depuis 1958, le seul rôle des gouvernements est de faire taire le peuple par les moyens de pendaisons publiques des supposés opposants, par la psychose de complots permanents, de 5 eme colonne, de complot Peuhl, de Wo fatara, des massacres de ceux qui osent manifester contre le système (janvier-fevrier 2007, 28 septembre 2009).

Les sanctions de la communauté  internationale ne peuvent être efficace que lorsqu’il y a une alternative politique visible. En Guinée il n’y a pas.

Les partis politiques aux sein des forces vives ne sont pas capable de designer un chef de file. L’opposition Guinéenne n’a donc pas un numéro de  téléphone. Chaque propriétaire de parti politique se prend pour un leader politique, un leader d’opinion. Or un parti politique n’existe qu’au regard d’un électorat. A part le RPG de Alpha Condé, l’UFR de Sidya Touré, l’UFDG de Cellou D Diallo (par feu Ba Mamadou) et l’UPG de Jean-Marie Doré, tous les autres  partis politiques n’ont jamais participé a une  élection, ils sont simplement possesseurs d’un bout de papier qu’on appel agrément. Un agrément ne suffit pas  pour attribuer le statut de leader à un individu.

Ils étaient au moins 100 individus a Ouagadougou pour rencontrer le médiateur Blaise Compaoré, parmi eux beaucoup sont chef de parti politique dont les militants ne remplissent pas une cabine téléphonique.

Le RPG, l’UFR, l’UPG et l’UFDG devraient se fondrent dans une formation politique unique, poser ainsi les bases d’un véritable parti national avec un chef de file, un seul numéro de téléphone et une alternative politique crédible.

C’est la condition pour faire sauter le verrou Dadis.

Lamine Camara
Columbus, Ohio, USA

2009-11-10 08:21:19 Le Foutanké

2009-11-10 09:16:10

Depuis le carnage et les viols des femmes a ciel le 28 septembre 2009, la Guinée est sous la foudre de la communauté internationale: embargos sur les armes, sur les visas, sur la coopération économique et financière. Dadis Camara, les membres du Cndd, des membres du gouvernement et caïds du systèmes sont menacé  s de poursuite  judiciaire  internationale pour crime contre l’humanité.

Ces sanctions et menaces suffisent-elles pour obtenir le départ du boucher de Conakry ? Pas sur.

En matière de sanctions, la Guinée n’est pas à son premier rodéo. Le pays est né en 1958 sous les sanctions avec la mise en quarantaine par l’ex-colonisatrice, la France suivit des autres pays occidentaux. Le pays sera pratiquement sous sanctions pendant 26 ans. Pour survivre, Sékou Touré va céder la bauxite de Boké aux Américains et aux Russes pour des miettes et jusqu'aujourd’hui pour 100 à 150 millions de dollars par an, dans le seul but de financer sa dictature.
En 1984, l’armée s’empara du pouvoir. Le chef de la junte a l’époque, un certain colonel Lansana Conté promet la démocratie, la liberté et la justice pour tous. Il ouvre les portes du pays pour accueillir les bailleurs de fonds  internationaux. Quelques années après, devenu dictateur, le général Conte se rendra compte que les sous de l’occident c’est la carotte et le bâton : le dollar contre la démocratie et la bonne gouvernance. Cela s’appel en Guinée ‘l’ingérence dans les affaires du pays’.

Trop stressant pour un dictateur et son administration qui veulent ‘gérer’ et piller le pays a huis clos.
Bienvenue aux trafiquants Chinois, Pakistanais, Libanais, Ukrainiens et aux cartels Sud Américains de la drogue et…….aux trafiquants de Madina etc. Ainsi le tour est joué : Banque mondiale, Fond Monétaire International ou autres bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux, pas besoin, no thanks, nein danke.
Des petits malins vont s’enrichirent énormément et le peuple va s’appauvrir énormément.

Décembre 2008, un autre militaire s’empare du pouvoir après la mort du second dictateur. Même son de cloche ou presque comme  en 1984.

Et vint le 28 septembre 2009, le petit lakoudou du camp Alpha Yaya n’est pas encore un dictateur, mais il veut le devenir. Sa garde prétorienne  transforme le stade du 28 septembre  en une boucherie humaine et en une maison close pour violer les femmes.
Les images de ce lundi choquent les Guinéens, les Africains et toute l’humanité.

Aujourd’hui les embargos et les sanctions de la communauté internationale pleuvent sur le pays. La Guinée est devenu la Corée du Nord  ou l’Iran de l’Afrique.

Dadis et le Cndd peuvent-ils résister à cette armada de sanctions  et rester au pouvoir ? Oui

Les sanctions ne fonctionnent que lorsqu’elles sont prises contre un pays ou il y a un Etat et une alternative politique. En Guinée il n’y a ni Etat, ni alternative politique depuis  50 ans.
L’Etat en Guinée est un mélange du Parti-Etat du PDG, de l’Etat affairiste et narco du général Conté et de son PUP et de l’Etat show de Idi Amin Dadis, avec la même administration qui a fini de privatiser les services publics pour le compte de ses membres, les fonctionnaires.
Les services dont une république doit aux citoyens n’existent pas : les hôpitaux publiques sont ‘privatisés’ par les médecins et les administrateurs, les commissariats de police et la gendarmerie sont transformés en machine de raquette, les tribunaux de justice rendent la ‘justice’ selon la tête ou la poche du ‘citoyen-client’, des trafiquants ‘intellectuels’ ont crée des super marché qu’ils appellent universités.
L’électricité et l’eau sont réservées aux gouvernants, ministres, hauts cadres de la république et autres caciques des différents régimes depuis 1958.

Depuis 1958, le seul rôle des gouvernements est de faire taire le peuple par les moyens de pendaisons publiques des supposés opposants, par la psychose de complots permanents, de 5 eme colonne, de complot Peuhl, de Wo fatara, des massacres de ceux qui osent manifester contre le système (janvier-fevrier 2007, 28 septembre 2009).

Les sanctions de la communauté  internationale ne peuvent être efficace que lorsqu’il y a une alternative politique visible. En Guinée il n’y a pas.

Les partis politiques aux sein des forces vives ne sont pas capable de designer un chef de file. L’opposition Guinéenne n’a donc pas un numéro de  téléphone. Chaque propriétaire de parti politique se prend pour un leader politique, un leader d’opinion. Or un parti politique n’existe qu’au regard d’un électorat. A part le RPG de Alpha Condé, l’UFR de Sidya Touré, l’UFDG de Cellou D Diallo (par feu Ba Mamadou) et l’UPG de Jean-Marie Doré, tous les autres  partis politiques n’ont jamais participé a une  élection, ils sont simplement possesseurs d’un bout de papier qu’on appel agrément. Un agrément ne suffit pas  pour attribuer le statut de leader à un individu.

Ils étaient au moins 100 individus a Ouagadougou pour rencontrer le médiateur Blaise Compaoré, parmi eux beaucoup sont chef de parti politique dont les militants ne remplissent pas une cabine téléphonique.

Le RPG, l’UFR, l’UPG et l’UFDG devraient se fondrent dans une formation politique unique, poser ainsi les bases d’un véritable parti national avec un chef de file, un seul numéro de téléphone et une alternative politique crédible.

C’est la condition pour faire sauter le verrou Dadis.

Lamine Camara
Columbus, Ohio, USA

2009-11-10 08:21:19 Amara Lamine Bangoura
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.