chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Déclaration de guerre de Moussa Keita

Date de publication:2009-12-15 02:25:46

2009-12-15 03:21:35 

Le Dimanche 13 Décembre 2009, M Ibn Chambas, président de la commission de la CEDEAO avait déclaré à Ouagadougou:

"Tous les ingrédients d’une situation explosive sont aujourd'hui réunis en Guinée. Une crise profonde dans ce pays compromettrait les efforts de paix dans les Etats voisins que sont : la Côte d’Ivoire, le Liberia, la Sierra Leone et la Guinée Bissau. En raison de la menace de violences massives de droits de l’homme et de violences incontrôlables, je propose que nous recommandions à nos instances supérieures, le déploiement d’une force de protection des civils et d’assistance humanitaire en Guinée"

Il avait ajouté, à l'adresse de la délégation du CNDD:

"Sachez que les violations répétées des droits de l’homme ne resteront pas impunies. Nous tenons fermement aux engagements des membres du CNDD de ne pas se présenter aux prochaines échéances électorales"
Comme nous, vous serez sidéré à la lecture du passage suivant, rapporté par M. Caba Bah pour guineenews, traitant de la réaction du désormais honni Moussa Keita  " Dadis ou la mort", aux propos lucides de M. Chambas:
" l'envoi de toute force étrangère sur le sol guinéen sans l'autorisation préalable du gouvernement sera considéré comme une atteinte à l'autorité de l'Etat et à l'intégrité du territoire national »
Et pour clarifier ses mots le faucon du CNDD a ajouté « Les pays qui prétendent envoyer des forces, je les invite à s'abstenir, parce que si réellement ils le font, nous considérerons leurs actes comme une déclaration de guerre, par conséquent des

dispositions seront prises

Les duo Moussa Kéita et Idrissa Chérif avaient été rabroués par le ministre des Affaires Etrangères Cécé Loua et le premier Ministre Komara pour des propos considérés belliqueux notamment à l'égard de la France pour Chérif et la décision unilatérale de suspendre les négociations de Ouaga pour Moussa. Il fut même question de les exclure de la délégation avant que le général Konaté, celui sur qui la communauté internationale et certains guinéens comptent tant pour rendre le pouvoir à des civils élus ne les réintègre dans la délégation du CNDD."

C'est donc la fuite en avant pour le CNDD,  dont personne n'est capable aujourd'hui de définir la ligne directrice dans son action, et surtout qui la dirige. Entre les démentis (re)démentis par une flopée d'obscurantistes ayant en commun leur illégitimité, le bateau Guinée tangue dangereusement.

Ceux qui crient "terre" au Capitaine du bateau, en l'occurrence le Général Konaté risquent des arrivées au port dans la douleur.

Le CNDD et son "gouvernement" en bloc sont illégitimes et criminels patentés. Il ne faut pas chercher le bon grain dans cette ivraie.
Il y a donc urgence  à envoyer des forces de sécurité étrangères pour éviter la répétition à grande échelle cette fois des massacres du 28 Septembre..

Espérons que le "Syndrome Tshisékédi"  comme justement défini par notre compatriote A. Sinkoun Kaba ,qui semble frapper certains membres de l'opposition guinéenne, ne durera pas.

Conclusion

Méditez cette pensée du président des Etats-Unis d'Amérique:

" La non-violence n'aurait pas suffi à stopper les armées d'Hitler, ni à convaincre Al-Qaeda de déposer les armes"
                                                  Barack OBAMA, Prix Nobel de la paix

 

Thierno A DIALLO


Commentaires


2009-12-15 03:21:35 

Le Dimanche 13 Décembre 2009, M Ibn Chambas, président de la commission de la CEDEAO avait déclaré à Ouagadougou:

"Tous les ingrédients d’une situation explosive sont aujourd'hui réunis en Guinée. Une crise profonde dans ce pays compromettrait les efforts de paix dans les Etats voisins que sont : la Côte d’Ivoire, le Liberia, la Sierra Leone et la Guinée Bissau. En raison de la menace de violences massives de droits de l’homme et de violences incontrôlables, je propose que nous recommandions à nos instances supérieures, le déploiement d’une force de protection des civils et d’assistance humanitaire en Guinée"

Il avait ajouté, à l'adresse de la délégation du CNDD:

"Sachez que les violations répétées des droits de l’homme ne resteront pas impunies. Nous tenons fermement aux engagements des membres du CNDD de ne pas se présenter aux prochaines échéances électorales"
Comme nous, vous serez sidéré à la lecture du passage suivant, rapporté par M. Caba Bah pour guineenews, traitant de la réaction du désormais honni Moussa Keita  " Dadis ou la mort", aux propos lucides de M. Chambas:
" l'envoi de toute force étrangère sur le sol guinéen sans l'autorisation préalable du gouvernement sera considéré comme une atteinte à l'autorité de l'Etat et à l'intégrité du territoire national »
Et pour clarifier ses mots le faucon du CNDD a ajouté « Les pays qui prétendent envoyer des forces, je les invite à s'abstenir, parce que si réellement ils le font, nous considérerons leurs actes comme une déclaration de guerre, par conséquent des

dispositions seront prises

Les duo Moussa Kéita et Idrissa Chérif avaient été rabroués par le ministre des Affaires Etrangères Cécé Loua et le premier Ministre Komara pour des propos considérés belliqueux notamment à l'égard de la France pour Chérif et la décision unilatérale de suspendre les négociations de Ouaga pour Moussa. Il fut même question de les exclure de la délégation avant que le général Konaté, celui sur qui la communauté internationale et certains guinéens comptent tant pour rendre le pouvoir à des civils élus ne les réintègre dans la délégation du CNDD."

C'est donc la fuite en avant pour le CNDD,  dont personne n'est capable aujourd'hui de définir la ligne directrice dans son action, et surtout qui la dirige. Entre les démentis (re)démentis par une flopée d'obscurantistes ayant en commun leur illégitimité, le bateau Guinée tangue dangereusement.

Ceux qui crient "terre" au Capitaine du bateau, en l'occurrence le Général Konaté risquent des arrivées au port dans la douleur.

Le CNDD et son "gouvernement" en bloc sont illégitimes et criminels patentés. Il ne faut pas chercher le bon grain dans cette ivraie.
Il y a donc urgence  à envoyer des forces de sécurité étrangères pour éviter la répétition à grande échelle cette fois des massacres du 28 Septembre..

Espérons que le "Syndrome Tshisékédi"  comme justement défini par notre compatriote A. Sinkoun Kaba ,qui semble frapper certains membres de l'opposition guinéenne, ne durera pas.

Conclusion

Méditez cette pensée du président des Etats-Unis d'Amérique:

" La non-violence n'aurait pas suffi à stopper les armées d'Hitler, ni à convaincre Al-Qaeda de déposer les armes"
                                                  Barack OBAMA, Prix Nobel de la paix

 

Thierno A DIALLO

2009-12-15 02:25:46 amar

2009-12-15 03:21:35 

Le Dimanche 13 Décembre 2009, M Ibn Chambas, président de la commission de la CEDEAO avait déclaré à Ouagadougou:

"Tous les ingrédients d’une situation explosive sont aujourd'hui réunis en Guinée. Une crise profonde dans ce pays compromettrait les efforts de paix dans les Etats voisins que sont : la Côte d’Ivoire, le Liberia, la Sierra Leone et la Guinée Bissau. En raison de la menace de violences massives de droits de l’homme et de violences incontrôlables, je propose que nous recommandions à nos instances supérieures, le déploiement d’une force de protection des civils et d’assistance humanitaire en Guinée"

Il avait ajouté, à l'adresse de la délégation du CNDD:

"Sachez que les violations répétées des droits de l’homme ne resteront pas impunies. Nous tenons fermement aux engagements des membres du CNDD de ne pas se présenter aux prochaines échéances électorales"
Comme nous, vous serez sidéré à la lecture du passage suivant, rapporté par M. Caba Bah pour guineenews, traitant de la réaction du désormais honni Moussa Keita  " Dadis ou la mort", aux propos lucides de M. Chambas:
" l'envoi de toute force étrangère sur le sol guinéen sans l'autorisation préalable du gouvernement sera considéré comme une atteinte à l'autorité de l'Etat et à l'intégrité du territoire national »
Et pour clarifier ses mots le faucon du CNDD a ajouté « Les pays qui prétendent envoyer des forces, je les invite à s'abstenir, parce que si réellement ils le font, nous considérerons leurs actes comme une déclaration de guerre, par conséquent des

dispositions seront prises

Les duo Moussa Kéita et Idrissa Chérif avaient été rabroués par le ministre des Affaires Etrangères Cécé Loua et le premier Ministre Komara pour des propos considérés belliqueux notamment à l'égard de la France pour Chérif et la décision unilatérale de suspendre les négociations de Ouaga pour Moussa. Il fut même question de les exclure de la délégation avant que le général Konaté, celui sur qui la communauté internationale et certains guinéens comptent tant pour rendre le pouvoir à des civils élus ne les réintègre dans la délégation du CNDD."

C'est donc la fuite en avant pour le CNDD,  dont personne n'est capable aujourd'hui de définir la ligne directrice dans son action, et surtout qui la dirige. Entre les démentis (re)démentis par une flopée d'obscurantistes ayant en commun leur illégitimité, le bateau Guinée tangue dangereusement.

Ceux qui crient "terre" au Capitaine du bateau, en l'occurrence le Général Konaté risquent des arrivées au port dans la douleur.

Le CNDD et son "gouvernement" en bloc sont illégitimes et criminels patentés. Il ne faut pas chercher le bon grain dans cette ivraie.
Il y a donc urgence  à envoyer des forces de sécurité étrangères pour éviter la répétition à grande échelle cette fois des massacres du 28 Septembre..

Espérons que le "Syndrome Tshisékédi"  comme justement défini par notre compatriote A. Sinkoun Kaba ,qui semble frapper certains membres de l'opposition guinéenne, ne durera pas.

Conclusion

Méditez cette pensée du président des Etats-Unis d'Amérique:

" La non-violence n'aurait pas suffi à stopper les armées d'Hitler, ni à convaincre Al-Qaeda de déposer les armes"
                                                  Barack OBAMA, Prix Nobel de la paix

 

Thierno A DIALLO

2009-12-15 02:25:46 elhaj
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.