chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Coopération

Date de publication:2008-02-15 17:24:04

Selon un communiqué de presse de l'ambassade de France en Guinée en date du 15 février, le pays de Nicolas Sarkozy va accorder à la Guinée un don de 75 milliards de GNF en faveur du nouveau programme sectoriel d’éducation.
« La France est consciente que la croissance économique durable et équitable de la Guinée passe par l’amélioration de l’éducation et de la formation des jeunes de ce pays. C’est pourquoi elle a décidé d’accorder à la Guinée un nouveau don de près de 75 milliards de GNF (12 millions d’euros) pour contribuer à la réussite de ce programme », peut-on lire dans ce communqué.

Il faut noter que depuis 2001, les dons cumulés de la France à la Guinée dans le secteur éducatif s’élèvent à près de 130 milliards de GNF.Ce qui fait de l'ancienne puissance colonisatrice l’un des tous premiers contributeurs à la politique éducative du pays de la Guinée.

Cet appui se justifie par les progrès enregistrés dans le secteur de l'éducation en Guinée. En effet, en 15 ans, le système éducatif guinéen a pu multiplier par plus de 2 la proportion d’enfants scolarisés dans le primaire (34% en 1990 à 78% en 2006). Malgré ces résultats, beaucoup d’efforts restent à fournir pour réduire les disparités de genres (filles et garçons) et entre zones (urbaines et rurales) et améliorer les performances qualitatives du système éducatif.

En 2007, le ministre de l’Education Nationale et de la Recherche Scientifique a présenté une nouvelle lettre de politique sectorielle pour l’éducation (LPSE). A travers cette LPSE, l’Etat s’engage à accroître la proportion des recettes nationales allouées au secteur de l’éducation à 25% à l’horizon 2015, contre moins de 15% actuellement.

Les principaux objectifs de la LPSE sont d’atteindre, en 2015, une scolarisation primaire complète et de qualité pour tous les enfants, d’améliorer la qualité de l’offre éducative au secondaire, de développer une offre de formation professionnelle rénovée mieux adaptée aux besoins de l’économie et d’améliorer la qualité des enseignements supérieurs.

A part l'Hexagone, dès le début de 2008, les partenaires au développement ont décidé d’apporter un très important soutien financier au programme de l'éducation pour une valeur de 110 millions d’euros sur trois ans et de renforcer la coordination de leurs aides.

Linda Bah


Commentaires


Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.