chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

La demande de récusation du médiateur Blaise Compaoré !

Date de publication:2009-12-31 21:22:37

2009-12-31 22:19:10

Chers compatriotes, 

Dès la prise du pouvoir par la bande de criminels regroupés en CNDD le 23 décembre 2008, et surtout à la suite du crime contre l’humanité perpétré contre notre population civile le 28 septembre 2009 et les jours qui ont suivi, le monde entier nous est venu au secours et a apporté un soutien quasi-unanime à l’opposition guinéenne en prenant à son compte toutes les revendications de cette dernière pour mettre fin aux douloureuses aventures militaires et permettre l’avènement d’une véritable démocratie dans notre pays, la Guinée. Aucun pays auparavant n’a bénéficié d’autant de soutien et d’attention sur le continent africain. 

Pour mettre en application les exigences de l’opposition politique guinéenne et de la communauté internationale, la CEDEAO, l’Union Africaine et le Groupe International de Contact (GIC-G) décident de choisir un médiateur chargé de négocier les conditions du départ des militaires du pouvoir et l’organisation d’une transition démocratique en Guinée. Le chef de la junte guinéenne et son "père" Wade s’empressent donc de proposer un autre chef de junte, un putschiste criminel et corrompu qui s’accroche au pouvoir depuis son coup d’Etat en 1983/1987, parrain connu des mouvements rebelles de la sous-région, Monsieur Blaise Compaoré, comme médiateur en Guinée.  

De nos jours, l’affinité entre Blaise et la junte n’est plus à démontrer :

Jusqu’à Ouaga 1, Dadis qui voulait garder le pouvoir n’a jamais dit, personnellement, qu’il serait candidat. C’est Sékouba Konaté, Moussa Keita, Idrissa Chérif et le gouverneur de Conakry qui l’ont fait. Ignorant son mandat, Blaise se chargea de proposer non seulement le maintien du CNDD pour organiser la transition mais aussi octroie à Dadis le droit d’être candidat. Un mépris manifeste pour la Guinée et les victimes du 28 septembre 2009 ! Malgré l’insistance de la CEDEAO, de l’UA et du GIC-G sur la feuille de route axée sur le départ du CNDD et la mise sur pieds d’un gouvernement civil de transition auquel les militaires seront associés, Blaise récidive et réclame le retour de Dadis au pouvoir. Pire, Blaise s’attaque à ceux, comme le ministre des affaires étrangères français, qui compatissent à la douleur des Guinéens. 

Alors que des voix s’élèvent au sein des Forces Vives et malgré nos appels et la frustration générale des Guinéens, exprimée à travers tous les médias, demandant la récusation du médiateur burkinabé, aussi paradoxal que cela paraisse, ce sont les leaders politiques des Forces Vives - Alpha Condé, Sidiya Touré, Cellou Dalein Diallo et Lounseny Fall - qui s’y opposent et militent pour son maintien !  

C’est pourquoi, nous IBCG, avons pris l’initiative de contacter des responsables de la CEDEAO pour leur faire savoir que ces leaders n’expriment pas l’aspiration de la majorité des Guinéens en maintenant Blaise Compaoré comme médiateur pour la Guinée et qu’à ce titre, vu qu’ils n’ont aucun mandat populaire, nous leur renions le droit exclusif de parler en notre nom. Nous demandons la prise en compte, par les Institutions africaines et internationales, de l’opinion de la majorité de la population qui est connue de tous :

Nous ne voulons pas de Blaise Compaoré dans les affaires guinéennes. Nous demandons la désignation d’un nouveau médiateur reconnu pour ses qualités d’impartialité, de neutralité et d’intégrité à l’instar de Alpha Oumar Konaré, John Jerry Rawlings, Koffi Annan etc. Nous exigeons, à partir de maintenant, la participation de nos représentants dans les négociations. Cela est d’autant plus légitime qu'à elle seule, la Diaspora guinéenne (non représentée dans les négociations) représente plus des 1/3 de la population guinéenne et le centre du combat politique pour le changement en Guinée.

A la suite de nos démarches, nous avons reçu l’information que nous pouvons faire une demande dans ce sens avec indication de la procédure à suivre. Nous invitons les organisations dont l’existence est connue avant cette demande à nous contacter afin que nous engagions ensemble la procédure.

C’est pourquoi, fort des expériences vécues, vu que nous ne pouvons pas nous fier à une classe politique minée par trop de calculs politiques et d’ambitions personnelles, qui ne tient pas compte de l’intérêt de notre nation, l’IBCG lance l’appel à tous les compatriotes et associations guinéennes engagées dans la lutte pour le changement démocratique en Guinée pour qu’ensemble, nous formulions la demande de récusation de Blaise Compaoré et la désignation d’un Africain démocrate et respectable à sa place.

Notre appel s’adresse à toutes les organisations, à tous les médias (y compris ceux en ligne), à tous les leaders d’opinions qui ne voudraient plus que  Blaise Compaoré soit associé aux affaires de la Guinée. Il s’agit par exemple de (liste non exhaustive):

Pr. Ansoumane Doré, de Thierno Monenembo, M. Billo Sy Savané, Boubacar Barry de Lausanne, Mme Ba Safia de FEREGUINEE de Dakar, d’Ibrahima Sory Makanera, Mohamed Bamba, Dr Hassatou Baldé, Mamady Sinkoun Kaba, Alphadjo Diallo, Naby Soumah, I. Kylé Diallo, Ibrahima Sinkoun Kaba, Laafa Sow, Boubacar Caba Bah, Moussa Konaté, Bashir Bah, Solo Keita, O. Tity Faye, Amadou Bonet Diallo, Titi Sidibé, Amadou Sadio Diallo des Ondes de Guinée, Mahmoud Ben Saïd, M. Ali Diallo, Sadibou Camara, Ibrahima Ollaid Diallo, Lamine Camara, Dr. Thierno A. Diallo, Dr Mamadou Diallo, Dr Modibo Traoré, Lamara Petty Diallo, Amara Lamine Bangoura, Barry A. de Génève, Dr Hady Bah, Dr Diawara Yalamba etc.

Le Mouvement Guinée Dabord, Mouvement Citoyen Contre la Transition Militaire (MCCTM), Mouvement des Jeunes pour le Changement (MJC), Mouvement Dadis Doit Partir (MDDP), le Collectif Guinéen Contre le Pouvoir Militaire (CGCPM), les Jeunes des Forces Vives de Guinée en France (JFVG-F), Amicale de Guinée de Aachen, les puissantes et actives organisations des Guinéens des USA et les mouvements des jeunes et autres organisations en Guinée qui n’approuvent plus les démarches de Ouaga.

Marcher, écrire, faire pression auprès des institutions internationales, pour arracher un soutien aux projets des Forces Vives guinéennes, s’avèreront insuffisantes comme actions si ces dites forces vives ne traduisent pas les aspirations de notre peuple.

Contactons-nous, concertons-nous et impliquons-nous désormais à tous les niveaux !  

Il serait souhaitable que nous obtenions les contacts ou réponses des personnes engagées le plus vite possible. Parce qu’on voudrait engager la procédure dans les prochains jours.

 

L’Initiative de Bruxelles pour le Changement en Guinée (IBCG)

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
0049-179-70-78-933

Mohamed Bamba     : 0033-611-241-525
Hassatou Baldé       : 0033-637-364-063
Barros Diallo           : 0015-146-022-682

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.