chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Dépêche n° 2 de Conakry : le domicile de Moussa Dadis Camara aurait été visité par des soldats

Date de publication:2009-12-09 01:22:57

2009-12-09 02:21:13

De sources proches du Camp alpha Yaya viennent de nous informer que les bureaux du chef de la junte, qui lui servent également office de logement ont été visités, la nuit du mardi 7 décembre 2009 par des voleurs.

Les malfrats auraient dérobés de l’argent en devises étrangères et en francs guinéens, de l’or et du diamant. Cependant, ils auraient tous été arrêtés au moment de quitter les lieux, nous a- t- on précisé. Il s’agirait tous des proches du chef de la junte. Il ne s’agirait aucunement de personnes commises à la sécurité des lieux ou d’autres soldats de la caserne, nous a- t- on dit.
Notre interlocuteur, lui- même reprenant les arguments avancés dans le camp, explique que le vol se justifierait par la panique qui circule sur l’état de santé de Dadis. Lesdits proches voudraient « prendre ce qu’ils peuvent au cas où le chef actuellement hospitalisé au Maroc ne rentrait pas. »

Il nous a été également précisé qu’en dépit de tout ce qu’on dit à la télévision guinéenne et qu’on entend à la radio d’Etat et sur certaines radios privées, la panique la plus totale règne au Camp alpha Yaya. Il ya un climat très tendu entre différentes factions qui ne veulent en aucun prix laisser la succession, si courte soit- elle, à un tiers non issu du clan Dadis.

Il nous a également été rapporté qu’une peur bleue est lisible sur tous les visages car on ne sait pas qui est avec Toumba et qui ne l’est pas. Il ne serait pas étonnant, nous a- t- on dit qu’une fois les parents, amis et présumés complices de l’Adjudant- Chef Mohamed 2 Soumah, alias Beugré maîtrisés, qu’on s’attaque à d’autres proches des membres du CNDD. Ces derniers étant naturellement liés à Toumba et/ ou d’autres successeurs potentiels de Dadis. La guerre des clans, nous a- t- il fait savoir, serait, hélas inévitable !

Le climat de suspicion, de panique et de peur s’expliquerait, a- t- il précisé, par les contradictions qui émaillent les déclarations et contre déclarations de ministres, conseillers et autres proches de Moussa Dadis.

En effet, depuis l’évacuation sanitaire du chef de la junte, les uns veulent se montrer plus prolifiques que les autres en informations. A force, ces dernières apparaissent comme de l’intox. Cette rivalité a pour unique but de vouloir apparaître comme le plus infidèle parmi les fidèles au cas où le capitaine s’en remettrait des tirs de Toumba. Finalement, le zèle dont font preuve porte- parole, parents et autres membres du CNDD fait plus penser qu’ils œuvrent pour eux- mêmes que pour la guérison de Dadis.

Ainsi, les proches de Moussa Dadis Camara jurent sur tous les dieux et dans toutes les langues que « leur homme » se porte bien. Qu’il est hors de danger. Qu’il s’est rendu à pieds à l’avion oubliant au passage qu’il a été transporté en ambulance. Laquelle était cernée de militaires et que cela a été vu par des témoins oculaires et en image.

Le souci d’assurer et la démagogie ont été poussés à tel point qu’on ose dire Dadis « reconnaît son entourage sans pouvoir encore parler » alors qu’il sortait à peine de plusieurs heures d’opérations délicates. Sinon, risquées. Il a même été dit : « le Président rentrera bientôt. Je ne sais pas si c’est lundi, mardi ou mercredi.. »

On est pourtant mercredi. Point de Dadis. A moins que ce ne soit mercredi 15 décembre 2009 et que l’excès de zèle expliquerait le flou entourant la date.

En tous les cas, pour un CNDD qui n’hésite pas d’exhiber la torture via des images filmées, on se demande bien pourquoi Moussa Dadis n’a- t- il pas été filmé sur son lit d’hôpital ? Pourquoi montre- t- on des soldats, si ce n’est des milices armées, qui se pavanent dans les rues de la capitale à la recherche de Toumba au lieu de donner des images de l’enfant de Koulé ? Etonnant non ?

C’est ce genre de questions, que se pose le commun des mortels, que les soldats qui ont dérobés les biens se seraient également posées.

Il est clair que trop de déclarations et contre déclarations ne rassurent ni les proches ni les citoyens. Si l’on ajoute à ce verbiage, l’insécurité et le climat de terreur qui règnent à Conakry et dans le reste du pays, on ne peut que plaindre encore notre peuple.

Face à tout cela, chaque Guinéenne et chaque Guinéen devrait prier non pas, comme le demandent les acolytes de la dictature pour les bourreaux, mais pour les populations, la nation et les victimes de la junte.

Comme je disais hier, ne désespérons pas ! Le Tout Puissant est pour tout le monde. Le jour qu’il tourne le dos au puissant en faveur du faible, le premier regrettera sa puissance d’un jour. Le second se reprochera d’avoir douté si ses prières avaient été entendues !

Un jour ou un autre, chacun réalisera, à sa façon, que Dieu n’est pas sourd aux prières du démuni et du faible. Qu’IL observe, dans sa patience, le fort afin de voir l’usage qu’il fera de « l’illusion de supériorité » qu’Il lui a prêtée dans SA Miséricorde !

Lamarana Petty Diallo Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.