chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Le flop prévisible de M. Lamine Sidimé à Paris

Date de publication:2008-02-29 10:39:54

M. Lamine Sidimé, président de la  Cour « Suprême » de M. Lansana Conté était donc supposé être invité par le sénat français. Après une petite réunion effective au sous-sol du sénat, notre fameux juriste s’en est retourné à Conakry. Peut être satisfait du coup qu’il aurait joué aux Guinéens de Conakry, peu au fait du fonctionnement normal d’un Etat Républicain de Droit.

Alors, de quoi s’agit-il ?

Le Sénat, mais aussi l’Assemblée nationale disposent de salles que chaque association légale peut utiliser. Il suffit pour cela d’en faire la demande et respecter la procédure. Un de nos compatriotes, chargé de l’entretien des salles, de par son travail a pu obtenir que son invité, en l’occurrence notre fameux Lamine Sidimé, tienne une réunion au sous-sol, comme l’a justement bien expliqué notre excellent compatriote Ibrahima Kylé DIALLO.  Toujours à l’intention de nos compatriotes de l’intérieur, je précise qu’en Europe, être chargé de l’entretien  d’une ou des salles, c’est les nettoyer, les garder dans un état de propreté après chaque réunion, fermer les portes, conserver les clés après les réunions.  C’est un travail honorable comme les autres,  mais ne nous prenons pas pour ce que nous ne sommes pas.  Le Sénat n’a pas invité ni  Lamine Sidimé, ni aucun dignitaire du régime de Lansana Conté.

Que s’est-il donc passé ?

Un employé au sous-sol du Sénat, ainsi que quelques individus au demeurant respectables, désireux de se poser en interlocuteurs, d’on ne sait pas qui,  ont « créé » une ou des associations dont l’objet et les membres sont plutôt virtuels.  L’invitation qu’ils ont lancée à leur ami Lamine Sidimé visait à leur donner ce qu’ils pensent être une reconnaissance. Mais par qui ? Mystère ! Depuis la défaite, désormais probable de Lansana Conté et de son système,  il fleurit ici, ou là des « fédérations de guinéens », des  « hauts commissaires aux Guinéens de l’extérieur », etc…

Au fond, des pseudo-associations sensées représenter les Guinéens de l’extérieur qui pourtant, ne demandent rien à personne, paraissent viser autre chose que ce qu’elles proclament. Les subventions susceptibles d’être accordées ne sont pas les moins bienvenues en la matière. D’où une inquiétante prolifération d’O.N.G. en direction de la Guinée. Nul n’ignore en Guinée que le P.U.P.(parti de Lansana Conté et Lamine Sidimé) est dans un état de déliquescence irréversible, que des changements radicaux  interviendront contre le gré de MM Conté et Sidimé. Certains qu’il faut peut être appeler ex-militants du P.U.P.   en France tentent de reprendre la « main » comme on dit. Dire à Conakry qu’on a tenu une réunion au sénat français, impressionne évidemment nos compatriotes. Ce qui justifie les misérables tribulations de M. Lamine Sidimé en France.  Le pouvoir et les avantages attachés à sa proximité  sont vraisemblablement perdus pour lui, à mon avis pour longtemps.

Mr Lamine Sidimé  est un personnage singulier. Introduit dans l’entourage de Lansana Conté, il est chargé de rédiger le statut de ce qui deviendra le P.U.P.  Par insinuations répétées, il fit comprendre à Lansana Conté que ses conseillers sont incompétents, tout en laissant dire  que lui, est un juriste exemplaire. Les amis habituels de M. Conté, complexés, sont intimidés. M ; Sidimé est nommé président de la Cour Suprême nouvellement créée.  Il s’y comportera en courtisan arriviste de bas étage. Exemple : en 1993, l’élection présidentielle est organisée.  M. Alpha Condé alors candidat, organise en Haute-Guinée (Siguiri, Kankan…) des fraudes massives. Il y « obtient » presque 90% des voix.  M. Lamine Sidimé, en tant que président de la Cour Suprême annule légitimement, les résultats de ces régions.  Mais au lieu d’ordonner un nouveau scrutin dans les régions concernées, il attribue d’emblée les voix annulées à Lansana Conté.  Tous les électeurs de la Haute-Guinée  étaient ainsi privés de leurs droits électoraux, même s’ils n’avaient pas tous fraudé. En quelque sorte une punition collective inventée par Lamine Sidimé pour rendre service à son bienfaiteur qui, le nommera plus tard premier ministre pour ce service. Et de premier ministre, il redevient président de la cour suprême, avec la même mission : valider juridiquement ,toutes les fraudes électorales de son employeur. Je pourrai multiplier des exemples.

J’invite nos amis français et occidentaux à plus de discernement.  Les notabilités du régime de Lansana Conté (Aboubacar Somparé, Lamine Sidimé, Lansinè Kouyaté…) utilisent leur nom à leur insu, pour intimider les populations et faire croire qu’ils ont les soutiens des occidentaux.  La venue de Lamine Sidimé dans les sous-sols du Sénat n’avait pas d’autres objectifs. Dans un passé pas si lointain, M. Lansinè Kouyaté  faisait déjà passer en boucle sur la TV guinéenne, les photos protocolaire habituelles sur le perron de l’Elysée comme la preuve que Nicolas Sarkozy le soutiendrait contre la Guinée tout entière.

Mamadou Billo Sy Savané (Rouen)
Mon contact :Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.