Bienvenue sur GuineePresse.info
Google
 

Mis en fonction le 16.01.2008
Chercher dans GuineePresse.info :
Accueil
Actualité Opinion
Sport
Culture
Archives
Vie pratique
Forum
Accueil > Actualité > Interviews |Syndication rss Send to facebook Send to facebook twitt this Send to LinkedIn Send via email Print |Lundi, 23 octobre 2017 04 : 16

L’artiste guinéen Elie Kamano dans le journal lefaso.net


2015-01-25 08:36:52

« Si j’avais dit à Alpha Condé qu’il était Français d’origine, il serait très content, Suédois ou Américain, il serait très heureux. Mais pourquoi il est frustré quand je dis qu’il est Burkinabè d’origine ? »

Alpha Condé est un ingrat, un bandit qui trahit ses collègues et son passé, au moment de partager le butin.

Ahmed Tifiane Cissé, Fatou Bangoura, Mohamed Sampil, le commissaire Djoumessy, Sékou Souapé Kourouma, Lamine Camara etc. tous des fondateurs et vrais implantateurs du RPG en Guinée et à l'extérieur ont été trahis et abandonnés à l'heure de la gloire. Ce sont des anciens traîtres, opportunistes et profiteurs comme Mansour Kaba, Alassane Condé, Kiridi Bangoura, Fodé Bangoura, Facinet Touré, Aboubacar Somparé, Malick Sankhon, Lounceny Fall etc. qui profitent aujourd'hui du combat et des souffrances des vrais fondateurs et militants du RPG. Parce que ces derniers sont des agents et artisans du modèle de régime qu'Alpha Condé voudrait instaurer en Guinée pour piller les ressources du pays.

Il semble même qu'Alpha Condé n'a pas voulu voir le corps d'Ahmed Tidiane Cissé, décédé en service en tant que Ministre d'Etat. Ce dernier n'a pas joui de la même attention et respect que la sœur ménagère d'Alpha Condé, sans fonction administrative ou officielle quelconque en Guinée, devant la dépouille de laquelle mêmes nos opposants et députés démagogues iront se prosterner.

Une version de l'interview limitée au passage relatif à la Guinée et à Alpha Condé (Lire).

Jusqu'en 1991, à l'arrivée d'Alpha Condé en Guinée, Alpha Condé n'avait pas encore une nationalité guinéenne. Ce sont ses amis et premiers militants RPG de l'administration qui lui ont fait des papiers guinéens (Ecouter le commissaire Ibrahima Sory Djoumessy).

A lire également: un article avec l´'interview de Sékou Souapé Kourouma (Lire). 

 

Lefaso.net : Dans quel cadre êtes-vous au Burkina Faso ?

Certaines de ses chansons sont devenues de véritables fatwas contre les dictateurs africains. Elie Kamano, cette « grande gueule » peint avec un langage cru, la gestion calamiteuse de bon nombre de pays africains. En quelques années, l’artiste guinéen s’est imposé comme une valeur montante de la musique reggae en Afrique francophone. Actuellement au Burkina dans le cadre d’un concert, il s’est prêté à nos questions. Ses ennuis judiciaires en Guinée, après qu’il ait dit que Alpha Kondé est Burkinabè, ses relations avec Tiken Jah Facoly et bien d’autres sujets sont à retrouver dans cette interview sans langue de bois.

Elie Kamano : Je suis au Burkina parce que tout simplement nous avons suivi avec grand intérêt ce qui s’est passé ici. En tant qu’artiste engagé, révolutionnaire, je pense que c’est un bel exemple que le peuple burkinabè a donné aux autres peuples africains. Avec tous les morceaux satiriques que j’ai chantés, je pense que le moment est propice pour moi de venir encourager et féliciter une fois de plus la jeunesse burkinabè pour tout son combat.

Depuis la Guinée, comment avez-vous vécu les évènements des 30 et 31 octobre ?

Sans me lancer de fleurs, sans langue de bois, en Guinée, il n’y a qu’un seul Sankariste, c’est Elie Kamano. J’ai suivi les évènements à la lettre, étape par étape. J’étais tellement content que j’ai écrit un discours pour féliciter la jeunesse burkinabè et à travers cela, donner un signal aux autorités de mon pays pour leur dire que le pouvoir appartenait à la population, à la masse et que nul ne pouvait confisqué le pouvoir contre le gré du peuple. J ‘ai voulu faire un sit-in au grand rond-point de Matoto, les autorités l’ont empêché. J’ai donc vécu l’événement avec vous, bien que je ne fusse pas physiquement présent, mais j’étais spirituellement là, parce que ma musique était là avec vous.

Vous avez cité le Burkina dans vos chansons, appelant à la démocratie. La prophétie s’est-elle accomplie, comme vous le demandez dans une de vos chansons ?

La prophétie est en train de s’accomplir. Dans plusieurs morceaux, j’ai cité Blaise Compaoré, Yaya Jammeh, Mouammar Kadhafi, Robert Mugabe, plusieurs dictateurs. Je crois que ma prophétie est en train de s’accomplir. S’il plait à Dieu, ceux qui restent encore, cette vague qui s’est annoncée en Tunisie, en passant par l’Egypte, la Lybie, a posé ses valises au Burkina Faso, sur sa route, il y a le Cameroun qui est dans le viseur, le Togo, le Congo, le Soudan, même la Guinée. Donc pour le moment, le combat n’est pas encore terminé.

Vous êtes connu pour avoir un langage très virulent dans vos chansons, d’où vous vient cela ?

C’est dû à mon amour pour Thomas Sankara qui m’a inspiré depuis ma tendre enfance, je l’ai connu à l’école, quand on m’a parlé de l’histoire du Burkina Faso. Plus tard, j’ai étudié son histoire. Je me suis dit, voici un homme intègre, un homme digne, un homme fier, un africain à qui je voudrais ressembler. Et puisque chacun a un modèle dans la vie, il a été pour moi un modèle et musicalement, il fallait aussi que je pose des actes qui vont dans le même sens, dans le même élan que les actes qu’il a posés au Burkina et en Afrique. C’est ce que j’essaie de faire. Mon franc parlé, ma dignité, ma fierté et mon refus d’être corrompu, d’être acheté, tout cela vient tout droit de la philosophie de Thomas Sankara, c’est tout.

Quelle est votre source d’inspiration ?

Mon inspiration, je la tire de mes prières. Je suis croyant, je pense qu’on n’a pas besoin d’être dans un état surnaturel pour être inspiré. L’inspiration pour moi est un coup de grâce et c’est Dieu qui la donne. Il y a deux catégories de personne qui chante. Il y a d’abord les personnes qui ne forcent pas, qui sont douées, et l’autre catégorie, c’est ceux qui essayent de chanter, qui apprennent à chanter. Nous faisons partie de la catégorie de ceux à qui Dieu a donné ce don de chanter. Mais la musique est un instrument de vérité et non de propagande. Donc si Dieu nous a donné ce don de dire tout haut ce que le peuple pense tout bas, alors il faut bien utiliser ce don pour que le peuple profite. Mon inspiration, c’est comme un jeu d’enfant pour moi. Quand je prie, je demande à Dieu de m’inspirer au même titre qu’il a inspiré les plus grands artistes de ce monde.

Etes-vous seulement faiseur de Reggae ou Rasta ?

Je suis reggae, je ne suis pas rastaman dans l’âme. Je suis musulman.

De Lansana Conté au Pr. Alpha Condé, votre degré d’engament a-t-il en varié en Guinée ?

Je suis resté sur la même ligne, la même optique avec les mêmes objectifs et la même vision. Parce que rien n’a changé dans mon pays, rien n’a évolué. La révolution pour moi, c’est un état d’esprit, c’est une action qui pousse à changer les mentalités, amener, inciter les gens à se réveiller ; éveiller les consciences pour un éventuel changement, ce que vous avez réussi au Burkina. Mais chez nous malheureusement, il n’y a qu’un seul révolutionnaire, et c’est Elie Kamano…

N’est-ce pas prétentieux, il y a bien d’autres artistes engagés ?

Ce n’est pas de la prétention. Il n’y a pas de musicien engagé en Guinée, à part Elie Kamano. Vous pouvez faire vos enquêtes, vous êtes un site très lu, depuis la Guinée je vous connais. Aujourd’hui, chacun au pays cherche à chanter les femmes, les hommes riches, à chanter pour avoir l’argent. C’est différent de mon combat. La relation que je tisse aujourd’hui avec le peuple est plutôt basée sur le combat que je mène. Il y a quatre ans maintenant que je n’ai pas sorti d’album, depuis « Où va l’Afrique ? » et « Parole de fou », mais jusqu’à présent je reste quand même l’artiste le plus écouté et le plus adulé en Guinée.

L’arrivée de Alpha Condé, n’a donc rien apporté en terme de changement ?

Rien n’a changé. Alpha Condé est venu avec les mêmes méthodes. Il nous avait promis le changement, il a dit qu’il prenait la Guinée là ou Sékou Touré l’avait laissé pendant que culturellement Sékou Touré a laissé la Guinée comme étant la plaque tournante de la culture et du football africain. Mais aujourd’hui qu’est-ce qui est dans le domaine culturel ? La culture est le parent pauvre du gouvernement. C’est dommage, ce qui ce passe au plan culturel. Le plus petit budget dans ce gouvernement appartient à la culture, pour faire quoi ? Ce ne sont pas les talents qui manquent en Guinée, mais la politique mise en place par les autorités fait un blocus de telle sorte que des artistes talentueux meurent à la fleur de l’âge. C’est très dangereux. Dieu m’a donné la chance, j’ai été très dur dans ma formation et aujourd’hui je fais une carrière internationale, mais ça n’a pas été facile, parce que la Guinée est le peuple juif de l’Afrique.

Pourquoi vous le dites-vous ?

Je le dis parce que les juifs sont le seul peuple qui a tué tous ses prophètes. La Guinée est un pays qui tue les hommes qui émergent.

Vous avez eu des démêlées avec la justice de votre pays depuis quelques années, quelle est la source de vos ennuis ?

C’est simplement parce que j’ai dit à Alpha Condé qu’il était Burkinabè d’origine et il ne veut pas le reconnaître. Moi j’aime le Burkina Faso parce que ce sont des hommes intègres. Si on me dit aujourd’hui que je suis Burkinabè d’origine, je serai très fier parce que le Burkina, c’est le pays de Thomas Sankara. Tout africain doit être fier de s’identifier au Burkina Faso. Si j’avais dit à Alpha Condé qu’il était Français d’origine, il serait très content, Suédois ou Américain, il serait très heureux. Mais pourquoi il est frustré quand je dis qu’il est Burkinabè d’origine ? On dit à longueur de journée que Alassane Ouattara est Burkinabè.

Le Burkina est fier que ses fils aillent gouverner dans d’autres pays. C’est une fierté, Barack Obama sait qu’il n’est pas Américain d’origine, il est Kenyan. Ali Bongo, on vient de dire qu’il n’est pas Gabonais…si vous convoquez un artiste aussi populaire et écouté en Guinée à la justice parce que tout simplement que le président est Burkinabè, c’est parce qu’il y a anguille sous roche. On est tous Africains, j’adore le Burkina Faso. C’est le pays que j’ai aimé avant tout les autres après mon pays.

Tout homme engagé, patriote, aime son pays et le défend. C’est pourquoi je ne me suis pas entendu avec le capitaine Dadis Camara. J’avais vu en lui un patriote comme Sankara. Je voulais qu’il arrête, qu’il organise des élections et qu’il revienne après, chose qu’il n’a pas compris. Il est resté dans l’euphorie du pouvoir, dans la boulimie du pouvoir, et on l’a trompé et il a échoué. Aujourd’hui, il a du mal à rentrer même dans son pays.

La nationalité du président est-elle la seule source de vos ennuis judicaires ?

C’est la seule source. On m’a demandé d’aller chanter devant lui, j’ai refusé. Ils m’ont donné de l’argent que j’ai dépensé, ils m’ont réclamé et j’ai dit que je ne payais rien parce que je suis Guinéen, je fais partie du contribuable. L’argent a été donné pour corrompre, il voulait corrompre. 40 millions de francs guinéen, environs 3 millions de FCFA.

Parlant de la nationalité de votre président, vous avez déclaré dans un journal « son père vient du Burkina, il est mossi balafré (…) Si vous constatez, beaucoup de contrats sont aujourd’hui donnés aux Burkinabè et aux Maliens et c’est déplorable », pour le panafricaniste que vous dites être, ne faut-il pas aller au-delà de ces clivages ?

C’est déplorable, je maintiens ce que j’ai dit, parce qu’aujourd’hui, un président ne peut pas être élu au Burkina Faso en tant que panafricaniste, je ne parle pas en tant que Guinéen. Etre élu au Burkina pendant qu’il a des origines ivoiriennes ou guinéennes et donner des marchés aux Burkinabè, aux Ivoiriens, pendant que les Burkinabè souffrent, pendant qu’ils meurent. Je ne suis pas d’accord. On aime bien les blancs, mais en Afrique du sud, on a dit non à l’apartheid. Ils ont construit, ils ont tout fait, mais on a dit non à l’apartheid. D’abord l’Afrique du sud appartient aux africains. Tous les Guinéens qui sont aujourd’hui prisonniers, enchaînés, en Angola, des milliers qui meurent sans que notre gouvernement ne réagisse, vous savez pourquoi ? Parce que le président Alpha Candé a de gros contrats dans les sociétés en Angola. Pour défendre ses intérêts, il préfère fermer sa g….., devant ce crime, il préfère donner des marchés à n’importe qui sauf aux Guinéens. Des jeunes Guinéens qui se battent, qui marchent à longueur de journée, pour trouver du travail, n’en trouvent pas. Je ne suis pas d‘accord ; c’est quel panafricanisme ça ?

Je ne suis pas xénophobe, mais j’aimerais que les chômeurs, les personnes qui souffrent qui meurent en Guinée, qui sortent pour venir au Burkina, au Mali, au Sénégal, pour mourir en cherchant un lendemain meilleur, trouvent de quoi manger, travailler dans leur pays. Dieu nous a tout donné pour qu’on aille plus chez les autres quémander. Moi je suis fier de vous, parce que pour celui qui connait la Guinée, qui est né et qui a grandi en Guinée, qui vient au Burkina, connait la différence. Le Burkina n’a rien dans son sous-sol comparé à la Guinée. Nous avons le sous-sol le plus riche de l’Afrique de l’ouest. Mais on n’a pas de courant, on n’a pas d’eau, on a rien. Comment voulez-vous que je me réjouisse d’un président qui ne donne pas de travail aux jeunes Guinéens, qui meurent tout le temps dans l’océan atlantique parce qu’ils veulent aller trouver l’Eldorado ailleurs ? Ce n’est pas possible.

La guinée est riche de son sous, a tout pour se développer, 57 ans après son indépendance, on peut se demander à quand la Guinée ?

Je vous renvoie la question. C’est le combat que je mène tous les jours. Si on pouvait demander à avoir une nationalité avant sa naissance, je demanderais à être Burkinabè. Mais en malinké on dit que Dieu ne donne pas le tô à celui qui sait le manger, il le donne à celui qui sait le gaspiller.

Y a-t-il une exception guinéenne ?

Il y a une exception, la Guinée est un scandale géologique. On a tout ce qu’il faut pour que les Guinéens ne sortent pas, mais qu’est-ce qu’on en fait ? Le budget de souveraineté de Lassana Conté était de 1 milliard de frs guinéens par an, celui de Dadis était de 7 milliards par an, celui de Alpha Condé est de 1 milliard par jour. 365 milliards par an. Et on me dit que mon pays souffre, que les jeunes ne trouvent pas d’emploi, qu’il n’y a pas d’électricité, d’eau. On me dit que les écoles sont fermées parce qu’il y a Ebola, pendant que toutes les nuits, les boites de nuits sont pleines, les manifestations politiques ne tarissent pas. Je ne comprends pas. Quand je lis et j’observe tout ce que Sankara a fait en 4 ans, je ne comprends pas. C’est parce qu’on est dirigé par des apatrides. Même si je dois aller en prison, mourir, je n’arrêterai pas de critiquer. Sankara a donné sa vie à son peuple, et il est rentré dans l’Histoire de l’humanité, jusqu’à la fin des temps, on ne l’oubliera pas. Je veux donner un sens à mon existence comme l’a fait Sankara.

Dadis Camara, votre ancien président réside au Burkina, comptez-vous le rencontrer pendant votre séjour ?

J’ai essayé de le rencontrer une fois. Nos relations sont tendues. De mon côté, il n’y a pas de problème. J’ai voulu l’aider, le prévenir, lui dire que le pouvoir, c’est comme de l’argent. On peut l’avoir aujourd’hui, être l’homme le plus fort, le plus riche et se retrouver avec rien demain, personne à ses côtés. Le pouvoir a beaucoup d’amis, mais l’échec est orphelin. J’ai dit au Capitaine Dadis de respecter ses engagements, organiser des élections et partir. Il pouvait revenir après et se présenter, on m’a pris pour un ennemi.

J’ai failli être tué par ses hommes. Je ne sais pas si c’est lui qui les a envoyés, je ne le dirai pas, c’est la raison pour laquelle je suis parti de la Guinée. J’ai vécu entre le Burkina, le Sénégal et le Mali, tout le temps qu’il était au pouvoir. Même avec Tiken Jah, je n’étais pas d’accord. J’ai voulu qu’il comprenne qu’il était l’homme pour la Guinée, mais qu’il fallait qu’il respecte la transition.

Quelles vos relations avec d’autres reggae men comme Tiken Jah, considéré comme votre mentor ?

Pour moi, Tiken Jah et Alpha Blondy sont des égoïstes, sans langue de bois. Je ne peux pas comprendre qu’on parle 20 ans de l’Afrique, qu’on défende la culture africaine et qu’on ne veuille pas propulser, promouvoir cette culture. Promouvoir des jeunes talentueux qui arrivent dans le même domaine que soi. Mais si vous prenez les jeunes pour vos adversaires, vous devenez des dictateurs pendant que vous-mêmes vous combattez, dénoncez, indexez, les dictateurs, mais dans votre domaine vous êtes aussi des dictateurs.

Ce ne sont pas de bons exemples. Le cheval qui court devant la peur d’être rattrapé par ses concurrents, c’est Tiken Jah ; et le guerrier qui a perdu ses dents, qui ne se bat plus que pour conserver son argent, là c’est Alpha Blondy.

Tiken a pourtant tendu la perche à des jeunes reggaemen africains …

Ce sont des histoires. A qui il a tendu la perche ? Il connait tous les reggaemen africains.

Une fois il a dit que la future étoile du reggae viendra de la Guinée en parlant de moi.

(…) il me prend pour un adversaire. J’aimerai qu’il lise cette interview.

Si je vous raconte tout ce qui s’est passé entre Tiken et moi, vous n’écouterez jamais sa musique. Ce n’est pas un bel exemple, dans le domaine du reggae. Humainement, je ne connais pas les rapports qu’il entretien avec les autres, mais musicalement, ce n’est pas un exemple. C’est dommage que des grandes gloires de l’Afrique dans tous les domaines ne s’occupent pas de la relève.

Avant de connaître le succès, vous avez fait la Côte-d’Ivoire, le Sénégal où vous avez même fait la prison, il semble que vous avez beaucoup souffert…

C’est difficile, j’ai beaucoup souffert dans ma vie. Je ne peux pas tout raconter, sinon on écrirait un bouquin. J’ai fait la prison quand étais encore rappeur. J’ai mendié dans les rues en Côte-d’Ivoire pendant un an. Mais quand les gens vous voient grandir, ils veulent vous tirer vers le bas, ils sont jaloux. J’ai connu la misère, les obstacles, les gens m’ont mis les bâtons dans les roues, c’est ce qui a forgé ma personnalité.

A quand le prochain album de Elie Kamano ?

Très bientôt. Je ferai même la dédicace ici au Burkina Faso qui est mon pays d’adoption. Je me sens beaucoup plus burkinabè quand je me bats que guinéen parce je suis mal compris dans mon pays. Je suis mieux compris ici que nul par ailleurs. J’ai un message de gratitude et de reconnaissance envers le peuple burkinabè qui a épousé ma musique. En 2009 quand je suis arrivé, je n’étais pas connu du tout. On essayait, on faisait des petits concerts, on distribuait les CD. Mais aujourd’hui, la mayonnaise a pris. C’est pourquoi vous serez les premiers à écouter mon album à venir. Un album de 23 titres.

Un dernier mot...

Je donne rendez-vous à tous les révolutionnaires, tous ceux qui aiment ma musique, le 13 février à la maison du peuple et le 20 à Bobo Dioulasso, pour me voir en prestation live. Tout se passe dans le cœur, je serai en face d’un peuple que j’aime, que j’admire, que j’adore, qui m’aime, qui m’admire, qui m’adore. L’échange sera naturel. J’ai fait une tournée africaine de 14 pays, mais les concerts que je donnerai ici seront différents.

Interview réalisée par Tiga Cheick Sawadogo

Lefaso.net


Lien : http://www.lefaso.net/spip.php?article62924

 


 

5 commentaire(s) || Écrire un commentaire

Revenir en haut de la page


VOS COMMENTAIRES

Thierno Diallo25/01/2015 15:22:00
C'est impressionant,des perles comme ca, je vous assure que vous etes proches de la victoire finale, continuer votre combat en restant au pays des hommes integres qui fait la fierté des africains.
les biens mal acquis ne serviront pas bcp alpha et son groupe de voleur.
du courage kamano nous sommes de coeur avec toi.
montreal,Canada
Bangaly Traore26/01/2015 03:07:23
C'est le conbat pour le peuple et la justice dans notre pays...Alpha Conde doit degager la guinee dans sa majorite n'a plus de lui et son claan de predateur et ethnocentriste..L'opposition dans la transparence va gagner les elections et la balle est dans le camp de chef de fille de l'opposition pour la victoire..Mon frere du courage c'est le meme cmbat pour la liberation totale de la guinee apres 57ans de misere de crime de sang et economiques .Nb.L'unite de l'opposition pose probleme et les anciens du regime criminelle et predateur de PUP sont diviser 50% pour la mouvance et 50% pour l'opposition..La Question a Mr SADIO BARRY LA guinee a-tu-il besoin d'un candidat a part Ms Cellou, Sidya et Kouyate?? merci pour la response.
Ceelenke26/01/2015 08:44:55
Elie Kamano, merci pour cette sortie.

Vous n'êtes pas incompris en Guinée mais juste non médiatisé et non valorisé. La culture est fusil. Mais c'est un fusil que notre pays la Guinée, a mis dans le placard depuis belle lurette. Nous avons des talents en Guinée sur tous les domaines, mais comment peuvent-ils éclore si même leur ministère de tutelle est banni de l'agenda national. Comment peuvent ils éclore alors que même le ministre de la culture a été abandonné mourant dans un hôpital étranger sans aucun accompagnement.
La vérité en Guinée, est que c'est l'humain qui est incompris. L'humain à travers toutes ses dimensions. La vérité en Guinée est que c'est le SENS qui est incompris, ignoré et bafoué.
Il ya des millions de guinéens comme vous, révoltés, combattus, mendiants, emprisonnés dans leur pays et dans le monde qui se battent, qui luttent et qui espèrent.
La vérité sur Tiken et Blondy est celle que vous dites. Ce sont des faux rasta et des usurpateurs de consciences. Quand Tiken chantait le panafricanisme à tout va, il finançait de ses recettes, la rébellion communautariste dioula en Côte d'Ivoire. Quand avec l’avènement de Ouattara on organisait des caravanes musicales à travers le pays, Alpha Blondy poussait la médiocrité jusqu'à s'opposer à ce d'autres artistes non dioula comme Serge Kassi fasse partie. Voilà l'imposture. Voilà l'exemplarité.
L'art est révolutionnaire! L'artiste doit l'être! L'art n'est pas mesquin! L'artiste ne doit pas l'être!
Moi je vous proposerai d'initier un mouvement fédérateur à la "Y'en a marre" et au "balai citoyen" pour en finir avec l'imposture et le déni en Guinée. La jeunesse Guinéenne sera derrière vous.
Je suis prêt à discuter du projet avec vous. L'administrateur de ce site pourrait vous donner mon email ou vous pourrez faire une sortie dans ce sens et moi je me démerderai pour trouver vos contacts.

Courage, vous n'êtes pas seul...
SADIO BARRY26/01/2015 12:30:49
Bangaly Traoré écrit:

<< Mon frere du courage c'est le meme cmbat pour la liberation totale de la guinee apres 57ans de misere de crime de sang et economiques .Nb.L'unite de l'opposition pose probleme et les anciens du regime criminelle et predateur de PUP sont diviser 50% pour la mouvance et 50% pour l'opposition..La Question a Mr SADIO BARRY LA guinee a-tu-il besoin d'un candidat a part Ms Cellou, Sidya et Kouyate?? >>

Merci frère Bangaly pour votre question! Vous parlez de 57 ans de misère, de crimes de sang et crimes économiques. Mathématiquement, vous parlez de la période 1958-2015. Qui ont géré la Guinée pendant ce temps? Ces anciens étaient les hauts cadres avant Conté et ministres de Conté. Cette misère guinéenne, c'est leur bilan. Sidya a fait preuve de performance dans la gestion administrative, mais la pire des violations des droits de l'homme et le tripatouillage de la Constitution se sont produit sous sa gouvernance. Politiquement et en matière des droits de l'homme il est aussi mauvais que les autres. Il n'est pas sûr d'avoir une vraie démocratie avec eux: ils ont tous voulu, ensemble avec Alpha Condé, inverser l'ordre des élections législatives et présidentielles dans l'espoir d'être le Président qui contrôle tout et organise les législatives en faveur de son parti.

M. Traoré, face à Alpha Condé, chacun des anciens ministres de Conté est préférable. Mais voulons-nous aller de l'avant ou revenir en arrière, à un passé que nous combattions également ?

La Guinée compte plus de 10 millions de femmes et d'hommes. N'avons-nous que ces 3 personnes qui incarnent une partie de ces 57 ans ?

Y a-t-ils des nés pour gouverner, se remplir les poches, se partager le patrimoine national et des nés pour encaisser des balles, pour être matraqués et emprisonnés sous les ordres des premiers ?

Pourquoi s'accrocher à ceux qui ont déjà fait leur temps ? A quand votre tour à vous, à moi et aux génération 30 à 40 ans en Guinée ?

Mon frère, tu es de notre équipe qui s'est fixé pour objectif, d'offrir une alternative au peuple de Guinée. Si tu y crois, eh bien nous y arriverons, c'est notre devoir, c'est un défit à relever. Nous présenterons, le moment venu, un Guinéen sage, compétent, irréprochable et capable de fédérer à nouveau notre peuple pour la Présidentielle 2015. Inch'Allah !
beavogui18/03/2017 22:13:45
Je suis avec toi dans ce combat jusqu'à ma mort "je te suportes sur tout les plants au poin de prendre le risque de ta vie" j'aime beaucoup mon pays et je veux le voir tres devolloppé. je crois que les jeunes guineens doit chachés la peure et decidé de donner leur vie pour le chagement de la guinee pour les nouvelles generations.
Spécial
 19/04/16: Chine - Europe : la guerre de l’acier a commencé. En Guinée, nous subissons le plus mauvais des présidents et les plus déshonorables des Parlementaires africains !
 16/12/15: Alpha Condé, le RPG et la culture de violence en Guinée.
 26/12/13: Guinée : un pays qui a besoin d’une opposition.
 28/11/13: Cellou Dalein, Sadio Barry et Diallo Sadakaadji: il est temps de briser le silence.
 02/07/13: Sadio Barry: un combat politique en passe d’être gagné en Allemagne !

 Lire plus d'articles...
Editorial
 31/03/15: François Louncény Fall : la honte nationale des Guinéens !
 11/03/15: Guinée : après les menaces des opposants, Alpha Condé et la Ceni leur font le doigt !
 19/02/15: Conakry: île de toutes les opportunités pour Alpha Condé et la mafia étrangère qui le soutient.
 07/08/14: Alpha Condé : l’erreur historique des Guinéens.
 04/02/14: Guinée: la presse censurée à Labé, mais paradoxalement pas par le pouvoir !

 Lire plus d'articles...
Analyse
 16/10/17: L’accord Sino-Guinéen, les notions et chiffres à éclaircir…
 16/10/17: Présidentielles de 2020 : Mes ambitions pour la Guinée horizon 2040
 11/10/17: Thème du dixième anniversaire de Pottal-Fii-Bhantal Fouta-Djallon. Les droits de la femme – le vrai défi des Droits de l'Homme.
 11/10/17: Que dire à propos des derniers événements en Guinée ?
 07/10/17: Les pantalonnades de chine et les fanfaronnades de Conakry (Par BC Tamboura)

 Lire plus d'articles...
Interviews
 31/10/16: Guinée : grande interview de Sadio Barry dans le journal Sanakou
 22/07/15: Interviews de Sadio Barry dans Echos de Guinée.
 14/06/15: Emissions du 7 au 11 juin 2015 avec Bashir Bah et Sadio Barry : les audio sont disponibles.
 25/01/15: L’artiste guinéen Elie Kamano dans le journal lefaso.net
 27/02/14: Entretien avec le jeune leader guinéen Mohamed Lamine Kaba, Président du parti FIDEL

 Lire plus d'articles...
Dossiers
 21/06/16: Sadio Barry : « J’accuse Alpha Condé, la justice guinéenne, Fatou Bensouda et sa CPI pour les tueries et pillages enregistrés à Mali Yemberen le vendredi 17.06.2016 »
 03/04/14: Cellou Dalein et l’UFDG
 17/02/14: GPP FM Fouta de Labé : Alpha Boubacar Bah et Laly Diallo de l’UFDG en opposition à Sadio Barry
 28/01/14: Guinée : Alpha Condé est-il encore crédible pour parler des audits de 2011 ?
 09/01/14: Cellou Dalein Diallo, le Président Responsable Suprême des Peuls ?

 Lire plus d'articles...
Exclusif
 13/12/13: Un conseil d’ami à Elhadj Cellou Dalein Diallo, leader de l’opposition guinéenne
 01/10/13: Législatives 2013 en Guinée: l'UE confirme le bilan de la journée électorale dressé par guineepresse.info en tous ses points.
 09/09/13: Guinée: des élections bâclées malgré trois ans de retard et risques sérieux de violences ethniques
 01/08/13: Guinée: quelles sont les véritables motivations de Mansour Kaba ?
 17/07/13: Bakary Fofana: l’irresponsable "cheveux blanc" de la Guinée !

 Lire plus d'articles...
Autres infos
 
 
Cours des dévises
 1 euro = 9350 FG +1.63%
 1 dollar = 6977 FG -3.1%
 1 yuan = 400 FG +0.00%
 1 livre = 10500 FG +1.25%
06/02/13 02 : 02
Articles marqués
 30/05/16: Manifeste de Sadio Barry sur la crise sociopolitique en Guinée
 22/04/16: Guinée: les confessions d’un voleur de la République !
 28/02/16: Cellou Dalein ou l’enfant gâté du Fouta et Bah Oury le malchanceux.
 25/11/15: Sadio Barry, au sujet de la foi.
 01/03/15: Guinée: qui trompe le peuple, le pouvoir ou l’opposition ?

 Lire plus d'articles...
 
 
Multimédia
 
Gaetan Mootoo d'Amnesty international, sur les massacre et viols du 28 septembre en Guinée

Par Christophe Boisbouvier

« Les tortionnaires ont franchi une étape inimaginable. Des militaires déchiraient les vêtements des femmes avec une telle violence, parfois avec des couteaux ou la baïonnette, les violant en public. C'était la barbarie dans toute son horreur ».
SOURCE : RFI

 
RTG news (journal TV)
 
Médias
le Jour
IvoirNews
mediapart
Hafianews
togoforum
fereguinee
Guineeweb
ActuGuinée
tamsirnews
Guineeview
Guinée libre
Guineenews
Guinee infos
Guineevision
oumarou.net
aminata.com
Timbi Madina
afriquemplois
Guinea Forum
africatime.com
InfoGuinee.net
guinee224.com
Haal-Pular.com
guineeweb.info
Le Guepard.net
Africabox Music
Guinee nouvelle
Euro Guinée e.V
Guineeinformation
Site en langue Pular
Les Ondes de Guinée
Camp Boiro Memorial
Mondial Communication
Soc.culture.guinea-conakry
 
 
 
 
 

Radio Mussidal Halipular

Radio MH
 
 
 
 

L’intervention du Président de la Coordination Nationale Haalipular de Guinée, Elhadj Saikou Yaya Barry, relative aux crimes ethniques dont Waymark est complice en Guinée:

Elhadj Saikou Yaya Barry

 
 


ITEEV Aachen import/export:

Agence d’import/export des produits et équipements informatiques et industriels, des véhicules et engins de tout genre, de l’Allemagne pour toutes les directions, en particulier l’Afrique:

www.iteev-aachen.com

 
 


Bloc pour l’Alternance en Guinée (BAG): le parti d'avenir.

Ci-dessous, vous trouverez la fiche d'inscription (adhésion) et de soutien au parti en fichier PDF. Les données des personnes membres ou contributeurs resteront strictement confidentielles et accessibles uniquement à l'administration restreinte du parti pour la comptabilité et la mise en place d'un répertoire de cadres et personnes ressources du parti en fonction de leurs professions et compétences, à toutes fins utiles.

Les fiches remplies peuvent être remises à un bureau du parti ou scannées et transféré à la direction du parti aux adresses suivantes:

1- Mail Compta : bag.compta@protonmail.com     pour des payements, cotisations ou dons.

2- Mail Général : bag.guinee@protonmail.com      pour adhésion ou modification de données personnelles existentes.

Fiche d'adhésion au parti

Fiche de cotisation et de soutien au parti B.A.G

Affiche du B.A.G en Guinée

 
Lire le préambule du BAG !
 
Suivre l'évolution du parti B.A.G !
 
Débat du 09.09.2016 – JaquesRogerShow vs Sadio Barry, le leader du Bloc pour l’Alternance en Guinée (BAG): l’audio est disponible
 
Débat du 18.9.16 - Hafianews vs Sadio Barry du BAG : l’audio est disponible
 
 
©2007-2008 Guineepresse.info
|Webmaster
|Sitemap
|Qui sommes nous?
|Forum
|Archives
|Mentions légales
|Aide et remarques