chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Sékou Touré, les Guinéens et le tissu social

Date de publication:2008-03-10 21:49:43

La Guinée a urgemment besoin d'être protégée de certains Guinéens; je l'espère minoritaires mais assez machiavéliques et vicieux pour entraîner tout le pays dans un chaos social s'ils n'arrivent pas à leur fin. 
Vous conviendrez avec moi que nous n'avons jamais été aussi divisés que depuis l'arrivée de Mr Lansiné Kouyaté et alliés sur la scène politique.
La gestion du contentieux PDG-Sékou Touré et victimes guinéennes de sa dictature avait jusqu'ici connu une certaine retenue mais les provocations et arrogances sont de plus en plus difficiles à ignorer ! 
Pour en finir une fois pour toute, nous proposons donc de trouver les voies et moyens de mettre sur pied une commission d'enquête internationale indépendante en terme de sa composition qui va mener des investigations sur la période s'étendant de 1958 à 1984 concernant les différents "complots". 
Si un consensus est trouvé quant á sa composition, l'Etat guinéen et les Guinéens devront s'engager à endosser ses résultats et conclusions. 
S'il y a une volonté de part et d'autre d'apaisement avec une volonté politique de tourner définitivement  cette page sombre de notre histoire, il sera possible de réaliser cet exploit.  Tout le monde doit connaître la Vérité !
Il sera néanmoins très important de préciser dans chaque cas que les conclusions devront être d'une grande rigueur, uniquement basées sur des faits rien que des faits si possible,  autrement s'abstenir en terme de culpabilité. 
De nos jours, il devient maintenant possible d'avoir accès aux archives des pays incriminés alors: la CIA, les Services Secrets français, allemands et surtout ceux du Portugal pour le "débarquement de 1970".  Si ces nations ont fait quoi que ce soit, il y aura des traces et des témoignages écrits et autres pour établir les faits.
En Guinée, il y a certainement des documents qui ont été signés pour juger, transférer et exécuter les "prévenus" ; et surtout les rapports d'enquêtes et "dépositions" qui peuvent servir pour nous éclairer comment ces événements se sont déroulés.  L’existence ou non de ces archives pourra d’une façon ou une autre nous situer sur la nature du régime en place alors !
J'admets que cela ne sera possible au plus tôt qu'après 2010 et prendra plusieurs années pour aboutir mais peu importe pourvu que nous soyons fixés une fois pour toute : qui a fait quoi, pourquoi et comment.
Quant au financement: il y a toujours une solution  avec l’aide d’ONGs et cotisations personnelles et autres manifestations pour collecter des fonds, pourvu que la détermination suive…
Une fois que cette commission aura rendu ses conclusions:

  1. ceux qui seront reconnus coupables d'avoir fait quelque chose contre leur pays auront donc été jugés à juste titre (même si la punition capitale est condamnable);
  2. ceux pour qui on aura rien trouvé en terme de culpabilité (la présomption d'innocence doit prévaloir) ou disculpés devront être réhabilités avec Pardon officiel de la Nation;
  3. surtout et le plus important s'il est avéré (nous en sommes convaincus) que toutes ces personnes ont été tués sans preuves (ou fabriquées) à tord,  il faudra bannir et mettre illégal tout parti faisant allusion ou se réclamant de Sékou Touré comme c'est le cas pour Hitler dans les pays occidentaux (la majorité). 

Voila une suggestion, parmi d’autres, de résolution de cette polémique.

Quant au tissu social; les hommes politiques commettraient une très grave erreur de jugement en minimisant la division ethnique des Guinéens à l'heure actuelle. 
Aller à des élections dans ce contexte est très risqué et le sera plus particulièrement pour la présidentielle de 2010. 
Les législatives pourraient se passer à la rigueur plus ou moins convenablement, chaque parti retranché et faisant son plein de voies dans son bastion territorial; mais par contre pour le poste de Président de la République avec un enjeu beaucoup plus important, étant le "gros lot", risque de voir éclater toute cette haine retenue jusqu'à présent. 
Prétendre qu'il n'y a pas de division ethnique en Guinée et que ce n'est que des "hallucinations intellectuelles" d'internautes, c'est tout simplement faire la dangereuse politique de l'autruche.
J'insiste qu'il sera suicidaire d'aller aux élections présidentielles sans un processus de réconciliation au préalable.
Pour preuve, j'ai été taxé "d'ethnocentriste" par une certaine Oumou Condé (en tout cas, nom officiel signé) sans avoir eu la rigueur intellectuelle de citer dans mes conjectures ce qui lui fait dire cela.  Mes analyses n'engagent que moi et je ne prétends surtout pas avoir des arguments d'autorité. Et puis elle/il me qualifie de journaliste (ce que je ne suis pas) comme si c’est seulement cette profession qui écrit des articles.
Cet exemple concret justifie mes inquiétudes quant à cette haine ethnique irraisonnée qui habite plus de Guinéens que l'on imagine: un Peul qui écrit qu'un autre Peul a des avantages  lui permettant de gagner la Présidence fait de lui un  ethnocentrique?
Ce n’était pas un choix mais le résultat d’une analyse !
Un proverbe dit : « même si tu n’aimes pas le lièvre, reconnais qu’il court plus vite que toi ».
Si mon nom était "Condé" vous m’auriez alors qualifié de vendu et traître à l’ethnie ?
Il faut grandir! 
Comme on dit aussi: « les (…) et la caravane passe ». 
Pour preuve encore : nous avons condamné et critiqué le Général Conté mais cela ne l'a pas empêché de régner depuis plus de 20 ans!
Celui qui sera Président de la Guinée, le sera par la volonté du Peuple comme dans toute démocratie (je l'espère) et tant pis pour les haineux!
  
Finissons sur cette pensée du Sage Gandhi (que je fais mienne): «  En opposant la haine à la haine, on ne fait que la répandre, en surface comme en profondeur ».
Sur ce, je rajouterai pour ma part que la haine ethnique et le racisme ne sont que l’expression d’un complexe mal maîtrisé.
La Guinée doit rester une famille quel que soit le prochain Président (démocratiquement élue; tous les guinéens devront se reconnaître en lui !

Que Dieu sauve le Pays !

Ibrahima Diallo – "Ollaid"
Contact: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.