chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Affaire Sadio Barry / Jacques Kourouma : la Justice a tranché

Date de publication:2009-11-28 02:23:19

2009-11-28 03:19:35

Le mardi 29 septembre, s’est tenu le procès Sadio Barry / Jacques Kourouma à Paris. La Justice nous a fait connaître son verdict que nous portons à la connaissance du public et de nos lecteurs qui ont été témoins des faits (voir ci-dessous).

Dans le dernier article d’information sur la date du procès, guineepresse.info avait fait cas de deux pages que Monsieur Kourouma a brandies au tribunal comme arguments/preuves. C’est hier jeudi 26 novembre 2009 que Sadio Barry est entré en possession du dossier complet du camp adverse. C’est énorme : pas moins de 4 cm d’épaisseur. Les pages ne sont pas toutes numérotées mais on peut les estimer à plus de 200, par le volume et par comparaison avec d’autres documents que nous avons. En effet, le dossier contient des correspondances que Monsieur Kourouma ou le site guineeactu.com « a reçues » au sujet de Sadio Barry ou d’autres choses qui n’ont rien à avoir avec Monsieur Barry telles que l’histoire d’un leader politique se trouvant à l’hôtel Lybia au Burkina pour préparer une agression militaire contre la Guinée via le Mali et la Sierra Leone. Le rapport date du 12 juin 2008 (voir le fichier attaché).

Ce qui est intéressant, c’est qu’à travers ce procès, Sadio Barry est entré en possession de tous les courriers échangés dans son dos dans le but de nuire à son image. Nous allons évoquer deux exemples seulement :

- des courriers échangés à Aachen (même en allemand) et au sein d’un petit groupe de 6 personnes (bureau de la coordination des associations africaines ici) se trouvent dans le dossier que Monsieur Kourouma a utilisé dans ce procès, original et traduction pour lui en français (Pour comprendre cette histoire lire les articles aux liens donnés en bas) !

- En plus, nous avons été surpris de trouver dans ce même dossier, des courriers échangés dans le groupe Tabbital Pulaaku International, regulièrement transmis à Jacques Kourouma avec traduction des textes pular en français pour lui ! On y trouve même un courrier que Sadio Barry a adressé à Dian Diallo (l’Admin du site de l’organisation culturelle peule) le 5.7.09 à titre personnel !

Sur un document, on a pris soin d’effacer l’adresse de la personne qui a transféré le document à Jacques mais on y reconnaît bien quelques éléments indicateurs (voir le fichier attaché).

Notre équipe croit reconnaître "Message retransmis par BARRY_BAUD@..." dans ce document. Curieusement, les autres adresses ne sont pas masquées. C’est seulement celle de l’administratrice de guineeactu.com qui est masquée !

------------------ Le jugement ------------------

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PARIS
17ème Chambre Correctionnelle – Chambre de la Presse
75055 Paris

 

Extrait de la copie de travail du jugement

-------

N° d’affaire : 0912608292    Jugement du : 3 novembre 2009

 

Dans l'affaire BARRY c/ KOUROUMA, le Tribunal, par jugement contradictoire,

Déclare

Jacques KOUROUMA coupable des délits d'injure publique envers particulier, en l'espèce Abdoulaye Sadio BARRY, et de diffamation publique envers particulier commis le 8 mars 2009 sur le site Internet "kababachir.com" et le et 11 mars 2009 sur le site Internet "guineeactu.com"

Jacques KOUROUMA est condamné :

- à une amende de 1000 euros avec sursis
- à l'allocation d'un euro de dommages et intérêts
- à payer à Abdoulaye Sadio Barry, la somme de 3000 euros, par application de l’article 475-1 du Code de procédure pénale, frais de constat inclus.

A titre de réparation complémentaire, le tribunal

Ordonne

dans la limite d'une somme de 300 euros par insertion, à la charge de Jacques KOUROUMA, la mise en ligne, dans les 15 jours qui suivront la date à laquelle le présent jugement sera devenu définitif et pendant une durée continue de 30 jours, sur le premier écran de la page d'accueil de chacun des sites, sous le titre "publication judiciaire à la demande d'Abdoulaye Sadio BARRY", les communiqués suivants :

- site accessible à l’adresse "http://www.kababachir.com":

"Par jugement en date du 3 novembre 2009, le Tribunal Correctionnel de PARIS (Chambre de la Presse) a condamné Jacques KOUROUMA pour avoir publiquement diffamé et injurié Abdoulaye Sadio BARRY, dans un texte mis en ligne le 8 mars 2009 sur le site Internet kababachir.com sous le titre : « Apocalyptique de manœuvre de Touré Sadio Barry »
------------

- site accessible à l’adresse "http://www.guineeactu.com":

"Par jugement en date du 3 novembre 2009, le Tribunal Correctionnel de PARIS (Chambre de la Presse) a condamné Jacques KOUROUMA pour avoir publiquement diffamé et injurié Abdoulaye Sadio BARRY, dans un texte mis en ligne le 8 mars 2009 sur le site Internet guineeactu.com sous le titre : « Tête à l’évent? »

------------

Monsieur Kourouma avait 10 jours pour faire appel, à compter du 3 novembre 2009. Donc au plus tard depuis le constat de non appel du 19 novembre par le Greffier, le jugement est définitif et doit être exécuté. Cette exécution peut être faite avec contrainte judiciaire à travers l’envoi du certificat de non appel et du jugement original à Monsieur Kourouma et aux sites concernés. Toutefois, le tribunal a signifié à notre avocat que le dossier original complet ne pourrait être disponible que dans 2 mois.

Monsieur Jacques Kourouma peut donc s'entendre dès maintenant avec ses alliés de la publication diffamatoire afin qu’ils appliquent le jugement conformément à l’ordonnance judiciaire, dans le délai des 15 jours ou attendre que le cabinet d’avocat entre en possession du jugement officiel pour les contraindre à le faire, par voie juridique, avec les conséquences que cela implique.

Il faut rappeler qu’à la suite du jugement du 9 juin 2008, le même Tribunal a eu à condamner Monsieur Jacques Kourouma pour mensonge et diffamation publique dans un autre procès. Arrêt de la Cour d’Appel de Paris du 13 mai 2009, Dossier N° 08/06171.

« Cette procédure, le jugement et ma tenue à son application effective n’ont d’autre but que le rétablissement de la vérité et la fin d’une campagne de mensonge et de diffamation à mon encontre qui n’ont fait que trop duré. J’adresse mes remerciements à tous ceux qui m’ont soutenu dans cette épreuve ! Je prie nos compatriotes guinéens d’éviter d’utiliser l’arme du mensonge et de la diffamation pour détruire un adversaire ou quelqu’un que l’on considère à tort ou à raison comme ennemi. Cela laisse des blessures et des traces, contrairement à la colère qui peut passer. Dans nos divergences, nous ne devons pas perdre de vue que nous appartenons au même peuple, donc appelés à se retrouver pour construire ou entretenir notre maison commune Guinée. »

déclare SADIO BARRY.

Pour ceux qui n’ont pas suivi le début de cette histoire aller aux liens :
http://www.guineepresse.info/index.php?id=11,4033,0,0,1,0
http://www.guineepresse.info/index.php?id=14,3404,0,0,1,0


 

GuineePresse.info

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.