chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Fausse route à Conakry : inutile remaniement gouvernemental

Date de publication:2008-03-04 10:20:00

Ainsi donc, Lansana Conté s’apprêterait à renvoyer son « premier ministre », Lansinè Kouyaté.  Il y aurait mille raisons de le faire, tant ce « premier ministre » illégal est incompétent et dangereux pour le pays.  Les Revenants, tous  prédateurs avérés, figureraient en bonne place dans le « nouveau » gouvernement que le président n’ose pas encore présenter à nos compatriotes.  La victoire totale de Lansana Conté contre le pays tout entier est donc consacrée. L’espérance de la jeunesse, enterrée. Le pillage et le massacre des populations, légitimés comme mode d’exercice et de conservation du pouvoir.  Lansana Conté et ses clans n’avaient jamais espéré remporter si facilement une pareille VICTOIRE.

Reste une question essentielle : est-ce vraiment de remaniement gouvernemental dont la Guinée a besoin ?

Lansana Conté fait venir de sa patrie ( Guinée-BISSAU), des centaines de miliciens armés dans le but exclusif de massacrer nos enfants dans notre propre pays. Ils assassinent, pillent aussi longtemps qu’ils l’ont voulu. Bilan : 300 morts, tous âgés de moins de trente ans. Les miliciens tueurs s’installent tranquillement dans certaines casernes de Conakry et Dubréka.  Ils bénéficient du soutien actif des femmes de Lansana Conté, notamment d’Henriette Conté. Il faut préciser à l’intention de nos compatriotes que cette dame menace la paix civile. Car, sur une base strictement ethnique, elle fait nommer ses parents à tous les postes de sécurité. Contre qui ? et pour quoi faire ?

 

Et que  réclame-t-on au commanditaire bénéficiaire de ces exactions ?- la nomination d’un « premier ministre » que la Règle fondamentale commune ne prévoit en aucune manière. Au fond, après ses crimes, ce sont les Guinéens mêmes qui demandent à Lansana Conté de choisir les moyens par lesquels il peut continuer à abîmer la TERRE de leurs ANCÊTRES.  C’est une fausse route, qui sera tout bénéfice  pour  Mr. Conté. Mais au bout de cette fausse solution, il y aura inévitablement la désintégration de notre pays. Il faut le répéter mille fois,  c’est la destitution de Lansana Conté par tous les moyens, sans exclusive qui ouvrira les possibilités de sortir notre pays du caniveau dans lequel il l’a enfoncé. Toute autre préconisation vise à préserver des intérêts inavoués, incompatibles avec ceux de notre population.

Est-il besoin de le répéter : le problème de notre pays n’est pas de nommer ou de changer pour la Nième fois un premier ministre. Le Problème, c’est Lansana Conté, son clan familial et politico-affairiste

Les membres de ces clans sont tous identifiés. Les crimes économiques et politiques qu’ils ont commis et continuent de commettre sont répertoriés dans les moindres détails.  Accepter la nomination d’un «  premier ministre », c’est admettre que M. Lansana Conté peut, à sa convenance instituer une fonction politique pour arranger ses « affaires ». Si la fonction dépend de ses intérêts fonciers et immobiliers, comme c’est le cas, alors il peut en faire ce qu’il veut.  En clair, il aurait le droit de faire prévaloir  ses besoins personnels sur la Règle Fondamentale Commune. La vie de plusieurs générations de jeunes Guinéens serait sacrifiée, parce que le clan Conté veut conserver un pouvoir que le pays lui a toujours refusé. Et on appellerait cela un consensus ? Singulier pays où les patriotes attendent qu’un clan familial veuille leur octroyer  leurs droits dans leur Patrie.

Vouloir négocier avec un pouvoir qu’on n’a pas choisi, revient à quémander ses propres droits naturels sur la TERRE de ses ANCÊTRES.  Or, quémander ses propres Droits, c’est déjà y renoncer.  On ne négocie pas ses droits naturels. On les prend, par tous les moyens. On les exerce pour soustraire les tombes des ANCÊTRES de l’humiliation que leur inflige Lansana Conté depuis presque 25 ans. S’abriter derrière une fausse légalité pour rencontrer ou négocier avec tel ou tel, avec l’idée qu’on voudrait une transition supposée pacifique, n’est pas recevable.  C’est le maintien de Lansana Conté qui est la seule source d’instabilité et pas l’inverse.  D’ailleurs, Mr. Lansinè Kouyaté l’a si bien compris qu’il ne cache plus sa détermination à le chasser, pour s’emparer ensuite du pouvoir. D’où ses incessants voyages en Libye et ailleurs.

 Question : lorsque M. Lansana Conté en personne, fait sortir de prison des bandits (Mamadou SYLLA, Fodé SOUMAH… ) accusés de crimes économiques incontestés, au motif qu’en Guinée la Loi, c’est lui, était-il dans la légalité ?

 Il y a quelques années, il faisait barrer les routes de notre pays par les chars dans le seul but d’empêcher des opposants politiques pacifiques désarmés de circuler.  Dans le même temps, GUIDO Santullo son homme d’affaires, circulait librement dans notre pays, souvent escorté de militaires guinéens à la demande de Lansana Conté lui-même.  Spectacle hallucinant, impensable ailleurs en Afrique Noire : des patriotes interdits de circuler dans le pays de  leurs ANCÊTRES, tandis que un Italo-affairiste douteux et raciste s’y pavanait tout en moquant  les populations misérables dont il a ruiné la vie. Ailleurs en Afrique Noire, ça s’appelle TRAHISON. Et, le chef militaire qui commettrait de tels actes, serait immédiatement  destitué par de vrais Patriotes en uniforme.  
Question : en se livrant à de tels actes, M. Lansana Conté était-il dans la légalité ?

 Je rappelle que l’existence de la fonction de  premier ministre chez nous  procédait d’une simple tolérance. Pourquoi  a-t-on toléré une fonction inconstitutionnelle jusqu’à maintenant ?
 
-Parce que les élections présidentielles étaient toujours  militairement arrangées pour le compte de Lansana Conté et que chacun savait qu’il n’avait  pas l’étoffe d’un homme d’Etat, qu’il voulait simplement jouir des commodités attachées au pouvoir, qu’il ne comprendrait jamais la nécessité de réaliser ce qui peut être profitable au plus grand nombre. Voilà à peu près le contexte dans lequel naquit l’idée de lui adjoindre un premier ministre technicien, même si cette désignation était inconstitutionnelle et donc illégale. Et puisque lui et ses « amis » disposaient des armes achetées avec les ressources des populations dont ils massacrent les enfants, chacun s’en accommodait ; en se disant, après tout, s’il laisse ce technicien bâtir le pays, on peut lui laisser sa chance, même s’il est inculte. J’ai moi-même tenu ce raisonnement. Funeste erreur. Mais il n’y a pas d’erreur irréparable. A deux conditions :

1°. Nous avions une intention louable et paisible. Nous, nous sommes trompés. Reconnaissons notre erreur de départ, à savoir : Lansana Conté n’est pas des nôtres. Il ruine notre patrie au profit de la sienne, c’est-à-dire la Guinée- BISSAU.

 2°. Mettons une détermination sans faille à réparer rapidement nos erreurs : Lansana Conté ne peut pas nommer un premier, parce que c’est inconstitutionnel, parce que l’expérience a été un échec. Une tolérance n’est pas une Loi.  Ayant fait massacrer nos enfants,  nous devons le faire partir et le traduire devant les tribunaux  du pays dont il a assassiné les enfants.  Cela est souhaitable et possible. A condition de le vouloir.

 La priorité pour notre pays, n’est pas de changer de premier ministre ou pas.  Le seul objectif qui vaille, c’est le renversement de Lansana Conté et de son système. Lansana Conté destitué, il n’y a plus de Lansinè Kouyaté. Le limogeage souhaitable de Kouyaté est évidemment salutaire. Mais, s’en tenir là, est  une fausse route que certains politiciens nécessiteux veulent voudront faire passer pour une « victoire ». Car, Lansana Conté veut gagner du temps. Or, le temps, notre pays en manque cruellement, au regard des problèmes qu’il faudra résoudre.  Notre pays est convoité. Nous pouvons le perdre.  Il y a plusieurs manières d’occuper un pays. Un peuple qui accepte à sa tête quelqu’un de l’espèce de M. Lansana Conté, attire nécessairement des convoitises.  En écrivant cela, je n’ai aucun mépris pour lui. Je fais un simple constat.

 Les « largesses »effrénées de nos « amis » chinois et arabo-libyens n’ont rien de rassurant.
Débarrassons notre pays de Lansana Conté, par tous les moyens.  Nous en avons le Droit et le Devoir.

Mamadou Billo Sy Savané (Rouen) France.
Mon contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

NB : Jeunes de Guinée (civile et militaires) lisez, discutez et faites circuler ce document. Il y va de votre avenir. En Juillet prochain, je serai à Conakry, comme je le fais tous les ans, depuis 25 ans. Je vous informerai de ma date d’arrivée par le Net le moment venu.

Commentaires


Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.