chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

La mère de Dadis refuse de s’alimenter avant de le voir !

Date de publication:2009-12-29 07:01:10

2009-12-29 07:56:23

En Guinée, ce n’est décidément plus seulement les familles des victimes du 28 septembre qui pleurent des portés-disparus. Pour sa famille, Dadis également est porté-disparu, si on en croit un article paru sur Africaguinee.com.

Pour une vieille de "plus de 100 ans", on dirait chapeau
 !

Lire l’article :

La mère du chef de la junte Capitaine Moussa Dadis Camara est actuellement hospitalisée à la clinique Ambroise Parée au quartier Camayenne à Conakry.C'est le ministre chargé de la sécurité présidentielle Capitaine Claude Pivi alias Coplan qui a deposé la mère du Capitaine Dadis dans cette clinique samedi 26 décembre 2009, accompagné d’une dizaine de pick-up de bérets rouges.

Selon des sources hospitalières, la mère de Dadis Camara est gravement tombée dans les toilettes. La chute aurait été due à une légère dépression mentale et une faiblesse physique depuis la tentative d’assassinat contre son fils.

Les mêmes sources indiquent que la mère du chef de la junte ne s’est presque pas alimentée depuis le 3 décembre dernier date à laquelle son fils avait été fusillé par son aide de Camp Aboubacar Toumba Diakité.

La mère de Dadis n’a pas eu son moindre contact depuis qu’il a reçu deux balles dans la tête. Elle est extrêmement traumatisée : « La vieille refuse de s’alimenter. Elle exige de voir son fils ou lui parler au téléphone tout moins avant d’avaler une nourriture. Depuis qu’elle est arrivée dans notre clinique, à chaque fois qu’un haut responsable de la junte vienne voir son état, elle lui supplie de la mettre en contact avec son fils. Elle demande, au cas où son fils est mort, qu’on le lui dise. Elle a également demandé d’être évacuée au Maroc », a confié un médecin de la clinique sous couvert d’anonymat à notre reporter.

Le médecin affirme que l’état de santé de la mère du Capitaine Dadis n’est pas critique : « Elle fait semblant d’être dans un état critique. Mais elle ne l’est pas. Elle veut seulement être évacuée, probablement au Maroc, pour tenter de se rapprocher à son fils. Si elle accepte de s’alimenter, elle ne risque rien », a-t-il conclut.

Abdoul Aziz Bah
Conakry-Guinée
Pour Africaguinee.com

Source :
http://www.africaguinee.com/index.php?monAction=detailNews&id=4868

 


 

En janvier 2009, j’ai posé la question à un proche de Sékouba pour savoir comment lui le supérieur hiérarchique et plus connu a-t-il pu laisser un petit soldat inculte et sans expérience prendre la tête du CNDD et du pouvoir ?

Il me répondit :

« C’est la question que nous tous lui avons posé. Il m’a répondu qu’il a laissé Dadis prendre la tête parce que selon la prophétie, celui qui va immédiatement succéder à Lansana Conté ne vivra pas longtemps au pouvoir et baignera dans son sang. Mais que c’est celui qui va suivre ce dernier qui restera longtemps ».

Ceux des opposants qui ont baissé les bras et militent actuellement pour que l’on retire le dossier des mains de la communauté internationale pour recommencer le dialogue inter-guinéen à zéro en se fiant au bon vouloir de Sékouba Konaté comme on l’a fait avec Dadis se trompent gravement. Sékouba était et est un élément central et le plus influent du CNDD dont on réclame le départ. C’est lui, Moussa Keita et Idrissa Chérif qui ont encouragé Dadis à ne pas honorer ses engagements.

C’est parce que le CNDD avait failli qu’on est sorti du cadre guinéen pour aller à Abuja et à Ouaga. Ceux qui reviennent en arrière parce qu'à présent c’est Sékouba qui est à la place de Dadis sont soit ethnocentriques soit politiquement minables.

Les forces vives ne doivent jamais commettre l’erreur de revenir à la table guinéenne si ce n’est pour la formation du gouvernement de transition civile. Cette erreur a été commise une fois quand elles ont modifié le chronogramme au profit d'une commission ad hoc ! Ce qui nous a conduit à la crise actuelle.

Pas de nouvelle négociation, pas de nouvelle feuille de route, pas de nouveau chronogramme ! Le CNDD connait la demande des Forces Vives et de la communauté internationale. C’est la pression sur le terrain qu’il faut recommencer sans tarder.

Si Sékouba intègre les milices illégales et coupables de génocide prémédité, planifié et ethniquement orienté contre la communauté peule (femmes et enfants) dans l’armée avec indifférence des forces vives, alors tous les leaders politiques peuls actuels se seraient disqualifiés pour cette communauté et les autres auraient prouvé leur ethnocentrisme anti-peul au monde entier. Nous prendrons, dans ce cas, les mesures qui s’imposeront face au CNDD, au gouvernement et aux leaders des forces vives actuelles.

Lire l'article : Sékouba Konaté : le problème ou la solution en Guinée ?

 

SADIO BARRY


Commentaires


2009-12-29 07:01:10 diarra amadou

2009-12-29 07:56:23

En Guinée, ce n’est décidément plus seulement les familles des victimes du 28 septembre qui pleurent des portés-disparus. Pour sa famille, Dadis également est porté-disparu, si on en croit un article paru sur Africaguinee.com.

Pour une vieille de "plus de 100 ans", on dirait chapeau
 !

Lire l’article :

La mère du chef de la junte Capitaine Moussa Dadis Camara est actuellement hospitalisée à la clinique Ambroise Parée au quartier Camayenne à Conakry.C'est le ministre chargé de la sécurité présidentielle Capitaine Claude Pivi alias Coplan qui a deposé la mère du Capitaine Dadis dans cette clinique samedi 26 décembre 2009, accompagné d’une dizaine de pick-up de bérets rouges.

Selon des sources hospitalières, la mère de Dadis Camara est gravement tombée dans les toilettes. La chute aurait été due à une légère dépression mentale et une faiblesse physique depuis la tentative d’assassinat contre son fils.

Les mêmes sources indiquent que la mère du chef de la junte ne s’est presque pas alimentée depuis le 3 décembre dernier date à laquelle son fils avait été fusillé par son aide de Camp Aboubacar Toumba Diakité.

La mère de Dadis n’a pas eu son moindre contact depuis qu’il a reçu deux balles dans la tête. Elle est extrêmement traumatisée : « La vieille refuse de s’alimenter. Elle exige de voir son fils ou lui parler au téléphone tout moins avant d’avaler une nourriture. Depuis qu’elle est arrivée dans notre clinique, à chaque fois qu’un haut responsable de la junte vienne voir son état, elle lui supplie de la mettre en contact avec son fils. Elle demande, au cas où son fils est mort, qu’on le lui dise. Elle a également demandé d’être évacuée au Maroc », a confié un médecin de la clinique sous couvert d’anonymat à notre reporter.

Le médecin affirme que l’état de santé de la mère du Capitaine Dadis n’est pas critique : « Elle fait semblant d’être dans un état critique. Mais elle ne l’est pas. Elle veut seulement être évacuée, probablement au Maroc, pour tenter de se rapprocher à son fils. Si elle accepte de s’alimenter, elle ne risque rien », a-t-il conclut.

Abdoul Aziz Bah
Conakry-Guinée
Pour Africaguinee.com

Source :
http://www.africaguinee.com/index.php?monAction=detailNews&id=4868

 


 

En janvier 2009, j’ai posé la question à un proche de Sékouba pour savoir comment lui le supérieur hiérarchique et plus connu a-t-il pu laisser un petit soldat inculte et sans expérience prendre la tête du CNDD et du pouvoir ?

Il me répondit :

« C’est la question que nous tous lui avons posé. Il m’a répondu qu’il a laissé Dadis prendre la tête parce que selon la prophétie, celui qui va immédiatement succéder à Lansana Conté ne vivra pas longtemps au pouvoir et baignera dans son sang. Mais que c’est celui qui va suivre ce dernier qui restera longtemps ».

Ceux des opposants qui ont baissé les bras et militent actuellement pour que l’on retire le dossier des mains de la communauté internationale pour recommencer le dialogue inter-guinéen à zéro en se fiant au bon vouloir de Sékouba Konaté comme on l’a fait avec Dadis se trompent gravement. Sékouba était et est un élément central et le plus influent du CNDD dont on réclame le départ. C’est lui, Moussa Keita et Idrissa Chérif qui ont encouragé Dadis à ne pas honorer ses engagements.

C’est parce que le CNDD avait failli qu’on est sorti du cadre guinéen pour aller à Abuja et à Ouaga. Ceux qui reviennent en arrière parce qu'à présent c’est Sékouba qui est à la place de Dadis sont soit ethnocentriques soit politiquement minables.

Les forces vives ne doivent jamais commettre l’erreur de revenir à la table guinéenne si ce n’est pour la formation du gouvernement de transition civile. Cette erreur a été commise une fois quand elles ont modifié le chronogramme au profit d'une commission ad hoc ! Ce qui nous a conduit à la crise actuelle.

Pas de nouvelle négociation, pas de nouvelle feuille de route, pas de nouveau chronogramme ! Le CNDD connait la demande des Forces Vives et de la communauté internationale. C’est la pression sur le terrain qu’il faut recommencer sans tarder.

Si Sékouba intègre les milices illégales et coupables de génocide prémédité, planifié et ethniquement orienté contre la communauté peule (femmes et enfants) dans l’armée avec indifférence des forces vives, alors tous les leaders politiques peuls actuels se seraient disqualifiés pour cette communauté et les autres auraient prouvé leur ethnocentrisme anti-peul au monde entier. Nous prendrons, dans ce cas, les mesures qui s’imposeront face au CNDD, au gouvernement et aux leaders des forces vives actuelles.

Lire l'article : Sékouba Konaté : le problème ou la solution en Guinée ?

 

SADIO BARRY

2009-12-29 07:02:41 diarra amadou
2009-12-29 07:01:10 heriko DIALLO

2009-12-29 07:56:23

En Guinée, ce n’est décidément plus seulement les familles des victimes du 28 septembre qui pleurent des portés-disparus. Pour sa famille, Dadis également est porté-disparu, si on en croit un article paru sur Africaguinee.com.

Pour une vieille de "plus de 100 ans", on dirait chapeau
 !

Lire l’article :

La mère du chef de la junte Capitaine Moussa Dadis Camara est actuellement hospitalisée à la clinique Ambroise Parée au quartier Camayenne à Conakry.C'est le ministre chargé de la sécurité présidentielle Capitaine Claude Pivi alias Coplan qui a deposé la mère du Capitaine Dadis dans cette clinique samedi 26 décembre 2009, accompagné d’une dizaine de pick-up de bérets rouges.

Selon des sources hospitalières, la mère de Dadis Camara est gravement tombée dans les toilettes. La chute aurait été due à une légère dépression mentale et une faiblesse physique depuis la tentative d’assassinat contre son fils.

Les mêmes sources indiquent que la mère du chef de la junte ne s’est presque pas alimentée depuis le 3 décembre dernier date à laquelle son fils avait été fusillé par son aide de Camp Aboubacar Toumba Diakité.

La mère de Dadis n’a pas eu son moindre contact depuis qu’il a reçu deux balles dans la tête. Elle est extrêmement traumatisée : « La vieille refuse de s’alimenter. Elle exige de voir son fils ou lui parler au téléphone tout moins avant d’avaler une nourriture. Depuis qu’elle est arrivée dans notre clinique, à chaque fois qu’un haut responsable de la junte vienne voir son état, elle lui supplie de la mettre en contact avec son fils. Elle demande, au cas où son fils est mort, qu’on le lui dise. Elle a également demandé d’être évacuée au Maroc », a confié un médecin de la clinique sous couvert d’anonymat à notre reporter.

Le médecin affirme que l’état de santé de la mère du Capitaine Dadis n’est pas critique : « Elle fait semblant d’être dans un état critique. Mais elle ne l’est pas. Elle veut seulement être évacuée, probablement au Maroc, pour tenter de se rapprocher à son fils. Si elle accepte de s’alimenter, elle ne risque rien », a-t-il conclut.

Abdoul Aziz Bah
Conakry-Guinée
Pour Africaguinee.com

Source :
http://www.africaguinee.com/index.php?monAction=detailNews&id=4868

 


 

En janvier 2009, j’ai posé la question à un proche de Sékouba pour savoir comment lui le supérieur hiérarchique et plus connu a-t-il pu laisser un petit soldat inculte et sans expérience prendre la tête du CNDD et du pouvoir ?

Il me répondit :

« C’est la question que nous tous lui avons posé. Il m’a répondu qu’il a laissé Dadis prendre la tête parce que selon la prophétie, celui qui va immédiatement succéder à Lansana Conté ne vivra pas longtemps au pouvoir et baignera dans son sang. Mais que c’est celui qui va suivre ce dernier qui restera longtemps ».

Ceux des opposants qui ont baissé les bras et militent actuellement pour que l’on retire le dossier des mains de la communauté internationale pour recommencer le dialogue inter-guinéen à zéro en se fiant au bon vouloir de Sékouba Konaté comme on l’a fait avec Dadis se trompent gravement. Sékouba était et est un élément central et le plus influent du CNDD dont on réclame le départ. C’est lui, Moussa Keita et Idrissa Chérif qui ont encouragé Dadis à ne pas honorer ses engagements.

C’est parce que le CNDD avait failli qu’on est sorti du cadre guinéen pour aller à Abuja et à Ouaga. Ceux qui reviennent en arrière parce qu'à présent c’est Sékouba qui est à la place de Dadis sont soit ethnocentriques soit politiquement minables.

Les forces vives ne doivent jamais commettre l’erreur de revenir à la table guinéenne si ce n’est pour la formation du gouvernement de transition civile. Cette erreur a été commise une fois quand elles ont modifié le chronogramme au profit d'une commission ad hoc ! Ce qui nous a conduit à la crise actuelle.

Pas de nouvelle négociation, pas de nouvelle feuille de route, pas de nouveau chronogramme ! Le CNDD connait la demande des Forces Vives et de la communauté internationale. C’est la pression sur le terrain qu’il faut recommencer sans tarder.

Si Sékouba intègre les milices illégales et coupables de génocide prémédité, planifié et ethniquement orienté contre la communauté peule (femmes et enfants) dans l’armée avec indifférence des forces vives, alors tous les leaders politiques peuls actuels se seraient disqualifiés pour cette communauté et les autres auraient prouvé leur ethnocentrisme anti-peul au monde entier. Nous prendrons, dans ce cas, les mesures qui s’imposeront face au CNDD, au gouvernement et aux leaders des forces vives actuelles.

Lire l'article : Sékouba Konaté : le problème ou la solution en Guinée ?

 

SADIO BARRY

2009-12-29 07:02:41 heriko DIALLO
2009-12-29 07:01:10 ibrahima

2009-12-29 07:56:23

En Guinée, ce n’est décidément plus seulement les familles des victimes du 28 septembre qui pleurent des portés-disparus. Pour sa famille, Dadis également est porté-disparu, si on en croit un article paru sur Africaguinee.com.

Pour une vieille de "plus de 100 ans", on dirait chapeau
 !

Lire l’article :

La mère du chef de la junte Capitaine Moussa Dadis Camara est actuellement hospitalisée à la clinique Ambroise Parée au quartier Camayenne à Conakry.C'est le ministre chargé de la sécurité présidentielle Capitaine Claude Pivi alias Coplan qui a deposé la mère du Capitaine Dadis dans cette clinique samedi 26 décembre 2009, accompagné d’une dizaine de pick-up de bérets rouges.

Selon des sources hospitalières, la mère de Dadis Camara est gravement tombée dans les toilettes. La chute aurait été due à une légère dépression mentale et une faiblesse physique depuis la tentative d’assassinat contre son fils.

Les mêmes sources indiquent que la mère du chef de la junte ne s’est presque pas alimentée depuis le 3 décembre dernier date à laquelle son fils avait été fusillé par son aide de Camp Aboubacar Toumba Diakité.

La mère de Dadis n’a pas eu son moindre contact depuis qu’il a reçu deux balles dans la tête. Elle est extrêmement traumatisée : « La vieille refuse de s’alimenter. Elle exige de voir son fils ou lui parler au téléphone tout moins avant d’avaler une nourriture. Depuis qu’elle est arrivée dans notre clinique, à chaque fois qu’un haut responsable de la junte vienne voir son état, elle lui supplie de la mettre en contact avec son fils. Elle demande, au cas où son fils est mort, qu’on le lui dise. Elle a également demandé d’être évacuée au Maroc », a confié un médecin de la clinique sous couvert d’anonymat à notre reporter.

Le médecin affirme que l’état de santé de la mère du Capitaine Dadis n’est pas critique : « Elle fait semblant d’être dans un état critique. Mais elle ne l’est pas. Elle veut seulement être évacuée, probablement au Maroc, pour tenter de se rapprocher à son fils. Si elle accepte de s’alimenter, elle ne risque rien », a-t-il conclut.

Abdoul Aziz Bah
Conakry-Guinée
Pour Africaguinee.com

Source :
http://www.africaguinee.com/index.php?monAction=detailNews&id=4868

 


 

En janvier 2009, j’ai posé la question à un proche de Sékouba pour savoir comment lui le supérieur hiérarchique et plus connu a-t-il pu laisser un petit soldat inculte et sans expérience prendre la tête du CNDD et du pouvoir ?

Il me répondit :

« C’est la question que nous tous lui avons posé. Il m’a répondu qu’il a laissé Dadis prendre la tête parce que selon la prophétie, celui qui va immédiatement succéder à Lansana Conté ne vivra pas longtemps au pouvoir et baignera dans son sang. Mais que c’est celui qui va suivre ce dernier qui restera longtemps ».

Ceux des opposants qui ont baissé les bras et militent actuellement pour que l’on retire le dossier des mains de la communauté internationale pour recommencer le dialogue inter-guinéen à zéro en se fiant au bon vouloir de Sékouba Konaté comme on l’a fait avec Dadis se trompent gravement. Sékouba était et est un élément central et le plus influent du CNDD dont on réclame le départ. C’est lui, Moussa Keita et Idrissa Chérif qui ont encouragé Dadis à ne pas honorer ses engagements.

C’est parce que le CNDD avait failli qu’on est sorti du cadre guinéen pour aller à Abuja et à Ouaga. Ceux qui reviennent en arrière parce qu'à présent c’est Sékouba qui est à la place de Dadis sont soit ethnocentriques soit politiquement minables.

Les forces vives ne doivent jamais commettre l’erreur de revenir à la table guinéenne si ce n’est pour la formation du gouvernement de transition civile. Cette erreur a été commise une fois quand elles ont modifié le chronogramme au profit d'une commission ad hoc ! Ce qui nous a conduit à la crise actuelle.

Pas de nouvelle négociation, pas de nouvelle feuille de route, pas de nouveau chronogramme ! Le CNDD connait la demande des Forces Vives et de la communauté internationale. C’est la pression sur le terrain qu’il faut recommencer sans tarder.

Si Sékouba intègre les milices illégales et coupables de génocide prémédité, planifié et ethniquement orienté contre la communauté peule (femmes et enfants) dans l’armée avec indifférence des forces vives, alors tous les leaders politiques peuls actuels se seraient disqualifiés pour cette communauté et les autres auraient prouvé leur ethnocentrisme anti-peul au monde entier. Nous prendrons, dans ce cas, les mesures qui s’imposeront face au CNDD, au gouvernement et aux leaders des forces vives actuelles.

Lire l'article : Sékouba Konaté : le problème ou la solution en Guinée ?

 

SADIO BARRY

2009-12-29 07:02:41 ibrahima
2009-12-29 07:01:10 Oury

2009-12-29 07:56:23

En Guinée, ce n’est décidément plus seulement les familles des victimes du 28 septembre qui pleurent des portés-disparus. Pour sa famille, Dadis également est porté-disparu, si on en croit un article paru sur Africaguinee.com.

Pour une vieille de "plus de 100 ans", on dirait chapeau
 !

Lire l’article :

La mère du chef de la junte Capitaine Moussa Dadis Camara est actuellement hospitalisée à la clinique Ambroise Parée au quartier Camayenne à Conakry.C'est le ministre chargé de la sécurité présidentielle Capitaine Claude Pivi alias Coplan qui a deposé la mère du Capitaine Dadis dans cette clinique samedi 26 décembre 2009, accompagné d’une dizaine de pick-up de bérets rouges.

Selon des sources hospitalières, la mère de Dadis Camara est gravement tombée dans les toilettes. La chute aurait été due à une légère dépression mentale et une faiblesse physique depuis la tentative d’assassinat contre son fils.

Les mêmes sources indiquent que la mère du chef de la junte ne s’est presque pas alimentée depuis le 3 décembre dernier date à laquelle son fils avait été fusillé par son aide de Camp Aboubacar Toumba Diakité.

La mère de Dadis n’a pas eu son moindre contact depuis qu’il a reçu deux balles dans la tête. Elle est extrêmement traumatisée : « La vieille refuse de s’alimenter. Elle exige de voir son fils ou lui parler au téléphone tout moins avant d’avaler une nourriture. Depuis qu’elle est arrivée dans notre clinique, à chaque fois qu’un haut responsable de la junte vienne voir son état, elle lui supplie de la mettre en contact avec son fils. Elle demande, au cas où son fils est mort, qu’on le lui dise. Elle a également demandé d’être évacuée au Maroc », a confié un médecin de la clinique sous couvert d’anonymat à notre reporter.

Le médecin affirme que l’état de santé de la mère du Capitaine Dadis n’est pas critique : « Elle fait semblant d’être dans un état critique. Mais elle ne l’est pas. Elle veut seulement être évacuée, probablement au Maroc, pour tenter de se rapprocher à son fils. Si elle accepte de s’alimenter, elle ne risque rien », a-t-il conclut.

Abdoul Aziz Bah
Conakry-Guinée
Pour Africaguinee.com

Source :
http://www.africaguinee.com/index.php?monAction=detailNews&id=4868

 


 

En janvier 2009, j’ai posé la question à un proche de Sékouba pour savoir comment lui le supérieur hiérarchique et plus connu a-t-il pu laisser un petit soldat inculte et sans expérience prendre la tête du CNDD et du pouvoir ?

Il me répondit :

« C’est la question que nous tous lui avons posé. Il m’a répondu qu’il a laissé Dadis prendre la tête parce que selon la prophétie, celui qui va immédiatement succéder à Lansana Conté ne vivra pas longtemps au pouvoir et baignera dans son sang. Mais que c’est celui qui va suivre ce dernier qui restera longtemps ».

Ceux des opposants qui ont baissé les bras et militent actuellement pour que l’on retire le dossier des mains de la communauté internationale pour recommencer le dialogue inter-guinéen à zéro en se fiant au bon vouloir de Sékouba Konaté comme on l’a fait avec Dadis se trompent gravement. Sékouba était et est un élément central et le plus influent du CNDD dont on réclame le départ. C’est lui, Moussa Keita et Idrissa Chérif qui ont encouragé Dadis à ne pas honorer ses engagements.

C’est parce que le CNDD avait failli qu’on est sorti du cadre guinéen pour aller à Abuja et à Ouaga. Ceux qui reviennent en arrière parce qu'à présent c’est Sékouba qui est à la place de Dadis sont soit ethnocentriques soit politiquement minables.

Les forces vives ne doivent jamais commettre l’erreur de revenir à la table guinéenne si ce n’est pour la formation du gouvernement de transition civile. Cette erreur a été commise une fois quand elles ont modifié le chronogramme au profit d'une commission ad hoc ! Ce qui nous a conduit à la crise actuelle.

Pas de nouvelle négociation, pas de nouvelle feuille de route, pas de nouveau chronogramme ! Le CNDD connait la demande des Forces Vives et de la communauté internationale. C’est la pression sur le terrain qu’il faut recommencer sans tarder.

Si Sékouba intègre les milices illégales et coupables de génocide prémédité, planifié et ethniquement orienté contre la communauté peule (femmes et enfants) dans l’armée avec indifférence des forces vives, alors tous les leaders politiques peuls actuels se seraient disqualifiés pour cette communauté et les autres auraient prouvé leur ethnocentrisme anti-peul au monde entier. Nous prendrons, dans ce cas, les mesures qui s’imposeront face au CNDD, au gouvernement et aux leaders des forces vives actuelles.

Lire l'article : Sékouba Konaté : le problème ou la solution en Guinée ?

 

SADIO BARRY

2009-12-29 07:02:41 Oury
2009-12-29 07:01:10 l'independantiste

2009-12-29 07:56:23

En Guinée, ce n’est décidément plus seulement les familles des victimes du 28 septembre qui pleurent des portés-disparus. Pour sa famille, Dadis également est porté-disparu, si on en croit un article paru sur Africaguinee.com.

Pour une vieille de "plus de 100 ans", on dirait chapeau
 !

Lire l’article :

La mère du chef de la junte Capitaine Moussa Dadis Camara est actuellement hospitalisée à la clinique Ambroise Parée au quartier Camayenne à Conakry.C'est le ministre chargé de la sécurité présidentielle Capitaine Claude Pivi alias Coplan qui a deposé la mère du Capitaine Dadis dans cette clinique samedi 26 décembre 2009, accompagné d’une dizaine de pick-up de bérets rouges.

Selon des sources hospitalières, la mère de Dadis Camara est gravement tombée dans les toilettes. La chute aurait été due à une légère dépression mentale et une faiblesse physique depuis la tentative d’assassinat contre son fils.

Les mêmes sources indiquent que la mère du chef de la junte ne s’est presque pas alimentée depuis le 3 décembre dernier date à laquelle son fils avait été fusillé par son aide de Camp Aboubacar Toumba Diakité.

La mère de Dadis n’a pas eu son moindre contact depuis qu’il a reçu deux balles dans la tête. Elle est extrêmement traumatisée : « La vieille refuse de s’alimenter. Elle exige de voir son fils ou lui parler au téléphone tout moins avant d’avaler une nourriture. Depuis qu’elle est arrivée dans notre clinique, à chaque fois qu’un haut responsable de la junte vienne voir son état, elle lui supplie de la mettre en contact avec son fils. Elle demande, au cas où son fils est mort, qu’on le lui dise. Elle a également demandé d’être évacuée au Maroc », a confié un médecin de la clinique sous couvert d’anonymat à notre reporter.

Le médecin affirme que l’état de santé de la mère du Capitaine Dadis n’est pas critique : « Elle fait semblant d’être dans un état critique. Mais elle ne l’est pas. Elle veut seulement être évacuée, probablement au Maroc, pour tenter de se rapprocher à son fils. Si elle accepte de s’alimenter, elle ne risque rien », a-t-il conclut.

Abdoul Aziz Bah
Conakry-Guinée
Pour Africaguinee.com

Source :
http://www.africaguinee.com/index.php?monAction=detailNews&id=4868

 


 

En janvier 2009, j’ai posé la question à un proche de Sékouba pour savoir comment lui le supérieur hiérarchique et plus connu a-t-il pu laisser un petit soldat inculte et sans expérience prendre la tête du CNDD et du pouvoir ?

Il me répondit :

« C’est la question que nous tous lui avons posé. Il m’a répondu qu’il a laissé Dadis prendre la tête parce que selon la prophétie, celui qui va immédiatement succéder à Lansana Conté ne vivra pas longtemps au pouvoir et baignera dans son sang. Mais que c’est celui qui va suivre ce dernier qui restera longtemps ».

Ceux des opposants qui ont baissé les bras et militent actuellement pour que l’on retire le dossier des mains de la communauté internationale pour recommencer le dialogue inter-guinéen à zéro en se fiant au bon vouloir de Sékouba Konaté comme on l’a fait avec Dadis se trompent gravement. Sékouba était et est un élément central et le plus influent du CNDD dont on réclame le départ. C’est lui, Moussa Keita et Idrissa Chérif qui ont encouragé Dadis à ne pas honorer ses engagements.

C’est parce que le CNDD avait failli qu’on est sorti du cadre guinéen pour aller à Abuja et à Ouaga. Ceux qui reviennent en arrière parce qu'à présent c’est Sékouba qui est à la place de Dadis sont soit ethnocentriques soit politiquement minables.

Les forces vives ne doivent jamais commettre l’erreur de revenir à la table guinéenne si ce n’est pour la formation du gouvernement de transition civile. Cette erreur a été commise une fois quand elles ont modifié le chronogramme au profit d'une commission ad hoc ! Ce qui nous a conduit à la crise actuelle.

Pas de nouvelle négociation, pas de nouvelle feuille de route, pas de nouveau chronogramme ! Le CNDD connait la demande des Forces Vives et de la communauté internationale. C’est la pression sur le terrain qu’il faut recommencer sans tarder.

Si Sékouba intègre les milices illégales et coupables de génocide prémédité, planifié et ethniquement orienté contre la communauté peule (femmes et enfants) dans l’armée avec indifférence des forces vives, alors tous les leaders politiques peuls actuels se seraient disqualifiés pour cette communauté et les autres auraient prouvé leur ethnocentrisme anti-peul au monde entier. Nous prendrons, dans ce cas, les mesures qui s’imposeront face au CNDD, au gouvernement et aux leaders des forces vives actuelles.

Lire l'article : Sékouba Konaté : le problème ou la solution en Guinée ?

 

SADIO BARRY

2009-12-29 07:02:41 l'independantiste
2009-12-29 07:01:10 Alphady Sy

2009-12-29 07:56:23

En Guinée, ce n’est décidément plus seulement les familles des victimes du 28 septembre qui pleurent des portés-disparus. Pour sa famille, Dadis également est porté-disparu, si on en croit un article paru sur Africaguinee.com.

Pour une vieille de "plus de 100 ans", on dirait chapeau
 !

Lire l’article :

La mère du chef de la junte Capitaine Moussa Dadis Camara est actuellement hospitalisée à la clinique Ambroise Parée au quartier Camayenne à Conakry.C'est le ministre chargé de la sécurité présidentielle Capitaine Claude Pivi alias Coplan qui a deposé la mère du Capitaine Dadis dans cette clinique samedi 26 décembre 2009, accompagné d’une dizaine de pick-up de bérets rouges.

Selon des sources hospitalières, la mère de Dadis Camara est gravement tombée dans les toilettes. La chute aurait été due à une légère dépression mentale et une faiblesse physique depuis la tentative d’assassinat contre son fils.

Les mêmes sources indiquent que la mère du chef de la junte ne s’est presque pas alimentée depuis le 3 décembre dernier date à laquelle son fils avait été fusillé par son aide de Camp Aboubacar Toumba Diakité.

La mère de Dadis n’a pas eu son moindre contact depuis qu’il a reçu deux balles dans la tête. Elle est extrêmement traumatisée : « La vieille refuse de s’alimenter. Elle exige de voir son fils ou lui parler au téléphone tout moins avant d’avaler une nourriture. Depuis qu’elle est arrivée dans notre clinique, à chaque fois qu’un haut responsable de la junte vienne voir son état, elle lui supplie de la mettre en contact avec son fils. Elle demande, au cas où son fils est mort, qu’on le lui dise. Elle a également demandé d’être évacuée au Maroc », a confié un médecin de la clinique sous couvert d’anonymat à notre reporter.

Le médecin affirme que l’état de santé de la mère du Capitaine Dadis n’est pas critique : « Elle fait semblant d’être dans un état critique. Mais elle ne l’est pas. Elle veut seulement être évacuée, probablement au Maroc, pour tenter de se rapprocher à son fils. Si elle accepte de s’alimenter, elle ne risque rien », a-t-il conclut.

Abdoul Aziz Bah
Conakry-Guinée
Pour Africaguinee.com

Source :
http://www.africaguinee.com/index.php?monAction=detailNews&id=4868

 


 

En janvier 2009, j’ai posé la question à un proche de Sékouba pour savoir comment lui le supérieur hiérarchique et plus connu a-t-il pu laisser un petit soldat inculte et sans expérience prendre la tête du CNDD et du pouvoir ?

Il me répondit :

« C’est la question que nous tous lui avons posé. Il m’a répondu qu’il a laissé Dadis prendre la tête parce que selon la prophétie, celui qui va immédiatement succéder à Lansana Conté ne vivra pas longtemps au pouvoir et baignera dans son sang. Mais que c’est celui qui va suivre ce dernier qui restera longtemps ».

Ceux des opposants qui ont baissé les bras et militent actuellement pour que l’on retire le dossier des mains de la communauté internationale pour recommencer le dialogue inter-guinéen à zéro en se fiant au bon vouloir de Sékouba Konaté comme on l’a fait avec Dadis se trompent gravement. Sékouba était et est un élément central et le plus influent du CNDD dont on réclame le départ. C’est lui, Moussa Keita et Idrissa Chérif qui ont encouragé Dadis à ne pas honorer ses engagements.

C’est parce que le CNDD avait failli qu’on est sorti du cadre guinéen pour aller à Abuja et à Ouaga. Ceux qui reviennent en arrière parce qu'à présent c’est Sékouba qui est à la place de Dadis sont soit ethnocentriques soit politiquement minables.

Les forces vives ne doivent jamais commettre l’erreur de revenir à la table guinéenne si ce n’est pour la formation du gouvernement de transition civile. Cette erreur a été commise une fois quand elles ont modifié le chronogramme au profit d'une commission ad hoc ! Ce qui nous a conduit à la crise actuelle.

Pas de nouvelle négociation, pas de nouvelle feuille de route, pas de nouveau chronogramme ! Le CNDD connait la demande des Forces Vives et de la communauté internationale. C’est la pression sur le terrain qu’il faut recommencer sans tarder.

Si Sékouba intègre les milices illégales et coupables de génocide prémédité, planifié et ethniquement orienté contre la communauté peule (femmes et enfants) dans l’armée avec indifférence des forces vives, alors tous les leaders politiques peuls actuels se seraient disqualifiés pour cette communauté et les autres auraient prouvé leur ethnocentrisme anti-peul au monde entier. Nous prendrons, dans ce cas, les mesures qui s’imposeront face au CNDD, au gouvernement et aux leaders des forces vives actuelles.

Lire l'article : Sékouba Konaté : le problème ou la solution en Guinée ?

 

SADIO BARRY

2009-12-29 07:02:41 Alphady Sy
2009-12-29 07:01:10 mamadou maci

2009-12-29 07:56:23

En Guinée, ce n’est décidément plus seulement les familles des victimes du 28 septembre qui pleurent des portés-disparus. Pour sa famille, Dadis également est porté-disparu, si on en croit un article paru sur Africaguinee.com.

Pour une vieille de "plus de 100 ans", on dirait chapeau
 !

Lire l’article :

La mère du chef de la junte Capitaine Moussa Dadis Camara est actuellement hospitalisée à la clinique Ambroise Parée au quartier Camayenne à Conakry.C'est le ministre chargé de la sécurité présidentielle Capitaine Claude Pivi alias Coplan qui a deposé la mère du Capitaine Dadis dans cette clinique samedi 26 décembre 2009, accompagné d’une dizaine de pick-up de bérets rouges.

Selon des sources hospitalières, la mère de Dadis Camara est gravement tombée dans les toilettes. La chute aurait été due à une légère dépression mentale et une faiblesse physique depuis la tentative d’assassinat contre son fils.

Les mêmes sources indiquent que la mère du chef de la junte ne s’est presque pas alimentée depuis le 3 décembre dernier date à laquelle son fils avait été fusillé par son aide de Camp Aboubacar Toumba Diakité.

La mère de Dadis n’a pas eu son moindre contact depuis qu’il a reçu deux balles dans la tête. Elle est extrêmement traumatisée : « La vieille refuse de s’alimenter. Elle exige de voir son fils ou lui parler au téléphone tout moins avant d’avaler une nourriture. Depuis qu’elle est arrivée dans notre clinique, à chaque fois qu’un haut responsable de la junte vienne voir son état, elle lui supplie de la mettre en contact avec son fils. Elle demande, au cas où son fils est mort, qu’on le lui dise. Elle a également demandé d’être évacuée au Maroc », a confié un médecin de la clinique sous couvert d’anonymat à notre reporter.

Le médecin affirme que l’état de santé de la mère du Capitaine Dadis n’est pas critique : « Elle fait semblant d’être dans un état critique. Mais elle ne l’est pas. Elle veut seulement être évacuée, probablement au Maroc, pour tenter de se rapprocher à son fils. Si elle accepte de s’alimenter, elle ne risque rien », a-t-il conclut.

Abdoul Aziz Bah
Conakry-Guinée
Pour Africaguinee.com

Source :
http://www.africaguinee.com/index.php?monAction=detailNews&id=4868

 


 

En janvier 2009, j’ai posé la question à un proche de Sékouba pour savoir comment lui le supérieur hiérarchique et plus connu a-t-il pu laisser un petit soldat inculte et sans expérience prendre la tête du CNDD et du pouvoir ?

Il me répondit :

« C’est la question que nous tous lui avons posé. Il m’a répondu qu’il a laissé Dadis prendre la tête parce que selon la prophétie, celui qui va immédiatement succéder à Lansana Conté ne vivra pas longtemps au pouvoir et baignera dans son sang. Mais que c’est celui qui va suivre ce dernier qui restera longtemps ».

Ceux des opposants qui ont baissé les bras et militent actuellement pour que l’on retire le dossier des mains de la communauté internationale pour recommencer le dialogue inter-guinéen à zéro en se fiant au bon vouloir de Sékouba Konaté comme on l’a fait avec Dadis se trompent gravement. Sékouba était et est un élément central et le plus influent du CNDD dont on réclame le départ. C’est lui, Moussa Keita et Idrissa Chérif qui ont encouragé Dadis à ne pas honorer ses engagements.

C’est parce que le CNDD avait failli qu’on est sorti du cadre guinéen pour aller à Abuja et à Ouaga. Ceux qui reviennent en arrière parce qu'à présent c’est Sékouba qui est à la place de Dadis sont soit ethnocentriques soit politiquement minables.

Les forces vives ne doivent jamais commettre l’erreur de revenir à la table guinéenne si ce n’est pour la formation du gouvernement de transition civile. Cette erreur a été commise une fois quand elles ont modifié le chronogramme au profit d'une commission ad hoc ! Ce qui nous a conduit à la crise actuelle.

Pas de nouvelle négociation, pas de nouvelle feuille de route, pas de nouveau chronogramme ! Le CNDD connait la demande des Forces Vives et de la communauté internationale. C’est la pression sur le terrain qu’il faut recommencer sans tarder.

Si Sékouba intègre les milices illégales et coupables de génocide prémédité, planifié et ethniquement orienté contre la communauté peule (femmes et enfants) dans l’armée avec indifférence des forces vives, alors tous les leaders politiques peuls actuels se seraient disqualifiés pour cette communauté et les autres auraient prouvé leur ethnocentrisme anti-peul au monde entier. Nous prendrons, dans ce cas, les mesures qui s’imposeront face au CNDD, au gouvernement et aux leaders des forces vives actuelles.

Lire l'article : Sékouba Konaté : le problème ou la solution en Guinée ?

 

SADIO BARRY

2009-12-29 07:02:41 mamadou maci
2009-12-29 07:01:10 Kaidara

2009-12-29 07:56:23

En Guinée, ce n’est décidément plus seulement les familles des victimes du 28 septembre qui pleurent des portés-disparus. Pour sa famille, Dadis également est porté-disparu, si on en croit un article paru sur Africaguinee.com.

Pour une vieille de "plus de 100 ans", on dirait chapeau
 !

Lire l’article :

La mère du chef de la junte Capitaine Moussa Dadis Camara est actuellement hospitalisée à la clinique Ambroise Parée au quartier Camayenne à Conakry.C'est le ministre chargé de la sécurité présidentielle Capitaine Claude Pivi alias Coplan qui a deposé la mère du Capitaine Dadis dans cette clinique samedi 26 décembre 2009, accompagné d’une dizaine de pick-up de bérets rouges.

Selon des sources hospitalières, la mère de Dadis Camara est gravement tombée dans les toilettes. La chute aurait été due à une légère dépression mentale et une faiblesse physique depuis la tentative d’assassinat contre son fils.

Les mêmes sources indiquent que la mère du chef de la junte ne s’est presque pas alimentée depuis le 3 décembre dernier date à laquelle son fils avait été fusillé par son aide de Camp Aboubacar Toumba Diakité.

La mère de Dadis n’a pas eu son moindre contact depuis qu’il a reçu deux balles dans la tête. Elle est extrêmement traumatisée : « La vieille refuse de s’alimenter. Elle exige de voir son fils ou lui parler au téléphone tout moins avant d’avaler une nourriture. Depuis qu’elle est arrivée dans notre clinique, à chaque fois qu’un haut responsable de la junte vienne voir son état, elle lui supplie de la mettre en contact avec son fils. Elle demande, au cas où son fils est mort, qu’on le lui dise. Elle a également demandé d’être évacuée au Maroc », a confié un médecin de la clinique sous couvert d’anonymat à notre reporter.

Le médecin affirme que l’état de santé de la mère du Capitaine Dadis n’est pas critique : « Elle fait semblant d’être dans un état critique. Mais elle ne l’est pas. Elle veut seulement être évacuée, probablement au Maroc, pour tenter de se rapprocher à son fils. Si elle accepte de s’alimenter, elle ne risque rien », a-t-il conclut.

Abdoul Aziz Bah
Conakry-Guinée
Pour Africaguinee.com

Source :
http://www.africaguinee.com/index.php?monAction=detailNews&id=4868

 


 

En janvier 2009, j’ai posé la question à un proche de Sékouba pour savoir comment lui le supérieur hiérarchique et plus connu a-t-il pu laisser un petit soldat inculte et sans expérience prendre la tête du CNDD et du pouvoir ?

Il me répondit :

« C’est la question que nous tous lui avons posé. Il m’a répondu qu’il a laissé Dadis prendre la tête parce que selon la prophétie, celui qui va immédiatement succéder à Lansana Conté ne vivra pas longtemps au pouvoir et baignera dans son sang. Mais que c’est celui qui va suivre ce dernier qui restera longtemps ».

Ceux des opposants qui ont baissé les bras et militent actuellement pour que l’on retire le dossier des mains de la communauté internationale pour recommencer le dialogue inter-guinéen à zéro en se fiant au bon vouloir de Sékouba Konaté comme on l’a fait avec Dadis se trompent gravement. Sékouba était et est un élément central et le plus influent du CNDD dont on réclame le départ. C’est lui, Moussa Keita et Idrissa Chérif qui ont encouragé Dadis à ne pas honorer ses engagements.

C’est parce que le CNDD avait failli qu’on est sorti du cadre guinéen pour aller à Abuja et à Ouaga. Ceux qui reviennent en arrière parce qu'à présent c’est Sékouba qui est à la place de Dadis sont soit ethnocentriques soit politiquement minables.

Les forces vives ne doivent jamais commettre l’erreur de revenir à la table guinéenne si ce n’est pour la formation du gouvernement de transition civile. Cette erreur a été commise une fois quand elles ont modifié le chronogramme au profit d'une commission ad hoc ! Ce qui nous a conduit à la crise actuelle.

Pas de nouvelle négociation, pas de nouvelle feuille de route, pas de nouveau chronogramme ! Le CNDD connait la demande des Forces Vives et de la communauté internationale. C’est la pression sur le terrain qu’il faut recommencer sans tarder.

Si Sékouba intègre les milices illégales et coupables de génocide prémédité, planifié et ethniquement orienté contre la communauté peule (femmes et enfants) dans l’armée avec indifférence des forces vives, alors tous les leaders politiques peuls actuels se seraient disqualifiés pour cette communauté et les autres auraient prouvé leur ethnocentrisme anti-peul au monde entier. Nous prendrons, dans ce cas, les mesures qui s’imposeront face au CNDD, au gouvernement et aux leaders des forces vives actuelles.

Lire l'article : Sékouba Konaté : le problème ou la solution en Guinée ?

 

SADIO BARRY

2009-12-29 07:02:41 Kaidara
2009-12-29 07:01:10 Aissatou diallo

2009-12-29 07:56:23

En Guinée, ce n’est décidément plus seulement les familles des victimes du 28 septembre qui pleurent des portés-disparus. Pour sa famille, Dadis également est porté-disparu, si on en croit un article paru sur Africaguinee.com.

Pour une vieille de "plus de 100 ans", on dirait chapeau
 !

Lire l’article :

La mère du chef de la junte Capitaine Moussa Dadis Camara est actuellement hospitalisée à la clinique Ambroise Parée au quartier Camayenne à Conakry.C'est le ministre chargé de la sécurité présidentielle Capitaine Claude Pivi alias Coplan qui a deposé la mère du Capitaine Dadis dans cette clinique samedi 26 décembre 2009, accompagné d’une dizaine de pick-up de bérets rouges.

Selon des sources hospitalières, la mère de Dadis Camara est gravement tombée dans les toilettes. La chute aurait été due à une légère dépression mentale et une faiblesse physique depuis la tentative d’assassinat contre son fils.

Les mêmes sources indiquent que la mère du chef de la junte ne s’est presque pas alimentée depuis le 3 décembre dernier date à laquelle son fils avait été fusillé par son aide de Camp Aboubacar Toumba Diakité.

La mère de Dadis n’a pas eu son moindre contact depuis qu’il a reçu deux balles dans la tête. Elle est extrêmement traumatisée : « La vieille refuse de s’alimenter. Elle exige de voir son fils ou lui parler au téléphone tout moins avant d’avaler une nourriture. Depuis qu’elle est arrivée dans notre clinique, à chaque fois qu’un haut responsable de la junte vienne voir son état, elle lui supplie de la mettre en contact avec son fils. Elle demande, au cas où son fils est mort, qu’on le lui dise. Elle a également demandé d’être évacuée au Maroc », a confié un médecin de la clinique sous couvert d’anonymat à notre reporter.

Le médecin affirme que l’état de santé de la mère du Capitaine Dadis n’est pas critique : « Elle fait semblant d’être dans un état critique. Mais elle ne l’est pas. Elle veut seulement être évacuée, probablement au Maroc, pour tenter de se rapprocher à son fils. Si elle accepte de s’alimenter, elle ne risque rien », a-t-il conclut.

Abdoul Aziz Bah
Conakry-Guinée
Pour Africaguinee.com

Source :
http://www.africaguinee.com/index.php?monAction=detailNews&id=4868

 


 

En janvier 2009, j’ai posé la question à un proche de Sékouba pour savoir comment lui le supérieur hiérarchique et plus connu a-t-il pu laisser un petit soldat inculte et sans expérience prendre la tête du CNDD et du pouvoir ?

Il me répondit :

« C’est la question que nous tous lui avons posé. Il m’a répondu qu’il a laissé Dadis prendre la tête parce que selon la prophétie, celui qui va immédiatement succéder à Lansana Conté ne vivra pas longtemps au pouvoir et baignera dans son sang. Mais que c’est celui qui va suivre ce dernier qui restera longtemps ».

Ceux des opposants qui ont baissé les bras et militent actuellement pour que l’on retire le dossier des mains de la communauté internationale pour recommencer le dialogue inter-guinéen à zéro en se fiant au bon vouloir de Sékouba Konaté comme on l’a fait avec Dadis se trompent gravement. Sékouba était et est un élément central et le plus influent du CNDD dont on réclame le départ. C’est lui, Moussa Keita et Idrissa Chérif qui ont encouragé Dadis à ne pas honorer ses engagements.

C’est parce que le CNDD avait failli qu’on est sorti du cadre guinéen pour aller à Abuja et à Ouaga. Ceux qui reviennent en arrière parce qu'à présent c’est Sékouba qui est à la place de Dadis sont soit ethnocentriques soit politiquement minables.

Les forces vives ne doivent jamais commettre l’erreur de revenir à la table guinéenne si ce n’est pour la formation du gouvernement de transition civile. Cette erreur a été commise une fois quand elles ont modifié le chronogramme au profit d'une commission ad hoc ! Ce qui nous a conduit à la crise actuelle.

Pas de nouvelle négociation, pas de nouvelle feuille de route, pas de nouveau chronogramme ! Le CNDD connait la demande des Forces Vives et de la communauté internationale. C’est la pression sur le terrain qu’il faut recommencer sans tarder.

Si Sékouba intègre les milices illégales et coupables de génocide prémédité, planifié et ethniquement orienté contre la communauté peule (femmes et enfants) dans l’armée avec indifférence des forces vives, alors tous les leaders politiques peuls actuels se seraient disqualifiés pour cette communauté et les autres auraient prouvé leur ethnocentrisme anti-peul au monde entier. Nous prendrons, dans ce cas, les mesures qui s’imposeront face au CNDD, au gouvernement et aux leaders des forces vives actuelles.

Lire l'article : Sékouba Konaté : le problème ou la solution en Guinée ?

 

SADIO BARRY

2009-12-29 07:02:41 Aissatou diallo
2009-12-29 07:01:10 Amara Lamine Bangoura

2009-12-29 07:56:23

En Guinée, ce n’est décidément plus seulement les familles des victimes du 28 septembre qui pleurent des portés-disparus. Pour sa famille, Dadis également est porté-disparu, si on en croit un article paru sur Africaguinee.com.

Pour une vieille de "plus de 100 ans", on dirait chapeau
 !

Lire l’article :

La mère du chef de la junte Capitaine Moussa Dadis Camara est actuellement hospitalisée à la clinique Ambroise Parée au quartier Camayenne à Conakry.C'est le ministre chargé de la sécurité présidentielle Capitaine Claude Pivi alias Coplan qui a deposé la mère du Capitaine Dadis dans cette clinique samedi 26 décembre 2009, accompagné d’une dizaine de pick-up de bérets rouges.

Selon des sources hospitalières, la mère de Dadis Camara est gravement tombée dans les toilettes. La chute aurait été due à une légère dépression mentale et une faiblesse physique depuis la tentative d’assassinat contre son fils.

Les mêmes sources indiquent que la mère du chef de la junte ne s’est presque pas alimentée depuis le 3 décembre dernier date à laquelle son fils avait été fusillé par son aide de Camp Aboubacar Toumba Diakité.

La mère de Dadis n’a pas eu son moindre contact depuis qu’il a reçu deux balles dans la tête. Elle est extrêmement traumatisée : « La vieille refuse de s’alimenter. Elle exige de voir son fils ou lui parler au téléphone tout moins avant d’avaler une nourriture. Depuis qu’elle est arrivée dans notre clinique, à chaque fois qu’un haut responsable de la junte vienne voir son état, elle lui supplie de la mettre en contact avec son fils. Elle demande, au cas où son fils est mort, qu’on le lui dise. Elle a également demandé d’être évacuée au Maroc », a confié un médecin de la clinique sous couvert d’anonymat à notre reporter.

Le médecin affirme que l’état de santé de la mère du Capitaine Dadis n’est pas critique : « Elle fait semblant d’être dans un état critique. Mais elle ne l’est pas. Elle veut seulement être évacuée, probablement au Maroc, pour tenter de se rapprocher à son fils. Si elle accepte de s’alimenter, elle ne risque rien », a-t-il conclut.

Abdoul Aziz Bah
Conakry-Guinée
Pour Africaguinee.com

Source :
http://www.africaguinee.com/index.php?monAction=detailNews&id=4868

 


 

En janvier 2009, j’ai posé la question à un proche de Sékouba pour savoir comment lui le supérieur hiérarchique et plus connu a-t-il pu laisser un petit soldat inculte et sans expérience prendre la tête du CNDD et du pouvoir ?

Il me répondit :

« C’est la question que nous tous lui avons posé. Il m’a répondu qu’il a laissé Dadis prendre la tête parce que selon la prophétie, celui qui va immédiatement succéder à Lansana Conté ne vivra pas longtemps au pouvoir et baignera dans son sang. Mais que c’est celui qui va suivre ce dernier qui restera longtemps ».

Ceux des opposants qui ont baissé les bras et militent actuellement pour que l’on retire le dossier des mains de la communauté internationale pour recommencer le dialogue inter-guinéen à zéro en se fiant au bon vouloir de Sékouba Konaté comme on l’a fait avec Dadis se trompent gravement. Sékouba était et est un élément central et le plus influent du CNDD dont on réclame le départ. C’est lui, Moussa Keita et Idrissa Chérif qui ont encouragé Dadis à ne pas honorer ses engagements.

C’est parce que le CNDD avait failli qu’on est sorti du cadre guinéen pour aller à Abuja et à Ouaga. Ceux qui reviennent en arrière parce qu'à présent c’est Sékouba qui est à la place de Dadis sont soit ethnocentriques soit politiquement minables.

Les forces vives ne doivent jamais commettre l’erreur de revenir à la table guinéenne si ce n’est pour la formation du gouvernement de transition civile. Cette erreur a été commise une fois quand elles ont modifié le chronogramme au profit d'une commission ad hoc ! Ce qui nous a conduit à la crise actuelle.

Pas de nouvelle négociation, pas de nouvelle feuille de route, pas de nouveau chronogramme ! Le CNDD connait la demande des Forces Vives et de la communauté internationale. C’est la pression sur le terrain qu’il faut recommencer sans tarder.

Si Sékouba intègre les milices illégales et coupables de génocide prémédité, planifié et ethniquement orienté contre la communauté peule (femmes et enfants) dans l’armée avec indifférence des forces vives, alors tous les leaders politiques peuls actuels se seraient disqualifiés pour cette communauté et les autres auraient prouvé leur ethnocentrisme anti-peul au monde entier. Nous prendrons, dans ce cas, les mesures qui s’imposeront face au CNDD, au gouvernement et aux leaders des forces vives actuelles.

Lire l'article : Sékouba Konaté : le problème ou la solution en Guinée ?

 

SADIO BARRY

2009-12-29 07:02:41 Amara Lamine Bangoura
2009-12-29 07:01:10 BATH

2009-12-29 07:56:23

En Guinée, ce n’est décidément plus seulement les familles des victimes du 28 septembre qui pleurent des portés-disparus. Pour sa famille, Dadis également est porté-disparu, si on en croit un article paru sur Africaguinee.com.

Pour une vieille de "plus de 100 ans", on dirait chapeau
 !

Lire l’article :

La mère du chef de la junte Capitaine Moussa Dadis Camara est actuellement hospitalisée à la clinique Ambroise Parée au quartier Camayenne à Conakry.C'est le ministre chargé de la sécurité présidentielle Capitaine Claude Pivi alias Coplan qui a deposé la mère du Capitaine Dadis dans cette clinique samedi 26 décembre 2009, accompagné d’une dizaine de pick-up de bérets rouges.

Selon des sources hospitalières, la mère de Dadis Camara est gravement tombée dans les toilettes. La chute aurait été due à une légère dépression mentale et une faiblesse physique depuis la tentative d’assassinat contre son fils.

Les mêmes sources indiquent que la mère du chef de la junte ne s’est presque pas alimentée depuis le 3 décembre dernier date à laquelle son fils avait été fusillé par son aide de Camp Aboubacar Toumba Diakité.

La mère de Dadis n’a pas eu son moindre contact depuis qu’il a reçu deux balles dans la tête. Elle est extrêmement traumatisée : « La vieille refuse de s’alimenter. Elle exige de voir son fils ou lui parler au téléphone tout moins avant d’avaler une nourriture. Depuis qu’elle est arrivée dans notre clinique, à chaque fois qu’un haut responsable de la junte vienne voir son état, elle lui supplie de la mettre en contact avec son fils. Elle demande, au cas où son fils est mort, qu’on le lui dise. Elle a également demandé d’être évacuée au Maroc », a confié un médecin de la clinique sous couvert d’anonymat à notre reporter.

Le médecin affirme que l’état de santé de la mère du Capitaine Dadis n’est pas critique : « Elle fait semblant d’être dans un état critique. Mais elle ne l’est pas. Elle veut seulement être évacuée, probablement au Maroc, pour tenter de se rapprocher à son fils. Si elle accepte de s’alimenter, elle ne risque rien », a-t-il conclut.

Abdoul Aziz Bah
Conakry-Guinée
Pour Africaguinee.com

Source :
http://www.africaguinee.com/index.php?monAction=detailNews&id=4868

 


 

En janvier 2009, j’ai posé la question à un proche de Sékouba pour savoir comment lui le supérieur hiérarchique et plus connu a-t-il pu laisser un petit soldat inculte et sans expérience prendre la tête du CNDD et du pouvoir ?

Il me répondit :

« C’est la question que nous tous lui avons posé. Il m’a répondu qu’il a laissé Dadis prendre la tête parce que selon la prophétie, celui qui va immédiatement succéder à Lansana Conté ne vivra pas longtemps au pouvoir et baignera dans son sang. Mais que c’est celui qui va suivre ce dernier qui restera longtemps ».

Ceux des opposants qui ont baissé les bras et militent actuellement pour que l’on retire le dossier des mains de la communauté internationale pour recommencer le dialogue inter-guinéen à zéro en se fiant au bon vouloir de Sékouba Konaté comme on l’a fait avec Dadis se trompent gravement. Sékouba était et est un élément central et le plus influent du CNDD dont on réclame le départ. C’est lui, Moussa Keita et Idrissa Chérif qui ont encouragé Dadis à ne pas honorer ses engagements.

C’est parce que le CNDD avait failli qu’on est sorti du cadre guinéen pour aller à Abuja et à Ouaga. Ceux qui reviennent en arrière parce qu'à présent c’est Sékouba qui est à la place de Dadis sont soit ethnocentriques soit politiquement minables.

Les forces vives ne doivent jamais commettre l’erreur de revenir à la table guinéenne si ce n’est pour la formation du gouvernement de transition civile. Cette erreur a été commise une fois quand elles ont modifié le chronogramme au profit d'une commission ad hoc ! Ce qui nous a conduit à la crise actuelle.

Pas de nouvelle négociation, pas de nouvelle feuille de route, pas de nouveau chronogramme ! Le CNDD connait la demande des Forces Vives et de la communauté internationale. C’est la pression sur le terrain qu’il faut recommencer sans tarder.

Si Sékouba intègre les milices illégales et coupables de génocide prémédité, planifié et ethniquement orienté contre la communauté peule (femmes et enfants) dans l’armée avec indifférence des forces vives, alors tous les leaders politiques peuls actuels se seraient disqualifiés pour cette communauté et les autres auraient prouvé leur ethnocentrisme anti-peul au monde entier. Nous prendrons, dans ce cas, les mesures qui s’imposeront face au CNDD, au gouvernement et aux leaders des forces vives actuelles.

Lire l'article : Sékouba Konaté : le problème ou la solution en Guinée ?

 

SADIO BARRY

2009-12-29 07:02:41 BATH
2009-12-29 07:01:10 thierno samba

2009-12-29 07:56:23

En Guinée, ce n’est décidément plus seulement les familles des victimes du 28 septembre qui pleurent des portés-disparus. Pour sa famille, Dadis également est porté-disparu, si on en croit un article paru sur Africaguinee.com.

Pour une vieille de "plus de 100 ans", on dirait chapeau
 !

Lire l’article :

La mère du chef de la junte Capitaine Moussa Dadis Camara est actuellement hospitalisée à la clinique Ambroise Parée au quartier Camayenne à Conakry.C'est le ministre chargé de la sécurité présidentielle Capitaine Claude Pivi alias Coplan qui a deposé la mère du Capitaine Dadis dans cette clinique samedi 26 décembre 2009, accompagné d’une dizaine de pick-up de bérets rouges.

Selon des sources hospitalières, la mère de Dadis Camara est gravement tombée dans les toilettes. La chute aurait été due à une légère dépression mentale et une faiblesse physique depuis la tentative d’assassinat contre son fils.

Les mêmes sources indiquent que la mère du chef de la junte ne s’est presque pas alimentée depuis le 3 décembre dernier date à laquelle son fils avait été fusillé par son aide de Camp Aboubacar Toumba Diakité.

La mère de Dadis n’a pas eu son moindre contact depuis qu’il a reçu deux balles dans la tête. Elle est extrêmement traumatisée : « La vieille refuse de s’alimenter. Elle exige de voir son fils ou lui parler au téléphone tout moins avant d’avaler une nourriture. Depuis qu’elle est arrivée dans notre clinique, à chaque fois qu’un haut responsable de la junte vienne voir son état, elle lui supplie de la mettre en contact avec son fils. Elle demande, au cas où son fils est mort, qu’on le lui dise. Elle a également demandé d’être évacuée au Maroc », a confié un médecin de la clinique sous couvert d’anonymat à notre reporter.

Le médecin affirme que l’état de santé de la mère du Capitaine Dadis n’est pas critique : « Elle fait semblant d’être dans un état critique. Mais elle ne l’est pas. Elle veut seulement être évacuée, probablement au Maroc, pour tenter de se rapprocher à son fils. Si elle accepte de s’alimenter, elle ne risque rien », a-t-il conclut.

Abdoul Aziz Bah
Conakry-Guinée
Pour Africaguinee.com

Source :
http://www.africaguinee.com/index.php?monAction=detailNews&id=4868

 


 

En janvier 2009, j’ai posé la question à un proche de Sékouba pour savoir comment lui le supérieur hiérarchique et plus connu a-t-il pu laisser un petit soldat inculte et sans expérience prendre la tête du CNDD et du pouvoir ?

Il me répondit :

« C’est la question que nous tous lui avons posé. Il m’a répondu qu’il a laissé Dadis prendre la tête parce que selon la prophétie, celui qui va immédiatement succéder à Lansana Conté ne vivra pas longtemps au pouvoir et baignera dans son sang. Mais que c’est celui qui va suivre ce dernier qui restera longtemps ».

Ceux des opposants qui ont baissé les bras et militent actuellement pour que l’on retire le dossier des mains de la communauté internationale pour recommencer le dialogue inter-guinéen à zéro en se fiant au bon vouloir de Sékouba Konaté comme on l’a fait avec Dadis se trompent gravement. Sékouba était et est un élément central et le plus influent du CNDD dont on réclame le départ. C’est lui, Moussa Keita et Idrissa Chérif qui ont encouragé Dadis à ne pas honorer ses engagements.

C’est parce que le CNDD avait failli qu’on est sorti du cadre guinéen pour aller à Abuja et à Ouaga. Ceux qui reviennent en arrière parce qu'à présent c’est Sékouba qui est à la place de Dadis sont soit ethnocentriques soit politiquement minables.

Les forces vives ne doivent jamais commettre l’erreur de revenir à la table guinéenne si ce n’est pour la formation du gouvernement de transition civile. Cette erreur a été commise une fois quand elles ont modifié le chronogramme au profit d'une commission ad hoc ! Ce qui nous a conduit à la crise actuelle.

Pas de nouvelle négociation, pas de nouvelle feuille de route, pas de nouveau chronogramme ! Le CNDD connait la demande des Forces Vives et de la communauté internationale. C’est la pression sur le terrain qu’il faut recommencer sans tarder.

Si Sékouba intègre les milices illégales et coupables de génocide prémédité, planifié et ethniquement orienté contre la communauté peule (femmes et enfants) dans l’armée avec indifférence des forces vives, alors tous les leaders politiques peuls actuels se seraient disqualifiés pour cette communauté et les autres auraient prouvé leur ethnocentrisme anti-peul au monde entier. Nous prendrons, dans ce cas, les mesures qui s’imposeront face au CNDD, au gouvernement et aux leaders des forces vives actuelles.

Lire l'article : Sékouba Konaté : le problème ou la solution en Guinée ?

 

SADIO BARRY

2009-12-29 07:02:41 thierno samba
2009-12-29 07:01:10 François

2009-12-29 07:56:23

En Guinée, ce n’est décidément plus seulement les familles des victimes du 28 septembre qui pleurent des portés-disparus. Pour sa famille, Dadis également est porté-disparu, si on en croit un article paru sur Africaguinee.com.

Pour une vieille de "plus de 100 ans", on dirait chapeau
 !

Lire l’article :

La mère du chef de la junte Capitaine Moussa Dadis Camara est actuellement hospitalisée à la clinique Ambroise Parée au quartier Camayenne à Conakry.C'est le ministre chargé de la sécurité présidentielle Capitaine Claude Pivi alias Coplan qui a deposé la mère du Capitaine Dadis dans cette clinique samedi 26 décembre 2009, accompagné d’une dizaine de pick-up de bérets rouges.

Selon des sources hospitalières, la mère de Dadis Camara est gravement tombée dans les toilettes. La chute aurait été due à une légère dépression mentale et une faiblesse physique depuis la tentative d’assassinat contre son fils.

Les mêmes sources indiquent que la mère du chef de la junte ne s’est presque pas alimentée depuis le 3 décembre dernier date à laquelle son fils avait été fusillé par son aide de Camp Aboubacar Toumba Diakité.

La mère de Dadis n’a pas eu son moindre contact depuis qu’il a reçu deux balles dans la tête. Elle est extrêmement traumatisée : « La vieille refuse de s’alimenter. Elle exige de voir son fils ou lui parler au téléphone tout moins avant d’avaler une nourriture. Depuis qu’elle est arrivée dans notre clinique, à chaque fois qu’un haut responsable de la junte vienne voir son état, elle lui supplie de la mettre en contact avec son fils. Elle demande, au cas où son fils est mort, qu’on le lui dise. Elle a également demandé d’être évacuée au Maroc », a confié un médecin de la clinique sous couvert d’anonymat à notre reporter.

Le médecin affirme que l’état de santé de la mère du Capitaine Dadis n’est pas critique : « Elle fait semblant d’être dans un état critique. Mais elle ne l’est pas. Elle veut seulement être évacuée, probablement au Maroc, pour tenter de se rapprocher à son fils. Si elle accepte de s’alimenter, elle ne risque rien », a-t-il conclut.

Abdoul Aziz Bah
Conakry-Guinée
Pour Africaguinee.com

Source :
http://www.africaguinee.com/index.php?monAction=detailNews&id=4868

 


 

En janvier 2009, j’ai posé la question à un proche de Sékouba pour savoir comment lui le supérieur hiérarchique et plus connu a-t-il pu laisser un petit soldat inculte et sans expérience prendre la tête du CNDD et du pouvoir ?

Il me répondit :

« C’est la question que nous tous lui avons posé. Il m’a répondu qu’il a laissé Dadis prendre la tête parce que selon la prophétie, celui qui va immédiatement succéder à Lansana Conté ne vivra pas longtemps au pouvoir et baignera dans son sang. Mais que c’est celui qui va suivre ce dernier qui restera longtemps ».

Ceux des opposants qui ont baissé les bras et militent actuellement pour que l’on retire le dossier des mains de la communauté internationale pour recommencer le dialogue inter-guinéen à zéro en se fiant au bon vouloir de Sékouba Konaté comme on l’a fait avec Dadis se trompent gravement. Sékouba était et est un élément central et le plus influent du CNDD dont on réclame le départ. C’est lui, Moussa Keita et Idrissa Chérif qui ont encouragé Dadis à ne pas honorer ses engagements.

C’est parce que le CNDD avait failli qu’on est sorti du cadre guinéen pour aller à Abuja et à Ouaga. Ceux qui reviennent en arrière parce qu'à présent c’est Sékouba qui est à la place de Dadis sont soit ethnocentriques soit politiquement minables.

Les forces vives ne doivent jamais commettre l’erreur de revenir à la table guinéenne si ce n’est pour la formation du gouvernement de transition civile. Cette erreur a été commise une fois quand elles ont modifié le chronogramme au profit d'une commission ad hoc ! Ce qui nous a conduit à la crise actuelle.

Pas de nouvelle négociation, pas de nouvelle feuille de route, pas de nouveau chronogramme ! Le CNDD connait la demande des Forces Vives et de la communauté internationale. C’est la pression sur le terrain qu’il faut recommencer sans tarder.

Si Sékouba intègre les milices illégales et coupables de génocide prémédité, planifié et ethniquement orienté contre la communauté peule (femmes et enfants) dans l’armée avec indifférence des forces vives, alors tous les leaders politiques peuls actuels se seraient disqualifiés pour cette communauté et les autres auraient prouvé leur ethnocentrisme anti-peul au monde entier. Nous prendrons, dans ce cas, les mesures qui s’imposeront face au CNDD, au gouvernement et aux leaders des forces vives actuelles.

Lire l'article : Sékouba Konaté : le problème ou la solution en Guinée ?

 

SADIO BARRY

2009-12-29 07:02:41 François
2009-12-29 07:01:10 Oumar Bah

2009-12-29 07:56:23

En Guinée, ce n’est décidément plus seulement les familles des victimes du 28 septembre qui pleurent des portés-disparus. Pour sa famille, Dadis également est porté-disparu, si on en croit un article paru sur Africaguinee.com.

Pour une vieille de "plus de 100 ans", on dirait chapeau
 !

Lire l’article :

La mère du chef de la junte Capitaine Moussa Dadis Camara est actuellement hospitalisée à la clinique Ambroise Parée au quartier Camayenne à Conakry.C'est le ministre chargé de la sécurité présidentielle Capitaine Claude Pivi alias Coplan qui a deposé la mère du Capitaine Dadis dans cette clinique samedi 26 décembre 2009, accompagné d’une dizaine de pick-up de bérets rouges.

Selon des sources hospitalières, la mère de Dadis Camara est gravement tombée dans les toilettes. La chute aurait été due à une légère dépression mentale et une faiblesse physique depuis la tentative d’assassinat contre son fils.

Les mêmes sources indiquent que la mère du chef de la junte ne s’est presque pas alimentée depuis le 3 décembre dernier date à laquelle son fils avait été fusillé par son aide de Camp Aboubacar Toumba Diakité.

La mère de Dadis n’a pas eu son moindre contact depuis qu’il a reçu deux balles dans la tête. Elle est extrêmement traumatisée : « La vieille refuse de s’alimenter. Elle exige de voir son fils ou lui parler au téléphone tout moins avant d’avaler une nourriture. Depuis qu’elle est arrivée dans notre clinique, à chaque fois qu’un haut responsable de la junte vienne voir son état, elle lui supplie de la mettre en contact avec son fils. Elle demande, au cas où son fils est mort, qu’on le lui dise. Elle a également demandé d’être évacuée au Maroc », a confié un médecin de la clinique sous couvert d’anonymat à notre reporter.

Le médecin affirme que l’état de santé de la mère du Capitaine Dadis n’est pas critique : « Elle fait semblant d’être dans un état critique. Mais elle ne l’est pas. Elle veut seulement être évacuée, probablement au Maroc, pour tenter de se rapprocher à son fils. Si elle accepte de s’alimenter, elle ne risque rien », a-t-il conclut.

Abdoul Aziz Bah
Conakry-Guinée
Pour Africaguinee.com

Source :
http://www.africaguinee.com/index.php?monAction=detailNews&id=4868

 


 

En janvier 2009, j’ai posé la question à un proche de Sékouba pour savoir comment lui le supérieur hiérarchique et plus connu a-t-il pu laisser un petit soldat inculte et sans expérience prendre la tête du CNDD et du pouvoir ?

Il me répondit :

« C’est la question que nous tous lui avons posé. Il m’a répondu qu’il a laissé Dadis prendre la tête parce que selon la prophétie, celui qui va immédiatement succéder à Lansana Conté ne vivra pas longtemps au pouvoir et baignera dans son sang. Mais que c’est celui qui va suivre ce dernier qui restera longtemps ».

Ceux des opposants qui ont baissé les bras et militent actuellement pour que l’on retire le dossier des mains de la communauté internationale pour recommencer le dialogue inter-guinéen à zéro en se fiant au bon vouloir de Sékouba Konaté comme on l’a fait avec Dadis se trompent gravement. Sékouba était et est un élément central et le plus influent du CNDD dont on réclame le départ. C’est lui, Moussa Keita et Idrissa Chérif qui ont encouragé Dadis à ne pas honorer ses engagements.

C’est parce que le CNDD avait failli qu’on est sorti du cadre guinéen pour aller à Abuja et à Ouaga. Ceux qui reviennent en arrière parce qu'à présent c’est Sékouba qui est à la place de Dadis sont soit ethnocentriques soit politiquement minables.

Les forces vives ne doivent jamais commettre l’erreur de revenir à la table guinéenne si ce n’est pour la formation du gouvernement de transition civile. Cette erreur a été commise une fois quand elles ont modifié le chronogramme au profit d'une commission ad hoc ! Ce qui nous a conduit à la crise actuelle.

Pas de nouvelle négociation, pas de nouvelle feuille de route, pas de nouveau chronogramme ! Le CNDD connait la demande des Forces Vives et de la communauté internationale. C’est la pression sur le terrain qu’il faut recommencer sans tarder.

Si Sékouba intègre les milices illégales et coupables de génocide prémédité, planifié et ethniquement orienté contre la communauté peule (femmes et enfants) dans l’armée avec indifférence des forces vives, alors tous les leaders politiques peuls actuels se seraient disqualifiés pour cette communauté et les autres auraient prouvé leur ethnocentrisme anti-peul au monde entier. Nous prendrons, dans ce cas, les mesures qui s’imposeront face au CNDD, au gouvernement et aux leaders des forces vives actuelles.

Lire l'article : Sékouba Konaté : le problème ou la solution en Guinée ?

 

SADIO BARRY

2009-12-29 07:02:41 Oumar Bah
2009-12-29 07:01:10 Solo Keita

2009-12-29 07:56:23

En Guinée, ce n’est décidément plus seulement les familles des victimes du 28 septembre qui pleurent des portés-disparus. Pour sa famille, Dadis également est porté-disparu, si on en croit un article paru sur Africaguinee.com.

Pour une vieille de "plus de 100 ans", on dirait chapeau
 !

Lire l’article :

La mère du chef de la junte Capitaine Moussa Dadis Camara est actuellement hospitalisée à la clinique Ambroise Parée au quartier Camayenne à Conakry.C'est le ministre chargé de la sécurité présidentielle Capitaine Claude Pivi alias Coplan qui a deposé la mère du Capitaine Dadis dans cette clinique samedi 26 décembre 2009, accompagné d’une dizaine de pick-up de bérets rouges.

Selon des sources hospitalières, la mère de Dadis Camara est gravement tombée dans les toilettes. La chute aurait été due à une légère dépression mentale et une faiblesse physique depuis la tentative d’assassinat contre son fils.

Les mêmes sources indiquent que la mère du chef de la junte ne s’est presque pas alimentée depuis le 3 décembre dernier date à laquelle son fils avait été fusillé par son aide de Camp Aboubacar Toumba Diakité.

La mère de Dadis n’a pas eu son moindre contact depuis qu’il a reçu deux balles dans la tête. Elle est extrêmement traumatisée : « La vieille refuse de s’alimenter. Elle exige de voir son fils ou lui parler au téléphone tout moins avant d’avaler une nourriture. Depuis qu’elle est arrivée dans notre clinique, à chaque fois qu’un haut responsable de la junte vienne voir son état, elle lui supplie de la mettre en contact avec son fils. Elle demande, au cas où son fils est mort, qu’on le lui dise. Elle a également demandé d’être évacuée au Maroc », a confié un médecin de la clinique sous couvert d’anonymat à notre reporter.

Le médecin affirme que l’état de santé de la mère du Capitaine Dadis n’est pas critique : « Elle fait semblant d’être dans un état critique. Mais elle ne l’est pas. Elle veut seulement être évacuée, probablement au Maroc, pour tenter de se rapprocher à son fils. Si elle accepte de s’alimenter, elle ne risque rien », a-t-il conclut.

Abdoul Aziz Bah
Conakry-Guinée
Pour Africaguinee.com

Source :
http://www.africaguinee.com/index.php?monAction=detailNews&id=4868

 


 

En janvier 2009, j’ai posé la question à un proche de Sékouba pour savoir comment lui le supérieur hiérarchique et plus connu a-t-il pu laisser un petit soldat inculte et sans expérience prendre la tête du CNDD et du pouvoir ?

Il me répondit :

« C’est la question que nous tous lui avons posé. Il m’a répondu qu’il a laissé Dadis prendre la tête parce que selon la prophétie, celui qui va immédiatement succéder à Lansana Conté ne vivra pas longtemps au pouvoir et baignera dans son sang. Mais que c’est celui qui va suivre ce dernier qui restera longtemps ».

Ceux des opposants qui ont baissé les bras et militent actuellement pour que l’on retire le dossier des mains de la communauté internationale pour recommencer le dialogue inter-guinéen à zéro en se fiant au bon vouloir de Sékouba Konaté comme on l’a fait avec Dadis se trompent gravement. Sékouba était et est un élément central et le plus influent du CNDD dont on réclame le départ. C’est lui, Moussa Keita et Idrissa Chérif qui ont encouragé Dadis à ne pas honorer ses engagements.

C’est parce que le CNDD avait failli qu’on est sorti du cadre guinéen pour aller à Abuja et à Ouaga. Ceux qui reviennent en arrière parce qu'à présent c’est Sékouba qui est à la place de Dadis sont soit ethnocentriques soit politiquement minables.

Les forces vives ne doivent jamais commettre l’erreur de revenir à la table guinéenne si ce n’est pour la formation du gouvernement de transition civile. Cette erreur a été commise une fois quand elles ont modifié le chronogramme au profit d'une commission ad hoc ! Ce qui nous a conduit à la crise actuelle.

Pas de nouvelle négociation, pas de nouvelle feuille de route, pas de nouveau chronogramme ! Le CNDD connait la demande des Forces Vives et de la communauté internationale. C’est la pression sur le terrain qu’il faut recommencer sans tarder.

Si Sékouba intègre les milices illégales et coupables de génocide prémédité, planifié et ethniquement orienté contre la communauté peule (femmes et enfants) dans l’armée avec indifférence des forces vives, alors tous les leaders politiques peuls actuels se seraient disqualifiés pour cette communauté et les autres auraient prouvé leur ethnocentrisme anti-peul au monde entier. Nous prendrons, dans ce cas, les mesures qui s’imposeront face au CNDD, au gouvernement et aux leaders des forces vives actuelles.

Lire l'article : Sékouba Konaté : le problème ou la solution en Guinée ?

 

SADIO BARRY

2009-12-29 07:02:41 Solo Keita
2009-12-29 07:01:10 Mohamed Camara

2009-12-29 07:56:23

En Guinée, ce n’est décidément plus seulement les familles des victimes du 28 septembre qui pleurent des portés-disparus. Pour sa famille, Dadis également est porté-disparu, si on en croit un article paru sur Africaguinee.com.

Pour une vieille de "plus de 100 ans", on dirait chapeau
 !

Lire l’article :

La mère du chef de la junte Capitaine Moussa Dadis Camara est actuellement hospitalisée à la clinique Ambroise Parée au quartier Camayenne à Conakry.C'est le ministre chargé de la sécurité présidentielle Capitaine Claude Pivi alias Coplan qui a deposé la mère du Capitaine Dadis dans cette clinique samedi 26 décembre 2009, accompagné d’une dizaine de pick-up de bérets rouges.

Selon des sources hospitalières, la mère de Dadis Camara est gravement tombée dans les toilettes. La chute aurait été due à une légère dépression mentale et une faiblesse physique depuis la tentative d’assassinat contre son fils.

Les mêmes sources indiquent que la mère du chef de la junte ne s’est presque pas alimentée depuis le 3 décembre dernier date à laquelle son fils avait été fusillé par son aide de Camp Aboubacar Toumba Diakité.

La mère de Dadis n’a pas eu son moindre contact depuis qu’il a reçu deux balles dans la tête. Elle est extrêmement traumatisée : « La vieille refuse de s’alimenter. Elle exige de voir son fils ou lui parler au téléphone tout moins avant d’avaler une nourriture. Depuis qu’elle est arrivée dans notre clinique, à chaque fois qu’un haut responsable de la junte vienne voir son état, elle lui supplie de la mettre en contact avec son fils. Elle demande, au cas où son fils est mort, qu’on le lui dise. Elle a également demandé d’être évacuée au Maroc », a confié un médecin de la clinique sous couvert d’anonymat à notre reporter.

Le médecin affirme que l’état de santé de la mère du Capitaine Dadis n’est pas critique : « Elle fait semblant d’être dans un état critique. Mais elle ne l’est pas. Elle veut seulement être évacuée, probablement au Maroc, pour tenter de se rapprocher à son fils. Si elle accepte de s’alimenter, elle ne risque rien », a-t-il conclut.

Abdoul Aziz Bah
Conakry-Guinée
Pour Africaguinee.com

Source :
http://www.africaguinee.com/index.php?monAction=detailNews&id=4868

 


 

En janvier 2009, j’ai posé la question à un proche de Sékouba pour savoir comment lui le supérieur hiérarchique et plus connu a-t-il pu laisser un petit soldat inculte et sans expérience prendre la tête du CNDD et du pouvoir ?

Il me répondit :

« C’est la question que nous tous lui avons posé. Il m’a répondu qu’il a laissé Dadis prendre la tête parce que selon la prophétie, celui qui va immédiatement succéder à Lansana Conté ne vivra pas longtemps au pouvoir et baignera dans son sang. Mais que c’est celui qui va suivre ce dernier qui restera longtemps ».

Ceux des opposants qui ont baissé les bras et militent actuellement pour que l’on retire le dossier des mains de la communauté internationale pour recommencer le dialogue inter-guinéen à zéro en se fiant au bon vouloir de Sékouba Konaté comme on l’a fait avec Dadis se trompent gravement. Sékouba était et est un élément central et le plus influent du CNDD dont on réclame le départ. C’est lui, Moussa Keita et Idrissa Chérif qui ont encouragé Dadis à ne pas honorer ses engagements.

C’est parce que le CNDD avait failli qu’on est sorti du cadre guinéen pour aller à Abuja et à Ouaga. Ceux qui reviennent en arrière parce qu'à présent c’est Sékouba qui est à la place de Dadis sont soit ethnocentriques soit politiquement minables.

Les forces vives ne doivent jamais commettre l’erreur de revenir à la table guinéenne si ce n’est pour la formation du gouvernement de transition civile. Cette erreur a été commise une fois quand elles ont modifié le chronogramme au profit d'une commission ad hoc ! Ce qui nous a conduit à la crise actuelle.

Pas de nouvelle négociation, pas de nouvelle feuille de route, pas de nouveau chronogramme ! Le CNDD connait la demande des Forces Vives et de la communauté internationale. C’est la pression sur le terrain qu’il faut recommencer sans tarder.

Si Sékouba intègre les milices illégales et coupables de génocide prémédité, planifié et ethniquement orienté contre la communauté peule (femmes et enfants) dans l’armée avec indifférence des forces vives, alors tous les leaders politiques peuls actuels se seraient disqualifiés pour cette communauté et les autres auraient prouvé leur ethnocentrisme anti-peul au monde entier. Nous prendrons, dans ce cas, les mesures qui s’imposeront face au CNDD, au gouvernement et aux leaders des forces vives actuelles.

Lire l'article : Sékouba Konaté : le problème ou la solution en Guinée ?

 

SADIO BARRY

2009-12-29 07:02:41 Mohamed Camara
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.