chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Foireux anniversaire à Dadis, chef de gang !

Date de publication:2009-12-23 20:54:08

2009-12-23 21:50:51

Il y a un an, c’était le 23 décembre 2008, un gang de soudards ramassait les restes du pouvoir à Conakry. Nos populations avaient applaudi un inconnu du nom de Dadis. La suite a révélé le vrai visage de ce criminel au cerveau de moineau : incompétence, arrogance, cupidité, mensonge, ethnocentrisme, cruauté, etc.

Amateur de champagne et, paraît-il, de « sans pagne » (ce marié infidèle ne s’était-il pas vanté d’avoir des copines à gogo ?) Dadis a déjà reçu un cadeau de son aide de camp (du plomb de la part de Toumba Diakité), trois semaines à l’avance, le 3 décembre 2009. L’intéressé a été secouru (le terme « admission » étant trop noble pour lui) sous une autre identité dans un hôpital marocain. De Guinéen, Dadis a perdu en l’espace de quelques heures de vol, ce statut. Jamais dossier de naturalisation n’a été aussi rapidement traité. Mais il y a tout de même un petit problème : certaines visites à rendre à Dadis seraient soumises à des conditions de nationalité ! Aurait-on peur qu’un Guinéen ne l’achève ?

On nous dit que Dadis aurait perdu l’usage de la parole, ce qui semble pénible pour un bavard. Cependant, je me sens dans l’obligation de poser une question un peu bête mais patriotique: celui qui ne parle pas a-t-il besoin de porte-parole ? Ce dernier va porter quoi ?

Pour les nullards qui soutiennent Dadis, je précise le sens du mot « foireux »: dans le sens vulgaire, il signifie « merdeux » et dans le sens familier, « peureux ». Ces sots sauront-ils opérer un choix ? Puisse le repos de leur idole s’éterniser !

Foireux anniversaire, Satan Dadis ! Je ne dirai jamais « paix à ton âme ! » mais à chacun de tes partisans, « pet pour ton âne ! ».
Pour finir, je ne te salis pas.

Ibrahima Kylé DIALLO


Commentaires


2009-12-23 20:54:08 Alpha Oumar Balde

2009-12-23 21:50:51

Il y a un an, c’était le 23 décembre 2008, un gang de soudards ramassait les restes du pouvoir à Conakry. Nos populations avaient applaudi un inconnu du nom de Dadis. La suite a révélé le vrai visage de ce criminel au cerveau de moineau : incompétence, arrogance, cupidité, mensonge, ethnocentrisme, cruauté, etc.

Amateur de champagne et, paraît-il, de « sans pagne » (ce marié infidèle ne s’était-il pas vanté d’avoir des copines à gogo ?) Dadis a déjà reçu un cadeau de son aide de camp (du plomb de la part de Toumba Diakité), trois semaines à l’avance, le 3 décembre 2009. L’intéressé a été secouru (le terme « admission » étant trop noble pour lui) sous une autre identité dans un hôpital marocain. De Guinéen, Dadis a perdu en l’espace de quelques heures de vol, ce statut. Jamais dossier de naturalisation n’a été aussi rapidement traité. Mais il y a tout de même un petit problème : certaines visites à rendre à Dadis seraient soumises à des conditions de nationalité ! Aurait-on peur qu’un Guinéen ne l’achève ?

On nous dit que Dadis aurait perdu l’usage de la parole, ce qui semble pénible pour un bavard. Cependant, je me sens dans l’obligation de poser une question un peu bête mais patriotique: celui qui ne parle pas a-t-il besoin de porte-parole ? Ce dernier va porter quoi ?

Pour les nullards qui soutiennent Dadis, je précise le sens du mot « foireux »: dans le sens vulgaire, il signifie « merdeux » et dans le sens familier, « peureux ». Ces sots sauront-ils opérer un choix ? Puisse le repos de leur idole s’éterniser !

Foireux anniversaire, Satan Dadis ! Je ne dirai jamais « paix à ton âme ! » mais à chacun de tes partisans, « pet pour ton âne ! ».
Pour finir, je ne te salis pas.

Ibrahima Kylé DIALLO

2009-12-23 20:54:43 Alpha Oumar Balde
2009-12-23 20:54:08 muhammad

2009-12-23 21:50:51

Il y a un an, c’était le 23 décembre 2008, un gang de soudards ramassait les restes du pouvoir à Conakry. Nos populations avaient applaudi un inconnu du nom de Dadis. La suite a révélé le vrai visage de ce criminel au cerveau de moineau : incompétence, arrogance, cupidité, mensonge, ethnocentrisme, cruauté, etc.

Amateur de champagne et, paraît-il, de « sans pagne » (ce marié infidèle ne s’était-il pas vanté d’avoir des copines à gogo ?) Dadis a déjà reçu un cadeau de son aide de camp (du plomb de la part de Toumba Diakité), trois semaines à l’avance, le 3 décembre 2009. L’intéressé a été secouru (le terme « admission » étant trop noble pour lui) sous une autre identité dans un hôpital marocain. De Guinéen, Dadis a perdu en l’espace de quelques heures de vol, ce statut. Jamais dossier de naturalisation n’a été aussi rapidement traité. Mais il y a tout de même un petit problème : certaines visites à rendre à Dadis seraient soumises à des conditions de nationalité ! Aurait-on peur qu’un Guinéen ne l’achève ?

On nous dit que Dadis aurait perdu l’usage de la parole, ce qui semble pénible pour un bavard. Cependant, je me sens dans l’obligation de poser une question un peu bête mais patriotique: celui qui ne parle pas a-t-il besoin de porte-parole ? Ce dernier va porter quoi ?

Pour les nullards qui soutiennent Dadis, je précise le sens du mot « foireux »: dans le sens vulgaire, il signifie « merdeux » et dans le sens familier, « peureux ». Ces sots sauront-ils opérer un choix ? Puisse le repos de leur idole s’éterniser !

Foireux anniversaire, Satan Dadis ! Je ne dirai jamais « paix à ton âme ! » mais à chacun de tes partisans, « pet pour ton âne ! ».
Pour finir, je ne te salis pas.

Ibrahima Kylé DIALLO

2009-12-23 20:54:43 muhammad
2009-12-23 20:54:08 Amadou Taslim Diallo

2009-12-23 21:50:51

Il y a un an, c’était le 23 décembre 2008, un gang de soudards ramassait les restes du pouvoir à Conakry. Nos populations avaient applaudi un inconnu du nom de Dadis. La suite a révélé le vrai visage de ce criminel au cerveau de moineau : incompétence, arrogance, cupidité, mensonge, ethnocentrisme, cruauté, etc.

Amateur de champagne et, paraît-il, de « sans pagne » (ce marié infidèle ne s’était-il pas vanté d’avoir des copines à gogo ?) Dadis a déjà reçu un cadeau de son aide de camp (du plomb de la part de Toumba Diakité), trois semaines à l’avance, le 3 décembre 2009. L’intéressé a été secouru (le terme « admission » étant trop noble pour lui) sous une autre identité dans un hôpital marocain. De Guinéen, Dadis a perdu en l’espace de quelques heures de vol, ce statut. Jamais dossier de naturalisation n’a été aussi rapidement traité. Mais il y a tout de même un petit problème : certaines visites à rendre à Dadis seraient soumises à des conditions de nationalité ! Aurait-on peur qu’un Guinéen ne l’achève ?

On nous dit que Dadis aurait perdu l’usage de la parole, ce qui semble pénible pour un bavard. Cependant, je me sens dans l’obligation de poser une question un peu bête mais patriotique: celui qui ne parle pas a-t-il besoin de porte-parole ? Ce dernier va porter quoi ?

Pour les nullards qui soutiennent Dadis, je précise le sens du mot « foireux »: dans le sens vulgaire, il signifie « merdeux » et dans le sens familier, « peureux ». Ces sots sauront-ils opérer un choix ? Puisse le repos de leur idole s’éterniser !

Foireux anniversaire, Satan Dadis ! Je ne dirai jamais « paix à ton âme ! » mais à chacun de tes partisans, « pet pour ton âne ! ».
Pour finir, je ne te salis pas.

Ibrahima Kylé DIALLO

2009-12-23 20:54:43 Amadou Taslim Diallo
2009-12-23 20:54:08 Barry A.

2009-12-23 21:50:51

Il y a un an, c’était le 23 décembre 2008, un gang de soudards ramassait les restes du pouvoir à Conakry. Nos populations avaient applaudi un inconnu du nom de Dadis. La suite a révélé le vrai visage de ce criminel au cerveau de moineau : incompétence, arrogance, cupidité, mensonge, ethnocentrisme, cruauté, etc.

Amateur de champagne et, paraît-il, de « sans pagne » (ce marié infidèle ne s’était-il pas vanté d’avoir des copines à gogo ?) Dadis a déjà reçu un cadeau de son aide de camp (du plomb de la part de Toumba Diakité), trois semaines à l’avance, le 3 décembre 2009. L’intéressé a été secouru (le terme « admission » étant trop noble pour lui) sous une autre identité dans un hôpital marocain. De Guinéen, Dadis a perdu en l’espace de quelques heures de vol, ce statut. Jamais dossier de naturalisation n’a été aussi rapidement traité. Mais il y a tout de même un petit problème : certaines visites à rendre à Dadis seraient soumises à des conditions de nationalité ! Aurait-on peur qu’un Guinéen ne l’achève ?

On nous dit que Dadis aurait perdu l’usage de la parole, ce qui semble pénible pour un bavard. Cependant, je me sens dans l’obligation de poser une question un peu bête mais patriotique: celui qui ne parle pas a-t-il besoin de porte-parole ? Ce dernier va porter quoi ?

Pour les nullards qui soutiennent Dadis, je précise le sens du mot « foireux »: dans le sens vulgaire, il signifie « merdeux » et dans le sens familier, « peureux ». Ces sots sauront-ils opérer un choix ? Puisse le repos de leur idole s’éterniser !

Foireux anniversaire, Satan Dadis ! Je ne dirai jamais « paix à ton âme ! » mais à chacun de tes partisans, « pet pour ton âne ! ».
Pour finir, je ne te salis pas.

Ibrahima Kylé DIALLO

2009-12-23 20:54:43 Barry A.
2009-12-23 20:54:08 Gnamou

2009-12-23 21:50:51

Il y a un an, c’était le 23 décembre 2008, un gang de soudards ramassait les restes du pouvoir à Conakry. Nos populations avaient applaudi un inconnu du nom de Dadis. La suite a révélé le vrai visage de ce criminel au cerveau de moineau : incompétence, arrogance, cupidité, mensonge, ethnocentrisme, cruauté, etc.

Amateur de champagne et, paraît-il, de « sans pagne » (ce marié infidèle ne s’était-il pas vanté d’avoir des copines à gogo ?) Dadis a déjà reçu un cadeau de son aide de camp (du plomb de la part de Toumba Diakité), trois semaines à l’avance, le 3 décembre 2009. L’intéressé a été secouru (le terme « admission » étant trop noble pour lui) sous une autre identité dans un hôpital marocain. De Guinéen, Dadis a perdu en l’espace de quelques heures de vol, ce statut. Jamais dossier de naturalisation n’a été aussi rapidement traité. Mais il y a tout de même un petit problème : certaines visites à rendre à Dadis seraient soumises à des conditions de nationalité ! Aurait-on peur qu’un Guinéen ne l’achève ?

On nous dit que Dadis aurait perdu l’usage de la parole, ce qui semble pénible pour un bavard. Cependant, je me sens dans l’obligation de poser une question un peu bête mais patriotique: celui qui ne parle pas a-t-il besoin de porte-parole ? Ce dernier va porter quoi ?

Pour les nullards qui soutiennent Dadis, je précise le sens du mot « foireux »: dans le sens vulgaire, il signifie « merdeux » et dans le sens familier, « peureux ». Ces sots sauront-ils opérer un choix ? Puisse le repos de leur idole s’éterniser !

Foireux anniversaire, Satan Dadis ! Je ne dirai jamais « paix à ton âme ! » mais à chacun de tes partisans, « pet pour ton âne ! ».
Pour finir, je ne te salis pas.

Ibrahima Kylé DIALLO

2009-12-23 20:54:43 Gnamou
2009-12-23 20:54:08 Le dompteur

2009-12-23 21:50:51

Il y a un an, c’était le 23 décembre 2008, un gang de soudards ramassait les restes du pouvoir à Conakry. Nos populations avaient applaudi un inconnu du nom de Dadis. La suite a révélé le vrai visage de ce criminel au cerveau de moineau : incompétence, arrogance, cupidité, mensonge, ethnocentrisme, cruauté, etc.

Amateur de champagne et, paraît-il, de « sans pagne » (ce marié infidèle ne s’était-il pas vanté d’avoir des copines à gogo ?) Dadis a déjà reçu un cadeau de son aide de camp (du plomb de la part de Toumba Diakité), trois semaines à l’avance, le 3 décembre 2009. L’intéressé a été secouru (le terme « admission » étant trop noble pour lui) sous une autre identité dans un hôpital marocain. De Guinéen, Dadis a perdu en l’espace de quelques heures de vol, ce statut. Jamais dossier de naturalisation n’a été aussi rapidement traité. Mais il y a tout de même un petit problème : certaines visites à rendre à Dadis seraient soumises à des conditions de nationalité ! Aurait-on peur qu’un Guinéen ne l’achève ?

On nous dit que Dadis aurait perdu l’usage de la parole, ce qui semble pénible pour un bavard. Cependant, je me sens dans l’obligation de poser une question un peu bête mais patriotique: celui qui ne parle pas a-t-il besoin de porte-parole ? Ce dernier va porter quoi ?

Pour les nullards qui soutiennent Dadis, je précise le sens du mot « foireux »: dans le sens vulgaire, il signifie « merdeux » et dans le sens familier, « peureux ». Ces sots sauront-ils opérer un choix ? Puisse le repos de leur idole s’éterniser !

Foireux anniversaire, Satan Dadis ! Je ne dirai jamais « paix à ton âme ! » mais à chacun de tes partisans, « pet pour ton âne ! ».
Pour finir, je ne te salis pas.

Ibrahima Kylé DIALLO

2009-12-23 20:54:43 Le dompteur
2009-12-23 20:54:08 Kaidara

2009-12-23 21:50:51

Il y a un an, c’était le 23 décembre 2008, un gang de soudards ramassait les restes du pouvoir à Conakry. Nos populations avaient applaudi un inconnu du nom de Dadis. La suite a révélé le vrai visage de ce criminel au cerveau de moineau : incompétence, arrogance, cupidité, mensonge, ethnocentrisme, cruauté, etc.

Amateur de champagne et, paraît-il, de « sans pagne » (ce marié infidèle ne s’était-il pas vanté d’avoir des copines à gogo ?) Dadis a déjà reçu un cadeau de son aide de camp (du plomb de la part de Toumba Diakité), trois semaines à l’avance, le 3 décembre 2009. L’intéressé a été secouru (le terme « admission » étant trop noble pour lui) sous une autre identité dans un hôpital marocain. De Guinéen, Dadis a perdu en l’espace de quelques heures de vol, ce statut. Jamais dossier de naturalisation n’a été aussi rapidement traité. Mais il y a tout de même un petit problème : certaines visites à rendre à Dadis seraient soumises à des conditions de nationalité ! Aurait-on peur qu’un Guinéen ne l’achève ?

On nous dit que Dadis aurait perdu l’usage de la parole, ce qui semble pénible pour un bavard. Cependant, je me sens dans l’obligation de poser une question un peu bête mais patriotique: celui qui ne parle pas a-t-il besoin de porte-parole ? Ce dernier va porter quoi ?

Pour les nullards qui soutiennent Dadis, je précise le sens du mot « foireux »: dans le sens vulgaire, il signifie « merdeux » et dans le sens familier, « peureux ». Ces sots sauront-ils opérer un choix ? Puisse le repos de leur idole s’éterniser !

Foireux anniversaire, Satan Dadis ! Je ne dirai jamais « paix à ton âme ! » mais à chacun de tes partisans, « pet pour ton âne ! ».
Pour finir, je ne te salis pas.

Ibrahima Kylé DIALLO

2009-12-23 20:54:43 Kaidara
2009-12-23 20:54:08 diarra amadou

2009-12-23 21:50:51

Il y a un an, c’était le 23 décembre 2008, un gang de soudards ramassait les restes du pouvoir à Conakry. Nos populations avaient applaudi un inconnu du nom de Dadis. La suite a révélé le vrai visage de ce criminel au cerveau de moineau : incompétence, arrogance, cupidité, mensonge, ethnocentrisme, cruauté, etc.

Amateur de champagne et, paraît-il, de « sans pagne » (ce marié infidèle ne s’était-il pas vanté d’avoir des copines à gogo ?) Dadis a déjà reçu un cadeau de son aide de camp (du plomb de la part de Toumba Diakité), trois semaines à l’avance, le 3 décembre 2009. L’intéressé a été secouru (le terme « admission » étant trop noble pour lui) sous une autre identité dans un hôpital marocain. De Guinéen, Dadis a perdu en l’espace de quelques heures de vol, ce statut. Jamais dossier de naturalisation n’a été aussi rapidement traité. Mais il y a tout de même un petit problème : certaines visites à rendre à Dadis seraient soumises à des conditions de nationalité ! Aurait-on peur qu’un Guinéen ne l’achève ?

On nous dit que Dadis aurait perdu l’usage de la parole, ce qui semble pénible pour un bavard. Cependant, je me sens dans l’obligation de poser une question un peu bête mais patriotique: celui qui ne parle pas a-t-il besoin de porte-parole ? Ce dernier va porter quoi ?

Pour les nullards qui soutiennent Dadis, je précise le sens du mot « foireux »: dans le sens vulgaire, il signifie « merdeux » et dans le sens familier, « peureux ». Ces sots sauront-ils opérer un choix ? Puisse le repos de leur idole s’éterniser !

Foireux anniversaire, Satan Dadis ! Je ne dirai jamais « paix à ton âme ! » mais à chacun de tes partisans, « pet pour ton âne ! ».
Pour finir, je ne te salis pas.

Ibrahima Kylé DIALLO

2009-12-23 20:54:43 diarra amadou
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.