Bienvenue sur GuineePresse.info
Google
 

Mis en fonction le 16.01.2008
Chercher dans GuineePresse.info :
Accueil
Actualité Opinion
Sport
Culture
Archives
Vie pratique
Forum
Accueil > Opinion > Analyse |Syndication rss Send to facebook Send to facebook twitt this Send to LinkedIn Send via email Print |Mercredi, 17 octobre 2018 06 : 13

Néfastes et sordides jeux politiques en Guinée.


2018-07-24 15:23:09

La Guinée navigue depuis plusieurs années dans un sordide jeu politique qui sape davantage ses efforts de développement économique, fragilisant son tissu social et l'empêchant de rejoindre le cercle des nations Africaines dites normales et démocratiques.

Un aperçu rétrospectif nous permet pourtant de constater, qu'après la mort du General Lansana Conté en 2008, suivie de la prise du pouvoir par le CNDD sous l'impulsion du capitaine Dadis Camara, qu'une synergie d'efforts avait rassemblé la classe politique, la société civile et les syndicats au sein du Forum des forces vives de la nation, soutenu par la CEDEAO et l'Union Africaine. À l'époque, d'anciens opposants et collaborateurs du défunt régime semblaient privilégier l'intérêt supérieur de la nation à un tournant crucial de son existence. Alpha Condé, Jean Marie Doré, Cellou Dallein Diallo, Sidya Toure, Lansana Kouyaté, François Lounceny Fall, Mouctar Diallo, Bah Baadiko, Rabiatou Diallo, Ibrahima Fofana... conjuguaient ou tentaient de conjuguer le même verbe pour s'opposer aux velléités suspectes de l'armée (Dadis) de garder le pouvoir. Leur objectif affiché était perçu comme une volonté commune et louable d'œuvrer à l'instauration des bases d'une véritable démocratie en Guinée.

Après plusieurs années de despotisme, d'autocratie, d'errance et de mal gouvernance, les différentes tendances sociopolitiques du pays parvinrent à mettre en place un gouvernement et un conseil national de transition. Une nouvelle constitution fut promulguée et signée par le chef de la transition le Général Sékouba Konate, balisant la voie à l'élection d'un président, considéré démocratiquement élu. Malgré les défaillances constatées dans l'organisation du scrutin et des nombreux incidents graves qui l'ont émaillé, les résultats furent acceptés. Vus le chemin parcouru et les obstacles surmontés, l'optimisme était permis d'avoir enfin des solutions concrètes et durables pour préserver la paix sociale et l'unité nationale, tout en mettant en place les politiques et réformes indispensables pour l'amélioration de la gouvernance et des conditions de vie des populations. Hélas, une décennie plus tard, la Guinée reste encore coincée au milieu de contentieux électoraux et de tumultes sociopolitiques à deux ans du dernier mandat présidentiel d’Alpha Condé.

Le pays est confronté à un immobilisme ou à une paralysie aiguë dû à plusieurs facteurs endogènes dont les caractéristiques et les causes sont déjà connues. Des crises de tout ordre s'aggravent les unes après les autres ternissant les maigres progrès accomplis sur le plan économique. Leurs conséquences désastreuses se répercutant sur la vie d'un peuple déjà asphyxié par le récent désastre d'Ebola, par la pauvreté chronique, les inégalités et les incessantes rivalités claniques.

En effet, c'est une situation qui s'accommode de l'héritage des précédentes gouvernances, dont plusieurs acteurs sont encore présents et influents dans les sphères de décision de l'État. Ceux qui faisaient avec zèle, la promotion du tripatouillage de la constitution au profit d'une « éternisation » du général Lansana Conté au pouvoir, excellant dans la courtisanerie et la fourberie, profitant largement de leurs positions dans la haute administration sont inamovibles et tirent encore les ficelles. Ils font partie aujourd'hui de ceux qui fomentent et concoctent sournoisement un projet de troisième mandat pour l’ancien opposant à Conté et actuel Président. Un troisième mandat potentiellement périlleux pour la nation ! Des chefs d'orchestre composant la dangereuse symphonie pour accompagner la « mélodie des sirènes révisionnistes ». En fait ils ne sont que des opportunistes de tout calibre, activant leurs lobbies tribalistes, clientélistes, népotistes et affairistes pour bénéficier de la "mangeoire" à l'approche et au lendemain de toutes les échéances électorales. Des démagogues et hypocrites qui rivalisent d'ardeur dans la transhumance et le marchandage politiques à la recherche de nouveaux pâturages. Des spécialistes de changements de camps pour des alliances, des fusions et partenariats éphémères et fantaisistes guidés le plus souvent par des intérêts égoïstes et mal fondés. De la Realpolitik diront certains ! Mais de l'aventurisme politique pur et simple pour d'autres.

Pendant ce temps, la déliquescence et la faiblesse de l'autorité de l'État gangrènent toute l'administration et affectent sérieusement l'application et le respect des lois de la république. Situation qu'illustrent la lenteur et le laxisme dans la tenue d'un procès pour juger les auteurs du horrible massacre du 28 septembre 2009. En témoigne aussi, le statu quo au sein des mairies et des communes rurales dont les élus ne sont toujours pas installés dans leurs fonctions depuis le scrutin du mois de février de cette année, perpétuant leurs gestions par des délégations spéciales aux responsabilités obsolètes. Cela démontre surtout le résultat d'une absence sidérante de leadership régalien et compétent et de la non promotion du mérite et de l'excellence à tous les niveaux en Guinée. Le chef de l'État donnant le ton en érigeant expressément, dès l'entame de son premier mandat un mode ethno-régionaliste de partage du pouvoir:

-L'exécutif pour la Haute Guinée
-La Primature pour la Basse Côte
-La présidence du parlement pour la Guinée Forestière.
Un acte grave de violation de serment et d'ostracisme par le président, qui foule au sol son statut de garant de l'unité nationale et de premier magistrat de la nation.

Le désormais Professeur-Président, auparavant opposant historique et ancien prisonnier politique, disait au debout de son premier mandat à qui veut l'attendre qu'il a « hérité d'un pays, et non d'un État », n'a certainement pas dû mesurer toute la signifiance de son propre constat pour changer la donne. Alpha Condé, qui refusait fermement toute participation du RPG à un gouvernement sous l'ère Conté, puise énormément aujourd'hui dans l'arsenal des ressources humaines du régime du General Lansana Conte, dont il vouait pourtant aux gémonies. En le faisant, l'actuel occupant de Sekoutoureya sacrifie au passage toute refondation réaliste de l'appareil étatique, car entouré par ceux-là même qui mirent le pays et son économie à genoux. Car sous son magistère, le système mafieux s'est endurci et l'État que le président "promettait" de bâtir reste une utopie.

Le chef de file de l'opposition, Cellou Dalein Diallo, ancien premier ministre et baron du régime de Lansana Conté, doté d'un colossal budget de fonctionnement, juste pour s'opposer, est perçu obsessivement par ses partisans d'être le sauveur de la nation. Mais l'UFDG, empêtrée dans ses propres querelles intestines, peine a s'imposer dans l'arène politique comme alternative au RPG. Bah Oury, son fondateur et ancien vice président, s'est vu exclure du parti de manière cavalière aux allures de trahison. La principale formation de l'opposition ne cesse de faire preuve de naïveté et d'inefficacité face au pouvoir et semble être prise entre le "marteau et l'enclume". Ses incessants appels aux boycotts et aux manifestations de rue sans réel impact sur le terrain, affectent négativement les pauvres citoyens déjà martyrisés et qui tirent le diable par la queue. La principale stratégie de l'Ufdg s'averant impuissante et contre-productive face au système mis en place, car par ironie du sort, Cellou Dallein Diallo faisait partie de ceux qui étaient aux affaires pendant que le système, sur lequel s'appuie Alpha Condé à son tour se mettait en place.
 
Sidya Toure, un autre ex premier ministre qui avait laissé une impression relativement bonne dans la mémoire d'une grande partie de la population, grâce aux résultats positifs qu'il avait produits, est désormais vu comme le prototype de l'indécision, de l'inconstance et de l'opportunisme dans l'arène politique national. Sous le leadership du haut représentant du chef de l'État [sic], l'UFR de Mr Sidya se distingue par un repositionnement étrange au sein du paysage politique à l'image d'un "caméléon". Tantôt opposant, tantôt partenaire du parti au pouvoir !

Les autres partis de moindre envergure quant à eux, cherchent délicatement à se faire entendre et valoir dans un champ politique désorganisé, inutilement pléthorique et idéologiquement désorienté. Ils constituent tout simplement des "tonneaux vides" qui ne font que du bruit sans aucune influence.

L'ethnostratégie qu'utilisent délibérément les principaux partis politiques (Rpg, Ufdg) a profondément dénaturé les idéaux et valeurs qui devaient guider leur combat. Entre l'opposition républicaine et la mouvance présidentielle, c'est un bras de fer constant et une lutte sans concession. Cette adversité malsaine à la compétition politique constitue un handicap majeur à l'efficacité du parlement, où les deux camps antagonistes brillent dans le sabotage mutuel, au détriment d'un débat fertile et responsable autour des problèmes de la nation pour leur résolution au bénéfice de tous.

Les discours et prises de positions au cours des assemblées hebdomadaires des partis sont devenus une tribune ou des appels à la haine, à l'instrumentalisation, à la vengeance, à la stigmatisation, à l'arrogance, aux insultes et aux accusations de toutes sortes. L'occasion n'est plus de promouvoir des programmes de développement et projets de société, de vision pour le futur et d'éducation civique des militants et sympathisants des formations politiques.

Les violences pré et post électorales prennent un caractère communautariste à chaque manifestation de rue, endeuillant plusieurs familles et faisant d'importants dégâts matériels. Le ton et les positions se durcissant, enflammant les débats interactifs et la toile via les réseaux sociaux, exhibant les frustrations engendrées par les discours et les attitudes de la haine. Fort malheureusement, en l'absence d'une justice impartiale et compétente, ce sont les injustices, l'impunité, les désespoirs et les déceptions qui s'accumulent, se transformant en radicalisation au profit des cyniques agitateurs de toutes les espèces.

Le mutisme, l'inaction ou l'impuissance des gardiens de la constitution, des acteurs de la société civile et des leaders religieux face à de tels agissements et transgressions des lois, règles et valeurs suscitent plusieurs interrogations par rapport à leurs rôles dans la cité pendant les moments les plus incertains. La désorganisation qui caractérise les acteurs sociaux, la partialité hypocrite des religieux et le manque de dextérité au sein des pouvoirs législatif et judiciaire créent une culture de laisser-aller. Ainsi les citoyens se retrouvent sans aucune défense face à la mal gouvernance et ses corollaires.

Tristement, c'est dans cette atmosphère sombre, négative et tendue que la Guinée célèbrera le 60ème anniversaire de son indépendance le 2 Octobre 2018. Dans ce cas, le bilan qui sera étalé de la gestion des six dernières décennies de notre souveraineté, ne sera pas reluisant à beaucoup d'égards pour la première colonie d'Afrique noire Francophone à se libérer du joug colonial. Il n'y a pas eu de rupture, donc le changement tarde à se produire.

Cependant, bien que nous soyons un résumé de la diversité d'un pays, dont les frontières actuelles furent arbitrairement tracées selon les intérêts impérialistes de l'envahisseur étranger, notre destin est inséparablement lié. Malgré le lourd héritage de notre passé et les vicissitudes de l'histoire, nos aspirations restent et demeurent communes. En tant que peuple ayant choisi ensemble la liberté, nous avons l'obligation d'appréhender l'importance de notre harmonie et cohésion sociales: base de tout bonheur collectif. La réalité est que-nous vivons sur le même territoire, nous partageons la même citoyenneté, les mêmes droits, les mêmes devoirs et les mêmes besoins. Donc, nous devons comprendre sans ambiguïté aucune, que c'est l'union de toutes les régions et de toutes les parties intégrantes de la nation, autour des idéaux et pratiques démocratiques qui fera la force d'une Guinée prospère, une et indivisible. « E Pluribus Unum ».

Si les citoyens Guinéens veulent profiter du vivre ensemble dans un État démocratique, unitaire, fraternel et solidaire; ils doivent impérativement dépasser les considérations passionnelles de leurs différences, tout en s'éloignant des manipulations politiciennes et de l'endoctrinement des "prêcheurs de la fausse évangile". Ils doivent éviter, d'être sacrifiés sur l'autel du "sectarisme triomphant" et de la "victimisation outrancière" au nom d'une quelconque fierté de suprématie et d'insoumission indomptables. Les patriotes Guinéens, les vrais ont le devoir citoyen de rester débout et unis contre l'arbitraire et l'injustice d'où ils proviennent. Ils doivent surtout œuvrer à l'avènement d'un vrai changement intégral et à l'émergence d'un nouveau type de leadership débarrassé de toutes les tares de ses prédécesseurs.

Rappelons-nous chers compatriotes, sans jamais le souhaiter, que les principales victimes d'une descente aux enfers de notre pays ne seront que des Guinéens que nous sommes. Alors, prenons toute la mesure de la gravité de la situation sociopolitique de notre pays, qui ne profite qu'aux vautours et pyromanes déguisés en faiseurs de miracles. Les défis que nous devons relever ensemble, ne doivent pas être confondus aux ambitions égoïste et machiavélique de qui que se soit. Les hommes passent, mais la Guinée est éternelle.

Le peuple doit rester souverain et vigilant pour contrôler sa propre destinée.

Que Dieu bénisse la Guinée !

Almamy Kemo.
USA


 

9 commentaire(s) || Écrire un commentaire

Revenir en haut de la page


VOS COMMENTAIRES

Sbah24/07/2018 19:17:13
Une analyse assez profonde et inspirante. Bravo MONSIEUR Almamy Kemo. L'appel contenu dans cette analyse doit être entendu par les citoyens Guinéens matures et responsables.
Vive la Guinée unie,indivisible et prospère.
SADIO BARRY25/07/2018 09:10:14
Excellente et objective analyse ! Merci Almamy Kemo !
Balde Bayern25/07/2018 16:52:25
Merci mon frére ! vraiment une belle Analyse
Sadialiou25/07/2018 18:13:07
Très prodonde et directe cette analyse. J'espère que tous les protagonistes de la crise sociopolitique en Guinée la lisent. Beaucoup se reconnaitront walahi. Merci à L'Almamy.
SOW Thierno Amadou Oury26/07/2018 10:29:20
Je valide.Excellente et très objective. Chapeau mon cher Almamy!
Barry Dian Marga26/07/2018 20:55:45
Vraiment merci pour cette publication. La Guinée et les guinéens ont besoin des personnes qui pensent et agissent comme toi.
Diogo DIALLO26/07/2018 21:21:51
"Les hommes passent mais la Guinée est éternel", je conteste car y'a que le pouvoir de Dieu qui est éternel.

Juste un four-tout.

Wassalamou
Momo27/07/2018 10:04:47
Imparable de vérités, merci pour ce condensé de nos tares. Bonne continuation.
BahKari28/07/2018 00:35:46
Que Dieu benisse la Guinée. Amen!.Puissante, rafraichissante et inspirationelle analyse.
Spécial
 19/04/16: Chine - Europe : la guerre de l’acier a commencé. En Guinée, nous subissons le plus mauvais des présidents et les plus déshonorables des Parlementaires africains !
 16/12/15: Alpha Condé, le RPG et la culture de violence en Guinée.
 26/12/13: Guinée : un pays qui a besoin d’une opposition.
 28/11/13: Cellou Dalein, Sadio Barry et Diallo Sadakaadji: il est temps de briser le silence.
 02/07/13: Sadio Barry: un combat politique en passe d’être gagné en Allemagne !

 Lire plus d'articles...
Editorial
 31/03/15: François Louncény Fall : la honte nationale des Guinéens !
 11/03/15: Guinée : après les menaces des opposants, Alpha Condé et la Ceni leur font le doigt !
 19/02/15: Conakry: île de toutes les opportunités pour Alpha Condé et la mafia étrangère qui le soutient.
 07/08/14: Alpha Condé : l’erreur historique des Guinéens.
 04/02/14: Guinée: la presse censurée à Labé, mais paradoxalement pas par le pouvoir !

 Lire plus d'articles...
Analyse
 15/10/18: Crimes du 28 Septembre 2009 : neuf ans après, le gouvernement guinéen poursuit le déni de justice.
 08/10/18: Honneur aux Prix Nobel de la Paix, Denis Mukwege, gynécologue congolais, et Nadia Murad, militante yézidie.
 07/10/18: Installation des exécutifs des mairies -Attaque contre le Bloc Liberal
 07/10/18: 1958-2018 ! Soixante ans de Domestication et de Déshumanisation
 01/10/18: LETTRE OUVERTE AUX MEMBRES DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE DE LA RÉPUBLIQUE DE GUINÉE (QUATRIEME ET DERNIÈRE PARTIE)

 Lire plus d'articles...
Interviews
 31/10/16: Guinée : grande interview de Sadio Barry dans le journal Sanakou
 22/07/15: Interviews de Sadio Barry dans Echos de Guinée.
 14/06/15: Emissions du 7 au 11 juin 2015 avec Bashir Bah et Sadio Barry : les audio sont disponibles.
 25/01/15: L’artiste guinéen Elie Kamano dans le journal lefaso.net
 27/02/14: Entretien avec le jeune leader guinéen Mohamed Lamine Kaba, Président du parti FIDEL

 Lire plus d'articles...
Dossiers
 21/06/16: Sadio Barry : « J’accuse Alpha Condé, la justice guinéenne, Fatou Bensouda et sa CPI pour les tueries et pillages enregistrés à Mali Yemberen le vendredi 17.06.2016 »
 03/04/14: Cellou Dalein et l’UFDG
 17/02/14: GPP FM Fouta de Labé : Alpha Boubacar Bah et Laly Diallo de l’UFDG en opposition à Sadio Barry
 28/01/14: Guinée : Alpha Condé est-il encore crédible pour parler des audits de 2011 ?
 09/01/14: Cellou Dalein Diallo, le Président Responsable Suprême des Peuls ?

 Lire plus d'articles...
Exclusif
 13/12/13: Un conseil d’ami à Elhadj Cellou Dalein Diallo, leader de l’opposition guinéenne
 01/10/13: Législatives 2013 en Guinée: l'UE confirme le bilan de la journée électorale dressé par guineepresse.info en tous ses points.
 09/09/13: Guinée: des élections bâclées malgré trois ans de retard et risques sérieux de violences ethniques
 01/08/13: Guinée: quelles sont les véritables motivations de Mansour Kaba ?
 17/07/13: Bakary Fofana: l’irresponsable "cheveux blanc" de la Guinée !

 Lire plus d'articles...
Autres infos
 
 
Cours des dévises
 1 euro = 9350 FG +1.63%
 1 dollar = 6977 FG -3.1%
 1 yuan = 400 FG +0.00%
 1 livre = 10500 FG +1.25%
06/02/13 02 : 02
Articles marqués
 07/04/18: Guinée : le théâtre que nous font vivre Elhadj Alpha mo Siguiri et koto Cellou mo Dalein !
 30/05/16: Manifeste de Sadio Barry sur la crise sociopolitique en Guinée
 22/04/16: Guinée: les confessions d’un voleur de la République !
 28/02/16: Cellou Dalein ou l’enfant gâté du Fouta et Bah Oury le malchanceux.
 25/11/15: Sadio Barry, au sujet de la foi.

 Lire plus d'articles...
 
 
Multimédia
 
Gaetan Mootoo d'Amnesty international, sur les massacre et viols du 28 septembre en Guinée

Par Christophe Boisbouvier

« Les tortionnaires ont franchi une étape inimaginable. Des militaires déchiraient les vêtements des femmes avec une telle violence, parfois avec des couteaux ou la baïonnette, les violant en public. C'était la barbarie dans toute son horreur ».
SOURCE : RFI

 
RTG news (journal TV)
 
Médias
le Jour
IvoirNews
mediapart
Hafianews
togoforum
fereguinee
Guineeweb
ActuGuinée
tamsirnews
Guineeview
Guinée libre
Guineenews
Guinee infos
Guineevision
oumarou.net
aminata.com
Timbi Madina
afriquemplois
Guinea Forum
africatime.com
InfoGuinee.net
guinee224.com
Haal-Pular.com
guineeweb.info
Le Guepard.net
Africabox Music
Guinee nouvelle
Euro Guinée e.V
Guineeinformation
Site en langue Pular
Les Ondes de Guinée
Camp Boiro Memorial
Mondial Communication
Soc.culture.guinea-conakry
 
 
 
 
 

Radio Mussidal Halipular

Radio MH
 
 
 
 

L’intervention du Président de la Coordination Nationale Haalipular de Guinée, Elhadj Saikou Yaya Barry, relative aux crimes ethniques dont Waymark est complice en Guinée:

Elhadj Saikou Yaya Barry

 
 


ITEEV Aachen import/export:

Agence d’import/export des produits et équipements informatiques et industriels, des véhicules et engins de tout genre, de l’Allemagne pour toutes les directions, en particulier l’Afrique:

www.iteev-aachen.com

 
 


Bloc pour l’Alternance en Guinée (BAG): le parti d'avenir.

Ci-dessous, vous trouverez la fiche d'inscription (adhésion) et de soutien au parti en fichier PDF. Les données des personnes membres ou contributeurs resteront strictement confidentielles et accessibles uniquement à l'administration restreinte du parti pour la comptabilité et la mise en place d'un répertoire de cadres et personnes ressources du parti en fonction de leurs professions et compétences, à toutes fins utiles.

Les fiches remplies peuvent être remises à un bureau du parti ou scannées et transféré à la direction du parti aux adresses suivantes:

1- Mail Compta : bag.compta@protonmail.com     pour des payements, cotisations ou dons.

2- Mail Général : bag.guinee@protonmail.com      pour adhésion ou modification de données personnelles existentes.

Fiche d'adhésion au parti

Fiche de cotisation et de soutien au parti B.A.G

Affiche du B.A.G en Guinée

 
Lire le préambule du BAG !
 
Suivre l'évolution du parti B.A.G !
 
Débat du 09.09.2016 – JaquesRogerShow vs Sadio Barry, le leader du Bloc pour l’Alternance en Guinée (BAG): l’audio est disponible
 
Débat du 18.9.16 - Hafianews vs Sadio Barry du BAG : l’audio est disponible
 
 
©2007-2008 Guineepresse.info
|Webmaster
|Sitemap
|Qui sommes nous?
|Forum
|Archives
|Mentions légales
|Aide et remarques