chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Cris de cœur et d’optimisme : la Guinée avant tout

Date de publication:2009-12-09 06:45:52

2009-12-09 07:41:11

Rappelant notre position de démocrates, nous sommes foncièrement opposés à toute forme d’accès au  pouvoir outre que celle constitutionnelle et assumons en réitérant notre  condamnation du coup d’Etat militaire du 23 décembre 2008 ayant favorisé l’avènement du Conseil National pour la Démocratie et le Développement à la tête de l’Etat guinéen.

A l’occasion de la tentative d’assassinat, du chef de la junte, Chef de l’Etat, nous condamnons cette autre violence qui rend le Guinéen victime d’un autre Guinéen.

Autant nous condamnons toutes les violences en général, et celles politiques, en particulier, notamment celles de juin 2006, de janvier et février 2007, de 2008 et du 28 septembre 2009, autant nous condamnons,  celle du 3 décembre 2009. En effet, pour nous,  aucune violence ne peut être légitimée et justifiée, surtout au sommet de l’Etat. Car la violence appelle à la violence et ainsi nous serons dans un cercle infernal de violence avec son cortège de haines et d’animosités qui provoquera une instabilité, des conflits majeurs voire la guerre.

Comme réponse aux différentes violences dont des Guinéens sont victimes de la part d’autres, il faut faire des enquêtes crédibles en vue de sanctionner leurs auteurs conformément à la loi, pour mettre ainsi fin à l’impunité pour que plus jamais ça.

Ainsi, aucun Guinéen ne mérite la violence. C’est pourquoi, nous condamnons la tentative d’assassinat dont a été victime, un compatriote, le Capitaine Moussa Dadis Camara.

Notre opposition à Dadis, ferme soit elle, s’inscrit dans le cadre des principes et des valeurs et est loin de problèmes de personne. Il est Guinéen comme nous et donc il ne peut pas être notre  ennemi. Il n’est qu’un adversaire politique dans le cadre d’un combat politique civilisé et éloigné de toute haine et d’animosité.

Aussi, nous ne souhaitons pas que dans l’histoire de la Guinée qu’il y ait un Chef d’Etat tué, fut il autoproclamé, car au delà de la mauvaise image que cet incident donnera à notre pays, il crée un précédent dangereux.

Tous les Guinéens doivent vivre ensemble dans l’unité, la fraternité, la sécurité et la paix.

Nous lançons un appel aux forces de défense et de sécurité, aux forces politiques et sociales et à tous les guinéens de mettre « la balle à terre » pour l’apaisement en évitant toute forme de violence.

Nous demandons aux amis de la Guinée de nous aider pour aller vers une sortie de crise apaisée et efficace pouvant aboutir à des élections libres et transparentes.

Nous demandons à la CEDEAO et au Groupe International de Contact sur la Guinée de continuer la médiation déjà enclenchée et menée par Monsieur Blaise Compaoré, Président du Burkina Faso.

En dépit de la maladie de son Président, le CNDD continue à diriger l’Etat guinéen et doit continuer la médiation avec les Forces Vives, car la marche de la Nation doit continuer pour le bonheur de tous les Guinéens. Cette médiation doit permettre à la Guinée, malgré les difficultés actuelles (déjà traversées par de Grandes Nations), de renouer avec les Institutions démocratiques par la tenue d’élections crédibles éloignant les militaires de l’exercice du pouvoir politique.

Abidjan, le 8 décembre 2009.

Mamadou Mouctar Diallo
Président du parti NFD (Nouvelles Forces Démocratiques).

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.