chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Augmentation du prix du carburant

Date de publication:2008-04-04 18:16:43

L'augmentation du prix du litre d'essence et de gasoil de 4300 FG à 7000 Francs Guinéens, soit une hausse de près de 63%, a entraîné illico la montée des prix des transports urbains et interurbains. Conséquences ? Le centre ville de Kaloum est de plus en plus vide. Les embouteillages aux heures de pointes se font rares.

Aujourd'hui, plus d'un Guinéen ne sait plus à quel sauveur se vouer. La hausse du prix de l'essence, le 1er avril ( c'est loin d'être un poisson), a fait grimper tous les autres prix. Le sac de riz de 50 kg qui s'achetait à 150 000 FG se vend entre 157 à 160 000 FG. Quant au sac de farine, il est passé de 175 000 FG à 250 000 FG. La répercussion s'est faite ressentir sur le prix de la baguette pain vendue à 1500 FG. Pour les autres denrées de première nécessité, c'est pire.

Face à la situation, le Gouvernement du Premier Ministre Lansinè Kouyaté semble opter pour le mutisme. Les mesures d'accompagnement (primes de transport, augmentation des pécules des étudiants) tardent à tomber. Les fonctionnaires s'impatientent et ils sont nombreux à ne pas se rendre au travail. Le transport étant cher, ils préfèrent rester chez eux. Pourtant, le plus dur reste à venir : les élèves vont reprendre bientôt le chemin de l'école. Le Gouvernement, par crainte sans doute des mouvements scolaires suite à la montée des prix, a repoussé la fin des congés de pâques jusqu'au 14 avril.

Beaucoup d'observateurs craignent des mouvements spontanés suite à la réouverture des classes. Puisqu'il sera difficile pour des élèves dont les parents ont un faible revenu de supporter le prix du taxi à 1300 FG. Et pour la majeur partie de la population ( près de 53% des Guinéens vivent au dessus du seuil de pauvreté) c'est simplement l'annonce d'un calvaire sans lendemain.

Namory Condé

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.