chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Guinée : les masques tombent avec la création d’une nouvelle coalition politique, appendice du CNDD

Date de publication:2009-12-02 21:50:50

2009-12-02 22:49:41

En Guinée, chaque jour qui passe fait tomber les masques et dévoile au peuple les acolytes de la junte et de son chef.

En effet, l’annonce de la création d’un nouvel organe politique dénommé « Alliance de l’Union Démocratique de Guinée » (AUDG) lève un peu plus le voile sur la nature et les intentions de certains hommes politiques qui se réclamaient des Forces vives.
Aux yeux de beaucoup d’observateurs, la future coalition qui devrait voir le jour le 2 décembre 2009 n’est ni plus ni moins qu’un appendice du Conseil National pour la Démocratie et le Développement (CNDD) Le préambule de ladite alliance que l’on peut lire sur l’un des sites internet guinéens ne fait aucun doute là- dessus :

« Peuple de guinée ! Il te souvient qu’à la mort du Général Lansana Conté le 23 décembre 2008, l’armée guinéenne consciente de ses devoirs et ferme dans ses résolutions, à sa tête le CNDD piloté par le jeune Capitaine Moussa Dadis Camara, a pris le pouvoir pour répondre à l’appel de l’histoire. » On remarquera au passage la mise en relief du nom et du titre du chef de la junte par le « caractère gras. »

Les cagoulés ne pouvaient pas mieux se dévoiler en plein jour et donner la preuve que les Guinéens ne s’étaient pas trompés sur le copinage qu’entretiennent la junte avec cette clique de personnes.

Comment oser rendre hommage à une armée qui a torturé, tué, violé et massacré plus de 400 personnes entre 2006 et 2009 ? Seuls les acolytes, pire, les complices du système militaro- sanguinaire de Guinée et de son chef peuvent prendre fait et cause de la sorte.

Ceux qui trouvent que « l’armée est consciente de ses devoirs et ferme dans ses résolutions » font allusion, de manière à peine cachée, à la manière criminelle dont les populations civiles ont été traitées le 28 septembre 2009. Il ne pourrait s’agir que de cette fermeté. Celle- là qui a valu à Dadis les remerciements de certains futurs membres de cette alliance.

Mais, ne dit- on pas «ne donne point conseils au palmipède. Dès qu’arrive le moment du déshonneur, il tournera le dos au vent. » Ce qui se dessine pour les responsables de la coalition de partis politiques et d’organisations se définissant comme dissidents des Forces Vives ressemble fort bien au début de la fin de leur carrière politique.

Qui s’accroche, à l’annonce de l’orage, à une feuille sèche ne peut que s’envoler. Il n’est un secret pour personne que le glas à sonné pour la junte et aucun miracle ne saurait le sauver à la prochaine manifestation populaire. Mais, ce qui suinte retrouve forcément ce qui coule pour rejoindre ensemble le lit de la rivière.

Dieu merci, le prix de la forfaiture rassemblera tous les ennemis du peuple de Guinée pour que la nation s’en débarrasse une fois pour toute. Bien longtemps, ils ont fait croire aux Guinéens qu’ils étaient de leur côté. Mais, les soupçons se dissipent. Aucun d’entre- nous ne doute plus que les porte- bagages du CNDD qui disaient avoir été discriminés à Ouaga ont bien mérité leur sort.

Qui s’étonnerait du comportement de personnes qui ont été à la base des massacres de janvier et février 2007 ? C’est l’élargissement de celui qui se réclame être le fondateur de « l’Alliance Union Démocratique de Guinée » par le Général Lansana Conté qui a mis le feu au poudre et conduit à plus de deux cents morts en 2007. Incarcéré par la justice qui lui réclamait des sommes dues à l’Etat, le Président de Futurelec qui a fait et défait plus d’un gouvernement ne peut nier que ses liens avec le défunt Président de la République ont généré mort et désolation. Que M. Mamadou Sylla revendique et crée une coalition pour Dadis et la junte ne fait que confirmer le concubinage qui lie le voleur au despote du 28 septembre 2009.
Encore plus édifiant ! Le ralliement du Président de l’UPR à cette coalition et à toutes les causes perdues n’étonne personne. Dire que ce parti était l’un des plus représentatifs du paysage politique guinéen. Contentons- nous de dire si Siradio (Paix à son âme) savait ? Une anecdote répondrait à cette interrogation.

Lors de « La Marche du Pagne Blanc » à Paris, quelqu’un demandait à l’un de nos compatriotes : « combien reste- t- il de militants à l’UPR à part toi ? Ce dernier répondit : « je suis le dernier et comme tu vois, je n’y suis plus car je marche désormais avec les Forces Vives. » Il n’hésita pas de renchérir en ces termes : « celui qui appuie Dadis est un ennemi du peuple de Guinée. Je considère que mon ancien Président est de ceux- là. Pour ce faire, je n’ai plus rien à faire au sein de l’UPR et je ne suis pas le seul. »

Quoi d’étonnant qu’un président de parti qui aurait frôlé la primature et qui continue de rêver à la rédemption de son Moise rejoigne un groupuscule de partis politiques et d’associations qui sont tous guidés par l’appât d’intérêts et de postes ministériels ? C’est cette illusion qui l’avait, on s’en souvient, poussé à faire l’éclaireur de Dadis et du CNDD au Fouta. Bien entendu, le but était de récolter les dividendes de la réception dans la capitale de la Moyenne- Guinée. Mais, le flop de la tournée fit éloigner la primature.

De rêve en illusion, la recherche effrénée de reconnaissance conduira fatalement ce qui reste de l’UPR et son Président à nouer de nouvelles alliances avec le démon Dadis et la junte.
L’acte qui se dessine est instructif à plus d’un titre. Au moment où les Guinéens cherchent à se débarrasser du sanguinaire du Camp Alpha Yaya et de ses mercenaires, il ya des responsables politiques qui le confortent et le poussent à plus de crimes.

La déclaration de la coalition montre une fois de plus que l’AUDG (qui n’est rien d’autre que « UDG plus le A ») peut d’ores et déjà être appelée : «Alliance ou Union Dadis et Dévots. » C’est selon. Jusque- là, il n’y avait que le CNDD pour parler de Dadis et de la junte en termes laudateurs.

Ecoutons plutôt :

« Cette logique découle de la vision du CNDD et de son Président le Capitaine Moussa Dadis Camara qui a reconnu, librement les partis politiques et autorisé l’exercice de leurs activités, malgré la suspension de la constitution. »

C’est l’AUDG- CNDD qui s’exprime. Il est vrai qu’au moment où les Guinéens se faisaient massacrer par les nervis de Dadis, certains membres de cette coalition préparaient l’après- Komara. N’est- ce pas les mêmes qui gratifient le boucher de Koulé en ces termes :
« L’engagement et la prédisposition du Chef de l’Etat à œuvrer pour la poursuite des auteurs des événements du 28 septembre 2009 par la mise en place d’une commission d’enquête nationale.

L’objectif général de la commission nationale d’enquête qui de rechercher, interpeller et de traduire devant la justice les auteurs de ces regrettables événement du 28 septembre. »
A se demander si ce n’est pas le Ministre Permanent du CNDD, l’autre Moussa, « le colonel Dadis ou la mort » qui s’exprime. Dadis disait après le 28 septembre 2009 « je suis désolé » et ses acolytes parlent « d’événements regrettables » Quel cynisme !
On remarque que le mot massacre n’est prononcé dans aucun passage de la déclaration. Il en est de même de crimes. Il est question d’événements sans l’adjectif « tragiques. » On lui préfère « regrettables. »

Qui peut mieux disculper Dadis et piétiner la mémoire des victimes ? Il n’est pas question ici de mauvaise foi, mais d’ignorance délibérée, de falsification volontaire. D’injures, tout simplement à celles et à ceux qui son tombées sur le champ du combat pour la liberté et la démocratie dans notre chère patrie !

La coalition entre l’AUDG et l’Alliance Nationale pour le Renouveau (ANPR) n’est qu’une fuite en avant. Cette entité s’alliera aux mouvements des comités de soutien de Dadis et au Bloc des Forces Vives pour renforcer l’Union Guinéenne pour la Démocratie (UDG) de Koly Kourouma et Dadis.

Dès lors exit le CNDD qui est devenu depuis le 28 septembre 2009 « Conseil National de Dadis le Dictateur. » Disparaitront au fil du temps « AUDG ; UDG ; ANPR, tous les petits partis satellites et organisations parasites.

Tout naturellement, cela se fera au seul profit de l’UGD. D’ici- là, l’AUDG servira à redonner une nouvelle virginité au CNDD. On voit déjà les yeux doux à un certain ancien premier ministre. Mordra ? Ne mordra pas ?

Comme il n’est pas interdit de rêver, disons à la coalition entre le démon Dadis et les lutins : « l’espièglerie ne dure jamais longtemps ! » Les Guinéens ne dorment pas et la victoire est toujours du côté des Justes. C’est toujours le peuple qui vaincra !
Enfin, en Guinée aussi, le soleil qui emporte la nuit s’est levé et le jour n’est plus loin que le peuple délogera les assassins !

Lamarana Petty Diallo Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.