chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Nos Forces sont encore Vives

Date de publication:2009-11-21 01:00:46

2009-11-21 01:59:05

Elles sont bonnes, très bonnes, les nouvelles qui nous viennent de Ouaga. Pour une fois, nos forces vives n’ont pas succombé aux démons de la division et de la confusion, qui les ont si souvent défaites avant même que ne commence le combat.

Elles ont rejeté d’une seule voix (12 délégués sur 12) les propositions inacceptables du facilitateur dont la copie est pour le moins surréaliste. Elle est partiale, offensante pour le peuple martyr de Guinée, et contraire aux recommandations de la communauté internationale. Dadis en personne l’aurait rédigée, il ne serait pas pris autrement.

Ce piège- là était trop gros, nos braves gars l’ont évité avec brio, avec talent. C’est un bon point de gagné, et c’est une belle lueur d’espoir pour l’avenir. Les défis qui nous attendent sont terribles. Dadis et sa bande sont toujours là et nos compatriotes, toujours terrés dans leurs chaumières alors que rôdent devant leurs portes, les lugubres fantômes du viol et de la mort. Nous avons besoin de deux bonnes béquilles pour traverser cette phase périlleuse de notre histoire : un objectif clair et une direction aussi soudée que déterminée.

Les bouffées printanières du communiqué de nos Forces Vives nous laissent espérer et l’un et l’autre. Gageons que les récentes épreuves ont mûri nos opposants ; qu’ils ont enfin appris à distinguer la farine de la cendre pour parler comme les paysans de chez nous. Ils ont, les pauvres, passé des années à se chamailler. La vérité, c’est qu’ils ont les mêmes intérêts et probablement le même destin. Leur contradiction interne n’égalera jamais, en effet, celle, ô combien redoutable, qui les oppose à la dictature, quel que soit le visage de celle- ci.

Ils croupiront dans l’opposition tant qu’il y aura un Sékou Touré, un Lansana Conté, un Dadis Camara, bref un homme qui se fout de la loi, et qui ne gère l’Etat que pour satisfaire sa soif de pouvoir et ses intérêts égoïstes. Ils doivent momentanément oublier leurs rancunes et leurs mesquineries, se donner la main pour lever cette hypothèque- là d’abord avant de songer à la présidence. Si dès les années 90, ils avaient adopté cette solution de bon sens- là, ils auraient déjà eu largement le temps de se relayer au pouvoir.

Mais laissons de côté les vieux regrets d’antan et occupons- nous du jour d’aujourd’hui. Car aujourd’hui, est un autre jour. Nos petits politiciens grincheux sont devenus de vrais lions. L’acte qu’ils viennent de poser nous honore tous. Mais ils ne doivent pas s’arrêter en (si bon) chemin. Ils ont ouvert un grand boulevard.

Eh bien, qu’ils n’hésitent pas à s’y engouffrer ! Ils doivent très vite pondre un communiqué pour récuser ce facilitateur- là et exiger de la Cédéao quelqu’un de plus équitable, de plus respectueux des souhaits de la communauté internationales : le Ghana, le Nigéria pourquoi pas Alpha Oumar Konaré ou John Kufuor. Bref un facilitateur qui nous facilite le départ de Dadis !

En attendant, mille millions de « hourra » à nos braves gars et à nos braves dames de Ouaga ! Nous leur disons : « Allez- y, vous n’avez rien à perdre ! Au contraire, vous avez tout pour vous: la communauté internationale et le soutien sans faille de votre peuple meurtri ! »

Tierno Monénembo

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.