Mamoudou Barry disait : j’ai voyagé !

Ibrahima Barry et Mamadou Tanou Barry le 29 janvier 2017 à Québec City au Canada
Mamoudou Barry le 19 juillet 2019 dans les environs de Rouen en France.
Mamadou Barry
 
Des victimes de deux types de barbarie souvent rencontrés en occident. Soit on nous tue parce que nous sommes musulmans. Une foi en Dieu à laquelle nous ne renoncerons jamais. Soit on nous tue parce que nous sommes noirs. Un don du Seigneur que nous portons avec fierté et dignité.
 
La religion et la couleur de la peau ne doivent pas être à la base de la mort d’une quelconque personne sur terre. Mais ça le fait toujours et ça doit cesser.
Il n’y a pas d’hommes religieux non grata sur terre et d’homme de couleur qui ne soit bon que pour la mort.
 
Mamoudou Barry et ses prédécesseurs à l’autel de la haine et de la barbarie étaient tous des jeunes pleins de courage et de bravoure, pétris d’une intelligence qui leur a permis de faire de brillantes études pour finalement occuper de prestigieuses fonctions dans les pays qui les ont accueillis. Nulle importance de citer ici leurs fonctions pour ne pas surexciter la colère.
La réalité est que la terreur a eu raison de trois jeunes intellectuels guinéens calmes et respectueux, responsables et non agressifs.
 
Mamoudou, le tout nouveau mort qui ne disparaîtra jamais de ma mémoire d’homme savait ce qu’il faisait et voulait faire. Apprendre et aller servir son pays, la Guinée.
 
Il disait, en réponse à une question de savoir s’il allait retourner dans son pays pour lui apporter sa contribution, je cite: << j’ai voyagé, je ne me suis pas déplacé ...>>
 
La Guinée vient de perdre une personne qui aurait pourtant pu lui rendre possiblement un grand service avec compétence et amour pour la patrie dans un contexte où la Guinée a besoin de moderniser ses textes ou codes et se trouve également assez fréquemment traînée devant les tribunaux français et d’ailleurs pour des questions de mines.
 
Mamoudou Barry était une fierté pour la Guinée à l’international et un élément connaisseur d’un secteur fondamental en Guinée: les mines/ la fiscalité.
 
Mais une question se pose : la Guinée mérite t-elle l’amour religieux que lui vouent ses ressortissants formés dans de prestigieuses écoles et universités occidentales et orientales?
La réponse s’apparente au double sens. NON et OUI.
 
Pour cause:
 
- Au vu de la réaction laconique de la présidence, on comprend aisément que l’indignation est réservée au peuple et non aux gouvernants. Un long communiqué pour ne rien dire au final qui soit pratique en la matière. Le président dit qu’il s’entretiendra avec l’ambassadeur de la France en Guinée. À sa place, j’aurais convoqué immédiatement l’ambassadeur pour explications et non justifications.
 
Aucun procureur ou juge enquêteur n’a été dépêché pour chercher à élucider juridiquement les causes. Aucun avocat n’a été commis par l’État guinéen au près de la famille pour en assurer la défense du dossier. Sacré gouvernement.
OUI: parce que la compassion du peuple est vive et incontestable. Le peuple se sent uni devant la mémoire de ces victimes d’à l’étranger. La Guinée en tant que nation mérite l’amour de ses enfants. Pas le Gouvernement. Heureusement que nos concitoyens ne sont pas morts pour ce gouvernement incompétent.
Nombreux sont ces guinéens qui souhaiteraient rentrer au pays après leurs études universitaires pour se mettre au service de la patrie, mais également nombreux sont les obstacles au retour tant souhaité.
 
L’État guinéen ne fait absolument rien pour faciliter le retour à travers des mécanismes simples et concrets:
 
-Assainir le marché du travail par exemple au niveau des concours d’accès à la fonction publique ( devenue le chantre des récompenses politiques et le vivier de la corruption )
-Faciliter la création d’entreprises par les nationaux qui sont porteurs de projets viables et bancables en évitant de toujours procéder à votre politique bidon qui consiste à n’ouvrir les portes du palais ou des ministères qu’aux plus offrants, lesquels parfois finissent par vous flouer comme ce fut récemment le cas du président qui, lui-même avoua s’être fait escroquer , berner environ 300.000$. Intelligent professeur !!!
 
-Offrir au peuple dans son ensemble une atmosphère de sécurité publique où le risque de se retrouver face à un gang criminel est réduit pour ne pas dire utopiquement inexistant.
-Assurer au peuple un traitement sanitaire acceptable et à la hauteur de ce qu’on offre dans les pays de la sous région. Aujourd’hui, nous sommes obligés de faire voyager nos parents vers le Sénégal , la Côte d’Ivoire, le Maroc, la Tunisie et ailleurs pour les faire soigner à des prix élevés.
 
Chers gouvernants, nous voulons quitter cet exil qui nous est presqu’imposé par votre accointance avec la corruption, votre incapacité à éradiquer l’insécurité permanente, votre cupidité devant nos rêves de réaliser des projets pour et avec la population guinéenne.
Nous sommes en partie victimes de votre sectarisme dans la gouvernance, votre amateurisme dans l’électrification du pays.
 
Mamoudou Barry et consorts sont morts de haine avec la bénédiction de votre système maléfique. D’autres aussi sont en train de mourir dans la Méditerranée pour fuir la misère dans laquelle vous les aviez engloutis depuis que vous trônez sans gouverner sur nous, car gouverner c’est prévoir.
 
Nous voulons que vous fassiez votre auto critique et apportiez des réponses aux besoins de la diaspora qui mérite une attention particulière et aussi ceux de nos concitoyens vivants au pays qui réclament : sécurité, justice, eau, alimentation saine, électricité, routes, ponts, salubrité publique, hôpitaux, transports en commun.
 
Des réponses qui inciteraient la majorité à rentrer au pays et contribuer au développement de la patrie mère. Nous aimerions avoir voyagé et non s’être déplacés. Nous voulons rentrer chez nous pour aider le pays dans un climat acceptable.
 
Prions pour le repos de l’âme de Mamoudou Barry et de ses prédécesseurs.
 
Prions pour que Dieu nous aide à changer le pays afin de pouvoir rentrer chez nous et en sortir par la volonté et non par la nécessité .
 
Boubacar Barry
Citoyen guinéen

Imprimer   E-mail
15 octobre 2019
« Nous en appelons surtout à une prise de conscience de nos agents de sécurité ! Ne braquez pas vos canons contre le peuple, votre peuple, qui proteste légitimement contre un homme qui ...
Les victimes ont été attaquées avec des armes de guerre à domicile, chez elles, pas dans la rue ...
Nous avons des premières images de la manif que le régime RPG d'Alpha Condé tente d'empêcher par ...
Les manifestations ont commencé ce matin à Conakry dans un désordre total, avec des violences qui ...
« Ce que nous sommes entrain de vivre aujourd’hui en Guinée, est comparable à ce qu’on a vécu ...