Attention, premier trébuchement avec la mission de la CEDEAO en Guinée ! L’objectif des négociations doit porter sur la transition et non sur les élections programmées d’Alpha Condé !!!

Chers compatriotes, chers combattants, nous l'avions prévu, voilà qu'on y est !

Une mission conjointe CEDEAO-UNOWAS et l’Union Africaine (UA) se trouve à Conakry dans le but:

1. d'apprécier les dispositions pratiques envisagées pour l’élection du 18 octobre 2020;
2. de faciliter le dialogue entre les acteurs politiques en vue de trouver les points de convergences pour une élection présidentielle paisible en Guinée;
3. d'évaluer les niveaux de préparation des institutions impliquées dans la conduite de l’élection présidentielle.

Comme on le constate, cette ronde de dialogue-négociation est axée sur les modalités de réalisation de l'élection présidentielle devant se tenir le 18 octobre prochain.

C'est déjà une erreur pour les acteurs de l'opposition et de la société civile de se prêter à une telle rencontre de par son objectif avéré, déviant de celui de la TRANSITION.

Car, en effet, seule la TRANSITION permet de chasser Alpha Condé et remanier le système, pas une élection et ce, quand bien même les préalables du FNDC étaient remplis, à savoir:

1. La non candidature de Alpha Condé;
2. L'annulation du référendum portant sur la Constitution de 2020;
3. L'assainissement du fichier électoral.

Il faut savoir que ces préalables ne nous donneront pas ce que nous voulons, à savoir:

1. Le retour de l'ordre constitutionnel sous la Constitution de 2010;
2. La réforme des institutions et du circuit électoral pour assurer des élections crédibles et transparentes (considérant que la réforme du fichier électoral, à lui seul, n'induit pas le remaniement de la CENI et de la Cour Constitutionnelle pour s'assurer de leur impartialité).

Tous ces objectifs permettant la reconnaissance et l'effectivité de la voix souveraine du peuple au travers d'une élection, ne peuvent être atteints qu'à travers UNE TRANSITION D'ABORD ET AVANT TOUT, et c'est bien pourquoi cette dernière devient fondamentalement essentielle, au-delà de la tenue d'une élection, même sans Alpha Condé.

Gardons à l'esprit que ce sont les bons objectifs qui commandent les bonnes stratégies de négociation.

C'est parce que les Maliens ont exigé le départ de IBK, qu'ils y sont arrivés, au travers de négociations où fermeté et rigueur dans les pourparlers visant l'atteinte de cet objectif bien défini.

Leur exemple est à suivre.

Aminata Barry,
Depuis le Canada


Imprimer   E-mail
19 septembre 2020
Une fille guinéenne traitée par le griot malien Sidiki Diabaté comme on le faisait aux esclaves en Amérique entre le 17ieme et le 18ieme siècle.
A l’intérieur du pays, l’administration et les fonctionnaires sont mobilisés pour l’élection du ...
« Coup de tonnerre » sans pluies à la CEDEAO.
La Cour constitutionnelle structure la dictature, c’est-à-dire, elle donne une assise, un ...
En Guinée, Cellou Dalein est enfin sorti là où ceux qui le connaissent bien l'attendaient : il a ...