chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

La junte sème la terreur

Date de publication:2009-12-09 18:51:54

2009-12-09 19:50:10

Depuis la tentative d’assassinat du chef de la junte le capitaine Moussa Dadis Camara le jeudi 03 décembre dernier, toujours alité au Maroc, les populations de Conakry  traversent d’intenses moments de terreur. Au point que le moindre déplacement pendant  la nuit peut facilement être fatal à toute personne qui s’hasarde à le faire. Dans un seul rond point, on peut trouver plus d’une cinquantaine de bérets rouges armés jusqu’aux dents. Entre Conakry et la préfecture de Coyah, distant seulement de 50 Km, un confrère de radio Sabari FM a compté plus de 8 barrages érigés, seulement pour rançonner les pauvres voyageurs.  C’est le cas de cette enseignante partie dans la préfecture de Forécariah pour prendre sa mère malade. Arrivée à Coyah, Aminata Batchély  (c’est le nom de cette pauvre dame), a été descendue  du véhicule par des bérets rouges déployés dans la zone. D’abord, elle a été dépouillée de tous  ses biens, notamment l’argent et son téléphone portable, avant d’être copieusement molestée et obligée de rebrousser chemin. Il aura fallu l’intervention des médecins de Coyah pour sauver la mère de Mme Aminata Bachély.

Ce mercredi 09 décembre, pendant que les Guinéens écoutent avec regret et amertume les interventions des membres du CNDD sur les antennes des radios et télévisions du monde, c’est encore des populations du quartier Petit Simbaya qui reçoivent la visite des bérets rouges avec en tête  le titan du CNDD Claude PIVI, alias Coplan. Après le ratissage, les habitants de la localité parlent de plus de 12 personnes arrêtées et des personnes âgées frappées et blessées. « Ils (les militaires) disent que ce quartier était hautement fréquenté par Toumba Diakité et que ce dernier aurait même des amis et autres proches dans cette localité située dans la haute banlieue de Conakry ». C’est le tort de ces habitants !

Dans les rues de Conakry, on a l’impression qu’il ya plus de camions militaires que d’autres véhicules. Et les guinéens aujourd’hui sont dépassés par les événements. D’ailleurs, nombreux sont les Guinéens qui demandent aujourd’hui l’envoi d’une force d’interposition  pour assurer leur sécurité. Après Dadis, Pivi semble avoir pris le pouvoir ! Sékouba n’est qu’un alibi pour le maintien du pouvoir forestier en Guinée, au pris du sang, de la terreur …

Lamine Soumah


Commentaires


2009-12-09 19:50:10

Depuis la tentative d’assassinat du chef de la junte le capitaine Moussa Dadis Camara le jeudi 03 décembre dernier, toujours alité au Maroc, les populations de Conakry  traversent d’intenses moments de terreur. Au point que le moindre déplacement pendant  la nuit peut facilement être fatal à toute personne qui s’hasarde à le faire. Dans un seul rond point, on peut trouver plus d’une cinquantaine de bérets rouges armés jusqu’aux dents. Entre Conakry et la préfecture de Coyah, distant seulement de 50 Km, un confrère de radio Sabari FM a compté plus de 8 barrages érigés, seulement pour rançonner les pauvres voyageurs.  C’est le cas de cette enseignante partie dans la préfecture de Forécariah pour prendre sa mère malade. Arrivée à Coyah, Aminata Batchély  (c’est le nom de cette pauvre dame), a été descendue  du véhicule par des bérets rouges déployés dans la zone. D’abord, elle a été dépouillée de tous  ses biens, notamment l’argent et son téléphone portable, avant d’être copieusement molestée et obligée de rebrousser chemin. Il aura fallu l’intervention des médecins de Coyah pour sauver la mère de Mme Aminata Bachély.

Ce mercredi 09 décembre, pendant que les Guinéens écoutent avec regret et amertume les interventions des membres du CNDD sur les antennes des radios et télévisions du monde, c’est encore des populations du quartier Petit Simbaya qui reçoivent la visite des bérets rouges avec en tête  le titan du CNDD Claude PIVI, alias Coplan. Après le ratissage, les habitants de la localité parlent de plus de 12 personnes arrêtées et des personnes âgées frappées et blessées. « Ils (les militaires) disent que ce quartier était hautement fréquenté par Toumba Diakité et que ce dernier aurait même des amis et autres proches dans cette localité située dans la haute banlieue de Conakry ». C’est le tort de ces habitants !

Dans les rues de Conakry, on a l’impression qu’il ya plus de camions militaires que d’autres véhicules. Et les guinéens aujourd’hui sont dépassés par les événements. D’ailleurs, nombreux sont les Guinéens qui demandent aujourd’hui l’envoi d’une force d’interposition  pour assurer leur sécurité. Après Dadis, Pivi semble avoir pris le pouvoir ! Sékouba n’est qu’un alibi pour le maintien du pouvoir forestier en Guinée, au pris du sang, de la terreur …

Lamine Soumah

2009-12-09 18:51:54 DIALLO

2009-12-09 19:50:10

Depuis la tentative d’assassinat du chef de la junte le capitaine Moussa Dadis Camara le jeudi 03 décembre dernier, toujours alité au Maroc, les populations de Conakry  traversent d’intenses moments de terreur. Au point que le moindre déplacement pendant  la nuit peut facilement être fatal à toute personne qui s’hasarde à le faire. Dans un seul rond point, on peut trouver plus d’une cinquantaine de bérets rouges armés jusqu’aux dents. Entre Conakry et la préfecture de Coyah, distant seulement de 50 Km, un confrère de radio Sabari FM a compté plus de 8 barrages érigés, seulement pour rançonner les pauvres voyageurs.  C’est le cas de cette enseignante partie dans la préfecture de Forécariah pour prendre sa mère malade. Arrivée à Coyah, Aminata Batchély  (c’est le nom de cette pauvre dame), a été descendue  du véhicule par des bérets rouges déployés dans la zone. D’abord, elle a été dépouillée de tous  ses biens, notamment l’argent et son téléphone portable, avant d’être copieusement molestée et obligée de rebrousser chemin. Il aura fallu l’intervention des médecins de Coyah pour sauver la mère de Mme Aminata Bachély.

Ce mercredi 09 décembre, pendant que les Guinéens écoutent avec regret et amertume les interventions des membres du CNDD sur les antennes des radios et télévisions du monde, c’est encore des populations du quartier Petit Simbaya qui reçoivent la visite des bérets rouges avec en tête  le titan du CNDD Claude PIVI, alias Coplan. Après le ratissage, les habitants de la localité parlent de plus de 12 personnes arrêtées et des personnes âgées frappées et blessées. « Ils (les militaires) disent que ce quartier était hautement fréquenté par Toumba Diakité et que ce dernier aurait même des amis et autres proches dans cette localité située dans la haute banlieue de Conakry ». C’est le tort de ces habitants !

Dans les rues de Conakry, on a l’impression qu’il ya plus de camions militaires que d’autres véhicules. Et les guinéens aujourd’hui sont dépassés par les événements. D’ailleurs, nombreux sont les Guinéens qui demandent aujourd’hui l’envoi d’une force d’interposition  pour assurer leur sécurité. Après Dadis, Pivi semble avoir pris le pouvoir ! Sékouba n’est qu’un alibi pour le maintien du pouvoir forestier en Guinée, au pris du sang, de la terreur …

Lamine Soumah

2009-12-09 18:51:54 thierno samba
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.