chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Appel citoyen

Date de publication:2008-03-27 14:27:54

Comme nous nous y attendions, la marche pacifique du 26 mars a été annulée sine die pour des raisons que nous devinons tous. 
Un PM qui persécute une femme (encore une ; car il faut reconnaître que le genre masculin est plutôt rare dans cet exercice en Guinée) parce qu’elle a eu le courage de dire tout haut et surtout "officiellement" ce que tout le monde dit à Conakry n’aurait pas laissé des citoyens libres exercer leur droit de protestation pacifique contre ses abus.
La guinée est bel et bien en situation de banqueroute politique, morale et sociale ; a fortiori financière.
Il y a toujours eu des abus de pouvoir et violation des droits individuels en Guinée   depuis l’ère PDGiste mais jamais autant en une seule année après 1984. 

Le plus inquiétant, pour paraphraser Martin Luther King, est : « ce qui m’effraie, ce n’est pas l’oppression des méchants ; c’est l’indifférence des bons ». 
En effet, elle l’est tout particulièrement pour les leaders politiques qui aspirent diriger le Pays mais ne veulent s’exposer à des représailles d’aucune manière : ils veulent bénéficier de tous les avantages qui conduisent au pouvoir et éventuellement la Magistrature Suprême mais surtout pas les risques et dangers qui font partie, hélas en Afrique, du métier d’homme politique.
Le seul qui ait tenté de mener une lutte active est le Doyen Ba Mamadou qui a malheureusement baissé les bras après son incarcération liés aux évènements de Caporo rails. 
Je spécule que comme l’arrestation Alpha Condé, il s’attendait à plus de solidarité active (manifestations) de la part de ses militants et aussi des autres leaders de l’opposition ; mais en Guinée l’opposition est "responsable" et obéit aux règles (pas la loi) édictées par le gouvernement ; donc agir contre les injonctions de celui-ci n’est pas une option si on veut faire de vieux os.
J’admets que le seul avantage de cette attitude a été le maintient d’une apparente paix sociale et une stabilité du pouvoir même si la nation et le tissu social se fissuraient insidieusement en profondeur par frustrations et manque de liberté politique : ceci explique les destructions de biens et les affrontements ethniques à la moindre opportunité. 
Ce n’est pas une particularité guinéenne ; les Balkans, le Zaïre , l’Irak pour ne citer que ces exemples illustrent bien où peut conduire la haine accumulée depuis des années, alors qu’elle aurait pu être drainée hors des cœurs par la libre expression et la liberté d’action politique.  En résumé, la suppression des libertés individuelles et politique est une bombe à retardement.

Ceci dit ; l’affaire Chantal Cole (même si c’est une mauvaise Guinéenne) était une opportunité pour Mr cellou Dalein de se démarquer des autres leaders (en dormance hormis l’Honorable JM Doré de temps en temps) en délivrant au moins un communiqué de presse dénonçant cette abus de pouvoir. 
Espérons seulement que Mr Cellou Dalein ne va pas rejoindre le "club" des opposants et nous(les Guinéens) décevoir comme Mr Sidya Touré que nous pensions être venu en politique après mure réflexion pour apporter un impact et non être un leader de plus (ou cordialement, leader de positions). 
          
Ces critiques faites (qui aime bien châtie bien) et la cause étant entendue ; le PM  n’est plus de consensus depuis plusieurs mois et par conséquence les accords dits tripartites sont caducs.

Vu la précarité de la situation sociale et politique à Conakry, il faut que tous les citoyens guinéens s’impliquent pour trouver une vraie sortie de crise qui ne peut passer que par la constitution d’un gouvernement d’union nationale ou d’unité nationale : peu importe son appellation pourvu qu’il rassemble toutes les composantes de la Société guinéenne, Armée comprise.
Sa mission doit être simple et concise : réconcilier les Guinéens et préparer des élections acceptées par tous. Il sera indispensable de voter une loi interdisant au Chef de ce gouvernement d’occuper tout poste politique ou nomination pour la durée du mandat qui suivra ces élections.
Pour ce faire, chaque Guinéen doit faire pression ou approcher son/ses parent(s), amis et relations personnelles membres de l’opposition, dirigeants des institutions républicaines, de la Société Civile, des syndicats et des Forces de l’ordre pour la mise en place de ce gouvernement ( de salut).

Ne laissons plus les acteurs politiques et assimilés nous faire perdre plus de temps !

Le Peuple doit dire son mot désormais pour les mettre d’accord par une sorte de pétition verbale ou écrite pourvu que chacun s’implique selon ses possibilités et relations personnelles.
 
Que Dieu sauve le Pays de Kouyaté et du PDG

Ibrahima Diallo - "Ollaid"

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.