chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Lettre ouverte aux autorites marocaines

Date de publication:2009-12-12 13:25:13

2009-12-12 14:24:09

Le Maroc ne doit pas se transformer en retraite pour les assassins et autres dictateurs dont les mains sont entachés du sang des innocents.

Les autorités Marocaines doivent traduire Moussa "Dadis" Camara devant la justice internationale.

Durant le mois de septembre 2009, au moins 157 personnes avaient été tuées et des dizaines de femmes violées par les soldats sous le commandement de Moussa "Dadis" Camara, les manifestants réclamaient la fin de la "dictature militaire" en Guinée Conakry et exigeaient que le capitaine putschiste respecte sa promesse de ne pas se présenter en tant que candidat à la présidentielle.

Mr Camara blessé par balle, suite à une altercation avec le responsable de sa garde rapprochée, à été transporté le 4 décembre 2009 au Maroc pour y être soigné. Mr Camara à, auparavant, refusé d'aller au Sénégal, sans doute pour éviter la compétence universelle des juridictions Sénégalaises.

C'est finalement vers le Maroc qu'il s'est tourné, certain qu'il doit être, de ne rien craindre à l'instar de l'ex président Zaïrois Mobutu sesse seko, qui à tranquillement fini ses jours à Rabat, ainsi que l'ex Ministre Israélienne Tsepe Livni, qui à récemment foulé le sol Marocain sans qu'elle ne soit inquiétées, malgré les crimes de guerre commis par son gouvernement à Ghaza.

Mr Moussa "Dadis" Camara, à l'instar de toute personne, bénéficie du droit à accéder aux soins que son état de santé requiert, suite à quoi, il devrait répondre  des crimes commis sous son commandement.

Les responsables marocains ont le devoir de collaborer avec la commission d'enquête des Nations Unies ainsi qu'avec le tribunal pénal international afin que les responsables, tous les responsables du crime contre l'humanité commis au stade de Conakry le 28 septembre soient traduits en justice.

Nous en appelant aux forces vives de la nation, pour se mobiliser afin que Mr Camara soit livré à la justice internationale et qu'il puisse être jugé pour les crimes contre l'humanité commis sous son commandement.

Mamadou Bah Saliou et Hicham Rachidi

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.