chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Réaction à J. M. Doré

Date de publication:2008-02-14 18:41:51

Apres avoir lu l’interview de notre honorable Jean Marie Doré, je n’ai pu m’empêcher de me demander si finalement notre Général Conté n’est pas en fait le plus doué des hommes politiques en Guinée après le satanique Sékou Touré ?
Il connaît indéniablement la mentalité de son peuple qu’il manipule avec maestria pour se sortir de difficultés.
Lire J.M. Doré dire que, soit Lansana Conté laisse travailler Lansiné Kouyaté ou alors nomme un autre Premier Ministre ; et sa position en ce qui concerne l’attitude et action des syndicalistes dans cette crise, ne peuvent me laisser indifférent.
En effet ce genre de réaction explique en partie pourquoi Conté est resté si longtemps au pouvoir sans challenges et l’opposition guinéenne en désarroi : Pour quelle raison le Général permettrait il à un PM imposé de travailler librement sur des accords qui veulent restreindre ses prérogatives et accès à la BCRG (Banque Centrale) sans parler d’éventuelles poursuites contre ses proches? 
Que faut-il faire ou dire pour que les gens (J.M.Doré et autres) comprennent qu’aujourd’hui les revendications du peuple ne peuvent convenir à Lansana Conté ?  Sans paraître arrogant, c’est pourtant un fait évident qui ne souffre d’aucune ambiguïté !
Arrêtez de tromper et faire souffrir les Guinéens en leur promettant quelque chose que vous n’obtiendrez pas du Général sauf par contrainte( je dirai même contrainte physique)!
A moins que l’Armée ne se range du côté du peuple et que beaucoup de Guinéens changent leur attitude et comportement vénal face au pouvoir, nous savons que rien ne changera sous ce régime.
Est-ce qu’une nouvelle Assemblée Nationale améliorera les choses ? C’est à voir !
Surtout que nous venons d’apprendre, sans surprise, que les élections législatives seront encore reportées. 
Je suis d’autant plus irrité que notre honorable député "pratique" notre Général depuis des années et semble ne l’avoir toujours pas compris : Lansana Conté n’accepte pas qu’on lui dicte quoi que ce soit surtout après plus de 20 ans de règne, à fortiori, contester son pouvoir.  Même s’il avait l’intention de quelque chose, le simple fait que quelqu’un  d’autre, surtout l’opinion publique, l’exige, il se braque et refuse d’agir pour montrer qu’après Dieu ,c’est lui seul qui décide : sa mentalité de militaire fait que pour lui tout est rapport de force et que le plus fort a toujours raison. 
Conté ne va pas se faire "hara-kiri" en acceptant l’application de ces accords!
Nous pouvons espérer car l’espoir fait vivre.
Quant à la position de J.M.Doré concernant les syndicalistes, c’est vraiment faire preuve de mauvaise foi et de jalousie envers eux pour avoir réussi ce que l’opposition a été incapable de faire par simple peur de ses leaders.  Si les partis d’opposition étaient à la hauteur du défi, les syndicats n’auraient jamais eu l’opportunité de prendre leur place pour négocier ces accords à leur place.
Vouloir nier à ces structures le droit d’outrepasser leur fonction pour la défense du citoyen, c’est faire preuve de méconnaissance de l’histoire des peuples (ou faire semblant).
A situation exceptionnelle, réponse exceptionnelle ! 
Autant que je sache Sékou Touré, Lech Walesa et d’autres étaient bien des leaders qui ont commencé leur combat(qui était en fait politique) en tant que syndicalistes  pour défendre leurs concitoyens avant de faire de la "vraie" politique.  Si cela a été salvateur  à l’époque pourquoi ce ne l’est pas aujourd’hui ?  Lorsque Lansana Conté a pris le pouvoir en 1984, était-ce le rôle de l’Armée ?  Bien sûr que non !  Néanmoins, nous avons tous (la très grande majorité, je ne sais pas dans quel camp notre honorable J.M.Doré  était)  apprécié et applaudi.
Quelle hypocrisie de condamner ces courageux syndicalistes qui ont risqué leur vie pour le bonheur de tous !
Les syndicalistes ont simplement compris que leurs revendications ne pouvaient être satisfaites sans aller à l’origine des problèmes qui sont macroéconomiques et structurels.  Ils ont montré leur réalisme et courage en ayant le cran de prendre le taureau par les cornes et porter leurs revendications au cœur même du pouvoir au lieu de tergiverser.  Il faut noter aussi qu’il a fallu le leadership d’une femme encore une fois comme en 1976(nous avons vu ce que les précédentes tentatives ont donné sans elle).  A ce propos, une dame me disait récemment à Conakry :" Oh ! ici nous sommes tous des femmes, ce n’est qu’à partir du crépuscule que l’on reconnaît les hommes (dans les chambres)".
Que notre député et ex syndicalistes m’expliquent comment résoudre ce casse-tête sans exiger une autre politique et surtout que le pays soit gouverné autrement !
Combien de fois, des préavis et des grèves ont été lancées avant celle de janvier 2007 avec des promesses impossibles à tenir par le gouvernement pour les causes citées plus haut?
De là, il est évident que les revendications ne pouvaient prendre qu’un caractère hautement politique; n’en déplaise aux fatalistes et partisans de "être vivant vaut mieux qu’un héros mort".
Quant aux élections législatives, nous (avec d’autres) avons encore eu raison lorsque nous prédisions que ces consultations seraient repoussées le plus tard possible pour permettre à Lansiné Kouyaté de rester le plus longtemps possible et Conté de conserver ses avantages face à une Assemblée à sa solde.
Les grands perdants comme toujours restent les partis de l’opposition par manque de détermination politique d’accéder au pouvoir (attitude singulière!).
 Il y a au moins un plan qui risque d’échouer et les  rejoindre dans leur désarroi ; c’est celui du PM, victime de son machiavélisme.
En effet, selon le chef du protocole de notre Général (Guinéenews, 13/02/08), celui-ci envisagerait très bientôt de restructurer le gouvernement.
Ceux qui parlent encore d’accords tripartites en sont pour leur compte !  
A propos, depuis la nomination du PM en 2007, nous lisons régulièrement des avis et dissertations sur la légitimité et autres considérations juridiques sur les prérogatives de la Primature par rapport aux pouvoirs du Président conférés par la Constitution ; ces écrits n’ont malheureusement qu’un intérêt académique et dialectique dans le contexte actuel. 
Quels sont l’intérêt et l’impact de tels débats sur la politique de tous les jours en Guinée  et surtout les préoccupations quotidiennes de survie des Guinéens au pays?
Ces interventions seraient utiles et désirable dans un pays normal régi par une Loi Fondamentale et les Droits de l’Homme !
Citons pèle-mêle, sans parler de la période du PDG, de l’annulations du scrutin en 1993 des villes de Kankan et Siguiri, de l’arrestation sans procédure du député Alpha Condé, le referendum pour maintenir Conté au pouvoir, du président de la Cour Suprême qui devient PM puis ramené à son poste de nouveau (où est la séparation des pouvoirs et neutralité ?); et pour finir du Général qui décide de sortir en personne des individus sous contrôle judiciaire en prison en faisant fi de la séparation des pouvoirs etc…
La liste d’anomalies  juridico-constitutionnelles en Guinée étant longue, il est superflu de débattre sur les prérogatives d’un PM, fonction virtuelle comme le démontre le Général et l’attitude de Lansiné Kouyaté sachant que le pays a toujours été dirigé sur la base de l’intimidation et la coercition des citoyens par le pouvoir en place.
A quoi sert le Droit s’il n’est pas appliqué par celui qui en est le garant ? 
Nous devons arrêter d’être les dindons de la farce : le Général et ses partisans se souviennent de l’existence de la Loi Fondamentale quand ça les arrangent et en font fi dans le cas contraire.
Ce qui est important aujourd’hui en Guinée, ce n’est pas des articles et alinéas gravés sur du papier mais de trouver les voies et moyens de repartir sur de nouvelles bases républicaines.  Il faut une autre "Indépendance" (comme en 1958)!  Malheureusement, après les colons français, nous devons encore une fois nous libérer de certains de nos propres frères guinéens. Quelle malédiction !

Que Dieu sauve la Guinée !

Ibrahima Diallo- "Ollaid"
Contact :Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.