chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

La pitoyable sortie de BB, la

Date de publication:2009-12-27 19:20:43

2009-12-27 20:17:35

Personne ne la connait. Disons, ne la connaissait. Elle a voulu briller, et ce faisant, elle s'est "grillée" totalement et probablement de manière définitive. La  lumière, décidément, ne sied pas à tout le monde. Une mère de famille souteneuse des violeurs et assassins présumés de ses enfants et des fils  du pays, ce n'est pas courant.

Exactement comme une certaine taupe suisse pompeusement bombardée femme de dossiers par des ratés de la communication, gros hâbleurs, vrais SDF (sans direction fixe). L'expression "tapis dans l'ombre" leur va tout à fait.

Pour sortir, cette sœur Bintou  a choisi le mauvais cheval, Jacquou le croquant de la forêt de Lola , pas celui de la forêt  Barade d'Eugène Le Roy.

Nous transcrivons pour vous des morceaux choisis de sa prose de ruisseau, dans sa forme originelle non expurgée; attention à vos oreilles:

"Nous allait, nous allons les répondre"
"Je me présente déjà je m'appelle Mme BB"
"Je suis la présidente de ..Euh, de ce mouvement"
"Pour encore en parler ensemble de notre pays"
"Surprenant que cela apparait, chez quelqu'un chez quelques guinéens nous sommes membres du MSACNDD et de son président le capitaine MSD"

Surprenant en effet, que des dits guinéens "normaux" soutiennent encore la bande criminelle de Dadis et son CNDD.

A défaut de mouvement, BB est sûrement présidente d'une mamaya,  que nous qualifierons par politesse de fermentée.

La réaction des patriotes fuse: a bas moussa Dadis Camara! a bas le CNDD!

A bas les criminels
A bas les violeurs

Heureusement que la vraie Guinée, celle qui ne passe pas son temps à s'autoproclamer patriotique, veillait au grain: tout a été filmé, oubliez la "version officielle" que cette bande de guinéens étranges a fait publier sur ses sites Guineemoderne, Guineeactu et Guinee24.

Vous entendez  d'ailleurs une de nos vaillantes sœurs distinctement: "Chéri djödhö ,mi hèbha nö mi filmira".

Nous avons donc un témoignage différent de celui que les souteneurs pourraient diffuser sur "la Voix de la révolution de la RTG Koloma" et sur le net. Ils ne reculent , comme chacun sait, devant aucune forme de bassesse.

Le meilleur est pour la fin:

"Moi, Pape Malick Touré, je soutien le CNDD, ceux qui sont contre ont tout à fait le droit, nous sommes en démocratie. Même Hitler qui fut un monstre avait des partisans. On a vu Ceausescu en Roumanie ici, ils avaient tous des partisans. "On" les a combattu. Combattez vos adversaires politiques par des arguments s'il vous plait, mais pas par la violence"!

Et nous entendons alors distinctement  notre frère Makanéra répliquer: "La violence, c'est à Conakry". En clair, le monstre aujourd'hui, c'est Dadis et son CNDD.
En effet, nous sommes en démocratie, en France. Pour avoir exigé simplement ce droit, le CNDD a fait tuer de manière atroce nos frères, violé et assassiné nos filles, sœurs et mères.

Nos démocrates exportés  parlent  alors "d'événements malheureux pour lesquels ils sont désolés, vraiment désolés..", mais de "crime abominable" pour la balle de Toumba dans le crâne de leur Excellence de Koulé.

 Laafa  achèvera de mettre les points de la vérité sur les "i' de leurs duplicité: "Nous ne nous laisserons pas impressionner par des discours creux. La violence? Ce sont eux qui ont violé nos parents, qui les ont massacré!".

  Chers compatriotes, quand les souteneurs et souteneuses de Dadis laissent entendre à la face du monde que Dadis est dans la droite ligne de Hitler le monstre, il n'y a plus aucun commentaire à faire.

Même Jacquou le croquant de Lola y est allé de son petit couplet de fauché permanent: "nous avons loué une Chambre, euh..", avant de  recevoir, comme un boomerang, ses deux cent euros de l'infamie politique: prenez votre argent et allez-vous en! dira en substance le propriétaire des lieux, apparemment trompé sur le compte de ces souteneurs de criminels.

En effet, de telles insanités ne devraient pas  sortir d'une chambre. En espérant que ces égarés se soient retrouvés dans une salle sans le savoir. Ce  qui , vu leur degré de confusion, ne serait pas étonnant.

Thierno A DIALLO
www.guineelibre.com

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.