chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

9ème Session du Groupe International de Contact sur la Guinée (GIC-G) à Ouagadougou, 13 décembre 2009

Date de publication:2009-12-14 15:08:03

2009-12-14 16:03:14

1. La neuvième session du Groupe international de contact sur la Guinée (GIC-G) s’est tenue au centre de Conférences de « Ouaga 2000 » à Ouagadougou, Burkina Faso, le 13 décembre 2009.

2. Le Groupe a fait le point de l’évolution de la situation politique et sécuritaire en Guinée depuis sa dernière réunion, y compris à la lumière des évènements du 3 décembre 2009, au cours desquels le Président du CNDD, le Capitaine Moussa Dadis Camara, a été l’objet d’une tentative d’assassinat. Le Groupe condamne cet attentat, ainsi que les violences de quelque nature que ce soit, dirigées aussi bien contre des civils que des militaires. Ces incidents illustrent davantage la fragilité de la situation en Guinée et l’urgence de la mise en place d’une nouvelle autorité de transition.

3. Le Groupe exprime sa vive préoccupation face à la détérioration continue de la situation sécuritaire, humanitaire et des droits de l’homme dans le pays. Il condamne les actes de terreur et de violence de toute nature, ainsi que d’agression et d’extorsion perpétrés, en particulier par des éléments des forces de défense et de sécurité à l’encontre des populations et de la communauté diplomatique. Le Groupe condamne également l’accumulation d’armes dans le pays à des fins inavouées, à la formation de milices et leur entraînement par des mercenaires et d’activités croissantes liées aux trafics en tous genres. Le Groupe demande que ces actes ne demeurent pas impunis.

4. Le Groupe accueille avec intérêt les déclarations du Général Sékouba Konaté, Ministre de la défense, assurant la coordination du CNDD, appelant au respect de la discipline au sein des Forces armées et à la garantie de la sécurité des populations guinéennes et de la communauté diplomatique internationale. A cet égard, il rappelle aux autorités l’urgente nécessité de libérer toutes les personnes détenues, en violation des droits de l’homme, y compris celles retenues à la suite des évènements du 28 septembre 2009. Le Groupe se félicite de la publication par l’UA et l’UE des listes des individus visés par des sanctions ciblées. Il lance un appel à tous les Etats membres des Nations unies et des autres organisations régionales et internationales pour assurer une application stricte de ces sanctions, ainsi que de l’embargo.

5. Le Groupe invite les Forces de défense et de sécurité à s’inscrire positivement dans un processus de transition démocratique et à oeuvrer au respect des valeurs républicaines en Guinée. A cet égard, il réaffirme son engagement à soutenir les efforts visant la réorganisation et la réforme du secteur de la défense et de la sécurité.

6. Le Groupe note avec satisfaction la célérité avec laquelle la Commission d’enquête internationale mise en place par les Nations unies sur les événements du 28 septembre 2009, a effectué sa mission en Guinée et examinera avec intérêt les conclusions de l’enquête lors de sa prochaine session. Il rappelle aux autorités guinéennes leur obligation d’assurer une protection appropriée contre l’intimidation, la menace et toute autre forme de violence à l’encontre des témoins et de toute autre personne détenant des informations sur les crimes commis au cours des violences du 28 septembre

2009.
7. Le Groupe réitère son appel du 12 octobre 2009 à la CEDEAO à constituer, en consultation avec le Médiateur et l’aide de ses partenaires, une mission internationale d’observation. Celle-ci serait composée de personnels civils et militaires, qui devraient contribuer, grâce à leur expertise technique, à l’instauration d’un climat de sécurité pour la population et à la protection des institutions et des principaux acteurs de la transition.

8. Le Groupe exprime son appréciation et son appui aux efforts du Président Blaise Compaoré, Président du Faso, Médiateur dans la crise guinéenne. Il l’encourage à poursuivre ses efforts, en tenant compte des décisions pertinentes de la CEDEAO et de l’UA, en vue de parvenir à un accord acceptable par les parties.

9. Dans ce contexte, le Groupe réitère ses appels pour:

i. la mise en place, dans les meilleurs délais, d’une nouvelle autorité consensuelle de la transition ;
ii. l’achèvement des préparatifs des élections afin de permettre la tenue des élections législatives et présidentielles, aussitôt que possible en 2010 ;
iii. la mise en oeuvre rapide des mesures appropriées pour garantir le plein exercice des activités des partis et des leaders politiques ;
iv. le respect de l’engagement pris que, ni le Président et les autres membres du CNDD, ni le Premier ministre ne seront candidats aux prochaines élections.

10. Le Groupe réitère à l’endroit du peuple de Guinée l’engagement soutenu de la communauté internationale en vue de la restauration de la démocratie, de l’état de droit et de la reconstruction socio-économique du pays.
11. Le Groupe décide de tenir sa prochaine session en janvier 2010 à une date et un lieu à déterminer en consultation entre les co-présidents.

Fait à Ouagadougou, le 13 décembre 2009

Il faut signaler que, outre l’UA et la CEDEAO, le GIC-G  comprend les Organisations et pays suivants : NU, UE, MRU, CEN-SAD, OCI, OIF, Banque mondiale, membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies: Etats Unis d’Amérique, Royaume uni, France, Russie ; membres africains du CSNU : Burkina Faso et Libye ; Allemagne, Espagne et Japon. Le Canada a participé en qualité d’observateur.

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.