chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Sékou Touré est responsable de l’état dans lequel se trouvent aujourd’hui nos Forces armées !

Date de publication:2009-11-28 11:18:01

J’ai écouté attentivement la déclaration du PDG par la voix de Monsieur Touré à l’occasion de l’anniversaire du 22 novembre, date fétiche pour le PDG. A ce sujet, je crois m’en être expliquée dans mon bulletin « ce que je pense N°1 ». Ma première réaction a été de qualifier ce discours de honteuse récupération.

Toujours à l’affût comme un renard sous le boisseau, incroyablement opportuniste et cynique, le PDG compte se refaire une virginité sur le dos du CNDD à la faveur du drame du 28 septembre. Il faut reprendre du service n’est-ce-pas ?

En créant la diversion, le PDG a l’outrecuidance de prétendre distribuer les bons et les mauvais points en s’érigeant en arbitre.

Les maux ont de la mémoire. Votre symbole est l’éléphant réputé pour sa célèbre mémoire, mais vous, vous l’avez bien courte. L’étude comparée du passé et du présent montre que le PDG est porteur du péché originel avec un passé criminel innommable. Il faut que la jeunesse sache que le PDG est la pire des alternatives offertes au peuple martyr de Guinée. Aujourd’hui, il veut montrer patte blanche alors qu’il est l’ancêtre de tout ce qui nous arrive.

Ce péché originel se décline en plusieurs points : Suivez-moi.

1 - Qui a introduit la politique au sein de nos Forces armées ?

2 - Qui a inversé la pyramide des grades au point qu’un simple caporal pouvait dire merde à un colonel parce que politiquement mieux achalandé ?

3 - Qui a sabordé les notions de hiérarchie,d’ordre et de discipline au sein de nos Forces armées ?   

Sékou Touré est responsable de l’état dans lequel se trouvent aujourd’hui nos Forces armées.

Il faut que le PDG ait l’honnêteté intellectuelle et la probité de le reconnaître, ça serait toujours un pas en direction de la réconciliation nationale qu’il prône curieusement en cherchant à s’adjuger le leadership de la réconciliation nationale. Cette initiative relève d’une coquetterie indécente de la part du PDG et de son appendice le club AST.   

Il faut qu’il s’entraîne à se sortir des thèses négationnistes en ne niant pas l’assassinat de plus de 50.000 guinéens par pendaison et diète noire y compris alors qu’aucun de nos textes ne prévoit ce genre de sanction.   

Le PDG qui disposait d’une armada juridique complète, n’a pas hésité à fouler tous ces textes (les deux constitutions, le code pénal et le code de procédure pénale) pour massacrer autant de guinéens en inaugurant les charniers et les fosses communes. Tout ceci relève du péché originel dont le PDG est porteur.   

4 ème Péché originel - l’ethnocentrisme   

Qui ne se souvient pas du discours incendiaire de Sékou Touré à l’endroit de l’ethnie peule au point de particulariser le Foutah par sa célèbre stigmatisation « la situation particulière du Foutah ».

Qui n’a pas lu le passage extraordinairement raciste et ethnocentriste sorti de la bouche d’un président de la République, chef de l’Etat et le parti de ce Monsieur veut donner des leçons d’ethnocentrisme et d’ethno stratégie.   

De qui se moque –t-on ?   

Qui veut-on abuser ? Certainement les nouvelles générations, proie ô combien facile pour ce dangereux prédateur qu’est le PDG.   

5- le PDG est responsable de l’irruption de l’armée sur la scène politique d’abord parce qu’elle était politisée, ensuite parce que les responsables d’alors n’ont pas laissé s’appliquer la constitution qui avait prévue le cas de vacance de pouvoir qui devait être assuré par Lansana Béavogui.
C’est ça l’histoire, les générations doivent le savoir et le PDG doit dire la vérité s’il est sincère dans sa démarche.   

Il faudrait que les nouvelles générations se posent une question. Si le PDG était aussi fort et que l’adhésion populaire lui était irrésistible comme il le prétend, pourquoi s’est –il écroulé comme un château de carte après la disparition de son leader ? La réponse c’est parce que c’était une dictature sanglante, impitoyable où toutes les libertés étaient étouffées dans l’œuf.   

Un groupe a réussi à prendre un peuple en otage pendant 26 ans avec les moyens financiers de nos minerais et je répète encore une fois qu’un audit sur toutes les conventions passées sous la première République vu l’état de notre pays après 50 ans s’impose. Il s’agit d’une faillite de 50 années que tout le monde est entrain de payer.   

A l’attention des nouvelles autorités, je voudrais lancer une mise en garde en direction du Ministre de l’Information responsable des médias d’Etat. La provocation à l’égard d’une autre catégorie de victimes doit cesser ou alors il faut rééquilibrer l’équation pour permettre aux victimes du Camp boiro d’user de leur droit de réponse sur la tribune de ces mêmes médias d’Etat. Une interdiction vient d’être faite en direction de toutes démarches propagandistes. A bon entendeur salut Monsieur le Ministre de l’information.   

Je voudrais rappeler à Monsieur Touré que la Guinée n’est pas le Gabon encore moins le Togo au cas où.   

Pendant la grande messe organisée par le club AST dans le local d’Etat du palais du peuple pour la promotion d’un livre, démarche tout à fait privée, mercantile, alimentaire et propagandiste. Certains éléments « perturbateurs » de victimes du camp boiro, c’est l’expression utilisée par le journaliste commentateur du journal télévisé de 20 heures le 23 novembre, se sont démocratiquement invités. Personnellement, je n’y serais pas allée parce que ce genre de rassemblement est endogène, consanguin et convenu où la contradiction, la discussion démocratique auraient cédé la place aux injures de parents où même les mamans n’auraient pas été épargnées.   

Dans ce cas, ils se seraient d’avantage disqualifiés pour prétendre organiser une messe de réconciliation nationale en décembre.   

NOUS, nous avons été bien élevés. C’est pour cela que nous nous sommes retenus jusqu’à maintenant.   

Le PDG est plus chanceux que le CNDD parce que les temps ont changé, rien ne peut plus se faire à huis clos. Il y a un droit d’ingérence et nous sommes dans un village planétaire où tout s’imbrique.
 

Maître BARRY AMINATA 

Fille de BARRY DIAWADOU,ASSASSINE AU CAMP BOIRO EN 1969 PAR SEKOU TOURE.
 

Commentaire
 

La politique fut introduite effectivement par le dictateur Sékou. Il créa pour cela les CUM ou Comités d'Unités Militaires. Les membres des CUM étaient les yeux et les oreilles du Parti-Etat au sein des Forces armées, dont il se mefiait comme la peste.

Progressivement ils firent main basse sur les principaux rouages de l'armée, au rythme des faux complots du Responsable Suprême de la Révolution, Secrétaire général du PDG Chef de l'Etat,premier magistrat, serviteur supême du peuple, Président de la République, Commandant en chef des forces armées populaires révolutionnaires bde Guinée, le stratège. Président  Ahmed Sékou Touré..etc.

. Les cadres de valeur principalement issus de l'armée française furent petit à petit écartés de la logistique et des postes stratégiques. La voie était ouverte pour la transformation de l'armée en une immense milice sous la direction de "commissaires politiques" calqués sur l'organisation des communistes russes du PCUS (parti communiste de l'Union soviétique). Ils avaient une seule mission: obeir au Responsable suprême, c'est pourquoi l'essentiel des chefs furent tous issus de la famille proche du dictateur, dont le célèbre "Béria guinéen" le capitaine Siaka Touré , connu sous son petit nom de Nfa Siaka. L'homme était tellement craint que même son frère à Kankan avait sa propre cour de politiciens et d'innombrables "militants" qui venaient solliciter ses faveurs. A l'image de Amara Touré, le frère de Sékou, en son "royaume" de Faranah.

Le pouvoir se trouva ainsi au mains des politiques de l'armée et non des vrais militaires.L'un des plus illustres maneuvriers de cette transformation fut le Colonel Diarra Traoré. Il prit du galon de manière accélérée et devanca tous ses camarades de promotion.

La décrépitude se poursuivit sous le règne du Colonel Conté, lequel sortit gagnant de son bras de fer avec Diarra. Les deux étaient de purs produits du régime Sékou. La rancune de Conté conduisit à l'une des grandes tragédies de notre histoire: l'assassinat planifié d'officiers mandingues.

Certains officiers Pédégistes survécurent. Ils forment aujourd'hui l'ossature du soutien à Dadis, certainement pour le balayer le moment venu. Il s'agit du Général Sékouba Konaté, et de Moussa Keita entre autres.Comme  Sékou, ils portent une haine tenace et sans raison à une ethnie "particulière" à leurs yeux.: les Peulhs.

Dadis le chef des troupes ethniques a donc de qui tenir. Nous faisons du sur-place depuis 51 ans. Le PDG est toujours vivant à travers ses fils et petits-fils, dont Moussa Dadis Camara.  

Thierno A DIALLO

Source : www.guineelibre.com


Commentaires


J’ai écouté attentivement la déclaration du PDG par la voix de Monsieur Touré à l’occasion de l’anniversaire du 22 novembre, date fétiche pour le PDG. A ce sujet, je crois m’en être expliquée dans mon bulletin « ce que je pense N°1 ». Ma première réaction a été de qualifier ce discours de honteuse récupération.

Toujours à l’affût comme un renard sous le boisseau, incroyablement opportuniste et cynique, le PDG compte se refaire une virginité sur le dos du CNDD à la faveur du drame du 28 septembre. Il faut reprendre du service n’est-ce-pas ?

En créant la diversion, le PDG a l’outrecuidance de prétendre distribuer les bons et les mauvais points en s’érigeant en arbitre.

Les maux ont de la mémoire. Votre symbole est l’éléphant réputé pour sa célèbre mémoire, mais vous, vous l’avez bien courte. L’étude comparée du passé et du présent montre que le PDG est porteur du péché originel avec un passé criminel innommable. Il faut que la jeunesse sache que le PDG est la pire des alternatives offertes au peuple martyr de Guinée. Aujourd’hui, il veut montrer patte blanche alors qu’il est l’ancêtre de tout ce qui nous arrive.

Ce péché originel se décline en plusieurs points : Suivez-moi.

1 - Qui a introduit la politique au sein de nos Forces armées ?

2 - Qui a inversé la pyramide des grades au point qu’un simple caporal pouvait dire merde à un colonel parce que politiquement mieux achalandé ?

3 - Qui a sabordé les notions de hiérarchie,d’ordre et de discipline au sein de nos Forces armées ?   

Sékou Touré est responsable de l’état dans lequel se trouvent aujourd’hui nos Forces armées.

Il faut que le PDG ait l’honnêteté intellectuelle et la probité de le reconnaître, ça serait toujours un pas en direction de la réconciliation nationale qu’il prône curieusement en cherchant à s’adjuger le leadership de la réconciliation nationale. Cette initiative relève d’une coquetterie indécente de la part du PDG et de son appendice le club AST.   

Il faut qu’il s’entraîne à se sortir des thèses négationnistes en ne niant pas l’assassinat de plus de 50.000 guinéens par pendaison et diète noire y compris alors qu’aucun de nos textes ne prévoit ce genre de sanction.   

Le PDG qui disposait d’une armada juridique complète, n’a pas hésité à fouler tous ces textes (les deux constitutions, le code pénal et le code de procédure pénale) pour massacrer autant de guinéens en inaugurant les charniers et les fosses communes. Tout ceci relève du péché originel dont le PDG est porteur.   

4 ème Péché originel - l’ethnocentrisme   

Qui ne se souvient pas du discours incendiaire de Sékou Touré à l’endroit de l’ethnie peule au point de particulariser le Foutah par sa célèbre stigmatisation « la situation particulière du Foutah ».

Qui n’a pas lu le passage extraordinairement raciste et ethnocentriste sorti de la bouche d’un président de la République, chef de l’Etat et le parti de ce Monsieur veut donner des leçons d’ethnocentrisme et d’ethno stratégie.   

De qui se moque –t-on ?   

Qui veut-on abuser ? Certainement les nouvelles générations, proie ô combien facile pour ce dangereux prédateur qu’est le PDG.   

5- le PDG est responsable de l’irruption de l’armée sur la scène politique d’abord parce qu’elle était politisée, ensuite parce que les responsables d’alors n’ont pas laissé s’appliquer la constitution qui avait prévue le cas de vacance de pouvoir qui devait être assuré par Lansana Béavogui.
C’est ça l’histoire, les générations doivent le savoir et le PDG doit dire la vérité s’il est sincère dans sa démarche.   

Il faudrait que les nouvelles générations se posent une question. Si le PDG était aussi fort et que l’adhésion populaire lui était irrésistible comme il le prétend, pourquoi s’est –il écroulé comme un château de carte après la disparition de son leader ? La réponse c’est parce que c’était une dictature sanglante, impitoyable où toutes les libertés étaient étouffées dans l’œuf.   

Un groupe a réussi à prendre un peuple en otage pendant 26 ans avec les moyens financiers de nos minerais et je répète encore une fois qu’un audit sur toutes les conventions passées sous la première République vu l’état de notre pays après 50 ans s’impose. Il s’agit d’une faillite de 50 années que tout le monde est entrain de payer.   

A l’attention des nouvelles autorités, je voudrais lancer une mise en garde en direction du Ministre de l’Information responsable des médias d’Etat. La provocation à l’égard d’une autre catégorie de victimes doit cesser ou alors il faut rééquilibrer l’équation pour permettre aux victimes du Camp boiro d’user de leur droit de réponse sur la tribune de ces mêmes médias d’Etat. Une interdiction vient d’être faite en direction de toutes démarches propagandistes. A bon entendeur salut Monsieur le Ministre de l’information.   

Je voudrais rappeler à Monsieur Touré que la Guinée n’est pas le Gabon encore moins le Togo au cas où.   

Pendant la grande messe organisée par le club AST dans le local d’Etat du palais du peuple pour la promotion d’un livre, démarche tout à fait privée, mercantile, alimentaire et propagandiste. Certains éléments « perturbateurs » de victimes du camp boiro, c’est l’expression utilisée par le journaliste commentateur du journal télévisé de 20 heures le 23 novembre, se sont démocratiquement invités. Personnellement, je n’y serais pas allée parce que ce genre de rassemblement est endogène, consanguin et convenu où la contradiction, la discussion démocratique auraient cédé la place aux injures de parents où même les mamans n’auraient pas été épargnées.   

Dans ce cas, ils se seraient d’avantage disqualifiés pour prétendre organiser une messe de réconciliation nationale en décembre.   

NOUS, nous avons été bien élevés. C’est pour cela que nous nous sommes retenus jusqu’à maintenant.   

Le PDG est plus chanceux que le CNDD parce que les temps ont changé, rien ne peut plus se faire à huis clos. Il y a un droit d’ingérence et nous sommes dans un village planétaire où tout s’imbrique.
 

Maître BARRY AMINATA 

Fille de BARRY DIAWADOU,ASSASSINE AU CAMP BOIRO EN 1969 PAR SEKOU TOURE.
 

Commentaire
 

La politique fut introduite effectivement par le dictateur Sékou. Il créa pour cela les CUM ou Comités d'Unités Militaires. Les membres des CUM étaient les yeux et les oreilles du Parti-Etat au sein des Forces armées, dont il se mefiait comme la peste.

Progressivement ils firent main basse sur les principaux rouages de l'armée, au rythme des faux complots du Responsable Suprême de la Révolution, Secrétaire général du PDG Chef de l'Etat,premier magistrat, serviteur supême du peuple, Président de la République, Commandant en chef des forces armées populaires révolutionnaires bde Guinée, le stratège. Président  Ahmed Sékou Touré..etc.

. Les cadres de valeur principalement issus de l'armée française furent petit à petit écartés de la logistique et des postes stratégiques. La voie était ouverte pour la transformation de l'armée en une immense milice sous la direction de "commissaires politiques" calqués sur l'organisation des communistes russes du PCUS (parti communiste de l'Union soviétique). Ils avaient une seule mission: obeir au Responsable suprême, c'est pourquoi l'essentiel des chefs furent tous issus de la famille proche du dictateur, dont le célèbre "Béria guinéen" le capitaine Siaka Touré , connu sous son petit nom de Nfa Siaka. L'homme était tellement craint que même son frère à Kankan avait sa propre cour de politiciens et d'innombrables "militants" qui venaient solliciter ses faveurs. A l'image de Amara Touré, le frère de Sékou, en son "royaume" de Faranah.

Le pouvoir se trouva ainsi au mains des politiques de l'armée et non des vrais militaires.L'un des plus illustres maneuvriers de cette transformation fut le Colonel Diarra Traoré. Il prit du galon de manière accélérée et devanca tous ses camarades de promotion.

La décrépitude se poursuivit sous le règne du Colonel Conté, lequel sortit gagnant de son bras de fer avec Diarra. Les deux étaient de purs produits du régime Sékou. La rancune de Conté conduisit à l'une des grandes tragédies de notre histoire: l'assassinat planifié d'officiers mandingues.

Certains officiers Pédégistes survécurent. Ils forment aujourd'hui l'ossature du soutien à Dadis, certainement pour le balayer le moment venu. Il s'agit du Général Sékouba Konaté, et de Moussa Keita entre autres.Comme  Sékou, ils portent une haine tenace et sans raison à une ethnie "particulière" à leurs yeux.: les Peulhs.

Dadis le chef des troupes ethniques a donc de qui tenir. Nous faisons du sur-place depuis 51 ans. Le PDG est toujours vivant à travers ses fils et petits-fils, dont Moussa Dadis Camara.  

Thierno A DIALLO

Source : www.guineelibre.com

2009-11-28 11:18:01 Boubacar Bah

J’ai écouté attentivement la déclaration du PDG par la voix de Monsieur Touré à l’occasion de l’anniversaire du 22 novembre, date fétiche pour le PDG. A ce sujet, je crois m’en être expliquée dans mon bulletin « ce que je pense N°1 ». Ma première réaction a été de qualifier ce discours de honteuse récupération.

Toujours à l’affût comme un renard sous le boisseau, incroyablement opportuniste et cynique, le PDG compte se refaire une virginité sur le dos du CNDD à la faveur du drame du 28 septembre. Il faut reprendre du service n’est-ce-pas ?

En créant la diversion, le PDG a l’outrecuidance de prétendre distribuer les bons et les mauvais points en s’érigeant en arbitre.

Les maux ont de la mémoire. Votre symbole est l’éléphant réputé pour sa célèbre mémoire, mais vous, vous l’avez bien courte. L’étude comparée du passé et du présent montre que le PDG est porteur du péché originel avec un passé criminel innommable. Il faut que la jeunesse sache que le PDG est la pire des alternatives offertes au peuple martyr de Guinée. Aujourd’hui, il veut montrer patte blanche alors qu’il est l’ancêtre de tout ce qui nous arrive.

Ce péché originel se décline en plusieurs points : Suivez-moi.

1 - Qui a introduit la politique au sein de nos Forces armées ?

2 - Qui a inversé la pyramide des grades au point qu’un simple caporal pouvait dire merde à un colonel parce que politiquement mieux achalandé ?

3 - Qui a sabordé les notions de hiérarchie,d’ordre et de discipline au sein de nos Forces armées ?   

Sékou Touré est responsable de l’état dans lequel se trouvent aujourd’hui nos Forces armées.

Il faut que le PDG ait l’honnêteté intellectuelle et la probité de le reconnaître, ça serait toujours un pas en direction de la réconciliation nationale qu’il prône curieusement en cherchant à s’adjuger le leadership de la réconciliation nationale. Cette initiative relève d’une coquetterie indécente de la part du PDG et de son appendice le club AST.   

Il faut qu’il s’entraîne à se sortir des thèses négationnistes en ne niant pas l’assassinat de plus de 50.000 guinéens par pendaison et diète noire y compris alors qu’aucun de nos textes ne prévoit ce genre de sanction.   

Le PDG qui disposait d’une armada juridique complète, n’a pas hésité à fouler tous ces textes (les deux constitutions, le code pénal et le code de procédure pénale) pour massacrer autant de guinéens en inaugurant les charniers et les fosses communes. Tout ceci relève du péché originel dont le PDG est porteur.   

4 ème Péché originel - l’ethnocentrisme   

Qui ne se souvient pas du discours incendiaire de Sékou Touré à l’endroit de l’ethnie peule au point de particulariser le Foutah par sa célèbre stigmatisation « la situation particulière du Foutah ».

Qui n’a pas lu le passage extraordinairement raciste et ethnocentriste sorti de la bouche d’un président de la République, chef de l’Etat et le parti de ce Monsieur veut donner des leçons d’ethnocentrisme et d’ethno stratégie.   

De qui se moque –t-on ?   

Qui veut-on abuser ? Certainement les nouvelles générations, proie ô combien facile pour ce dangereux prédateur qu’est le PDG.   

5- le PDG est responsable de l’irruption de l’armée sur la scène politique d’abord parce qu’elle était politisée, ensuite parce que les responsables d’alors n’ont pas laissé s’appliquer la constitution qui avait prévue le cas de vacance de pouvoir qui devait être assuré par Lansana Béavogui.
C’est ça l’histoire, les générations doivent le savoir et le PDG doit dire la vérité s’il est sincère dans sa démarche.   

Il faudrait que les nouvelles générations se posent une question. Si le PDG était aussi fort et que l’adhésion populaire lui était irrésistible comme il le prétend, pourquoi s’est –il écroulé comme un château de carte après la disparition de son leader ? La réponse c’est parce que c’était une dictature sanglante, impitoyable où toutes les libertés étaient étouffées dans l’œuf.   

Un groupe a réussi à prendre un peuple en otage pendant 26 ans avec les moyens financiers de nos minerais et je répète encore une fois qu’un audit sur toutes les conventions passées sous la première République vu l’état de notre pays après 50 ans s’impose. Il s’agit d’une faillite de 50 années que tout le monde est entrain de payer.   

A l’attention des nouvelles autorités, je voudrais lancer une mise en garde en direction du Ministre de l’Information responsable des médias d’Etat. La provocation à l’égard d’une autre catégorie de victimes doit cesser ou alors il faut rééquilibrer l’équation pour permettre aux victimes du Camp boiro d’user de leur droit de réponse sur la tribune de ces mêmes médias d’Etat. Une interdiction vient d’être faite en direction de toutes démarches propagandistes. A bon entendeur salut Monsieur le Ministre de l’information.   

Je voudrais rappeler à Monsieur Touré que la Guinée n’est pas le Gabon encore moins le Togo au cas où.   

Pendant la grande messe organisée par le club AST dans le local d’Etat du palais du peuple pour la promotion d’un livre, démarche tout à fait privée, mercantile, alimentaire et propagandiste. Certains éléments « perturbateurs » de victimes du camp boiro, c’est l’expression utilisée par le journaliste commentateur du journal télévisé de 20 heures le 23 novembre, se sont démocratiquement invités. Personnellement, je n’y serais pas allée parce que ce genre de rassemblement est endogène, consanguin et convenu où la contradiction, la discussion démocratique auraient cédé la place aux injures de parents où même les mamans n’auraient pas été épargnées.   

Dans ce cas, ils se seraient d’avantage disqualifiés pour prétendre organiser une messe de réconciliation nationale en décembre.   

NOUS, nous avons été bien élevés. C’est pour cela que nous nous sommes retenus jusqu’à maintenant.   

Le PDG est plus chanceux que le CNDD parce que les temps ont changé, rien ne peut plus se faire à huis clos. Il y a un droit d’ingérence et nous sommes dans un village planétaire où tout s’imbrique.
 

Maître BARRY AMINATA 

Fille de BARRY DIAWADOU,ASSASSINE AU CAMP BOIRO EN 1969 PAR SEKOU TOURE.
 

Commentaire
 

La politique fut introduite effectivement par le dictateur Sékou. Il créa pour cela les CUM ou Comités d'Unités Militaires. Les membres des CUM étaient les yeux et les oreilles du Parti-Etat au sein des Forces armées, dont il se mefiait comme la peste.

Progressivement ils firent main basse sur les principaux rouages de l'armée, au rythme des faux complots du Responsable Suprême de la Révolution, Secrétaire général du PDG Chef de l'Etat,premier magistrat, serviteur supême du peuple, Président de la République, Commandant en chef des forces armées populaires révolutionnaires bde Guinée, le stratège. Président  Ahmed Sékou Touré..etc.

. Les cadres de valeur principalement issus de l'armée française furent petit à petit écartés de la logistique et des postes stratégiques. La voie était ouverte pour la transformation de l'armée en une immense milice sous la direction de "commissaires politiques" calqués sur l'organisation des communistes russes du PCUS (parti communiste de l'Union soviétique). Ils avaient une seule mission: obeir au Responsable suprême, c'est pourquoi l'essentiel des chefs furent tous issus de la famille proche du dictateur, dont le célèbre "Béria guinéen" le capitaine Siaka Touré , connu sous son petit nom de Nfa Siaka. L'homme était tellement craint que même son frère à Kankan avait sa propre cour de politiciens et d'innombrables "militants" qui venaient solliciter ses faveurs. A l'image de Amara Touré, le frère de Sékou, en son "royaume" de Faranah.

Le pouvoir se trouva ainsi au mains des politiques de l'armée et non des vrais militaires.L'un des plus illustres maneuvriers de cette transformation fut le Colonel Diarra Traoré. Il prit du galon de manière accélérée et devanca tous ses camarades de promotion.

La décrépitude se poursuivit sous le règne du Colonel Conté, lequel sortit gagnant de son bras de fer avec Diarra. Les deux étaient de purs produits du régime Sékou. La rancune de Conté conduisit à l'une des grandes tragédies de notre histoire: l'assassinat planifié d'officiers mandingues.

Certains officiers Pédégistes survécurent. Ils forment aujourd'hui l'ossature du soutien à Dadis, certainement pour le balayer le moment venu. Il s'agit du Général Sékouba Konaté, et de Moussa Keita entre autres.Comme  Sékou, ils portent une haine tenace et sans raison à une ethnie "particulière" à leurs yeux.: les Peulhs.

Dadis le chef des troupes ethniques a donc de qui tenir. Nous faisons du sur-place depuis 51 ans. Le PDG est toujours vivant à travers ses fils et petits-fils, dont Moussa Dadis Camara.  

Thierno A DIALLO

Source : www.guineelibre.com

2009-11-28 11:18:01 Moussa kaba

J’ai écouté attentivement la déclaration du PDG par la voix de Monsieur Touré à l’occasion de l’anniversaire du 22 novembre, date fétiche pour le PDG. A ce sujet, je crois m’en être expliquée dans mon bulletin « ce que je pense N°1 ». Ma première réaction a été de qualifier ce discours de honteuse récupération.

Toujours à l’affût comme un renard sous le boisseau, incroyablement opportuniste et cynique, le PDG compte se refaire une virginité sur le dos du CNDD à la faveur du drame du 28 septembre. Il faut reprendre du service n’est-ce-pas ?

En créant la diversion, le PDG a l’outrecuidance de prétendre distribuer les bons et les mauvais points en s’érigeant en arbitre.

Les maux ont de la mémoire. Votre symbole est l’éléphant réputé pour sa célèbre mémoire, mais vous, vous l’avez bien courte. L’étude comparée du passé et du présent montre que le PDG est porteur du péché originel avec un passé criminel innommable. Il faut que la jeunesse sache que le PDG est la pire des alternatives offertes au peuple martyr de Guinée. Aujourd’hui, il veut montrer patte blanche alors qu’il est l’ancêtre de tout ce qui nous arrive.

Ce péché originel se décline en plusieurs points : Suivez-moi.

1 - Qui a introduit la politique au sein de nos Forces armées ?

2 - Qui a inversé la pyramide des grades au point qu’un simple caporal pouvait dire merde à un colonel parce que politiquement mieux achalandé ?

3 - Qui a sabordé les notions de hiérarchie,d’ordre et de discipline au sein de nos Forces armées ?   

Sékou Touré est responsable de l’état dans lequel se trouvent aujourd’hui nos Forces armées.

Il faut que le PDG ait l’honnêteté intellectuelle et la probité de le reconnaître, ça serait toujours un pas en direction de la réconciliation nationale qu’il prône curieusement en cherchant à s’adjuger le leadership de la réconciliation nationale. Cette initiative relève d’une coquetterie indécente de la part du PDG et de son appendice le club AST.   

Il faut qu’il s’entraîne à se sortir des thèses négationnistes en ne niant pas l’assassinat de plus de 50.000 guinéens par pendaison et diète noire y compris alors qu’aucun de nos textes ne prévoit ce genre de sanction.   

Le PDG qui disposait d’une armada juridique complète, n’a pas hésité à fouler tous ces textes (les deux constitutions, le code pénal et le code de procédure pénale) pour massacrer autant de guinéens en inaugurant les charniers et les fosses communes. Tout ceci relève du péché originel dont le PDG est porteur.   

4 ème Péché originel - l’ethnocentrisme   

Qui ne se souvient pas du discours incendiaire de Sékou Touré à l’endroit de l’ethnie peule au point de particulariser le Foutah par sa célèbre stigmatisation « la situation particulière du Foutah ».

Qui n’a pas lu le passage extraordinairement raciste et ethnocentriste sorti de la bouche d’un président de la République, chef de l’Etat et le parti de ce Monsieur veut donner des leçons d’ethnocentrisme et d’ethno stratégie.   

De qui se moque –t-on ?   

Qui veut-on abuser ? Certainement les nouvelles générations, proie ô combien facile pour ce dangereux prédateur qu’est le PDG.   

5- le PDG est responsable de l’irruption de l’armée sur la scène politique d’abord parce qu’elle était politisée, ensuite parce que les responsables d’alors n’ont pas laissé s’appliquer la constitution qui avait prévue le cas de vacance de pouvoir qui devait être assuré par Lansana Béavogui.
C’est ça l’histoire, les générations doivent le savoir et le PDG doit dire la vérité s’il est sincère dans sa démarche.   

Il faudrait que les nouvelles générations se posent une question. Si le PDG était aussi fort et que l’adhésion populaire lui était irrésistible comme il le prétend, pourquoi s’est –il écroulé comme un château de carte après la disparition de son leader ? La réponse c’est parce que c’était une dictature sanglante, impitoyable où toutes les libertés étaient étouffées dans l’œuf.   

Un groupe a réussi à prendre un peuple en otage pendant 26 ans avec les moyens financiers de nos minerais et je répète encore une fois qu’un audit sur toutes les conventions passées sous la première République vu l’état de notre pays après 50 ans s’impose. Il s’agit d’une faillite de 50 années que tout le monde est entrain de payer.   

A l’attention des nouvelles autorités, je voudrais lancer une mise en garde en direction du Ministre de l’Information responsable des médias d’Etat. La provocation à l’égard d’une autre catégorie de victimes doit cesser ou alors il faut rééquilibrer l’équation pour permettre aux victimes du Camp boiro d’user de leur droit de réponse sur la tribune de ces mêmes médias d’Etat. Une interdiction vient d’être faite en direction de toutes démarches propagandistes. A bon entendeur salut Monsieur le Ministre de l’information.   

Je voudrais rappeler à Monsieur Touré que la Guinée n’est pas le Gabon encore moins le Togo au cas où.   

Pendant la grande messe organisée par le club AST dans le local d’Etat du palais du peuple pour la promotion d’un livre, démarche tout à fait privée, mercantile, alimentaire et propagandiste. Certains éléments « perturbateurs » de victimes du camp boiro, c’est l’expression utilisée par le journaliste commentateur du journal télévisé de 20 heures le 23 novembre, se sont démocratiquement invités. Personnellement, je n’y serais pas allée parce que ce genre de rassemblement est endogène, consanguin et convenu où la contradiction, la discussion démocratique auraient cédé la place aux injures de parents où même les mamans n’auraient pas été épargnées.   

Dans ce cas, ils se seraient d’avantage disqualifiés pour prétendre organiser une messe de réconciliation nationale en décembre.   

NOUS, nous avons été bien élevés. C’est pour cela que nous nous sommes retenus jusqu’à maintenant.   

Le PDG est plus chanceux que le CNDD parce que les temps ont changé, rien ne peut plus se faire à huis clos. Il y a un droit d’ingérence et nous sommes dans un village planétaire où tout s’imbrique.
 

Maître BARRY AMINATA 

Fille de BARRY DIAWADOU,ASSASSINE AU CAMP BOIRO EN 1969 PAR SEKOU TOURE.
 

Commentaire
 

La politique fut introduite effectivement par le dictateur Sékou. Il créa pour cela les CUM ou Comités d'Unités Militaires. Les membres des CUM étaient les yeux et les oreilles du Parti-Etat au sein des Forces armées, dont il se mefiait comme la peste.

Progressivement ils firent main basse sur les principaux rouages de l'armée, au rythme des faux complots du Responsable Suprême de la Révolution, Secrétaire général du PDG Chef de l'Etat,premier magistrat, serviteur supême du peuple, Président de la République, Commandant en chef des forces armées populaires révolutionnaires bde Guinée, le stratège. Président  Ahmed Sékou Touré..etc.

. Les cadres de valeur principalement issus de l'armée française furent petit à petit écartés de la logistique et des postes stratégiques. La voie était ouverte pour la transformation de l'armée en une immense milice sous la direction de "commissaires politiques" calqués sur l'organisation des communistes russes du PCUS (parti communiste de l'Union soviétique). Ils avaient une seule mission: obeir au Responsable suprême, c'est pourquoi l'essentiel des chefs furent tous issus de la famille proche du dictateur, dont le célèbre "Béria guinéen" le capitaine Siaka Touré , connu sous son petit nom de Nfa Siaka. L'homme était tellement craint que même son frère à Kankan avait sa propre cour de politiciens et d'innombrables "militants" qui venaient solliciter ses faveurs. A l'image de Amara Touré, le frère de Sékou, en son "royaume" de Faranah.

Le pouvoir se trouva ainsi au mains des politiques de l'armée et non des vrais militaires.L'un des plus illustres maneuvriers de cette transformation fut le Colonel Diarra Traoré. Il prit du galon de manière accélérée et devanca tous ses camarades de promotion.

La décrépitude se poursuivit sous le règne du Colonel Conté, lequel sortit gagnant de son bras de fer avec Diarra. Les deux étaient de purs produits du régime Sékou. La rancune de Conté conduisit à l'une des grandes tragédies de notre histoire: l'assassinat planifié d'officiers mandingues.

Certains officiers Pédégistes survécurent. Ils forment aujourd'hui l'ossature du soutien à Dadis, certainement pour le balayer le moment venu. Il s'agit du Général Sékouba Konaté, et de Moussa Keita entre autres.Comme  Sékou, ils portent une haine tenace et sans raison à une ethnie "particulière" à leurs yeux.: les Peulhs.

Dadis le chef des troupes ethniques a donc de qui tenir. Nous faisons du sur-place depuis 51 ans. Le PDG est toujours vivant à travers ses fils et petits-fils, dont Moussa Dadis Camara.  

Thierno A DIALLO

Source : www.guineelibre.com

2009-11-28 11:18:01 karifa camara

J’ai écouté attentivement la déclaration du PDG par la voix de Monsieur Touré à l’occasion de l’anniversaire du 22 novembre, date fétiche pour le PDG. A ce sujet, je crois m’en être expliquée dans mon bulletin « ce que je pense N°1 ». Ma première réaction a été de qualifier ce discours de honteuse récupération.

Toujours à l’affût comme un renard sous le boisseau, incroyablement opportuniste et cynique, le PDG compte se refaire une virginité sur le dos du CNDD à la faveur du drame du 28 septembre. Il faut reprendre du service n’est-ce-pas ?

En créant la diversion, le PDG a l’outrecuidance de prétendre distribuer les bons et les mauvais points en s’érigeant en arbitre.

Les maux ont de la mémoire. Votre symbole est l’éléphant réputé pour sa célèbre mémoire, mais vous, vous l’avez bien courte. L’étude comparée du passé et du présent montre que le PDG est porteur du péché originel avec un passé criminel innommable. Il faut que la jeunesse sache que le PDG est la pire des alternatives offertes au peuple martyr de Guinée. Aujourd’hui, il veut montrer patte blanche alors qu’il est l’ancêtre de tout ce qui nous arrive.

Ce péché originel se décline en plusieurs points : Suivez-moi.

1 - Qui a introduit la politique au sein de nos Forces armées ?

2 - Qui a inversé la pyramide des grades au point qu’un simple caporal pouvait dire merde à un colonel parce que politiquement mieux achalandé ?

3 - Qui a sabordé les notions de hiérarchie,d’ordre et de discipline au sein de nos Forces armées ?   

Sékou Touré est responsable de l’état dans lequel se trouvent aujourd’hui nos Forces armées.

Il faut que le PDG ait l’honnêteté intellectuelle et la probité de le reconnaître, ça serait toujours un pas en direction de la réconciliation nationale qu’il prône curieusement en cherchant à s’adjuger le leadership de la réconciliation nationale. Cette initiative relève d’une coquetterie indécente de la part du PDG et de son appendice le club AST.   

Il faut qu’il s’entraîne à se sortir des thèses négationnistes en ne niant pas l’assassinat de plus de 50.000 guinéens par pendaison et diète noire y compris alors qu’aucun de nos textes ne prévoit ce genre de sanction.   

Le PDG qui disposait d’une armada juridique complète, n’a pas hésité à fouler tous ces textes (les deux constitutions, le code pénal et le code de procédure pénale) pour massacrer autant de guinéens en inaugurant les charniers et les fosses communes. Tout ceci relève du péché originel dont le PDG est porteur.   

4 ème Péché originel - l’ethnocentrisme   

Qui ne se souvient pas du discours incendiaire de Sékou Touré à l’endroit de l’ethnie peule au point de particulariser le Foutah par sa célèbre stigmatisation « la situation particulière du Foutah ».

Qui n’a pas lu le passage extraordinairement raciste et ethnocentriste sorti de la bouche d’un président de la République, chef de l’Etat et le parti de ce Monsieur veut donner des leçons d’ethnocentrisme et d’ethno stratégie.   

De qui se moque –t-on ?   

Qui veut-on abuser ? Certainement les nouvelles générations, proie ô combien facile pour ce dangereux prédateur qu’est le PDG.   

5- le PDG est responsable de l’irruption de l’armée sur la scène politique d’abord parce qu’elle était politisée, ensuite parce que les responsables d’alors n’ont pas laissé s’appliquer la constitution qui avait prévue le cas de vacance de pouvoir qui devait être assuré par Lansana Béavogui.
C’est ça l’histoire, les générations doivent le savoir et le PDG doit dire la vérité s’il est sincère dans sa démarche.   

Il faudrait que les nouvelles générations se posent une question. Si le PDG était aussi fort et que l’adhésion populaire lui était irrésistible comme il le prétend, pourquoi s’est –il écroulé comme un château de carte après la disparition de son leader ? La réponse c’est parce que c’était une dictature sanglante, impitoyable où toutes les libertés étaient étouffées dans l’œuf.   

Un groupe a réussi à prendre un peuple en otage pendant 26 ans avec les moyens financiers de nos minerais et je répète encore une fois qu’un audit sur toutes les conventions passées sous la première République vu l’état de notre pays après 50 ans s’impose. Il s’agit d’une faillite de 50 années que tout le monde est entrain de payer.   

A l’attention des nouvelles autorités, je voudrais lancer une mise en garde en direction du Ministre de l’Information responsable des médias d’Etat. La provocation à l’égard d’une autre catégorie de victimes doit cesser ou alors il faut rééquilibrer l’équation pour permettre aux victimes du Camp boiro d’user de leur droit de réponse sur la tribune de ces mêmes médias d’Etat. Une interdiction vient d’être faite en direction de toutes démarches propagandistes. A bon entendeur salut Monsieur le Ministre de l’information.   

Je voudrais rappeler à Monsieur Touré que la Guinée n’est pas le Gabon encore moins le Togo au cas où.   

Pendant la grande messe organisée par le club AST dans le local d’Etat du palais du peuple pour la promotion d’un livre, démarche tout à fait privée, mercantile, alimentaire et propagandiste. Certains éléments « perturbateurs » de victimes du camp boiro, c’est l’expression utilisée par le journaliste commentateur du journal télévisé de 20 heures le 23 novembre, se sont démocratiquement invités. Personnellement, je n’y serais pas allée parce que ce genre de rassemblement est endogène, consanguin et convenu où la contradiction, la discussion démocratique auraient cédé la place aux injures de parents où même les mamans n’auraient pas été épargnées.   

Dans ce cas, ils se seraient d’avantage disqualifiés pour prétendre organiser une messe de réconciliation nationale en décembre.   

NOUS, nous avons été bien élevés. C’est pour cela que nous nous sommes retenus jusqu’à maintenant.   

Le PDG est plus chanceux que le CNDD parce que les temps ont changé, rien ne peut plus se faire à huis clos. Il y a un droit d’ingérence et nous sommes dans un village planétaire où tout s’imbrique.
 

Maître BARRY AMINATA 

Fille de BARRY DIAWADOU,ASSASSINE AU CAMP BOIRO EN 1969 PAR SEKOU TOURE.
 

Commentaire
 

La politique fut introduite effectivement par le dictateur Sékou. Il créa pour cela les CUM ou Comités d'Unités Militaires. Les membres des CUM étaient les yeux et les oreilles du Parti-Etat au sein des Forces armées, dont il se mefiait comme la peste.

Progressivement ils firent main basse sur les principaux rouages de l'armée, au rythme des faux complots du Responsable Suprême de la Révolution, Secrétaire général du PDG Chef de l'Etat,premier magistrat, serviteur supême du peuple, Président de la République, Commandant en chef des forces armées populaires révolutionnaires bde Guinée, le stratège. Président  Ahmed Sékou Touré..etc.

. Les cadres de valeur principalement issus de l'armée française furent petit à petit écartés de la logistique et des postes stratégiques. La voie était ouverte pour la transformation de l'armée en une immense milice sous la direction de "commissaires politiques" calqués sur l'organisation des communistes russes du PCUS (parti communiste de l'Union soviétique). Ils avaient une seule mission: obeir au Responsable suprême, c'est pourquoi l'essentiel des chefs furent tous issus de la famille proche du dictateur, dont le célèbre "Béria guinéen" le capitaine Siaka Touré , connu sous son petit nom de Nfa Siaka. L'homme était tellement craint que même son frère à Kankan avait sa propre cour de politiciens et d'innombrables "militants" qui venaient solliciter ses faveurs. A l'image de Amara Touré, le frère de Sékou, en son "royaume" de Faranah.

Le pouvoir se trouva ainsi au mains des politiques de l'armée et non des vrais militaires.L'un des plus illustres maneuvriers de cette transformation fut le Colonel Diarra Traoré. Il prit du galon de manière accélérée et devanca tous ses camarades de promotion.

La décrépitude se poursuivit sous le règne du Colonel Conté, lequel sortit gagnant de son bras de fer avec Diarra. Les deux étaient de purs produits du régime Sékou. La rancune de Conté conduisit à l'une des grandes tragédies de notre histoire: l'assassinat planifié d'officiers mandingues.

Certains officiers Pédégistes survécurent. Ils forment aujourd'hui l'ossature du soutien à Dadis, certainement pour le balayer le moment venu. Il s'agit du Général Sékouba Konaté, et de Moussa Keita entre autres.Comme  Sékou, ils portent une haine tenace et sans raison à une ethnie "particulière" à leurs yeux.: les Peulhs.

Dadis le chef des troupes ethniques a donc de qui tenir. Nous faisons du sur-place depuis 51 ans. Le PDG est toujours vivant à travers ses fils et petits-fils, dont Moussa Dadis Camara.  

Thierno A DIALLO

Source : www.guineelibre.com

2009-11-28 11:18:01 thierno samba

J’ai écouté attentivement la déclaration du PDG par la voix de Monsieur Touré à l’occasion de l’anniversaire du 22 novembre, date fétiche pour le PDG. A ce sujet, je crois m’en être expliquée dans mon bulletin « ce que je pense N°1 ». Ma première réaction a été de qualifier ce discours de honteuse récupération.

Toujours à l’affût comme un renard sous le boisseau, incroyablement opportuniste et cynique, le PDG compte se refaire une virginité sur le dos du CNDD à la faveur du drame du 28 septembre. Il faut reprendre du service n’est-ce-pas ?

En créant la diversion, le PDG a l’outrecuidance de prétendre distribuer les bons et les mauvais points en s’érigeant en arbitre.

Les maux ont de la mémoire. Votre symbole est l’éléphant réputé pour sa célèbre mémoire, mais vous, vous l’avez bien courte. L’étude comparée du passé et du présent montre que le PDG est porteur du péché originel avec un passé criminel innommable. Il faut que la jeunesse sache que le PDG est la pire des alternatives offertes au peuple martyr de Guinée. Aujourd’hui, il veut montrer patte blanche alors qu’il est l’ancêtre de tout ce qui nous arrive.

Ce péché originel se décline en plusieurs points : Suivez-moi.

1 - Qui a introduit la politique au sein de nos Forces armées ?

2 - Qui a inversé la pyramide des grades au point qu’un simple caporal pouvait dire merde à un colonel parce que politiquement mieux achalandé ?

3 - Qui a sabordé les notions de hiérarchie,d’ordre et de discipline au sein de nos Forces armées ?   

Sékou Touré est responsable de l’état dans lequel se trouvent aujourd’hui nos Forces armées.

Il faut que le PDG ait l’honnêteté intellectuelle et la probité de le reconnaître, ça serait toujours un pas en direction de la réconciliation nationale qu’il prône curieusement en cherchant à s’adjuger le leadership de la réconciliation nationale. Cette initiative relève d’une coquetterie indécente de la part du PDG et de son appendice le club AST.   

Il faut qu’il s’entraîne à se sortir des thèses négationnistes en ne niant pas l’assassinat de plus de 50.000 guinéens par pendaison et diète noire y compris alors qu’aucun de nos textes ne prévoit ce genre de sanction.   

Le PDG qui disposait d’une armada juridique complète, n’a pas hésité à fouler tous ces textes (les deux constitutions, le code pénal et le code de procédure pénale) pour massacrer autant de guinéens en inaugurant les charniers et les fosses communes. Tout ceci relève du péché originel dont le PDG est porteur.   

4 ème Péché originel - l’ethnocentrisme   

Qui ne se souvient pas du discours incendiaire de Sékou Touré à l’endroit de l’ethnie peule au point de particulariser le Foutah par sa célèbre stigmatisation « la situation particulière du Foutah ».

Qui n’a pas lu le passage extraordinairement raciste et ethnocentriste sorti de la bouche d’un président de la République, chef de l’Etat et le parti de ce Monsieur veut donner des leçons d’ethnocentrisme et d’ethno stratégie.   

De qui se moque –t-on ?   

Qui veut-on abuser ? Certainement les nouvelles générations, proie ô combien facile pour ce dangereux prédateur qu’est le PDG.   

5- le PDG est responsable de l’irruption de l’armée sur la scène politique d’abord parce qu’elle était politisée, ensuite parce que les responsables d’alors n’ont pas laissé s’appliquer la constitution qui avait prévue le cas de vacance de pouvoir qui devait être assuré par Lansana Béavogui.
C’est ça l’histoire, les générations doivent le savoir et le PDG doit dire la vérité s’il est sincère dans sa démarche.   

Il faudrait que les nouvelles générations se posent une question. Si le PDG était aussi fort et que l’adhésion populaire lui était irrésistible comme il le prétend, pourquoi s’est –il écroulé comme un château de carte après la disparition de son leader ? La réponse c’est parce que c’était une dictature sanglante, impitoyable où toutes les libertés étaient étouffées dans l’œuf.   

Un groupe a réussi à prendre un peuple en otage pendant 26 ans avec les moyens financiers de nos minerais et je répète encore une fois qu’un audit sur toutes les conventions passées sous la première République vu l’état de notre pays après 50 ans s’impose. Il s’agit d’une faillite de 50 années que tout le monde est entrain de payer.   

A l’attention des nouvelles autorités, je voudrais lancer une mise en garde en direction du Ministre de l’Information responsable des médias d’Etat. La provocation à l’égard d’une autre catégorie de victimes doit cesser ou alors il faut rééquilibrer l’équation pour permettre aux victimes du Camp boiro d’user de leur droit de réponse sur la tribune de ces mêmes médias d’Etat. Une interdiction vient d’être faite en direction de toutes démarches propagandistes. A bon entendeur salut Monsieur le Ministre de l’information.   

Je voudrais rappeler à Monsieur Touré que la Guinée n’est pas le Gabon encore moins le Togo au cas où.   

Pendant la grande messe organisée par le club AST dans le local d’Etat du palais du peuple pour la promotion d’un livre, démarche tout à fait privée, mercantile, alimentaire et propagandiste. Certains éléments « perturbateurs » de victimes du camp boiro, c’est l’expression utilisée par le journaliste commentateur du journal télévisé de 20 heures le 23 novembre, se sont démocratiquement invités. Personnellement, je n’y serais pas allée parce que ce genre de rassemblement est endogène, consanguin et convenu où la contradiction, la discussion démocratique auraient cédé la place aux injures de parents où même les mamans n’auraient pas été épargnées.   

Dans ce cas, ils se seraient d’avantage disqualifiés pour prétendre organiser une messe de réconciliation nationale en décembre.   

NOUS, nous avons été bien élevés. C’est pour cela que nous nous sommes retenus jusqu’à maintenant.   

Le PDG est plus chanceux que le CNDD parce que les temps ont changé, rien ne peut plus se faire à huis clos. Il y a un droit d’ingérence et nous sommes dans un village planétaire où tout s’imbrique.
 

Maître BARRY AMINATA 

Fille de BARRY DIAWADOU,ASSASSINE AU CAMP BOIRO EN 1969 PAR SEKOU TOURE.
 

Commentaire
 

La politique fut introduite effectivement par le dictateur Sékou. Il créa pour cela les CUM ou Comités d'Unités Militaires. Les membres des CUM étaient les yeux et les oreilles du Parti-Etat au sein des Forces armées, dont il se mefiait comme la peste.

Progressivement ils firent main basse sur les principaux rouages de l'armée, au rythme des faux complots du Responsable Suprême de la Révolution, Secrétaire général du PDG Chef de l'Etat,premier magistrat, serviteur supême du peuple, Président de la République, Commandant en chef des forces armées populaires révolutionnaires bde Guinée, le stratège. Président  Ahmed Sékou Touré..etc.

. Les cadres de valeur principalement issus de l'armée française furent petit à petit écartés de la logistique et des postes stratégiques. La voie était ouverte pour la transformation de l'armée en une immense milice sous la direction de "commissaires politiques" calqués sur l'organisation des communistes russes du PCUS (parti communiste de l'Union soviétique). Ils avaient une seule mission: obeir au Responsable suprême, c'est pourquoi l'essentiel des chefs furent tous issus de la famille proche du dictateur, dont le célèbre "Béria guinéen" le capitaine Siaka Touré , connu sous son petit nom de Nfa Siaka. L'homme était tellement craint que même son frère à Kankan avait sa propre cour de politiciens et d'innombrables "militants" qui venaient solliciter ses faveurs. A l'image de Amara Touré, le frère de Sékou, en son "royaume" de Faranah.

Le pouvoir se trouva ainsi au mains des politiques de l'armée et non des vrais militaires.L'un des plus illustres maneuvriers de cette transformation fut le Colonel Diarra Traoré. Il prit du galon de manière accélérée et devanca tous ses camarades de promotion.

La décrépitude se poursuivit sous le règne du Colonel Conté, lequel sortit gagnant de son bras de fer avec Diarra. Les deux étaient de purs produits du régime Sékou. La rancune de Conté conduisit à l'une des grandes tragédies de notre histoire: l'assassinat planifié d'officiers mandingues.

Certains officiers Pédégistes survécurent. Ils forment aujourd'hui l'ossature du soutien à Dadis, certainement pour le balayer le moment venu. Il s'agit du Général Sékouba Konaté, et de Moussa Keita entre autres.Comme  Sékou, ils portent une haine tenace et sans raison à une ethnie "particulière" à leurs yeux.: les Peulhs.

Dadis le chef des troupes ethniques a donc de qui tenir. Nous faisons du sur-place depuis 51 ans. Le PDG est toujours vivant à travers ses fils et petits-fils, dont Moussa Dadis Camara.  

Thierno A DIALLO

Source : www.guineelibre.com

2009-11-28 11:18:01 Oumar M. Bah
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.