chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

la Guinée doit suspendre le Syli des grandes compétitions pour le moment

Date de publication:2009-11-16 07:38:26

2009-11-16 08:30:43

Pour son honneur et le bonheur des guinéens, la Guinée a besoin de suspendre le Syli des grandes compétitions pour un minimum de 4 ans, le temps de se reconstituer. Et après cet épisode peut-être douloureux, elle en sortira sûrement grandie« Reculer pour mieux sauter »

Pour autant, la Guinée essuie une nouvelle défaite. Et il ne faut pas que le Ministère de la Jeunesse et la Fe.Gui.Foot se lamentent, mais plutôt tirer les leçons des erreurs, qui ont été plus nombreuses que la Fédération Guinéenne de Football voudrait le reconnaître.

Il y a plusieurs degrés de défaites ou plutôt dans la perception de ces échecs.

*La perte d'une partie d'échecs n'est pas comparable à l'échec des pourparlers dans une tentative de réconciliation entre deux pays ennemis.

*La perte d'un match de football amateur ne saurait rivaliser objectivement avec, pour la même personne, l'annonce de son redoublement à l'école. Et pourtant, quelque soit la défaite, le ressenti reste le même, du moins en apparence : déception, colère, amertume, perte de confiance et déprime sont fréquemment vécues, parfois très profondément.

La défaite est comprise comme un sursis favorable à une meilleure compréhension, à une meilleure assimilation et à terme à une réussite plus profonde. Mais quand elle frappe régulièrement à la porte, elle peut alors devenir un tremplin.

« Reculer pour mieux sauter » 

Il vaut mieux inciter un élève à redoubler son année scolaire pour parfaire ses connaissances et consolider ses bases plutôt que le pousser coûte que coûte vers le moment où cela explosera avec des conséquences bien plus dures.

Les signes annonciateurs du raccourcissement de l'espérance de vie de notre Syli se sont faits sentir depuis près de 4 ans. Mais à l'image de l'Etat de santé de Conté et les profiteurs qui gravitaient autour de lui, le Syli a été maquillé par des pseudos guinéens qui s'en sont toujours servis sur le dos pour leur propre intérêt. Finalement, le cadre est établi, bien présent et surtout connu. Ressasser son échec, c'est remettre les mêmes habits, ceux dans lesquels on se sent à l'aise. Certes le Syli a paru, un moment, un peu reluisant même pas satisfaisant, mais c'est des raccommodages par-ci par-là qui l’ont fait tenir ces derniers temps.

En renonçant aux compétitions internationales, la Guinée au lieu de s'enfoncer, ferait preuve, d'une certaine maturité.

Mais surtout, elle s'enlève une grosse épine du pied qu'elle a longtemps traîné avec elle, et se libère pour l'avenir. Nous n'avons plus de choix,  la Guinée  doit accepter de faire une pause dans son parcours, même si cela doit nous valoir de redescendre d'un échelon, dans le but évident, et assumé de rebondir dans l'avenir. Si le contraire de l'échec n'est pas assuré éternellement et même abouti à l'échec, n'y a-t-il pas matière à relativiser la réussite et par là même à revaloriser l'échec ?

Oui, la Guinée regorge d'immenses potentialités humaines dans le domaine du sport en général et du Foot en particulier. Pour cela nous n'avons même pas besoin de nous en cacher, parce que les preuves sont palpables et même parlantes.

Des découvertes comme :

David Bangoura de Fria, virevoltant gardien de but qui j’espère ferait mieux que le sac à buts de Kemoko Camara: Trophée de meilleur joueur de la CAN2LILLE

Aliou Lamah, Meilleur buteur de la CAN2LILLE avec à son actif 7 buts

Ibrahim Camara 19 ans qui a impressionné plus d’un spectateur ont été faites dans le Nord-Pas-De-Calais.

Le jeune Mohamed Sy du club Anderlecht de Bruxelles qui a été meilleur butteur du Champions League 2007 de sa classe d'âge et finaliste de la même année contre le club du fils du célèbre Zinédine Zidane (Zizou) et qui fut l’un des footballeurs les plus médiatisés de 2007 en Belgique, pour ne citer que ceux-ci, qui sûrement feront notre bonheur après les 4 ans de pause que la Guinée voudra bien observer.

Aussi OUI, le Football guinéen est victime et très souvent de ses dirigeants. Il ne s’agit pas d’effacer nos identités, il s’agit, et cela ne se fera que par une attitude humble, de dépasser les clivages partisans et les querelles , pour permettre à nouveau l’émergence d’une nouvelle équipe à l’image du célèbre HAFIA.F.C.

Il est aujourd’hui de la responsabilité du Ministre de prendre la noble décision de suspendre le Syli National de toutes les sorties internationales et le démolir totalement.   

Une araignée qui renonce à rebâtir sa toile déchirée par la pluie renonce par là même à la vie. C'est aussi simple que cela. Et l'Homme n'échappe pas à cette règle implacable. Le Syli n'avait pas besoin de toile pour survivre mais comme il a continué à s'enfermer dans son échec , et que les dirigeants qui en font une source inépuisable d'enrichissement (parce que chaque déplacement du Syli revient à des milliards de nos francs avec des frais de mission faramineux),il a fini par être traîné dans la boue et derrière lui tous les guinéens.

Il est capital que le MJSEJ tire dès aujourd’hui toutes les conséquences de cet échec pour préparer les prochaines. Nous devons travailler à faire émerger une grande équipe. Pour ce faire il nous faudra dès ce dimanche 14 Novembre travailler à la reconstitution de la constellation guinéenne en dispersion, pour préparer l’avenir.

A. Pablo BANGOURA


Commentaires


2009-11-16 08:30:43

Pour son honneur et le bonheur des guinéens, la Guinée a besoin de suspendre le Syli des grandes compétitions pour un minimum de 4 ans, le temps de se reconstituer. Et après cet épisode peut-être douloureux, elle en sortira sûrement grandie« Reculer pour mieux sauter »

Pour autant, la Guinée essuie une nouvelle défaite. Et il ne faut pas que le Ministère de la Jeunesse et la Fe.Gui.Foot se lamentent, mais plutôt tirer les leçons des erreurs, qui ont été plus nombreuses que la Fédération Guinéenne de Football voudrait le reconnaître.

Il y a plusieurs degrés de défaites ou plutôt dans la perception de ces échecs.

*La perte d'une partie d'échecs n'est pas comparable à l'échec des pourparlers dans une tentative de réconciliation entre deux pays ennemis.

*La perte d'un match de football amateur ne saurait rivaliser objectivement avec, pour la même personne, l'annonce de son redoublement à l'école. Et pourtant, quelque soit la défaite, le ressenti reste le même, du moins en apparence : déception, colère, amertume, perte de confiance et déprime sont fréquemment vécues, parfois très profondément.

La défaite est comprise comme un sursis favorable à une meilleure compréhension, à une meilleure assimilation et à terme à une réussite plus profonde. Mais quand elle frappe régulièrement à la porte, elle peut alors devenir un tremplin.

« Reculer pour mieux sauter » 

Il vaut mieux inciter un élève à redoubler son année scolaire pour parfaire ses connaissances et consolider ses bases plutôt que le pousser coûte que coûte vers le moment où cela explosera avec des conséquences bien plus dures.

Les signes annonciateurs du raccourcissement de l'espérance de vie de notre Syli se sont faits sentir depuis près de 4 ans. Mais à l'image de l'Etat de santé de Conté et les profiteurs qui gravitaient autour de lui, le Syli a été maquillé par des pseudos guinéens qui s'en sont toujours servis sur le dos pour leur propre intérêt. Finalement, le cadre est établi, bien présent et surtout connu. Ressasser son échec, c'est remettre les mêmes habits, ceux dans lesquels on se sent à l'aise. Certes le Syli a paru, un moment, un peu reluisant même pas satisfaisant, mais c'est des raccommodages par-ci par-là qui l’ont fait tenir ces derniers temps.

En renonçant aux compétitions internationales, la Guinée au lieu de s'enfoncer, ferait preuve, d'une certaine maturité.

Mais surtout, elle s'enlève une grosse épine du pied qu'elle a longtemps traîné avec elle, et se libère pour l'avenir. Nous n'avons plus de choix,  la Guinée  doit accepter de faire une pause dans son parcours, même si cela doit nous valoir de redescendre d'un échelon, dans le but évident, et assumé de rebondir dans l'avenir. Si le contraire de l'échec n'est pas assuré éternellement et même abouti à l'échec, n'y a-t-il pas matière à relativiser la réussite et par là même à revaloriser l'échec ?

Oui, la Guinée regorge d'immenses potentialités humaines dans le domaine du sport en général et du Foot en particulier. Pour cela nous n'avons même pas besoin de nous en cacher, parce que les preuves sont palpables et même parlantes.

Des découvertes comme :

David Bangoura de Fria, virevoltant gardien de but qui j’espère ferait mieux que le sac à buts de Kemoko Camara: Trophée de meilleur joueur de la CAN2LILLE

Aliou Lamah, Meilleur buteur de la CAN2LILLE avec à son actif 7 buts

Ibrahim Camara 19 ans qui a impressionné plus d’un spectateur ont été faites dans le Nord-Pas-De-Calais.

Le jeune Mohamed Sy du club Anderlecht de Bruxelles qui a été meilleur butteur du Champions League 2007 de sa classe d'âge et finaliste de la même année contre le club du fils du célèbre Zinédine Zidane (Zizou) et qui fut l’un des footballeurs les plus médiatisés de 2007 en Belgique, pour ne citer que ceux-ci, qui sûrement feront notre bonheur après les 4 ans de pause que la Guinée voudra bien observer.

Aussi OUI, le Football guinéen est victime et très souvent de ses dirigeants. Il ne s’agit pas d’effacer nos identités, il s’agit, et cela ne se fera que par une attitude humble, de dépasser les clivages partisans et les querelles , pour permettre à nouveau l’émergence d’une nouvelle équipe à l’image du célèbre HAFIA.F.C.

Il est aujourd’hui de la responsabilité du Ministre de prendre la noble décision de suspendre le Syli National de toutes les sorties internationales et le démolir totalement.   

Une araignée qui renonce à rebâtir sa toile déchirée par la pluie renonce par là même à la vie. C'est aussi simple que cela. Et l'Homme n'échappe pas à cette règle implacable. Le Syli n'avait pas besoin de toile pour survivre mais comme il a continué à s'enfermer dans son échec , et que les dirigeants qui en font une source inépuisable d'enrichissement (parce que chaque déplacement du Syli revient à des milliards de nos francs avec des frais de mission faramineux),il a fini par être traîné dans la boue et derrière lui tous les guinéens.

Il est capital que le MJSEJ tire dès aujourd’hui toutes les conséquences de cet échec pour préparer les prochaines. Nous devons travailler à faire émerger une grande équipe. Pour ce faire il nous faudra dès ce dimanche 14 Novembre travailler à la reconstitution de la constellation guinéenne en dispersion, pour préparer l’avenir.

A. Pablo BANGOURA

2009-11-16 07:38:26 k. Diallo

2009-11-16 08:30:43

Pour son honneur et le bonheur des guinéens, la Guinée a besoin de suspendre le Syli des grandes compétitions pour un minimum de 4 ans, le temps de se reconstituer. Et après cet épisode peut-être douloureux, elle en sortira sûrement grandie« Reculer pour mieux sauter »

Pour autant, la Guinée essuie une nouvelle défaite. Et il ne faut pas que le Ministère de la Jeunesse et la Fe.Gui.Foot se lamentent, mais plutôt tirer les leçons des erreurs, qui ont été plus nombreuses que la Fédération Guinéenne de Football voudrait le reconnaître.

Il y a plusieurs degrés de défaites ou plutôt dans la perception de ces échecs.

*La perte d'une partie d'échecs n'est pas comparable à l'échec des pourparlers dans une tentative de réconciliation entre deux pays ennemis.

*La perte d'un match de football amateur ne saurait rivaliser objectivement avec, pour la même personne, l'annonce de son redoublement à l'école. Et pourtant, quelque soit la défaite, le ressenti reste le même, du moins en apparence : déception, colère, amertume, perte de confiance et déprime sont fréquemment vécues, parfois très profondément.

La défaite est comprise comme un sursis favorable à une meilleure compréhension, à une meilleure assimilation et à terme à une réussite plus profonde. Mais quand elle frappe régulièrement à la porte, elle peut alors devenir un tremplin.

« Reculer pour mieux sauter » 

Il vaut mieux inciter un élève à redoubler son année scolaire pour parfaire ses connaissances et consolider ses bases plutôt que le pousser coûte que coûte vers le moment où cela explosera avec des conséquences bien plus dures.

Les signes annonciateurs du raccourcissement de l'espérance de vie de notre Syli se sont faits sentir depuis près de 4 ans. Mais à l'image de l'Etat de santé de Conté et les profiteurs qui gravitaient autour de lui, le Syli a été maquillé par des pseudos guinéens qui s'en sont toujours servis sur le dos pour leur propre intérêt. Finalement, le cadre est établi, bien présent et surtout connu. Ressasser son échec, c'est remettre les mêmes habits, ceux dans lesquels on se sent à l'aise. Certes le Syli a paru, un moment, un peu reluisant même pas satisfaisant, mais c'est des raccommodages par-ci par-là qui l’ont fait tenir ces derniers temps.

En renonçant aux compétitions internationales, la Guinée au lieu de s'enfoncer, ferait preuve, d'une certaine maturité.

Mais surtout, elle s'enlève une grosse épine du pied qu'elle a longtemps traîné avec elle, et se libère pour l'avenir. Nous n'avons plus de choix,  la Guinée  doit accepter de faire une pause dans son parcours, même si cela doit nous valoir de redescendre d'un échelon, dans le but évident, et assumé de rebondir dans l'avenir. Si le contraire de l'échec n'est pas assuré éternellement et même abouti à l'échec, n'y a-t-il pas matière à relativiser la réussite et par là même à revaloriser l'échec ?

Oui, la Guinée regorge d'immenses potentialités humaines dans le domaine du sport en général et du Foot en particulier. Pour cela nous n'avons même pas besoin de nous en cacher, parce que les preuves sont palpables et même parlantes.

Des découvertes comme :

David Bangoura de Fria, virevoltant gardien de but qui j’espère ferait mieux que le sac à buts de Kemoko Camara: Trophée de meilleur joueur de la CAN2LILLE

Aliou Lamah, Meilleur buteur de la CAN2LILLE avec à son actif 7 buts

Ibrahim Camara 19 ans qui a impressionné plus d’un spectateur ont été faites dans le Nord-Pas-De-Calais.

Le jeune Mohamed Sy du club Anderlecht de Bruxelles qui a été meilleur butteur du Champions League 2007 de sa classe d'âge et finaliste de la même année contre le club du fils du célèbre Zinédine Zidane (Zizou) et qui fut l’un des footballeurs les plus médiatisés de 2007 en Belgique, pour ne citer que ceux-ci, qui sûrement feront notre bonheur après les 4 ans de pause que la Guinée voudra bien observer.

Aussi OUI, le Football guinéen est victime et très souvent de ses dirigeants. Il ne s’agit pas d’effacer nos identités, il s’agit, et cela ne se fera que par une attitude humble, de dépasser les clivages partisans et les querelles , pour permettre à nouveau l’émergence d’une nouvelle équipe à l’image du célèbre HAFIA.F.C.

Il est aujourd’hui de la responsabilité du Ministre de prendre la noble décision de suspendre le Syli National de toutes les sorties internationales et le démolir totalement.   

Une araignée qui renonce à rebâtir sa toile déchirée par la pluie renonce par là même à la vie. C'est aussi simple que cela. Et l'Homme n'échappe pas à cette règle implacable. Le Syli n'avait pas besoin de toile pour survivre mais comme il a continué à s'enfermer dans son échec , et que les dirigeants qui en font une source inépuisable d'enrichissement (parce que chaque déplacement du Syli revient à des milliards de nos francs avec des frais de mission faramineux),il a fini par être traîné dans la boue et derrière lui tous les guinéens.

Il est capital que le MJSEJ tire dès aujourd’hui toutes les conséquences de cet échec pour préparer les prochaines. Nous devons travailler à faire émerger une grande équipe. Pour ce faire il nous faudra dès ce dimanche 14 Novembre travailler à la reconstitution de la constellation guinéenne en dispersion, pour préparer l’avenir.

A. Pablo BANGOURA

2009-11-16 07:38:26 Mohamed Camara

2009-11-16 08:30:43

Pour son honneur et le bonheur des guinéens, la Guinée a besoin de suspendre le Syli des grandes compétitions pour un minimum de 4 ans, le temps de se reconstituer. Et après cet épisode peut-être douloureux, elle en sortira sûrement grandie« Reculer pour mieux sauter »

Pour autant, la Guinée essuie une nouvelle défaite. Et il ne faut pas que le Ministère de la Jeunesse et la Fe.Gui.Foot se lamentent, mais plutôt tirer les leçons des erreurs, qui ont été plus nombreuses que la Fédération Guinéenne de Football voudrait le reconnaître.

Il y a plusieurs degrés de défaites ou plutôt dans la perception de ces échecs.

*La perte d'une partie d'échecs n'est pas comparable à l'échec des pourparlers dans une tentative de réconciliation entre deux pays ennemis.

*La perte d'un match de football amateur ne saurait rivaliser objectivement avec, pour la même personne, l'annonce de son redoublement à l'école. Et pourtant, quelque soit la défaite, le ressenti reste le même, du moins en apparence : déception, colère, amertume, perte de confiance et déprime sont fréquemment vécues, parfois très profondément.

La défaite est comprise comme un sursis favorable à une meilleure compréhension, à une meilleure assimilation et à terme à une réussite plus profonde. Mais quand elle frappe régulièrement à la porte, elle peut alors devenir un tremplin.

« Reculer pour mieux sauter » 

Il vaut mieux inciter un élève à redoubler son année scolaire pour parfaire ses connaissances et consolider ses bases plutôt que le pousser coûte que coûte vers le moment où cela explosera avec des conséquences bien plus dures.

Les signes annonciateurs du raccourcissement de l'espérance de vie de notre Syli se sont faits sentir depuis près de 4 ans. Mais à l'image de l'Etat de santé de Conté et les profiteurs qui gravitaient autour de lui, le Syli a été maquillé par des pseudos guinéens qui s'en sont toujours servis sur le dos pour leur propre intérêt. Finalement, le cadre est établi, bien présent et surtout connu. Ressasser son échec, c'est remettre les mêmes habits, ceux dans lesquels on se sent à l'aise. Certes le Syli a paru, un moment, un peu reluisant même pas satisfaisant, mais c'est des raccommodages par-ci par-là qui l’ont fait tenir ces derniers temps.

En renonçant aux compétitions internationales, la Guinée au lieu de s'enfoncer, ferait preuve, d'une certaine maturité.

Mais surtout, elle s'enlève une grosse épine du pied qu'elle a longtemps traîné avec elle, et se libère pour l'avenir. Nous n'avons plus de choix,  la Guinée  doit accepter de faire une pause dans son parcours, même si cela doit nous valoir de redescendre d'un échelon, dans le but évident, et assumé de rebondir dans l'avenir. Si le contraire de l'échec n'est pas assuré éternellement et même abouti à l'échec, n'y a-t-il pas matière à relativiser la réussite et par là même à revaloriser l'échec ?

Oui, la Guinée regorge d'immenses potentialités humaines dans le domaine du sport en général et du Foot en particulier. Pour cela nous n'avons même pas besoin de nous en cacher, parce que les preuves sont palpables et même parlantes.

Des découvertes comme :

David Bangoura de Fria, virevoltant gardien de but qui j’espère ferait mieux que le sac à buts de Kemoko Camara: Trophée de meilleur joueur de la CAN2LILLE

Aliou Lamah, Meilleur buteur de la CAN2LILLE avec à son actif 7 buts

Ibrahim Camara 19 ans qui a impressionné plus d’un spectateur ont été faites dans le Nord-Pas-De-Calais.

Le jeune Mohamed Sy du club Anderlecht de Bruxelles qui a été meilleur butteur du Champions League 2007 de sa classe d'âge et finaliste de la même année contre le club du fils du célèbre Zinédine Zidane (Zizou) et qui fut l’un des footballeurs les plus médiatisés de 2007 en Belgique, pour ne citer que ceux-ci, qui sûrement feront notre bonheur après les 4 ans de pause que la Guinée voudra bien observer.

Aussi OUI, le Football guinéen est victime et très souvent de ses dirigeants. Il ne s’agit pas d’effacer nos identités, il s’agit, et cela ne se fera que par une attitude humble, de dépasser les clivages partisans et les querelles , pour permettre à nouveau l’émergence d’une nouvelle équipe à l’image du célèbre HAFIA.F.C.

Il est aujourd’hui de la responsabilité du Ministre de prendre la noble décision de suspendre le Syli National de toutes les sorties internationales et le démolir totalement.   

Une araignée qui renonce à rebâtir sa toile déchirée par la pluie renonce par là même à la vie. C'est aussi simple que cela. Et l'Homme n'échappe pas à cette règle implacable. Le Syli n'avait pas besoin de toile pour survivre mais comme il a continué à s'enfermer dans son échec , et que les dirigeants qui en font une source inépuisable d'enrichissement (parce que chaque déplacement du Syli revient à des milliards de nos francs avec des frais de mission faramineux),il a fini par être traîné dans la boue et derrière lui tous les guinéens.

Il est capital que le MJSEJ tire dès aujourd’hui toutes les conséquences de cet échec pour préparer les prochaines. Nous devons travailler à faire émerger une grande équipe. Pour ce faire il nous faudra dès ce dimanche 14 Novembre travailler à la reconstitution de la constellation guinéenne en dispersion, pour préparer l’avenir.

A. Pablo BANGOURA

2009-11-16 07:38:26 Mamadi Keita

2009-11-16 08:30:43

Pour son honneur et le bonheur des guinéens, la Guinée a besoin de suspendre le Syli des grandes compétitions pour un minimum de 4 ans, le temps de se reconstituer. Et après cet épisode peut-être douloureux, elle en sortira sûrement grandie« Reculer pour mieux sauter »

Pour autant, la Guinée essuie une nouvelle défaite. Et il ne faut pas que le Ministère de la Jeunesse et la Fe.Gui.Foot se lamentent, mais plutôt tirer les leçons des erreurs, qui ont été plus nombreuses que la Fédération Guinéenne de Football voudrait le reconnaître.

Il y a plusieurs degrés de défaites ou plutôt dans la perception de ces échecs.

*La perte d'une partie d'échecs n'est pas comparable à l'échec des pourparlers dans une tentative de réconciliation entre deux pays ennemis.

*La perte d'un match de football amateur ne saurait rivaliser objectivement avec, pour la même personne, l'annonce de son redoublement à l'école. Et pourtant, quelque soit la défaite, le ressenti reste le même, du moins en apparence : déception, colère, amertume, perte de confiance et déprime sont fréquemment vécues, parfois très profondément.

La défaite est comprise comme un sursis favorable à une meilleure compréhension, à une meilleure assimilation et à terme à une réussite plus profonde. Mais quand elle frappe régulièrement à la porte, elle peut alors devenir un tremplin.

« Reculer pour mieux sauter » 

Il vaut mieux inciter un élève à redoubler son année scolaire pour parfaire ses connaissances et consolider ses bases plutôt que le pousser coûte que coûte vers le moment où cela explosera avec des conséquences bien plus dures.

Les signes annonciateurs du raccourcissement de l'espérance de vie de notre Syli se sont faits sentir depuis près de 4 ans. Mais à l'image de l'Etat de santé de Conté et les profiteurs qui gravitaient autour de lui, le Syli a été maquillé par des pseudos guinéens qui s'en sont toujours servis sur le dos pour leur propre intérêt. Finalement, le cadre est établi, bien présent et surtout connu. Ressasser son échec, c'est remettre les mêmes habits, ceux dans lesquels on se sent à l'aise. Certes le Syli a paru, un moment, un peu reluisant même pas satisfaisant, mais c'est des raccommodages par-ci par-là qui l’ont fait tenir ces derniers temps.

En renonçant aux compétitions internationales, la Guinée au lieu de s'enfoncer, ferait preuve, d'une certaine maturité.

Mais surtout, elle s'enlève une grosse épine du pied qu'elle a longtemps traîné avec elle, et se libère pour l'avenir. Nous n'avons plus de choix,  la Guinée  doit accepter de faire une pause dans son parcours, même si cela doit nous valoir de redescendre d'un échelon, dans le but évident, et assumé de rebondir dans l'avenir. Si le contraire de l'échec n'est pas assuré éternellement et même abouti à l'échec, n'y a-t-il pas matière à relativiser la réussite et par là même à revaloriser l'échec ?

Oui, la Guinée regorge d'immenses potentialités humaines dans le domaine du sport en général et du Foot en particulier. Pour cela nous n'avons même pas besoin de nous en cacher, parce que les preuves sont palpables et même parlantes.

Des découvertes comme :

David Bangoura de Fria, virevoltant gardien de but qui j’espère ferait mieux que le sac à buts de Kemoko Camara: Trophée de meilleur joueur de la CAN2LILLE

Aliou Lamah, Meilleur buteur de la CAN2LILLE avec à son actif 7 buts

Ibrahim Camara 19 ans qui a impressionné plus d’un spectateur ont été faites dans le Nord-Pas-De-Calais.

Le jeune Mohamed Sy du club Anderlecht de Bruxelles qui a été meilleur butteur du Champions League 2007 de sa classe d'âge et finaliste de la même année contre le club du fils du célèbre Zinédine Zidane (Zizou) et qui fut l’un des footballeurs les plus médiatisés de 2007 en Belgique, pour ne citer que ceux-ci, qui sûrement feront notre bonheur après les 4 ans de pause que la Guinée voudra bien observer.

Aussi OUI, le Football guinéen est victime et très souvent de ses dirigeants. Il ne s’agit pas d’effacer nos identités, il s’agit, et cela ne se fera que par une attitude humble, de dépasser les clivages partisans et les querelles , pour permettre à nouveau l’émergence d’une nouvelle équipe à l’image du célèbre HAFIA.F.C.

Il est aujourd’hui de la responsabilité du Ministre de prendre la noble décision de suspendre le Syli National de toutes les sorties internationales et le démolir totalement.   

Une araignée qui renonce à rebâtir sa toile déchirée par la pluie renonce par là même à la vie. C'est aussi simple que cela. Et l'Homme n'échappe pas à cette règle implacable. Le Syli n'avait pas besoin de toile pour survivre mais comme il a continué à s'enfermer dans son échec , et que les dirigeants qui en font une source inépuisable d'enrichissement (parce que chaque déplacement du Syli revient à des milliards de nos francs avec des frais de mission faramineux),il a fini par être traîné dans la boue et derrière lui tous les guinéens.

Il est capital que le MJSEJ tire dès aujourd’hui toutes les conséquences de cet échec pour préparer les prochaines. Nous devons travailler à faire émerger une grande équipe. Pour ce faire il nous faudra dès ce dimanche 14 Novembre travailler à la reconstitution de la constellation guinéenne en dispersion, pour préparer l’avenir.

A. Pablo BANGOURA

2009-11-16 07:38:26 Jean Marie Sylla

2009-11-16 08:30:43

Pour son honneur et le bonheur des guinéens, la Guinée a besoin de suspendre le Syli des grandes compétitions pour un minimum de 4 ans, le temps de se reconstituer. Et après cet épisode peut-être douloureux, elle en sortira sûrement grandie« Reculer pour mieux sauter »

Pour autant, la Guinée essuie une nouvelle défaite. Et il ne faut pas que le Ministère de la Jeunesse et la Fe.Gui.Foot se lamentent, mais plutôt tirer les leçons des erreurs, qui ont été plus nombreuses que la Fédération Guinéenne de Football voudrait le reconnaître.

Il y a plusieurs degrés de défaites ou plutôt dans la perception de ces échecs.

*La perte d'une partie d'échecs n'est pas comparable à l'échec des pourparlers dans une tentative de réconciliation entre deux pays ennemis.

*La perte d'un match de football amateur ne saurait rivaliser objectivement avec, pour la même personne, l'annonce de son redoublement à l'école. Et pourtant, quelque soit la défaite, le ressenti reste le même, du moins en apparence : déception, colère, amertume, perte de confiance et déprime sont fréquemment vécues, parfois très profondément.

La défaite est comprise comme un sursis favorable à une meilleure compréhension, à une meilleure assimilation et à terme à une réussite plus profonde. Mais quand elle frappe régulièrement à la porte, elle peut alors devenir un tremplin.

« Reculer pour mieux sauter » 

Il vaut mieux inciter un élève à redoubler son année scolaire pour parfaire ses connaissances et consolider ses bases plutôt que le pousser coûte que coûte vers le moment où cela explosera avec des conséquences bien plus dures.

Les signes annonciateurs du raccourcissement de l'espérance de vie de notre Syli se sont faits sentir depuis près de 4 ans. Mais à l'image de l'Etat de santé de Conté et les profiteurs qui gravitaient autour de lui, le Syli a été maquillé par des pseudos guinéens qui s'en sont toujours servis sur le dos pour leur propre intérêt. Finalement, le cadre est établi, bien présent et surtout connu. Ressasser son échec, c'est remettre les mêmes habits, ceux dans lesquels on se sent à l'aise. Certes le Syli a paru, un moment, un peu reluisant même pas satisfaisant, mais c'est des raccommodages par-ci par-là qui l’ont fait tenir ces derniers temps.

En renonçant aux compétitions internationales, la Guinée au lieu de s'enfoncer, ferait preuve, d'une certaine maturité.

Mais surtout, elle s'enlève une grosse épine du pied qu'elle a longtemps traîné avec elle, et se libère pour l'avenir. Nous n'avons plus de choix,  la Guinée  doit accepter de faire une pause dans son parcours, même si cela doit nous valoir de redescendre d'un échelon, dans le but évident, et assumé de rebondir dans l'avenir. Si le contraire de l'échec n'est pas assuré éternellement et même abouti à l'échec, n'y a-t-il pas matière à relativiser la réussite et par là même à revaloriser l'échec ?

Oui, la Guinée regorge d'immenses potentialités humaines dans le domaine du sport en général et du Foot en particulier. Pour cela nous n'avons même pas besoin de nous en cacher, parce que les preuves sont palpables et même parlantes.

Des découvertes comme :

David Bangoura de Fria, virevoltant gardien de but qui j’espère ferait mieux que le sac à buts de Kemoko Camara: Trophée de meilleur joueur de la CAN2LILLE

Aliou Lamah, Meilleur buteur de la CAN2LILLE avec à son actif 7 buts

Ibrahim Camara 19 ans qui a impressionné plus d’un spectateur ont été faites dans le Nord-Pas-De-Calais.

Le jeune Mohamed Sy du club Anderlecht de Bruxelles qui a été meilleur butteur du Champions League 2007 de sa classe d'âge et finaliste de la même année contre le club du fils du célèbre Zinédine Zidane (Zizou) et qui fut l’un des footballeurs les plus médiatisés de 2007 en Belgique, pour ne citer que ceux-ci, qui sûrement feront notre bonheur après les 4 ans de pause que la Guinée voudra bien observer.

Aussi OUI, le Football guinéen est victime et très souvent de ses dirigeants. Il ne s’agit pas d’effacer nos identités, il s’agit, et cela ne se fera que par une attitude humble, de dépasser les clivages partisans et les querelles , pour permettre à nouveau l’émergence d’une nouvelle équipe à l’image du célèbre HAFIA.F.C.

Il est aujourd’hui de la responsabilité du Ministre de prendre la noble décision de suspendre le Syli National de toutes les sorties internationales et le démolir totalement.   

Une araignée qui renonce à rebâtir sa toile déchirée par la pluie renonce par là même à la vie. C'est aussi simple que cela. Et l'Homme n'échappe pas à cette règle implacable. Le Syli n'avait pas besoin de toile pour survivre mais comme il a continué à s'enfermer dans son échec , et que les dirigeants qui en font une source inépuisable d'enrichissement (parce que chaque déplacement du Syli revient à des milliards de nos francs avec des frais de mission faramineux),il a fini par être traîné dans la boue et derrière lui tous les guinéens.

Il est capital que le MJSEJ tire dès aujourd’hui toutes les conséquences de cet échec pour préparer les prochaines. Nous devons travailler à faire émerger une grande équipe. Pour ce faire il nous faudra dès ce dimanche 14 Novembre travailler à la reconstitution de la constellation guinéenne en dispersion, pour préparer l’avenir.

A. Pablo BANGOURA

2009-11-16 07:38:26 Boubacar

2009-11-16 08:30:43

Pour son honneur et le bonheur des guinéens, la Guinée a besoin de suspendre le Syli des grandes compétitions pour un minimum de 4 ans, le temps de se reconstituer. Et après cet épisode peut-être douloureux, elle en sortira sûrement grandie« Reculer pour mieux sauter »

Pour autant, la Guinée essuie une nouvelle défaite. Et il ne faut pas que le Ministère de la Jeunesse et la Fe.Gui.Foot se lamentent, mais plutôt tirer les leçons des erreurs, qui ont été plus nombreuses que la Fédération Guinéenne de Football voudrait le reconnaître.

Il y a plusieurs degrés de défaites ou plutôt dans la perception de ces échecs.

*La perte d'une partie d'échecs n'est pas comparable à l'échec des pourparlers dans une tentative de réconciliation entre deux pays ennemis.

*La perte d'un match de football amateur ne saurait rivaliser objectivement avec, pour la même personne, l'annonce de son redoublement à l'école. Et pourtant, quelque soit la défaite, le ressenti reste le même, du moins en apparence : déception, colère, amertume, perte de confiance et déprime sont fréquemment vécues, parfois très profondément.

La défaite est comprise comme un sursis favorable à une meilleure compréhension, à une meilleure assimilation et à terme à une réussite plus profonde. Mais quand elle frappe régulièrement à la porte, elle peut alors devenir un tremplin.

« Reculer pour mieux sauter » 

Il vaut mieux inciter un élève à redoubler son année scolaire pour parfaire ses connaissances et consolider ses bases plutôt que le pousser coûte que coûte vers le moment où cela explosera avec des conséquences bien plus dures.

Les signes annonciateurs du raccourcissement de l'espérance de vie de notre Syli se sont faits sentir depuis près de 4 ans. Mais à l'image de l'Etat de santé de Conté et les profiteurs qui gravitaient autour de lui, le Syli a été maquillé par des pseudos guinéens qui s'en sont toujours servis sur le dos pour leur propre intérêt. Finalement, le cadre est établi, bien présent et surtout connu. Ressasser son échec, c'est remettre les mêmes habits, ceux dans lesquels on se sent à l'aise. Certes le Syli a paru, un moment, un peu reluisant même pas satisfaisant, mais c'est des raccommodages par-ci par-là qui l’ont fait tenir ces derniers temps.

En renonçant aux compétitions internationales, la Guinée au lieu de s'enfoncer, ferait preuve, d'une certaine maturité.

Mais surtout, elle s'enlève une grosse épine du pied qu'elle a longtemps traîné avec elle, et se libère pour l'avenir. Nous n'avons plus de choix,  la Guinée  doit accepter de faire une pause dans son parcours, même si cela doit nous valoir de redescendre d'un échelon, dans le but évident, et assumé de rebondir dans l'avenir. Si le contraire de l'échec n'est pas assuré éternellement et même abouti à l'échec, n'y a-t-il pas matière à relativiser la réussite et par là même à revaloriser l'échec ?

Oui, la Guinée regorge d'immenses potentialités humaines dans le domaine du sport en général et du Foot en particulier. Pour cela nous n'avons même pas besoin de nous en cacher, parce que les preuves sont palpables et même parlantes.

Des découvertes comme :

David Bangoura de Fria, virevoltant gardien de but qui j’espère ferait mieux que le sac à buts de Kemoko Camara: Trophée de meilleur joueur de la CAN2LILLE

Aliou Lamah, Meilleur buteur de la CAN2LILLE avec à son actif 7 buts

Ibrahim Camara 19 ans qui a impressionné plus d’un spectateur ont été faites dans le Nord-Pas-De-Calais.

Le jeune Mohamed Sy du club Anderlecht de Bruxelles qui a été meilleur butteur du Champions League 2007 de sa classe d'âge et finaliste de la même année contre le club du fils du célèbre Zinédine Zidane (Zizou) et qui fut l’un des footballeurs les plus médiatisés de 2007 en Belgique, pour ne citer que ceux-ci, qui sûrement feront notre bonheur après les 4 ans de pause que la Guinée voudra bien observer.

Aussi OUI, le Football guinéen est victime et très souvent de ses dirigeants. Il ne s’agit pas d’effacer nos identités, il s’agit, et cela ne se fera que par une attitude humble, de dépasser les clivages partisans et les querelles , pour permettre à nouveau l’émergence d’une nouvelle équipe à l’image du célèbre HAFIA.F.C.

Il est aujourd’hui de la responsabilité du Ministre de prendre la noble décision de suspendre le Syli National de toutes les sorties internationales et le démolir totalement.   

Une araignée qui renonce à rebâtir sa toile déchirée par la pluie renonce par là même à la vie. C'est aussi simple que cela. Et l'Homme n'échappe pas à cette règle implacable. Le Syli n'avait pas besoin de toile pour survivre mais comme il a continué à s'enfermer dans son échec , et que les dirigeants qui en font une source inépuisable d'enrichissement (parce que chaque déplacement du Syli revient à des milliards de nos francs avec des frais de mission faramineux),il a fini par être traîné dans la boue et derrière lui tous les guinéens.

Il est capital que le MJSEJ tire dès aujourd’hui toutes les conséquences de cet échec pour préparer les prochaines. Nous devons travailler à faire émerger une grande équipe. Pour ce faire il nous faudra dès ce dimanche 14 Novembre travailler à la reconstitution de la constellation guinéenne en dispersion, pour préparer l’avenir.

A. Pablo BANGOURA

2009-11-16 07:38:26 maike

2009-11-16 08:30:43

Pour son honneur et le bonheur des guinéens, la Guinée a besoin de suspendre le Syli des grandes compétitions pour un minimum de 4 ans, le temps de se reconstituer. Et après cet épisode peut-être douloureux, elle en sortira sûrement grandie« Reculer pour mieux sauter »

Pour autant, la Guinée essuie une nouvelle défaite. Et il ne faut pas que le Ministère de la Jeunesse et la Fe.Gui.Foot se lamentent, mais plutôt tirer les leçons des erreurs, qui ont été plus nombreuses que la Fédération Guinéenne de Football voudrait le reconnaître.

Il y a plusieurs degrés de défaites ou plutôt dans la perception de ces échecs.

*La perte d'une partie d'échecs n'est pas comparable à l'échec des pourparlers dans une tentative de réconciliation entre deux pays ennemis.

*La perte d'un match de football amateur ne saurait rivaliser objectivement avec, pour la même personne, l'annonce de son redoublement à l'école. Et pourtant, quelque soit la défaite, le ressenti reste le même, du moins en apparence : déception, colère, amertume, perte de confiance et déprime sont fréquemment vécues, parfois très profondément.

La défaite est comprise comme un sursis favorable à une meilleure compréhension, à une meilleure assimilation et à terme à une réussite plus profonde. Mais quand elle frappe régulièrement à la porte, elle peut alors devenir un tremplin.

« Reculer pour mieux sauter » 

Il vaut mieux inciter un élève à redoubler son année scolaire pour parfaire ses connaissances et consolider ses bases plutôt que le pousser coûte que coûte vers le moment où cela explosera avec des conséquences bien plus dures.

Les signes annonciateurs du raccourcissement de l'espérance de vie de notre Syli se sont faits sentir depuis près de 4 ans. Mais à l'image de l'Etat de santé de Conté et les profiteurs qui gravitaient autour de lui, le Syli a été maquillé par des pseudos guinéens qui s'en sont toujours servis sur le dos pour leur propre intérêt. Finalement, le cadre est établi, bien présent et surtout connu. Ressasser son échec, c'est remettre les mêmes habits, ceux dans lesquels on se sent à l'aise. Certes le Syli a paru, un moment, un peu reluisant même pas satisfaisant, mais c'est des raccommodages par-ci par-là qui l’ont fait tenir ces derniers temps.

En renonçant aux compétitions internationales, la Guinée au lieu de s'enfoncer, ferait preuve, d'une certaine maturité.

Mais surtout, elle s'enlève une grosse épine du pied qu'elle a longtemps traîné avec elle, et se libère pour l'avenir. Nous n'avons plus de choix,  la Guinée  doit accepter de faire une pause dans son parcours, même si cela doit nous valoir de redescendre d'un échelon, dans le but évident, et assumé de rebondir dans l'avenir. Si le contraire de l'échec n'est pas assuré éternellement et même abouti à l'échec, n'y a-t-il pas matière à relativiser la réussite et par là même à revaloriser l'échec ?

Oui, la Guinée regorge d'immenses potentialités humaines dans le domaine du sport en général et du Foot en particulier. Pour cela nous n'avons même pas besoin de nous en cacher, parce que les preuves sont palpables et même parlantes.

Des découvertes comme :

David Bangoura de Fria, virevoltant gardien de but qui j’espère ferait mieux que le sac à buts de Kemoko Camara: Trophée de meilleur joueur de la CAN2LILLE

Aliou Lamah, Meilleur buteur de la CAN2LILLE avec à son actif 7 buts

Ibrahim Camara 19 ans qui a impressionné plus d’un spectateur ont été faites dans le Nord-Pas-De-Calais.

Le jeune Mohamed Sy du club Anderlecht de Bruxelles qui a été meilleur butteur du Champions League 2007 de sa classe d'âge et finaliste de la même année contre le club du fils du célèbre Zinédine Zidane (Zizou) et qui fut l’un des footballeurs les plus médiatisés de 2007 en Belgique, pour ne citer que ceux-ci, qui sûrement feront notre bonheur après les 4 ans de pause que la Guinée voudra bien observer.

Aussi OUI, le Football guinéen est victime et très souvent de ses dirigeants. Il ne s’agit pas d’effacer nos identités, il s’agit, et cela ne se fera que par une attitude humble, de dépasser les clivages partisans et les querelles , pour permettre à nouveau l’émergence d’une nouvelle équipe à l’image du célèbre HAFIA.F.C.

Il est aujourd’hui de la responsabilité du Ministre de prendre la noble décision de suspendre le Syli National de toutes les sorties internationales et le démolir totalement.   

Une araignée qui renonce à rebâtir sa toile déchirée par la pluie renonce par là même à la vie. C'est aussi simple que cela. Et l'Homme n'échappe pas à cette règle implacable. Le Syli n'avait pas besoin de toile pour survivre mais comme il a continué à s'enfermer dans son échec , et que les dirigeants qui en font une source inépuisable d'enrichissement (parce que chaque déplacement du Syli revient à des milliards de nos francs avec des frais de mission faramineux),il a fini par être traîné dans la boue et derrière lui tous les guinéens.

Il est capital que le MJSEJ tire dès aujourd’hui toutes les conséquences de cet échec pour préparer les prochaines. Nous devons travailler à faire émerger une grande équipe. Pour ce faire il nous faudra dès ce dimanche 14 Novembre travailler à la reconstitution de la constellation guinéenne en dispersion, pour préparer l’avenir.

A. Pablo BANGOURA

2009-11-16 07:38:26 K. diallo

2009-11-16 08:30:43

Pour son honneur et le bonheur des guinéens, la Guinée a besoin de suspendre le Syli des grandes compétitions pour un minimum de 4 ans, le temps de se reconstituer. Et après cet épisode peut-être douloureux, elle en sortira sûrement grandie« Reculer pour mieux sauter »

Pour autant, la Guinée essuie une nouvelle défaite. Et il ne faut pas que le Ministère de la Jeunesse et la Fe.Gui.Foot se lamentent, mais plutôt tirer les leçons des erreurs, qui ont été plus nombreuses que la Fédération Guinéenne de Football voudrait le reconnaître.

Il y a plusieurs degrés de défaites ou plutôt dans la perception de ces échecs.

*La perte d'une partie d'échecs n'est pas comparable à l'échec des pourparlers dans une tentative de réconciliation entre deux pays ennemis.

*La perte d'un match de football amateur ne saurait rivaliser objectivement avec, pour la même personne, l'annonce de son redoublement à l'école. Et pourtant, quelque soit la défaite, le ressenti reste le même, du moins en apparence : déception, colère, amertume, perte de confiance et déprime sont fréquemment vécues, parfois très profondément.

La défaite est comprise comme un sursis favorable à une meilleure compréhension, à une meilleure assimilation et à terme à une réussite plus profonde. Mais quand elle frappe régulièrement à la porte, elle peut alors devenir un tremplin.

« Reculer pour mieux sauter » 

Il vaut mieux inciter un élève à redoubler son année scolaire pour parfaire ses connaissances et consolider ses bases plutôt que le pousser coûte que coûte vers le moment où cela explosera avec des conséquences bien plus dures.

Les signes annonciateurs du raccourcissement de l'espérance de vie de notre Syli se sont faits sentir depuis près de 4 ans. Mais à l'image de l'Etat de santé de Conté et les profiteurs qui gravitaient autour de lui, le Syli a été maquillé par des pseudos guinéens qui s'en sont toujours servis sur le dos pour leur propre intérêt. Finalement, le cadre est établi, bien présent et surtout connu. Ressasser son échec, c'est remettre les mêmes habits, ceux dans lesquels on se sent à l'aise. Certes le Syli a paru, un moment, un peu reluisant même pas satisfaisant, mais c'est des raccommodages par-ci par-là qui l’ont fait tenir ces derniers temps.

En renonçant aux compétitions internationales, la Guinée au lieu de s'enfoncer, ferait preuve, d'une certaine maturité.

Mais surtout, elle s'enlève une grosse épine du pied qu'elle a longtemps traîné avec elle, et se libère pour l'avenir. Nous n'avons plus de choix,  la Guinée  doit accepter de faire une pause dans son parcours, même si cela doit nous valoir de redescendre d'un échelon, dans le but évident, et assumé de rebondir dans l'avenir. Si le contraire de l'échec n'est pas assuré éternellement et même abouti à l'échec, n'y a-t-il pas matière à relativiser la réussite et par là même à revaloriser l'échec ?

Oui, la Guinée regorge d'immenses potentialités humaines dans le domaine du sport en général et du Foot en particulier. Pour cela nous n'avons même pas besoin de nous en cacher, parce que les preuves sont palpables et même parlantes.

Des découvertes comme :

David Bangoura de Fria, virevoltant gardien de but qui j’espère ferait mieux que le sac à buts de Kemoko Camara: Trophée de meilleur joueur de la CAN2LILLE

Aliou Lamah, Meilleur buteur de la CAN2LILLE avec à son actif 7 buts

Ibrahim Camara 19 ans qui a impressionné plus d’un spectateur ont été faites dans le Nord-Pas-De-Calais.

Le jeune Mohamed Sy du club Anderlecht de Bruxelles qui a été meilleur butteur du Champions League 2007 de sa classe d'âge et finaliste de la même année contre le club du fils du célèbre Zinédine Zidane (Zizou) et qui fut l’un des footballeurs les plus médiatisés de 2007 en Belgique, pour ne citer que ceux-ci, qui sûrement feront notre bonheur après les 4 ans de pause que la Guinée voudra bien observer.

Aussi OUI, le Football guinéen est victime et très souvent de ses dirigeants. Il ne s’agit pas d’effacer nos identités, il s’agit, et cela ne se fera que par une attitude humble, de dépasser les clivages partisans et les querelles , pour permettre à nouveau l’émergence d’une nouvelle équipe à l’image du célèbre HAFIA.F.C.

Il est aujourd’hui de la responsabilité du Ministre de prendre la noble décision de suspendre le Syli National de toutes les sorties internationales et le démolir totalement.   

Une araignée qui renonce à rebâtir sa toile déchirée par la pluie renonce par là même à la vie. C'est aussi simple que cela. Et l'Homme n'échappe pas à cette règle implacable. Le Syli n'avait pas besoin de toile pour survivre mais comme il a continué à s'enfermer dans son échec , et que les dirigeants qui en font une source inépuisable d'enrichissement (parce que chaque déplacement du Syli revient à des milliards de nos francs avec des frais de mission faramineux),il a fini par être traîné dans la boue et derrière lui tous les guinéens.

Il est capital que le MJSEJ tire dès aujourd’hui toutes les conséquences de cet échec pour préparer les prochaines. Nous devons travailler à faire émerger une grande équipe. Pour ce faire il nous faudra dès ce dimanche 14 Novembre travailler à la reconstitution de la constellation guinéenne en dispersion, pour préparer l’avenir.

A. Pablo BANGOURA

2009-11-16 07:38:26 almamy sylla
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.