chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Culture et Politique : Festival Tabital Pulaaku à Dakar

Date de publication:2008-05-12 16:34:23

Tabital Pulaaku a pour vocation de maintenir et de développer la langue et la culture « haal-pulaar ». Elle a aussi pour vocation de promouvoir  « pottal fii bhantal » (l’entente et l’amitié en vue de l’émancipation des « haalpulaars ».

Les communautés « haalpulaars » vivent aujourd’hui dans des Etats modernes. Pour le développement et la diffusion de la culture peuhle, les « haalpulaars » doivent s’intéresser et s’impliquer dans la vie politique de ces Etats. Cela leur permettra non seulement de s’occuper directement du maintien et du développement de leur culture mais également de participer aux décisions qui engagent l’avenir de l’Etat dans lequel ils vivent.

Les communautés peuhles ont fondé par le passé des Etats modernes en Afrique avant la colonisation. Le Foutah Djallon théocratique est un exemple d'un Etat moderne. Il a été fondé au début du XVIIIe s. (1725) par Alpha Ibrahima Sambéguou (Karamoko Alpha). Cet  Etat était une confédération de neufs diwés (états) très autonomes, comme les cantons de la confédération helvétique (la Suisse). La capitale politique et siège de l’Almamy (empereur) du Foutah Djallon se trouvait à Timbo. La Capitale législative se trouvait à Fougoumba (lieu où l’empereur était couronné). Cet Etat était tellement avancé dans le domaine juridique et politique, qu’il avait désigné une région d’asile (Kolade Kankalabé sauf erreur de ma part) pour les citoyens qui se sentaient persécutés dans leur état et qui n’étaient pas sûrs d’obtenir l’asile dans un autre état de l’empire. D’autre part, l’empereur ne s’immisçait pas dans les affaires internes des diwés. Toutes les relations extérieures à l’empire lui étaient réservées ainsi que les affaires militaires.

En conclusion, l’organisation de l’Etat du Foutah Djallon, n’avait rien à envier à l’organisation politique des Etats européens de cette époque.

Boubacar Barry


Commentaires


2008-05-12 16:34:23 ibrahima K. Diallo

Tabital Pulaaku a pour vocation de maintenir et de développer la langue et la culture « haal-pulaar ». Elle a aussi pour vocation de promouvoir  « pottal fii bhantal » (l’entente et l’amitié en vue de l’émancipation des « haalpulaars ».

Les communautés « haalpulaars » vivent aujourd’hui dans des Etats modernes. Pour le développement et la diffusion de la culture peuhle, les « haalpulaars » doivent s’intéresser et s’impliquer dans la vie politique de ces Etats. Cela leur permettra non seulement de s’occuper directement du maintien et du développement de leur culture mais également de participer aux décisions qui engagent l’avenir de l’Etat dans lequel ils vivent.

2008-05-12 16:36:28 ibrahima K. Diallo
2008-05-12 16:38:09 ibrahima K. Diallo

Les communautés peuhles ont fondé par le passé des Etats modernes en Afrique avant la colonisation. Le Foutah Djallon théocratique est un exemple d'un Etat moderne. Il a été fondé au début du XVIIIe s. (1725) par Alpha Ibrahima Sambéguou (Karamoko Alpha). Cet  Etat était une confédération de neufs diwés (états) très autonomes, comme les cantons de la confédération helvétique (la Suisse). La capitale politique et siège de l’Almamy (empereur) du Foutah Djallon se trouvait à Timbo. La Capitale législative se trouvait à Fougoumba (lieu où l’empereur était couronné). Cet Etat était tellement avancé dans le domaine juridique et politique, qu’il avait désigné une région d’asile (Kolade Kankalabé sauf erreur de ma part) pour les citoyens qui se sentaient persécutés dans leur état et qui n’étaient pas sûrs d’obtenir l’asile dans un autre état de l’empire. D’autre part, l’empereur ne s’immisçait pas dans les affaires internes des diwés. Toutes les relations extérieures à l’empire lui étaient réservées ainsi que les affaires militaires.

En conclusion, l’organisation de l’Etat du Foutah Djallon, n’avait rien à envier à l’organisation politique des Etats européens de cette époque.

Boubacar Barry

2008-05-12 16:44:17 ibrahima K. Diallo
2008-05-12 16:34:23 S. Barry

Tabital Pulaaku a pour vocation de maintenir et de développer la langue et la culture « haal-pulaar ». Elle a aussi pour vocation de promouvoir  « pottal fii bhantal » (l’entente et l’amitié en vue de l’émancipation des « haalpulaars ».

Les communautés « haalpulaars » vivent aujourd’hui dans des Etats modernes. Pour le développement et la diffusion de la culture peuhle, les « haalpulaars » doivent s’intéresser et s’impliquer dans la vie politique de ces Etats. Cela leur permettra non seulement de s’occuper directement du maintien et du développement de leur culture mais également de participer aux décisions qui engagent l’avenir de l’Etat dans lequel ils vivent.

2008-05-12 16:36:28 S. Barry
2008-05-12 16:38:09 S. Barry

Les communautés peuhles ont fondé par le passé des Etats modernes en Afrique avant la colonisation. Le Foutah Djallon théocratique est un exemple d'un Etat moderne. Il a été fondé au début du XVIIIe s. (1725) par Alpha Ibrahima Sambéguou (Karamoko Alpha). Cet  Etat était une confédération de neufs diwés (états) très autonomes, comme les cantons de la confédération helvétique (la Suisse). La capitale politique et siège de l’Almamy (empereur) du Foutah Djallon se trouvait à Timbo. La Capitale législative se trouvait à Fougoumba (lieu où l’empereur était couronné). Cet Etat était tellement avancé dans le domaine juridique et politique, qu’il avait désigné une région d’asile (Kolade Kankalabé sauf erreur de ma part) pour les citoyens qui se sentaient persécutés dans leur état et qui n’étaient pas sûrs d’obtenir l’asile dans un autre état de l’empire. D’autre part, l’empereur ne s’immisçait pas dans les affaires internes des diwés. Toutes les relations extérieures à l’empire lui étaient réservées ainsi que les affaires militaires.

En conclusion, l’organisation de l’Etat du Foutah Djallon, n’avait rien à envier à l’organisation politique des Etats européens de cette époque.

Boubacar Barry

2008-05-12 16:44:17 S. Barry
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.