chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

lecture politique de la Guinée aujourd'hui

Date de publication:2008-03-05 23:10:45

Depuis quelques semaines, de nombreux compatriotes internautes annoncent Lansiné Kouyaté “démissionné ”sous peu par Conté tout en se demandant qu’est ce qui le fait courir tant,  particulièrement en Libye, avec ses derniers voyages au Gabon et Guinée Equatoriale ainsi que sa volonté de prendre la place de notre Général; d’autres s’interrogent sur la monté en puissance de l’UFDG depuis l’arrivée de Cellou Dalein à sa tête.
A ces propos, ma lecture des événements à Conakry à travers des conjectures, certainement très proche de la réalité, est la suivante :
Pour Lansiné Kouyaté, tout d’abord, je trouve que beaucoup d’internautes surestime l’homme en matière de témérité lorsqu’ils pensent que l’actuel PM pourrait avoir le courage de déposer (comme Ben Ali en Tunisie) notre Général.  Même s’il était courageux, il n’est certainement pas téméraire !  Il côtoie tous les jours les "fameux" bérets rouges de la Présidence et sait à quoi s’en tenir.  Sur cet aspect, il faut reconnaître que nos leaders politiques n’ont pas entièrement tords d’obtempérer aux menaces de notre Général, tout comme j’aurais aussi peut être fait (blague). 
De façon plus sérieuse,  Lansiné Kouyaté a eu la possibilité de s’affirmer en leader après sa nomination sous pression et désespoir populaires mais "ce brin de folie" et d’audace que nous pouvons appeler avoir du cran (qui fait les grands hommes) lui a manqué pour s’imposer.  Dieu merci pour nous a posteriori, sachant maintenant son obédience PDGiste. 
Quelqu’un qui a laissé passé une telle opportunité ne prendra certainement pas le risque de faire hara kiri en tentant une action qui n’a aucune chance de réussir surtout avec notre Général qui s’avère être un politique difficile à désarçonner. 
C’est un fait que Lansana Conté est très vite redevenu maître de la situation après l’installation du gouvernement dit de "consensus" et qu’il a laissé faire dans la mesure où rien ne se passait ; en tout cas qui pouvait le déranger.  Comme toujours, les politiciens (reprenant le terme de notre Général) parlent et promettent beaucoup ;  par contre le Général parle peu/pas mais agit à sa convenance très souvent à nos dépends.
Ce n’est qu’un "fantasme politique" que de parler de conflit au sommet de l’état qui n’a de réalité que sur le Net ; ce qui est certes flatteur pour le PM même s’il prétend ne pas lire les articles online ni ceux des journaux. 
A Conakry jusqu’à nouvel ordre, tout le monde (Lansiné Kouyaté compris) sait qu’il y a un seul et unique Patron de facto : il s’appelle Lansana Conté !
Quant aux fréquents voyages à Tripoli et ailleurs : il ne faut oublier que le Colonel Khadaffi veut constituer à tout prix un gouvernement africain continental et que l’actuel Président de la Commission de L’Union Africaine est Gabonais, Jean Ping.
Ceci dit, j’espère que vous comprenez comment et pourquoi ces voyages.
Mr Kouyaté, avec tout le respect que je lui dois (même s’il est PDGiste), s’avère être un opportuniste politique "émérite" a tout de suite compris que devenir le héraut de Khadaffi peut rapporter gros dans plusieurs domaines en termes financier, de future carrière dans l’institution africaine ou dans le privé comme Public Relation consultant (comptant sur le carnet d’adresse qu’il se tue à constituer dans le Monde) et d’autres débouchés sans compter, bien sûr, les honneurs (son pêché mignon) qui vont avec ces voyages.
Espérons que cette explication lèvera un coin du voile sur les déplacements de notre PM de service. 
Mr Kouyaté est plus préoccupé à préparer sa vie de ex Premier Ministre que croiser le fer avec le Général Conté a fortiori  régler les problèmes de la Guinée sachant qu’il est "cabri mort" de toutes façons. 
Et de manière générale, arrêtons de faire semblant d’ignorer qu’en Guinée aujourd’hui, chacun prêche pour sa propre chapelle et n’est obsédé que par son bien matériel personnel même si pour y arriver il faut sacrifier toute la Nation : c’est un fait !
Avec ou sans notre Général, le progrès ne commencera que lorsque les mentalités reviendront à plus de morale et foi religieuse sincère au détriment du bien matériel immédiat qui fait du patriotisme une notion très relative, voire élusive.
Quant au sort de Lansiné Kouyaté pour finir cette première partie, Lansana Conté attend sereinement les délibérations du 31 mars 2008 pour se débarrasser de son PM et le remplacer par celui (choisi par lui ou non) que les événements lui dicteront alors, en habile politique.   

En cette deuxième partie, le phénomène Cellou Dalein :
Une fois n’est pas coutume, il semble que nous aillons sous-estimé Mr Cellou Dalein quant à sa capacité à transformer l’UFDG en grand parti national.  En effet, il ne fait aucun doute que ce parti a le vent en poupe et semble renforcer et confirmer sa présence sur l’ensemble du territoire. Il est entrain de nous démontrer, comme Lansana Conte l’a fait avant lui, qu’il connaît le Pays et la mentalité de nos compatriotes beaucoup mieux que nous ; et pour cause : il est après tout issu du sérail ! 
Pourvu que la Guinée puisse en profiter pour s’améliorer! 
En effet, son attitude et comportement apparemment soumis en tant que Premier Ministre nous avaient rendu sceptiques quant à  ses capacités de leader politique capable de s’imposer. 
Il est entrain de nous montrer une autre facette de sa personnalité qui l’honore beaucoup plus ; et c’est tant mieux pour le Pays qui a besoin d’hommes nouveaux sur la scène politique. 
Si dans les mois à venir, Mr Cellou Dalein confirme son aptitude à diriger en chef et rassembleur de tous les Guinéens surtout hors du Fouta-Djalon,  nous pourrons dire que le Doyen Ba Mamadou a fait preuve de clairvoyance et bon jugement en l’intronisant à la tête de son parti.
De son interview sur le Net, nous avons peut être la réponse à leurs attitudes, Sidya Touré, Kouyaté et lui, de ne pas avoir démissionner lorsqu’ils ont été humiliés et publiquement désavoués par le Général : ils ont tous (probablement) voulu se battre.
Quelle chance avaient ils de gagner ? 
Certainement aucune ; pour qui veut réellement voir Lansana Conté tel qu’il est!
L’engouement que suscite actuellement l’UFDG en Guinée va faire de Mr Cellou Dalein un leader incontournable pour le changement d’autan plus qu’il a su ménager le pouvoir en place par son "style politique" qui rappelle feu Siradiou Diallo : ne jamais affronter le Pouvoir de front.
Il faut reconnaître que Cellou Dalein profite à la fois de la déception et de la "fatigue militante" des supporters des autres partis qui sont finalement blasés et ne voient aucun résultat après tant d’années de lutte.  Ils se disent alors : allons voir avec ce "nouveau" parti s’il peut nous offrir mieux. 
Les partis d’opposition pèchent par manque d’initiatives pro actives pour maintenir leurs militants mobilisés.  La lutte politique ne passe pas forcement par des affrontements, des meetings et des manifestations de rues ; elle doit être multiforme : par exemple, combien d’hommes politiques ont mis sur pied des brigades d’éducateurs et sensibilisateurs politiques qui au lieu de se limiter à faire seulement la propagande du parti vont sur le terrain expliquer et traduire la constitution, les règles et devoirs dans une démocratie aux populations (Hugo Chavez du Venezuela a échappé à un coup d’état grace à cela) ; et comment devraient fonctionner les institutions ?
Une population politiquement éduquée rend la lutte beaucoup plus aisée ; autrement de façon imagée : pour avoir une bonne récolte, il faut d’abord labourer et semer la bonne graine.
Pas étonnant que le Doyen Ba Mamadou aurait dit que le Guinéen ne sait pas lutter.  Il fallait donc commencer par initier la majorité qui a presque toujours connu que des systèmes féodaux (colonisation) et dictatorial (PDG) à la démocratie pratiquée de nos jours.  Rétrospectivement, ce fut une erreur stratégique du début.
Dans la même lancée, nous n’avons jamais vu un leader politique initier par exemple un mouvement civique de boycotte : ce genre d’action ne blesse ni n’expose la vie de quelqu’un et peut être très efficace.  Lorsque "Dame" Chantal Cole va sans aucun mandat ou pouvoir légal agresser des citoyens guinéens, quel leader de parti politique a eu l’initiative de la dénoncer et demander de boycotter l’opérateur téléphonique qui lui permet d’utiliser notre argent pour nous mater ?
Voila des genres d’action salutaire qui auraient pu faire d’eux des défenseurs du peuple et renforcer leur crédibilité : ils ne cherchent pas le pouvoir pour mettre encore une fois le pays à leur disposition mais plutôt pour le servir.
Les électeurs ne voient les leaders venir vers eux qu’au moment des élections ; et pour ceux qui se soucient, ils n’interviennent que pour leurs sympathisants alors qu’ils aspirent à être le Président de tous les Guinéens!
Pour gagner, ils oublient qu’ils ont besoins des autres Guinéens en plus de leurs militants. 
Nous attendons d’eux qu’ils se transforment en avocats défenseurs du Peuple et non qu’ils ne fassent que de la politique surtout dans ce contexte guinéen où ils sont très limités par les autorités. 
Autrement, comment expliquer que l’on puisse passer toute une année sans entendre  ou voir certains leaders s’exprimer sur les sujets cruciaux qui déchirent le Pays? 
Quelles que soient les restrictions du gouvernement, ceci ne peut pas être une excuse pour un "freedom fighter" (qui se bat pour la liberté) qui aspire diriger le Pays !
Pire est de voir notre tonton le Doyen Ba Mamadou utiliser son temps et énergie pour attaquer le Lynx pour avoir écrit contre Mr Mamadou Sylla alors qu’il ne l’a pas fait pour d’autres !
D’où le dilemme de ceux qui veulent militer activement (à défaut de créer un parti) ;  mais où… ?
Serais-je trop idéaliste pour la Guinée ?
Pour finir ; ma lecture des événements en Guinée est que si les conditions de "pression et de température" politiques se maintiennent dans l’état actuel et que les élections sont libres et transparentes, Cellou Dalein a toutes les chances d’être le prochain Président de la République.  Ce ne sera pas pour déplaire à Mr Kassory Fofana, très habile stratège socialement parlant (il a des amis dévoués de tous bords)  dont le sort à lui réserver divise aussi les Guinéens (pros et cons).
Ce n’est pas un vœu pieux mais je ne vois pas parmi les candidats déclarés actuels un challenger rassemblant les avantages dont il bénéficie sur le terrain pour le battre.
Bon ! En politique tout est possible !
   

 Que Dieu sauve la Guinée !

Ibrahima Diallo - "Ollaid "
Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.