chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Toumba / Dadis : on en sait un peu plus

Date de publication:2009-12-05 11:10:12

2009-12-05 12:30:01

Dans le journal de ce matin 5 décembre 2009, RFI a donné un peu plus de précision sur les raisons du « kabilacidage » de Dadis par l’enfant de Mandianna, Aboubacar Toumba Diakité : les massacres de 28 septembre 2009.

En effet, c’est par les enquêteurs de l’ONU que Toumba (Sur la photo) a appris que Dadis le rend seul responsable des massacres du 28 septembre. Toumba est furieux de la traîtrise de Dadis qui veut lui faire porter le chapeau alors qu’il n’a fait que suivre ses ordres. D’ailleurs, comment toute la garde du chef de la junte peut-elle quitter le camp Alpha Yaya Diallo sans ordre de celui-ci ?

Il faut rappeler que la nuit de la veille, Dadis avait appelé par téléphone la plupart des leaders ou leurs épouses pour les menacer de le regretter s’ils n’annulent pas le meeting en question. A cela s’ajoute le rôle que son propre neveu Siba Todor a joué dans la planification et l’exécution des massacres et des persécutions qui ont suivi. Dadis s’opposera d’ailleurs à la manœuvre de faire arrêter Toumba quand les dénonciations et critiques ont commencé après les massacres. Le chef de la junte croyait encore à un simple bluff de la part de la communauté internationale (son conseiller Idrissa Chérif avait même dit à France 24 que ce n’est pas la première fois que des massacres se font en Afrique et qu’en Côte d’Ivoire, il y a eu des milliers de morts sans suite).  

L’implication de l’ONU et l’arrivée des enquêteurs sur place ont fini par faire comprendre à Dadis que le problème est plus sérieux que ses conseillers le lui font croire. Au lieu de dénoncer ces conseillers et opérer un tournant décisif pour accepter une transition démocratique qui lui aurait ouvert une porte de sortie honorable, il choisit de sacrifier son protecteur et fidèle ami Toumba Diakité. Ce dernier, écoeuré, le malmènera d’abord devant sa garde ethnique avant de lui tirer dessus. Il semble que les may-may ou guerriers sacrés du gnamou ont tous pris la tangente face à la fureur de Toumba Diakité, visiblement plus fort et plus redoutable que Pivi Coplan. On dit d’ailleurs que c’est Toumba qui avait tapé Pivi en lui cassant la jambe lors d’un entraînement. Pas étonnant donc que les guerriers ornés de cornes et de fétiches aient pris la fuite devant cet homme.

Dadis est rattrapé par son arrogance et sa traîtrise. S’il crève pour avoir ordonné des massacres et viols de ses compatriotes, cela ne peut qu’être bénéfique à notre nation : plus aucun chef d’Etat ne va désormais oser ordonner ou tolérer l’usage des armes contre des populations civiles en Guinée. Désormais, dans notre pays aussi, le respect des engagements et de l’Etat de droit seront les seules garanties pour la préservation du pouvoir.

Si Toumba est à mesure de le faire, nous demandons à ses proches de lui donner les conseils suivants :

1- de faire arrêter tous les membres du CNDD et les livrer au TPI en respectant les règles du droit.
2- faire appel au peuple et à la classe politique pour la mise sur pieds d’un gouvernement de transition démocratique de 6 mois en désignant une personnalité neutre pour le diriger : Robert Sarah ou le Président de l’Organisation des droits de l’homme, le Dr Thierno Sow par exemple.
3- se mettre lui-même à la disposition de la justice qui appréciera son geste patriotique à sa juste valeur.

C’est le moyen pour lui et ses proches d’échapper à la violence ou de ne pas mourir pour rien. On sait déjà que certains leaders politiques ont eu la vie sauve grâce à lui : il semblerait que quand la bande forestière a voulu tuer certains leaders qui étaient regroupés au stade, c’est Toumba qui s’y est violemment opposé en les mettant sous sa propre protection dans sa voiture. Si le groupe ne le craignait pas, ces leaders politiques auraient été massacrés à l’arme blanche ce jour par cette bande forestière. C’est en partie ces informations qui nous ont convaincus que le massacre a été planifié et que Toumba avait pour mission de mater les populations qui répondent aux appels des opposants tout en prenant soin d’épargner la vie des principaux leaders. Si donc Toumba qui a exécuté des ordres criminels devient le sauveur de la nation, la justice saura lui accorder des circonstances atténuantes. Car, Dadis ses mercenaires israéliens et sud-africains et ses milices ethniques conduisaient la Guinée tout droit vers une guerre civile.

Si la classe politique joue maintenant son rôle, la Guinée a de la chance de s’en sortir en repartant sur de bonnes bases.

Mise au point:

dans les commentaires, je vois qu'une personne au moins a mal compris mon message dans ce texte, interprétant mon texte comme une déculpabilisation de Toumba Diakité. Non, et non ! Pour moi, Toumba Diakité, Dadis, Pivi, Sékouba, Korka, Moussa Keita, Komara, Boubacar Barry, Issa Diallo. Idrissa Chérif etc. sont tous criminels et coupables, bien qu'à des dégrés différents, des dérives et crimes du régime cndd. Les commanditaires des massacres, les exécuteurs des ordres criminels et les personnes qui cautionnent en travaillant pour eux ou avec eux sont tous criminels et doivent être jugés. La justice pourra faire après la part des choses et déterminer le dégré d'implication de chacun. Car, un responsable politique ou d'Etat n'est pas meurtier selement quand il commet personnellement le crime de ses propres mains. Il est coupable s'il l'ordonne, le tolère ou le cautionne. C'est le cas de Komara, Boubacar Barry et Issa Diallo par exemple.

Ce que je dis ici, c'est qu'après les crimes du 28 septembre, si Toumba aide à mettre les criminels hors d'état de nuire et se livre lui-même à la justice, il pourrait sauver sa vie et obtenir des circonstances atténuantes. Car le CNDD le recherche pour le tuer. En ce qui est de son acte de "sauver" la vie de certains leaders, pour moi cela s'inscrivait simplement dans la mission du jour: tuer les populations mais épargner la vie des leaders. Le CNDD croyait qu'avec cela il n'y aurait pas de conséquences graves au niveau international.

SADIO BARRY

Toumba / Dadis : l'histoire en audio

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.