chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Guinée : l’incohérence du Président et le manque de dignité de la majorité des acteurs politiques.

Où est la logique dans les paroles et actions d’Alpha Condé ? Il passe son temps à vilipender les anciens ministres et opposants à son régime, en les traitant de voleurs et de nains politiques et qui sont responsables du retard de la Guinée.

Il ne cesse d’ailleurs de dire que ses opposants ne cherchent que de l’argent ou un poste. Ce qui ne l’empêche pas de les recycler et de les nommer dans son gouvernement. Est-ce pour l’aider à piller le pays et à se maintenir au pouvoir ?

Le monde entier l’a vu et entendu en 2010 indexer Papa Koly Kourouma comme le cerveau et l’artisan des crimes contre l’humanité du 28 septembre 2009 (Voir ci-dessous).

Arrivé au pouvoir, Papa Koly Kourouma sera nommé Ministre dans son gouvernement. Après le limogeage de ce dernier et de Jean Marc Telliano, Alpha dira publiquement s’être trompé en nommant ces « deux petits voyous, médiocres et voleurs », parce qu’il ne connaissait pas bien la Guinée et que son petit-frère qui devait l’aider à choisir des cadres valables est décédé avant sa prise de fonction.

En 2011, Baidy Aribot, accusé de vol de fonds publics, allait être jeté en prison et lourdement châtié par Alpha Condé, n’eut été la mobilisation des notables de la Basse Côte pour le sauver. Baidy fondera après le mouvement Tout Sauf Alpha Condé (TSA). Pour le récupérer, le président le nomme Vice-gouverneur de la Banque Centrale Guinéenne. Aujourd’hui, Baidy milite pour le maintien à vie d’Alpha Condé au pouvoir.

En 2014 comme en 2015, Alpha Condé dit détenir des preuves, faisant allusion au résultat des audits qu’il garde secret et comme instrument de chantage, que les anciens ministres du régime conté (Kassory, Sidya, Cellou Dalein, Ibrahima Keira, Ousmane Kaba, Kouyaté etc.) ont détourné 6 milliards d’euros en 10 ans. C’est bien après cela qu’il donnera 5 milliards de FG à Cellou Dalein Diallo, nommera Sidya Touré comme le haut représentant du chef de l’Etat et plus tard Kassory Fofana, Premier ministre de son dernier gouvernement. Avant cette nomination de Kassory Fofana suite au soutien public que ce dernier apportera à son maintien à vie au pouvoir en violation flagrante de la Constitution en vigueur, Alpha Condé avait traité de tous les noms d’oiseaux, les anciens ministres de Lansana Conté au cours d’une de ses visites en Chine à la quête d’argent. Il tiendra son discours accusateur et injurieux se trouvant assis entre deux des plus influents ministres de Conté, à savoir Kassory Fofana et Makalé Camara.

Le 29 novembre 2018, le président Alpha Condé prend Jean Marc Telliano dans sa suite et fait de lui son porte-parole à Linsan.

Papa Koly Kourouma vient d’être nommé, de nouveau, Ministre d’Etat, ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement !

Quant à Lansana Kouyaté, Alpha Condé l’a courtisé à maintes reprises, c’est ce dernier qui refuse de le rejoindre, se souvenant de la trahison dont il a fait objet de la part d’Alpha Condé après la présidentielle de 2010 qu’il l’a aidé à remporter.

Ainsi, malgré ce qu’il dit sans cesse sur les anciens ministres de Conté et ses opposants, Alpha Condé ne trouve pas d’autres Guinéens à choisir comme collaborateurs que ces mêmes personnes qui, de leur côté n’éprouvent aucune gène de rejoindre le président qui les traite de voleurs et et chercheurs de postes. Conséquences : les Guinéens n’ont plus de respect ni pour le Président ni pour les Ministres.

Par ailleurs, Alpha Condé refuse, par abus de pouvoir, à ceux auxquels il ne peut rien reprocher, le droit d’enregistrer un parti politique dans leur pays, la Guinée, en violation de la Constitution et des règles élémentaires de la démocratie ! Celui qui prétend être le père combattant de la démocratie en Guinée, fait tout pour exclure de la politique, nous qui avons lutté et risqué nos vies entre 1990 et 1993 pour obtenir le multipartisme intégral en Guinée quand lui et son fils vivaient en sécurité en France.

Alpha Condé est-il vraiment un homme sérieux ? Alpha Condé est-il suffisamment responsable pour être Premier magistrat d’un Etat ? Quel patriote guinéen ou personne normale peut-elle souhaiter voir ce monsieur rester durablement à la tête de son pays ?

Les sirènes révisionnistes et avocats du diable, en manque d’arguments, disent que la Constitution n’est pas révisable dans ses articles qui limitent le nombre de mandats, mais qu’on peut contourner l’obstacle en remplaçant toute la Constitution par une nouvelle.

Prenons l’Article 154: « La forme républicaine de l'Etat, le principe de la laïcité, le principe de l’unicité de l’État, le principe de la séparation et de l’équilibre des pouvoirs, le pluralisme politique et syndical, le nombre et la durée des mandats du Président de la République ne peuvent faire l'objet d'une révision »

Tous ces points sacrés seront-ils inexistants dans la nouvelle Constitution ou bien seulement le passage relatif au nombre et à la durée des mandats du Président de la République ?

Je ne vois pas autour d’Alpha Condé ou dans le RPG actuel, des cadres intellectuellement structurés qui seraient capables de rédiger intégralement une nouvelle Constitution. Ce sont des gens qui vont plutôt copier l’ancienne dans un nouveau cahier en permutant des numéros de certains articles et en soustrayant les passages qui dérangent. Ce qui nous ramènerait à la révision (interdite).

Ceux qui, pour des intérêts inavoués cherchent à soutenir ce projet d’Alpha Condé de changer la Constitution doivent faire attention. Ils risquent d’avoir en Guinée plus de regrets que les partisans du Maréchal Pétain ont eus en France. Car nous sommes aussi prêts à l’affrontement, s'il le faut, pour défendre notre patrie et empêcher qu’un groupe de traîtres à la nation ramène la Guinée aux années 80. Il n’y a aucune chance que cette manœuvre de tripatouillage de la Constitution réussisse cette fois-ci en Guinée. C’est soit Alpha Condé connaitra le sort de son frère Blaise Compaoré, soit la Guinée se retrouvera, au meilleur des cas, dans le cadre de l’Article 153 : « Aucune procédure de révision ne peut être entreprise en cas d'occupation d'une partie ou de la totalité du territoire national, en cas d'état d'urgence ou d'état de siège ».

Et nous prendrons soin qu'Alpha Condé ne bénéficie d'aucune prolongation de son deuxième et dernier mandat à la tête de notre pays.

Je lance l’appel au peuple de Guinée, de se lever comme un seul homme pour chasser Alpha Condé dès qu’il osera lancer officiellement son projet de  nouvelle Constitution.

SADIO BARRY,
Président du Bloc pour l’Alternance en Guinée (BAG)


Imprimer   E-mail
20 avril 2019
Forum économique d’Abu Dhabi en 2013, de Bruxelles en Octobre 2018, de France en juin 2018 et maintenant du Canada en 2019, pour ne citer que ceux-là, tous ont été organisés par le gouvernement ...
  11/04/19 Bordeaux 02:12 J'avertis Et, ça n'était un rêve Où j'ai vu cette ville se ...
Où est la logique dans les paroles et actions d’Alpha Condé ? Il passe son temps à vilipender les ...
Depuis hier, 6 avril 2019, l’ancien opposant Mouctar Diallo est dans un tournoi intitulé ...
Alpha Condé est au crépuscule de son règne. Le grand héros du régime du Rassemblement des Pourris ...

Portrait: Barry III

L'AMBASSADEUR DE RUSSIE

MANIFESTATION DU CFC

C'ÉTAIT EN 2014

Publish modules to the "offcanvs" position.