chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

L’interview de Moussa Keita pue la mauvaise foi, l'arrogance et l'ignorance

Date de publication:2009-11-24 00:40:31

2009-11-24 01:35:55

Dans une interview publiée le 23-Nov-2009, le soi-disant ministre secrétaire permanent du CNDD, Colonel Moussa Kéita, déclare ce qui suit :

« A Conakry, c’est tout au plus trois à quatre quartiers qui créent des problèmes. Tout cela pour des raisons ethniques. Ils se disent que leur heure a sonné. Rassurez-vous, en Guinée, actuellement, c’est la paix, la quiétude, la confiance envers les actions du CNDD et de son président Moussa Dadis Camara. »

« Dans les années 50, ces leaders sont de ceux-là qui s’étaient opposés à la prise de l’indépendance. Ce sont, pour la plupart, des nostalgiques du passé colonial. Ce sont les amis des anciens colons. »

Je passe sur les mensonges grossiers qu’il profère sur les événements de 28 Septembre 2009 et les arguments cyniques qu’il apporte à un massacre sauvage  qui a fait frémir le monde entier.

Quant à  l’excuse des "amis des colons"  contre la communauté peule, elle est trop éculée pour prendre.  Pour disloquer les empreintes qu’elle pourrait avoir sur les jeunes générations à venir,  il faut y  répondre et rectifier cette fausse insinuation sur l’histoire.  Si 40% de la population que sont les originaires du Foutah s'était opposé à l'indépendance comment eu-t-il- 91 % de non?

Les insinuations de peuls pro-français  sont ridicules. L’empire du Foutah fut le dernier bastion de la résistance contre la pénétration étrangère. 

Nos ainés ont été des champions de l'UNITE NATIONALE. L'histoire s'écrira avec l'encre de la vérité: Diawadou sauva la vie de Sékou Touré.  Telli aurait pu, en tant que Secrétaire Général de l'AOF en 1958, balayer Sékou d'un revers de la main. Barry III, socialiste convaincu, était de ceux qui poussèrent un plan  économique qui aurait été l’assise d’une véritable indépendance.

Ils périrent non pas du fait d'une quelconque trahison mais du fait de leur sens de l'état, de l'honneur et de la parole donnée.

Nous n'accepterons pas que des assassins salissent ni leur mémoire et par ricochet celle de leur communauté. Les propos de division des assassins aux abois sont à rejeter.

Ourouro Bah


Moussa Keita n’est pas un enfant digne de son père, réparateur de vélo à Kankan, qui ne faisait aucune différence entre les Guinéens. Connaissant bien les gens de ce métier et cette région, je peux affirmer avec certitude que le père de Moussa Keita faisait certainement partie de ceux-là qui ont regretté le départ des colons. La plupart des vieux et vieilles de la Haute Guinée le disaient haut et fort : « C’était mieux au temps des blancs ! ». Il est même fréquent encore aujourd’hui d’entendre un vieux ou une vieille dire en Haute Guinée, devant un édifice ou un pont : « Ah, Tubabulu barada ! », c'est-à-dire "Les blancs ont travaillé à leur temps !". Ce, en comparaison du règne de nos dictateurs.

Je rappelle que jusqu’à nos jours, mêmes les marchés de Kankan sont des réalisations coloniales. En Guinée comme dans la plupart des pays africains, on n’a même pas été capables de préserver l’héritage colonial en matière de réalisation à plus forte raison faire mieux. Arrêtons avec cette démagogie ! Les blancs, bien que racistes à l’époque coloniale, ont été plus justes et moraux que les dirigeants africains que nous avons connus après. Ceux qui ont été pendus en Guinée à cause de leur opinion politique n’ont pas atteint l’affront que Sékou Touré a fait à De Gaule. La France lui a permis de devenir président après. Alpha Condé n’a pas fait plus de crime à Conté que Sékou l’a fait à De Gaule. Mais depuis qu’il a échappé à la mort par la grâce de Conté qui était plus humain que Sékou Touré, il continue à avoir peur de la Guinée, chez lui, même après la mort de Conté. Si les blancs étaient aussi menteurs, malhonnêtes ou inhumains que Sékou Touré, Lansana Conté et Moussa Dadis, la Guinée et les autres Etats africains seraient encore sous leur domination.

C’est étonnant que tous ces fascistes guinéens qui passent leurs temps à insulter et à incriminer les blancs ont leurs familles ou rejetons en Occident, viennent se soigner en Occident, gardent les biens volés à leur peuple en Occident. Ils viennent quémander de l’argent à ces blancs pour payer même l’armée ou des urnes. Vous n’avez pas honte, bandes d’inconscients ? Ils ne sont même pas capables de produire des tenues qu’ils portent ou des armes qui font d’eux des militaires et ils se mettent à diaboliser et à insulter ceux qui les nourrissent, habillent et équipent !

Dadis a échoué et risque de finir sa vie dans le sang ou en prison, parce qu’il a suivi des fascistes primitifs et fils de criminels comme Moussa Keita mais que ces fascistes sachent une chose : nous n’allons plus rester sans réponse devant un nouveau massacre ethnique et soyez en sûrs, les massacres passés ne resteront pas impunis non plus cette fois-ci !

Le fait que Dadis arme toute son ethnie et la prépare à une guerre qu'il veut provoquer montre bien les limites mentales du chef du CNDD: ne faisant pas 4% de la population, cela est simplement un risque de les faire disparaître en Guinée, même s'ils devaient gagner une confrontation armée dans ce pays.

SADIO BARRY

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.